Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 148
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Schisme au Human Brain Project (HBP)
Jean-Paul Baquiast, Christophe Jacquemin 20/07/2014

Nous avions signalé en son temps (2012-2013) le lancement par la Commission européenne d'un projet visant à simuler le cerveau humain sur ordinateur. L'objectif était d'approfondir à cette occasion les fonctions du cerveau, depuis le rôle des neurones corticaux jusqu'aux activités cognitives les plus élaborées. Il s'agissait du Human Brain Project (HBP).

Le HBP est l’un des deux projets scientifiques d’envergure que l’Union Européenne avait décidé de soutenir en 2013 dans le cadre du projet FET Flagship (Future and emerging technologies), un programme d’innovation et de recherche de la Commission. Il est susceptible de recevoir jusqu’à 500 millions d’euros de fonds européens sur une période de dix ans, à condition que les États ou l’industrie les cofinancent à la même hauteur. Il sera ainsi doté d'environ 1 milliard d'euros sur 10 ans.

Le HBP rassemble (en principe) des centaines de chercheurs et des dizaines de laboratoires, provenant d'un grand nombre de pays européens ou non européens. Il a été initié par le professeur Henry Markram de l'EPFL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) qui continue à le diriger. Il vise à simuler en détail un cerveau humain sur un superordinateur de la marque IBM d’ici 2023, afin de mieux comprendre comment le cerveau fonctionne et améliorer les applications en neurosciences et en médecine. Le projet représente pour IBM une référence très importante, venant dans la suite de son initiative précédente, le Blue Brain Project.

Dans le même temps, nous avions signalé que le président OBAMA annonçait un projet de même envergure, BRAIN, mais beaucoup plus orienté que le HBP sur l'étude fonctionnelle et clinique du cerveau et de ses dysfonctionnement. Il est piloté par les National Institutes of Health. Les deux projets, après deux ans de travail, envisagent actuellement de mieux échanger leurs acquis.

Or l'on vient d'apprendre qu'une véritable rébellion vient d'éclater au sein du projet.HBP. Des centaines de chercheurs ont publié, sur le site neurofuture.eu une pétition demandant non seulement un audit contradictoire du projet, mais une réorientation en profondeur. Sous les propos diplomatiques, on devine que les neuroscientifiques, au sein du HBP, revendiquent d'être mieux associés au pilotage.

Selon des conversations téléphoniques que nous avons eu avec certains d'entre eux, ils critiquent l'orientation essentiellement technologique imposé au projet par Henry Markram, l'EPFL et, en sous mains mais très activement, par IBM. Selon les neuroscientifiques concernés, le projet doit viser non pas à seulement construire une maquette sur ordinateur du cerveau, mais à comprendre comment il fonctionne et comment traiter ses dysfonctionnements. Pour cela il faut recourir à des observations globales, notamment cliniques, en liaison avec les simulations informatiques

Pour ne pas paraître attaquer hors de propos un des rares projets de recherche financés par l'Europe, nous n'avions initialement évoqué ces points qu'avec prudence. L'expérience nous donne raison. La simulation sur ordinateur d'un cerveau, surtout si en fait il s'agit pour le moment d'une mini-colonne de cortex de rat, ne peut absolument pas faire apparaître ce qui se passe dans le cerveau humain, fut-ce même au niveau d'une mini-colonne de cortex. Les fonctions essentielles remplies notamment par les neurones de liaison entre aires cérébrales ne peuvent en aucun cas être représentées.

De plus, les chercheurs ne peuvent retranscrire sur le modèle que ce qu'ils voient, et encore faut-il tenir compte du fait que ne sachant pas exactement ce qu'il faudrait découvrir, ils ne pourraient que reproduire ce qu'ils savent déjà. Le processus proposé par Markram et IBM est semblable à celui consistant, pour comprendre à grande échelle les courants marins affectant la Manche, à simuler sur ordinateur quelques mètres linéaires de côte ou quelque mètres carrés de fonds.

Les neuroscientifiques en révolte ne nient pas l'intérêt d'un modèle informatique. IBM a produit sur ce thème des images spectaculaires de la complexité d'une mini-colonne corticale. Mais il faudrait, plutôt que mettre tous les moyens disponibles au service de ce seul objectif, multiplier les approches fonctionnelles globales, en les superposant, le cas échéant dans un désordre créateur, aux simulations informatiques.

La direction du HBP s'était engagée à le faire, mais l'essentiel des ressources du projet restent accaparées par la construction d'un bel outil technologique, dont l'intérêt scientifique demeurera longtemps limité. En effet dans la voie technologique, ce seraient au minimum les dizaines de milliards de neurones d'un cortex humain qu'il faudrait simuler. La tâche est évidemment impossible pour le moment, tous les ordinateurs d'IBM n'y suffiraient pas.

Plus en profondeur, rappelons que, quitte à simuler le cerveau sur ordinateur, il faudrait reprendre les voies proposées par Alain Cardon, dans le cadre de ses recherches sur la conscience artificielle. L'Intelligence Artificielle de type évolutionnaire permet aujourd'hui d'aborder les fonctions et les organes sous-jacents du cerveau par grands ensembles, puis de laisser jouer les mécanismes de compétition darwinienne entre eux sur un réseau de mini-ordinateurs. Le processus génère de nombreuses hypothèses différentes, dont il reste à tester la pertinence avec des cliniciens ou des psychologues. Les coûts de telles recherches ne dépasseraient pas quelques millions, consacrés à la programmation d'analyses fonctionnelles déjà réalisées par Alain Cardon. Mais celui-ci n'a pu jusqu'à ce jour susciter l'intérêt d'éventuels contributeurs. N'est pas suisse et IBM qui veut.


Nous ne pouvons ici entrer dans le détail des critiques ayant fait l'objet de la pétition, ni des débuts de réponse apportées. Les liens suivants permettront aux curieux de le faire.

* HBP https://www.humanbrainproject.eu/

* Brain Initiative Brain Research through Advancing Innovative Neurotechnologies (BRAIN) http://www.nih.gov/science/brain/

* Open message to the European Commission concerning the Human Brain Project July/7/2014
http://www.neurofuture.eu/

Summary: Neuroscience advances our understanding of normal and pathological brain function, offering potentially enormous benefits to society. It is, therefore, critical to Europe. The Human Brain Project (HBP), sponsored by the European Commission (EC), was meant to forward this mission. However, due in great part to its narrow focus, it has been highly controversial and divisive within the European neuroscience community and even within the consortium, resulting in on-going losses of members. The HBP is now scheduled for review and we wish to draw the attention of the EC to these problems. We believe the HBP is not a well conceived or implemented project and that it is ill suited to be the centerpiece of European neuroscience. We are particularly concerned about the plan to tie a substantial portion European member states’ neuroscience funding to the HBP through so-called ‘partnering projects’. We call for the EC to go beyond the strict requirements of the upcoming review, to demand transparency and accountability and, if necessary, change the structure of the HBP’s governance and supervision to correct their shortcomings. Failing that we call for the EC to redirect the HBP funding to smaller investigator-driven neuroscience grants. We stand fully behind a strong and united European neuroscience strategy and we pledge not to seek funding through HBP partnering projects that would compromise that mission.

* Réponse de la Commission Official Response by the EC - 18 July 2014 No single roadmap for understanding the human brain
https://ec.europa.eu/digital-agenda/en/blog/no-single-roadmap-understanding-human-brain

* Commentaire de Neuroscience Programme http://neuro.fchampalimaud.org/en/news/130/
Human Brain Project: Neuroscientists across Europe are raising a red flag.
In an Open Letter to the European Commission (EC), neuroscientists express their concern about the current course of the Human Brain Project (HBP) and call for the EC to examine closely both the scientific policy and management of the HBP prior to its renewal. The HBP was launched two years ago by the EC as a European “Future Emerging Technology Flagship.” The HBP leadership presented a bold vision of a large-scale collaborative project that will span over one hundred neuroscience and technology groups across the world, all working together towards understanding the human brain. However, due to the projects’ narrow focus, the HBP has been highly controversial and divisive within the European neuroscience community and even within the consortium, resulting in on-going losses of members.
A formal review of the HBP is now scheduled to evaluate the success of the project’s ramp-up phase and the plan for the next phase. At stake is funding on the order of 50M€ per year European Commission for the “core project” and 50M€ in “partnering projects” provided largely by the European member states’ funding bodies.
Many international neuroscientists, including both HBP members and non-members are now calling for this review to be performed in a very critical manner.
“We want the public and the government to know that we believe collaborative research in neuroscience can yield great benefits to human well-being but that the Human Brain Project does not provide what is needed to achieve that.”, explains Zachary Mainen, HBP member and Director of the Champalimaud Neuroscience Programme, in Lisbon, Portugal. Neuroscientists composed an open letter that describes both their support of this project and their concern about the course it is taking under the current management. In this letter, they recommend certain criteria to be taken in order to insure the future success of the project. “If we don’t wake up and address this situation by insisting on transparent, accountable and representative structures to support large-scale research efforts then we will fail to reach our goals and compromise the legacy that we might have achieved.”, concludes Mainen. In the event that the EC is unable to adopt the recommendations proposed in the Open Letter, the undersigned pledge not to apply for HBP partnering projects and will urge other scientists to join them in this commitment.


* Réponse de la direction du HBP. https://www.humanbrainproject.eu/documents/10180/17646/HBP-Statement.090614.pdf

* Commentaires de La Tribune de Genève http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Petition-contre-le-Human-Brain-Project/story/15828686
Dans une lettre adressée lundi à la Commission européenne, quelque 130 scientifiques menacent de boycotter le Human Brain Project. La recherche dirigée par l’EPFL a pour but de modéliser entièrement le cerveau humain sur ordinateur. 24 heures après le lancement de la protestation, on s'approchait de 300 soutiens dont la liste figure sous le document en ligne www.neurofuture.eu, dans lequel ils contestent les options scientifiques du projet à un milliard d’euros, et sa gestion financière. Parmi les signataires, on relevait lundi dix représentants de l’Université de Genève, pourtant associée au projet qui doit s’installer au Campus Biotech de Sécheron.
Le HBP suscite «un grand malaise en Suisse et en Europe», a indiqué lundi Richard Hahnloser, professeur de neurosciences à l'EPFZ et à l'Uni de Zurich, sur les ondes de la RTS, qui a révélé l'information. Il parle d'un «bâtiment plein de promesses mais sans contenu réel». «Quel avantage y a-t-il à faire une simulation pareille alors qu'on arrive même pas à simuler un ver de terre qui a seulement 300 neurones», s'est-il interrogé. Le chercheur craint que le projet n'accapare tout l'argent dévolu aux neurosciences en Europe.
Le HBP, initié par le professeur Henry Markram, vise à simuler en détail un cerveau humain sur un superordinateur d’ici 2023, afin de mieux comprendre comment il fonctionne et d’améliorer les applications en neurosciences et en médecine.

Voici enfin nos articles précédents sur le sujet
* Le projet Blue Brain et le programme européen Human Brain Simulation project (HBSP)
http://www.automatesintelligents.com/echanges/2011/jan/hbsp.html

* Human Brain Project, un grand projet européen sur le cerveau humain http://www.automatesintelligents.com/edito/2013/fev/humanbrain.html

Retour au sommaire