Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée




 


Pourquoi ce site et cette Revue
(éditorial du 12 décembre 2000)

La fin du 20e siècle et le début du 21e annoncent, pensons-nous, d'immenses changements dans la façon dont l'espèce humaine pourra agir sur le monde, y compris sur elle-même, et consécutivement sur la conscience qu'elle aura, et de ce monde, et d'elle-même.
Un enfant âgé d'une dizaine d'années aujourd'hui pourra, à la fin de sa vie, jeter sur les conceptions que nous avons encore aujourd'hui de l'univers et des hommes le même regard curieux mais globalement incompréhensif que le regard que nous portons sur le monde féodal ou antique. Si rien n'est fait, ces changements prodigieux ne seront compréhensibles et, le cas échéant maîtrisables, que par une très petite minorité d'hommes, issus des couches socialement et intellectuellement favorisées du monde occidental, et plus particulièrement des Etats-Unis.
De plus, tout se fera et se communiquera en anglais. L'Europe pourra dans certains cas mais non dans tous, essayer de tenir la distance. Tous les autres hommes, comme l'ensemble des organismes vivants, seront affectés par ces changements, mais ils les subiront passivement, pour le meilleur dans certains cas, en ce qui les concernera, mais sans doute le plus souvent pour le pire.
Si des politiques de ré-équilibrage et de meilleur partage de l'accès aux connaissances et aux pouvoirs seront possibles, encore faudra-t-il que s'établissent en ce sens des rapports de force plus favorables, dont l'on ne voit pas les prémisses aujourd'hui, malgré les déclarations d'intention des politiques.
Cette mise en garde préalable ne doit pas conduire à porter un jugement négatif ou catastrophiste sur les changements en perspective qui, de toutes façons d'ailleurs, auront lieu inexorablement, autant que l'on puisse en juger du fait des avantages sélectifs qu'ils apporteront à ceux qui s'en saisiront. Ces changements doivent au contraire être considérés par tous, et notamment par les jeunes, comme une ouverture à  des perspectives incroyablement excitantes et productives.

Il s'agit véritablement de nouvelles frontières à franchir, ouvrant d'infinis territoires nouveaux à explorer. On pourrait bien sûr évoquer l'exploration spatiale, les progrès de la physique des hautes énergies ou de la cosmologie, ou encore la conquête de nouvelles formes d'énergies renouvelables et non polluantes... Mais selon nous, ces divers progrès, incontournables pour le long terme du siècle, n'apparaîtront qu'en "sous-produit" d'avancées beaucoup plus fondamentales et plus immédiates concernant la vie et l'intelligence artificielle, le génie génétique et le décryptage du fonctionnement du cerveau.
Ceci, pensons-nous,  ne pourra être obtenu sans un décloisonnement des spécialisations : ces trois domaines de recherche ne prendront tout leur poids que si les chercheurs apprennent à mieux coopérer, par exemple sur le modèle proposé par Gérald Edelman* en ce qui concerne la conscience.

Ainsi, avec la création du site Automates intelligents, nous souhaitons contribuer à :
- vulgariser au maximum auprès du citoyen les travaux et réflexions des sciences et techniques concernées,
- replacer sur le plan politique et philosophique les travaux et perspectives présentés,
- créer un site en français, utilisant les ressources de l'Internet, aussi bien pour l'accès aux sources que pour la publication des documents ou informations produits. A plus long terme, si les moyens nous le permettent, publier également en anglais -voire dans 3 ou 4 langues simultanément- afin de créer un site à dimension européenne,
- rassembler la communauté la plus large possible autour du domaine des automates intelligents, en travaillant en interactivité avec les lecteurs : nous attendons beaucoup de la contribution des scientifiques et des philosophes à la vie de ce site.

Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin