Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 122
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Sciences, technologies et politique

De nouvelles armes dans la lutte contre le Système
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jaquemin - 31/10/2011

Les sociétés superconnectées sont en rouge, les sociétés très connectées sont en jaune. La taille des cercles est proportionnelle aux chiffres d'affaires. La couleur du système de pouvoir est dans le cadran sud-ouest (Image NewScientist 22 octobre 2011, p. 8. Voir aussi l'article de ce même numéro dont nous nous sommes inspirés pour la troisième partie du présent texte (Une première simulation du Système)..

Les mouvements d'Indignés, prenant la forme d' "occupations" de divers lieux publics, se développent dans le monde occidental, notamment en Amérique, coeur du capitalisme financier mondial. Le thème de ralliement adopté par ces mouvements est: "nous sommes 99%, vous êtes 1%". Ceci veut dire que les manifestants et les populations de salariés pauvres et de chômeurs qui se reconnaissent en eux dénoncent la nouvelle inégalité qui s'est instaurée depuis quelques années entre les peuples du monde et les entreprises transnationales (dites "TNC", transnational corporations).

L'inégalité n'est pas nouvelle. Toutes les sociétés se sont construites autour d'une étroite minorité de détenteurs du pouvoir, religieux, économique, politique, s'imposant à des masses dominées. Corrélativement, les luttes sociales résultant des conflits entre les possédants du pouvoir et ceux qui en étaient exclus ont progressivement permis aux classes exploitées, selon les termes toujours opportuns de Marx, de mieux faire reconnaître leurs droits à l'égalité. Cependant, les détenteurs du pouvoir ne sont plus aussi facilement identifiables aujourd'hui qu'ils l'étaient auparavant.

On peut certes en reconnaître quelques uns à leur train de vie (qualifiés de super-riches). Mais pour l'essentiel, le pouvoir se dissimule dans les transactions numériques mondialisées, dans les délibérations de conseils d'administrations opaques ou au sein des paradis fiscaux. De plus, le poids du pouvoir économique est passé de l'entreprise produisant des biens et services concrets (l'économie dite réelle) à des institutions financières, principalement des banques, gérant des valeurs ici plusieurs centaines de fois supérieures, sous forme d'écritures virtuelles donnant non seulement des droits de propriété sur l'économie réelle mais la possibilité indéfinie de s'approprier les plus values du travail présent et futur.

Il s'agit d'un pouvoir anonyme, s'exerçant dans la totalité du monde globalisé, donc impossible à identifier et à combattre. Seul peut être perçu le poids de son influence. Les "pauvres" - qui se désignent comme les 99% - la ressentent quotidiennement, non seulement par les bas salaires, les expropriations et le chômage, mais aussi par les désordres majeurs que provoque désormais la spéculation irresponsable des TNC. On pense d'abord à l'enchaînement de crises provoquées depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, mais encore aux guerres locales pour l'accès aux ressources. La destruction de l'environnement en est une conséquence directe.

Mais à qui s'en prendre ? Les gouvernements et les élus qui pourraient réguler la finance ne le font pas car, globalement, ils tiennent leur pouvoir des dollars distribués par cette même finance. Quant aux présidents, membres des conseils d'administrations, actionnaires principaux, cadres supérieurs, ils sont intouchables et, dans l'ensemble, en droit strict, parfaitement irréprochables. Les Indignés ne peuvent faire qu'une chose : se montrer, soit sur Internet soit physiquement dans des lieux symboliques (places de la Bourse, édifices publics..). Comme ils sont trop divers et dispersés, ils ne veulent pas ou ne peuvent pas formuler de revendications précises. Que faire contre une hydre à mille têtes ? Par ailleurs, instruits par l'exemple de précédentes révoltes étouffées dans la violence, ils ont jusqu'ici refusé les provocations visant à transformer des manifestants pacifiques en casseurs.

Selon Pierre Rosanvalon ("La société des égaux 2011"), nous vivons aujourd’hui une véritable contre-révolution. Depuis plusieurs décennies, les plus riches n’ont en effet cessé d’accroître leur part des revenus et des patrimoines, inversant la précédente tendance séculaire à la réduction des écarts de richesse. Les citoyens victimes de l'inégalité en prendraient leur parti. Ils ne croiraient plus en actions de redistribution telles que l'impôt et les prestations sociales. La dénonciation d’inégalités ressenties comme inacceptables voisine chez avec une forme de résignation et un sentiment d’impuissance. Il convient donc de refonder l’idée d’égalité pour sortir des impasses actuelles.

La science des systèmes

Mais les analyses et solutions que propose Rosanvallon, quoique bien intentionnées, nous semblent quelque peu naïves car elles ignorent le processus global générant ces inégalités et ces révoltes. Pour y voir plus clair, il pourrait être utile de recourir à la science des Systèmes. Le terme de science, en ce domaine, est encore un peu présomptueux, mais les analyses permises par une telle science sont plus éclairantes que celles se limitant aux approches sociologiques et juridiques traditionnelles.

Que pourrait conseiller la science des systèmes dans le cas qui nous occupe ici ?
Nous pensons que dans un premier temps s'impose une véritable rupture méthodologique. C'est cette rupture que réalisent, volontairement ou inconsciemment, les divers mouvements de type "Occupy", se regroupant autour d'un mot d'ordre de plus en plus utilisé : "Sortir du Système".

Il a été remarqué que les manifestants emploient le terme de Système pour désigner la nébuleuse des pouvoirs contre lesquels ils se battent. Ils refusent de s'épuiser à en identifier les composantes. Ce mot souvent critiqué comme trop vague constitue au contraire le premier indice du saut méthodologique qu'ils ont conscience de devoir faire. De même la volonté affichée de sortir du Système, sans préciser comment le faire et sans rechercher que mettre en lieu et place de l'actuel Système, constitue un second indice de la rupture qu'ils proposent.

Dans notre propre conception des systèmes sociaux, nous considérons que ceux-ci correspondent à ce que nous avons nommé des complexes anthropotechniques, émergeant sur le mode darwinien d'une compétition pour les pouvoirs et les ressources. Ils associent des humains, individus et groupes, et les diverses technologies aujourd'hui proliférantes. Les humains qui en constituent la composante anthropique, bien que dotés de cerveaux et capables de cognition, ne peuvent s'en donner une connaissance complète. Ils y sont immergés. Pour pleinement comprendre et prédire les déterminismes complexes qui les entraînent, ils devraient en être extérieurs, ce qui leur est impossible.

Dans cette optique, nous pouvons considérer l'ensemble des pouvoirs mondialisés où chacun d'entre nous, à titre très partiel, est à la fois passif et actif, comme un système global. Mais il sera difficile d'en dire beaucoup plus dans l'immédiat. Nous parlerons donc de Système avec un S majuscule. Si nous considérons que ce Système nous opprime et si nous voulons le combattre, la première chose à faire sera de le refuser dans sa totalité.
Jusqu'où le refuser ? Les défenseurs du Système objecteront que le même Système contre lequel manifestent ces Indignés leur permet de vivre et survivre, ne fut-ce que frugalement. Aucun ne s'en irait mener dans la nature (ou dans ce qu'il en reste) une existence de chasseur cueilleur.
Et que mettre à la place du Système ? Les Indignés, dans l'ensemble, se refusent à répondre à ces questions. Ce qui les fait traiter d'irresponsables.

Pourtant, en termes de sciences des systèmes, leur attitude est parfaitement scientifique. Un système complexe évolue de façon dite chaotique, c'est-à-dire imprévisible et par définition, non gouvernable. Il est loisible de postuler que si pour une raison ou une autre, il s'enferre dans une voie sans issue, il se transformera et pourra donner naissance à un autre système. Il existe un certain nombre de probabilités pour que ce nouveau système, s'il réussit à s'imposer, soit vraiment différent. En tous cas, par définition, il sera mieux adapté aux circonstances ayant provoqué le blocage du système précédent ?

Ce sont de tels processus que met en évidence l'histoire de la vie. Depuis 4 milliards d'années, sous la double pression du hasard et de la nécessité, les formes de vie ont survécu aux extinctions massives. Les sociétés anthropotechniques, dont nous sommes des composantes, avec leurs qualités et leurs défauts, résultent de ces survies. Dans cette perspective, il serait illusoire de penser que les humains enfermés dans des systèmes anthropotechniques complexes dont ils n'ont qu'une vague représentation puissent se représenter les évolutions - bonnes ou mauvaises - qui pourraient résulter d'un blocage total ou partiel du Système des systèmes les englobant.

Si les petits mammifères (image: le juramaia, découvert récemment) vivant à l'époque des derniers dinosaures, à la fin du crétacé, avaient eu à se plaindre de ces derniers, ils auraient été cependant incapables de prévoir comment et par qui ce "système des dinosaures" aurait pu être remplacé. Les idées qu'ils auraient pu avoir à ce sujet auraient été sans aucun doute impuissantes à leur offrir une solution aussi ouverte que celle ayant résulté de l'évolution aveugle des déterminismes géologiques et biologiques. Il est donc logique que, pour les humains d'aujourd'hui, la première chose à faire pour s'opposer au Système dont ils perçoivent le poids oppressif soit de le bloquer, dans les faits ou même symboliquement. Ils peuvent espérer, d'une façon apparemment naïve mais finalement assez fondée scientifiquement, qu'à la suite de ce blocage les composantes du Système s'auto-réorganiseront, leur offrant des niches vitales plus riches de perspectives.

Une première simulation du Système

En fait, les manifestants anti-Système d'aujourd'hui sont cependant un peu mieux armés que les premiers mammifères pour se représenter le Système des dinosaures de la finance dont ils perçoivent le poids oppressif. Certaines études s'appuyant sur les sciences de la complexité en donnent désormais des images intéressantes. On peut citer à cet égard celle conduite par une équipe de l'Institut fédéral de technologie de Zurich conduite par James Glattfelder, docteur en sciences de la complexité et des réseaux.

Ce travail qui est en cours de publication sur le site PloS One, représente les relations de propriétés s'établissant entre les principales corporations mondiales transnationales (TNC). Il utilise les mathématiques utilisées pour la modélisation des systèmes naturels et les données recueillies par la base Orbis 2007 qui recense des millions de société dans le monde. L'équipe en a tiré un échantillon de 43.000 TNC sélectionnées à partir de leurs résultats et leurs liens financiers. A partir de cela, les chercheurs ont mis en évidence un coeur de 1318 sociétés reliées par des participations croisées. Bien que ne représentant que 20% des chiffres d'affaires mondiaux, elles possèdent la majorité des entreprises industrielles, celles de l'économie réelle. A l'intérieur de ce groupe, ils ont fait apparaître un super-coeur de 147 entreprises plus étroitement reliées les unes aux autres que les autres. Elles contrôlent 40% du réseau. Parmi elles, les plus importantes sont des institutions financières, dont les banques Barclays, JPMorgan Chase & Co et le The Goldman Sachs Group.

Pour la première fois, il est ainsi possible de visualiser un élément essentiel du Système qui contrôle le monde. D'autres éléments manquent, par exemple les liens incestueux qui relient ces organismes avec les gouvernements, partis politiques, églises avec lesquels ils échangent des relations de pouvoir. On devra aussi inscrire les liens, également incestueux, qui relient les TNC, les gouvernements et les grands médias. Ces liens seront plus difficiles à faire apparaître, mais avec un peu de persévérance, il serait possible d'obtenir quelques résultats significatifs. Ainsi commencerait à se dessiner concrètement le Système à trois pôles dénoncé comme le réseau des oligarchies mondiales : les finances, les pouvoirs et les médias, journaux et télévision notamment.

Les simulations faites par l'équipe de Zurich sur la réactivité de leur modèle à des perturbations extérieures montrent qu'il se comporte en superorganisme ayant son  "intelligence" propre. Il n'est pas, sauf exception, contrôlé par la volonté de quelques dirigeants particuliers qui se seraient organisés pour se partager la maîtrise du monde. Dans une certaine mesure, cette globalité le rend encore plus dangereux. Le superorganisme se montre incapable de prévoir les crises que suscite son manque de stabilité. Quand ces crises surviennent, il est généralement aussi incapable d'y porter remède. Il s'agit ainsi, pour reprendre le mot de Hobbes, d'un nouveau Léviathan contre les dérives duquel, apparemment, personne ne peut rien.

Il ne faut pas demander au travail de l'Institut de Zurich plus qu'il ne peut donner en son état actuel. Même s'il était complété dans le sens indiqué ci-dessus, afin de mettre en évidence des liens de partage d'influence qui n'apparaissent pas toujours dans les documents comptables, il ne serait pas à lui seul l'outil permettant de comprendre et de contrôler le Système. Mais il fournit une piste à explorer. D'autres pourraient suivre. Plus généralement, l'expérience montre qu'il n'existe aucun pouvoir au monde capable de dénouer les liens reliant les entités représentées par le modèle, si ces liens s'avéraient dangereux pour l'économie ou pour la démocratie. Ils sont trop nombreux et trop puissants

Dans un premier temps, on peut en conclure que les Indignés de Wall Street et d'ailleurs devraient se trouver confortés dans leur démarche politique, visant à refuser d'analyser le Système en détail et renonçant à y opposer de façon spécifique à tel ou tel pays pays, tel secteur économique, telle circonstance. A la vue de l'opacité du modèle, traduisant l'opacité des pouvoirs dominant le monde, ils seront confortés dans leur intuition que trop faibles, ils ne peuvent rien faire pour infléchir la marche du Système, sauf à choisir la solution du tout ou rien. Ils ne peuvent que refuser globalement le Système, en se bornant à tenter de bloquer ses mille têtes, là où elles se montrent.

Certes, du fait de l'imprévisibilité inhérente au Système, nul ne peut dire ce qui en résulterait. Sans doute dans un premier temps des répressions accrues (comme ce fut par exemple le cas le 29 octobre à Denver (USA), mais peut-être aussi autre chose. Rien n'interdit de faire l'hypothèse qu'alors le Système s'effondrerait de l'intérieur puis s'auto-réorganiserait sur des bases différentes.

Ce serait alors pour les Indignés l'occasion d'intervenir concrètement afin d'influencer cette réorganisation d'une façon favorable aux forces créatrices encore en sommeil qu'ils incarnent.

Post Scriptum au 31/11/2011,13h

Comme vous l'avez compris, nous nous plaçons ici à un niveau théorique global, qui n'interdit pas du tout, au contraire, des actions de contestation ou de combat précises. Etre en face d'un système horriblement complexe ne signifie pas désarmer devant lui.

Mais ne pas désarmer peut signifier aussi essayer de mieux comprendre son comportement global. Sur ce point, et suite à une discussion avec Alain Cardon, nous devrions ajouter la mention des éclairages que donnerait, dans le système d'agents qu'il a développé, la simulation du comportements des TNC et autres centres de pouvoir identifiés par le modèle de Zurich.

On est assez proche de la simulation des comportements des neurones corticaux qu'il réalise dans son modèle de conscience artificielle. Alain Cardon n'a pas planté de tente sur la place de la Bourse, mais il peut aider ces mouvements de façon tout aussi efficace.


Alain Cardon nous écrit (31/11/2011)

Ce texte est très intéressant et voila ce que je peux en dire tout de suite.

L'étude de l'Institut fédéral de technologie de Zurich est excellente, car elle s'appuie sur des données réelles et permet de révéler un processus de communication entre entreprises qui assure le contrôle de l'ensemble. Cela à un peu à voir avec mes travaux actuels sur les systèmes autonomes.

Un système autonome est un système composé de systèmes, appelé un Système de Systèmes (usuellement SoS), et qui satisfait à des tendances fondamentales propres. Ces systèmes sont tous essentiellement fonctionnels. Ils opèrent dans des domaines fonctionnels bien précis, bien définis. Mais ils sont tous en relations multiples continuelles et ce sont ces relations elles-mêmes qui vont permettre leur fonctionnement, leur permanence et leur évolution.

Les relations sont des flux informationnels complexes, qui vont opérer comme un contrôle méta de manière multi-échelles, au niveau de la fonctionnalité des systèmes de base et au niveau méta de l'ensemble en organisation continue, passant par tous les niveaux organisationnels des groupes. Mes travaux portent sur la définition précise des caractères de ces échanges informationnels. Ils permettent à la fois de communiquer des informations de base (ce qui est trivial) mais surtout des informations qualitatives multi-échelles (ce qui est plus compliqué), satisfaisant à des tendances générales, comme la croissance continue de certains indicateurs (par exemple la recherche du gain hors de toute autre considération) ou la permanence (par exemple continuer ce qu'on fait usuellement en évitant toute rupture et toute remise en cause).

De tels systèmes de systèmes complexes ont à voir avec le fonctionnement du cerveau qui génère de la pensée, car ce sont bien des agrégats de communications entre les neurones qui forment, en distinguant par émergence des conformations d'activités cohérentes, les éléments constitutifs de chaque pensée exprimée. Une pensée est selon moi un phénomène strictement relationnel et multi-niveaux dans un ensemble dynamique complexe (le réseau neuronal structuré), où opèrent des contrôles multiples (comme les pulsions et les tendances culturelles avec les mots des langues).

Dans le cas étudié par l'équipe de Zurich, portant sur des systèmes de systèmes à base très technologique, ce sont les échanges informationnels, les analyses simultanées, les intentions cohérentes ou opposées, qui assurent le contrôle de l'ensemble et expriment des tendances. Ceci parce qu'elles se déroulent continuellement et très vite à une échelle temporelle bien plus rapide que celle de la production ou du transport des biens économiques,.

La compréhension de tout cela me semble être dans la prise en compte du caractère prégnant de certains flux informationnels sur le reste des flux informationnels entre éléments du système, qui vont assurer l'expression de tendances majeures en donnant le sens de l'ensemble. C'est aujourd'hui l'existence de ce réseau de communications multimodales qui permet le type de société que l'on a. Si l'on coupe tous les réseaux informatiques pendant un mois en revenant à la lettre écrite pour échanger des informations, le monde actuel s'effondre, et définitivement.

C'est bien pour cela qu'il y a une tendance conservative fondamentale et un projet de surveillance globale et de maintien du réseau des communications, qui sera un certain Big Brother et pas autre chose, parce que la société n'est pas égalitaire (voir mon dernier livre "Vers un contrôle total", publié sur ce site).

Retour au sommaire