Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 166
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubrique

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 


L'explosion de contagiosité du virus Zika résulte-t-elle de manipulations génétiques?
Jean-Paul Baquiast 03/02/2016

 


Depuis notre article du 30/01 sur le virus Zika « Les virus. Un monde encore mal connu » http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2016/166/zika.htm les évènements se sont accélérés de façon inquiétante. L'Organisation Mondiale de la Santé vient de décréter une urgence de santé publique (Voir Le Monde http://abonnes.lemonde.fr/planete/article/2016/02/01/virus-zika-l-oms-decrete-une-urgence-de-sante-publique-de-portee-mondiale_4857515_3244.html
Le nombre des infections se multiplie actuellement, s'étendant à d'autres zones initialement non touchées. Les symptômes généralement bénins sont cependant graves ou mortels chez les foetus et nouveaux nés. Aucun vaccin n'apparait en perspective. On peut craindre que la virulence et la contagiosité s'accroissent dans les prochaines semaines, touchant une grande partie du continent sud-américain, des Caraïbes ou de l'Afrique. Les pays de l'hémisphère nord pourraient aussi être atteints.

L'on soupconne le moustique Aedes aegypti d'être pour le moment le principal vecteur, transmettant le virus de personnes contagieuses à personnes saines. Ce moustique s'était déjà révélé comme une menace majeure de santé publique, notamment dans la transmission de la dengue, souvent mortelle et du chikungunya . Le réchauffement climatique étend ses aires de diffusion.

Aussi, bien avant l'épidémie de Zika, les autorités brésiliennes s'étaient laissées convaincre en 2012 par la firme britannique Oxitec de créer des moustiques génétiquement modifiés afin les rendre stériles. Des millions de spécimen ont été relâches dans la nature, avec une réduction sensible des populations de moustiques dans les zones protégées. Cependant, comme toujours dans le cas des espèces génétiquement modifiées, une proportion non négligeable de sujets, en l'espèce des mâles, avait réussi à se reproduire. Mais ils transmettent avec eux les modifications génétiquesmises au point par Oxitec. Il n'est pas certain, mais il est plausible qu'une partie des génomes modifiés ait pu contaminer les virus Zika, dont ils sont porteurs, augmentant considérablement leur virulence.

Conspirationnisme

Depuis quelques jours, des articles de généticiens, difficilement compréhensibles par le lecteur courant, se répandent sur Internet. Les uns cherchent à montrer que les manipulations génétiques du aedes aegypti sont vraisemblablement, sinon à coup sûr, responsables des mutations ayant accru la virulence et la diffusion du virus Zika. Les arguments évoqués seront de plus en plus repris par les militants anti-OGM. Ils soulignent que la biologie est un monde trop complexe pour que les manipulations génétiques irresponsables ne puissent pas entrainer d'effets dangeraux, voire catastrophiques au plan mondial.

D'autres scientifiques refusent de prendre leurs arguments au sérieux. Ils fournissent des contre-arguments. Ils accusent les premiers de céder à un esprit conspirationniste toujours dommageable en science. Manifestement, certains sont inspirés par Oxitec ou par le lobby très puissant des firmes de biotechnologie GM dont les profits se comptent aujourd'hui par milliards. La prudence voudrait que, notamment dans le cas du monde mal connu des virus ou de certaines bactéries, des mises à l'épreuve approfondie des modifications génétiqes envisagées soit décidées. L'OMS le recommande de plus en plus dorénavant. Mais son poids politique est insignifiant face aux lobbies de la modification génétique.

Pour notre part, nous nous efforcerons de vous tenir informés de l'évolution du problème dans les prochaines semaines.

Références

http://www.counterpunch.org/2016/02/02/pandoras-box-how-gm-mosquitos-could-have-caused-the-zika-virus-outbreak/

http://blogs.discovermagazine.com/science-sushi/2016/01/31/genetically-modified-mosquitoes-didnt-start-zika-ourbreak/#.VrG-U-YRlEM

https://www.geneticliteracyproject.org/2016/02/01/spread-gm-mosquito-conspiracy-theory-hurts-fight-zika/

Post-scriptum

On envisage dorénavant des contaminations par le sperme, donc sans intervention directe du moustique.

Par ailleurs, les Jeux Olympiques de Rio 2006 pourront-ils se dérouler comme prévu?

Note au 15/02/2016

Depuis quelques jours circulent sur des sites alternatifs l'information selon laquelle les deux affections neurologiques graves, la microcéphalie du nouveau-né et le syndrome de Guillain-Barré chez l'adulte, seraient dues non au virus Zika mais à l'ingestion d'un insecticide, le Pyriproxyfen. Voir liens ci-dessous. Ce produit utilisé abondamment au Brésil et d'autres pays touchés vise à lutter contre le moustique Tigre. Il est répandu dans l'eau et pourrait être ingérés par des humains. La grosse industrie pharmaceutique refuse de reconnaître ce lien. L'OMS, saisi, étudie le cas. Mais Marie-Paule Kieny, sous-directrice adjointe de l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation vient d'estimer, en attente de preuves plus concrètes, que le lien entre Zika et Guillain-Barré est hautement probable".

Pour notre part, nous nous bornerons à préciser que le virus Zika se répand rapidement dans le monde en l'absence d'utilisation confirmée du Pyriproxyfen. Même s'il n'était pas responsable de la microcéphalie ou du syndrome de Guillain-Barré, il provoquerait suffisamment de troubles plus ou moins graves pour que sa propagation par contacts interpersonnels soit activement combattue, comme l'a recommandé l'OMS.

Il peut y avoir cependant un lien entre la virulence nouvelle récemment acquise par le virus Zika et des mutations transmises par des moustiques, moustiques eux-mêmes combattus par divers insecticides mutagènes, comme nous l'indiquions dans cet article. Cette hypothèse ne semble pas à ce jour être confirmée, mais il n'est jamais bon de modifier les gènes de façon aventureuse.

* Etude de médecins brésiliens
http://www.reduas.com.ar/wp-content/uploads/downloads/2016/02/Informe-Zika-de-Reduas_TRAD.pdf
* Site Aboneobio
http://www.aboneobio.com/blog/post/2016/02/12/Virus-Zika-l-arbre-qui-masque-la-foret-de-pesticides