Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 122
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Actualités

octobre-novembre 2011

 

L'abus de pouvoir des semenciers
Hervé Juvin, relayé par Automates intelligents. 28/11/2011

On connaissait déjà le hold-up des industriels vendeurs de semences OGM pour interdire aux agriculteurs l'usage d'autres semences. La démarche s'étend sous une autre forme. La Chambre des Députés examine le 28 novembre un projet de loi inspiré par l'Union européenne, qui oblige les agriculteurs à payer des droits à l’industrie des semences, sur les semences issues de leurs propres récoltes de fruits et de légumes – obtenues gratuitement. De nombreuses organisations appellent à manifester ce même jour, à Paris, devant ce qu’elles dénoncent comme un hold-up des industries du vivant. De quoi s’agit-il ?

On notera que le Conseil d'État français a annulé ce lundi 28 la suspension de culture du maïs OGM de Monsanto prise par le gouvernement français en février 2008 et remise en cause depuis par la Cour de justice Européenne. L'Europe toute entière aux ordres de Monsanto?

"Le Conseil d'État relève que le ministre de l'Agriculture n'a pu justifier de sa compétence pour prendre les arrêtés, faute d'avoir apporté la preuve de l'existence d'un niveau de risque particulièrement élevé pour la santé ou l'environnement", indique le Conseil dans un communiqué.

* Pour en savoir plus, voir l'article d'Hervé Juvin, "Le temps des colons" http://juvin2012.com/le-temps-des-colons-28-novembre-2011/


Lancement réussi du rover américain Curiosity
Jean-Paul Baquiast 26/11/2011

La fusée United Launch Alliance Atlas V a décollé du complexe 41 de lancement à Cap Canaveral le 26 Novembre à 10h am, (15h GMT) comme prévu. Elle emportait le rover Mars Science Laboratory (MSL), dit aussi Curiosity. La séparation a eu lieu 44 mn après le lancement. Le voyage jusqu'à Mars durera 9 mois.

Si tout se passe bien, le rover qui pèse 1 tonne et a la taille d'une petite voiture, explorera pendant au moins deux ans le cratère Gale avec ses 10 instruments. Il recherchera plus particulièrement des traces d'eau. Celle-ci serait un indice intéressant pour la présence de vie, passée ou actuelle.

Voir ci-dessous notre brève du 11/11


Des robots nautiques
Jean-Paul Baquiast 25/11/2011

La firme californienne Liquid Robotics (http://liquidr.com/) a mis au point des robots marins, baptisés Wave Gliders, capables de se propulser par leurs propres moyens et de la taille d'un dauphin. Quatre de ces esquifs ont quitté San Francisco le 17 novembre pour une traversée de 4.000 miles à travers le Pacifique.

Les engins utilisent les vagues pour fournir de l'énergie à leur système de propulsion, ainsi que la lumière du soleil pour alimenter leurs capteurs.
Ils réaliseront diférentes mesures du milieu qui seront transmises via le réseau de satellites Iridium à la base, avant d'être distribuées en accès libre à travers le site Ocean Showcase de Google Earth.

Les marins – et les autres – ne peuvent que souhaiter un plein succès à cette aventure nautique. Mais comme l'on sait depuis Ulysse, la mer ténébreuse est pleine de périls.


L'ESA s'agrandit
Jean-Paul Baquiast 25/11/2011

L'Agence spatiale européenne (ESA) peut se féliciter de sa popularité grandissante au sein des pays Européens. Son Conseil avait décidé en juin de proposer le statut d'observateurs à 10 Etats membres de l'UE mais non membres de l'Agence: Bulgarie, Chypre, Estonie, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Malte, Pologne, Slovaquie et Slovénie. Tous ont accepté et ont participé au Conseil du 12/13 octobre à Paris. Le Conseil est le lieu où se décide l'avenir de programmes spatiaux européens.

Lors de cette réunion a par ailleurs été décidé d'inviter la Pologne à devenir le 20 Etat-membre à part entière de l'ESA. L'Union européenne et le Canada sont aussi depuis longtemps membres de l'Agence. Chaque membre a droit à une voix, indépendamment du poids de ses contributions.

Il serait souhaitable que les gouvernements, membres anciens ou observateurs, donnent un peu plus de publicité aux programmes de l'Agence et à la nécessité de les financer. Aujourd'hui, tout ceci reste encore trop l'affaire de spécialistes. L'Europe, en mal d'enjeux populaires, pourrait trouver là l'occasion de montrer la spécificité de son rôle face aux grandes puissances. Sans un effort sérieux de communication, l'intérêt du public restera attaché aux exploits des Etats-Unis ou de la Chine. Les recrutements de chercheurs et techniciens, de même que les contributions budgétaires, en souffriront nécessairement – y compris au détriment des industriels européens qui participent aux programmes spatiaux avec une compétence que le monde entier leur reconnaît.

* L'ESA et l'Union européenne http://www.esa.int/SPECIALS/About_ESA/SEMFEPYV1SD_0.html
* Nouveaux membres
http://www.esa.int/esaCP/SEMQE0ZW5VG_index_0.html


Autisme et psychanalyse. Jean-Paul Baquiast 21/11/2011

Nous recevons de J. Van Rillaer, Professeur émérite, Université de Louvain-la-Neuve un message d'alerte dont nous extrayons les passages ci-dessous:

Inutile de dire que nous nous joignons à la protestation générale. Ce conflit illustre parfaitement la question évoquée dans notre article présentant la méthode MCR . Nous y signalons le danger résultant de l'utilisation de concepts scientifiques au service d'intérêts corporatifs. Toute discussion ultérieure du concept ou de son application devient interdite. Rappelons qu'en matière d'autisme, à supposer que ce trouble soit parfaitement défini (ce qui n'est pas le cas), les origines génétiques sont désormais plus souvent évoquées que la responsabilité des parents ou de l'entourage. Parler d'origines génétiques représente d'ailleurs une simplification. Il n'existe pas de "gène de l'autisme" à proprement parler, mais des facteurs associés.

DES LACANIENS MENACENT LA LIBERTE D’EXPRESSION EN FRANCE

Trois psychanalystes lacaniens, A. S. et ses deux collaborateurs d’un Centre pour autistes (IMP Notre Dame de la Sagesse), intentent un PROCES à la journaliste Sophie Robert, qui a diffusé leurs propos dans un film sur l’autisme, « LE MUR », mis sur Internet.

A titre de dommages, ils lui réclament des SOMMES HALLUCINANTES...En outre, ils demandent que le film soit interdit de diffusion sous peine d’une astreinte de ...

Si ces analystes obtenaient gain de cause, CE SERAIT LA FIN DE LA LIBERTE D’EXPRESSION ET DU DROIT A L’INFORMATION EN FRANCE.

On s’acheminerait, au pays de Voltaire (qui disait « Je hais vos idées, mais je me ferais tuer pour que vous ayez le droit de les exprimer »), vers le muselage subi dans les pays totalitaires.

Je vous invite à voir et à diffuser le plus largement possible :

1) LA PRESENTATIUON DU DOCUMENTAIRE « LE MUR » ET DU PROCES sur le site de
rue89 :
http://www.rue89.com/2011/11/04/autisme-le-mur-docu-qui-derange-des-psys-francais-226195

ou sur MEDIAPART :
http://blogs.mediapart.fr/blog/cixi/101111/autisme-quand-les-psychanalystes-font-mur


World Energy Outlook 2011
Jean-Paul Baquiast 18/11/2011

Les guerres pichrocolines entre le PS français et les Verts à propos du nucléaire mériteraient d'être mises à l'échelle des prévisions globales de production d'énergie au regard des besoins estimés. A cet égard, le dernier rapport de l'Agence Internationale de l'Energie (World Energy Outlook, New Policies Scenario) est plus qu'alarmant.

Selon les experts, le monde, malgré la croissance des renouvelables, est en train de s'enfermer dans un processus dangereux et inefficace reposant en grande partie sur les énergies carbonées. La production de gaz à effets de serre ne diminuera donc pas, ce que les climatologues considèrent comme extrèmement dangereux. La tendance se caractérisera par:

* une hausse continue du prix du pétrole, soit 120 dollars le baril en 2035

* une hausse continue de la demande en pétrole, 99 millions de barils par jour en 2035 au lieu de 87 mb en 2010, provenant essentiellement du secteur des transports dans les pays émergents

* le remplacement progressif du pétrole par les carburants liquides, provenant du gaz naturel et des sables bitumineux. L'importance de la Russie comme fournisseur de gaz se renforcera.

Pour en savoir plus
Présentation à la presse http://iea.org/press/pressdetail.asp?PRESS_REL_ID=426
Graphiques http://www.worldenergyoutlook.org/docs/weo2011/key_graphs.pdf

Le graphique 5.11 (Figure 5.11: Global installed power generation capacity and additions by technology in the New Policies Scenario) est particulièrement intéressant mais n'est pas d'interprétation immédiate. La partie bleue inférieure identifie les capacités intallées en 2010, toutes énergies confondues. Les secteurs de couleur identifient les croissances ou décroissances en capacités par catégories d'énergie. On remarquera la stagnation du pétrole, l'augmentation du gaz et du charbon, la légère augmentation du nucléaire, la remarquable augmentation des renouvelables.
Ces prévisions ne tiennent pas compte d'éventuelles modifications de la demande, tenant à des politiques volontaristes d'économies d'énergie allant au delà de celles décidées à ce jour.


Neutrinos supraluminiques. Observations confirmées
Jean-Paul Baquiast 18/11/2011

Des neutrinos ont à nouveau été observés à une vitesse supérieure à celle de la lumière par les physiciens de l'équipe du détecteur Opera, installé sous le massif du Gran Sasso, dans les Abruzzes. C'est la même équipe, rattachée au Cern, qui avait annoncé le 23 septembre dernier avoir détecté des «neutrinos supraluminiques» sur le parcours de 730 kilomètres qui sépare les installations du Cern, à Genève, du détecteur Opera.

L'excès de vitesse, confirmé par les nouveaux résultats, publiés le 18 novembre dans l'article référencé ci-dessous, est d'une soixantaine de nanosecondes. Si petit soit-il, il a potentiellement des conséquences sur la théorie de la relativité restreinte.

Cependant, les scientifiques souhaitent confirmer encore ces observations, avant de remettre en cause les bases mêmes de cette branche de la physique. Une confirmation expérimentale provenant d'une autre équipe est attendue, celle du Fermilab, aux Etats-Unis.

Dans le montage expérimental qui avait donné lieu à la première publication, la durée du déversement des protons sur la cible était de 10 microsecondes. De ce fait, il n'était pas possible de déterminer le temps d'émission du neutrino ayant interagi à l'intérieur de ces 10 microsecondes. Il fallait procéder à une analyse statistique sur un ensemble d'événements observés pendant un certain temps, soit plusieurs milliers.

Dans le nouveau dispositif, les chercheurs se sont affranchis de la statistique. Des paquets de protons sont produits sur une durée d'environ 3 nanosecondes, séparés par des intervalles de 500 nanosecondes. De cette façon, il devient possible de relier chaque détection de neutrino à un paquet de protons dont on connaît le temps d'émission avec une incertitude de 3 nanosecondes. En contrepartie, le nombre des neutrinosdétectés devient plus faible, une vingtaine dévènements dans le cas présent. Mais les nouveaux résultats sont cohérents avec les premiers. L'écart de temps moyen mesuré entre le temps de parcours d'un faisceau de neutrinos et la lumière est de 62,1 nanosecondes, avec une marge d'erreur de 3,7 nanosecondes.

D'autres vérifications sont programmées, de manière à répondre le mieux possible à l'ensemble des questions qui peuvent se poser concernant la précision des mesures. L'objectif étant de garantir que la marge d'erreur globale de l'expérience soit au maximum de 10 nanosecondes.

Il reste que les nouvelles mesures vont relancer les conjectures des théoriciens. Il sera très intéressant de savoir ce qui en émergera. Des remises en causes fondamentales ne sont pas à exclure. La mécanique quantique elle-même devrait voir certaines de ses interprétations touchées.

* Measurement of the neutrino velocity with the OPERA detector in the CNGS beam http://arxiv.org/abs/1109.4897


Un logiciel permet de visualiser la diffusion des mouvements « Occupy »
Jean-Paul Baquiast 14/11/2011



Ceux-ci semblent continuer à se développer, notamment aux Etats-Unis, malgré des conditons climatiques défavorables et une répression croissante. La presse et la télévision en rendent compte. Mais aujourd'hui, un logiciel proposé par la société Socialflow permet de visualiser les échanges sur les réseaux sociaux, notament Twitter, qui préparent ou accompagnent les manifestations. Les noeuds d'échange sont par ailleurs mis en évidence, qu'ils soient centrés sur des organes de presse ou sur des initiatives individuelles.

Certains verront là un nouveau pas permettant aux autorités de contrôler ces manifestations. D'autres au contraire se féliciteront de voir enfin matérialiser des mouvements de plus en plus nombreux, jusqu'ici insuffisamment pris au sérieux. Les logiciels de cette sorte permettront notamment de mesurer la « viralité » ou capacité de diffusion des messages sur le mode viral. Des optimisations pourront en être déduites. Il serait aussi intéressant, mais techniquement infiniment plus complexe, d'évaluer les contenus des échanges de mels portant sur tel ou tel décision d'"Occuper"

* http://www.socialflow.com/


Pourquoi pas des planètes habitées au coeur de certains trous noirs?
Jean-Paul Baquiast 14/11.2011

Selon des chercheurs russes de l'Institut des Recherches Nucléaires de l'Académie des sciences de Moscou, certains trous noirs massifs disposent d'une structure interne leur permettant d'abriter des photons, des particules voire des planètes entières en orbite, sans que ces corps soient absorbés par le coeur du trou noir. Des civilisations avancées pourraient ainsi y vivre, sans pouvoir communiquer avec l'extérieur. Mais la vie devrait y faire face à des conditions très particulières, telles que des effets de marée massifs et une densité très élevée.

On peut douter de l'intérêt pratique de telles hypothèses...sauf à montrer que le concept encore assez mystérieux de trou noir est encore loin d'être stabilisé.

Sources
* Technologie review http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/26626/
* Voir aussi Vyacheslav I. Dokuchaev, Is There Life Inside Black Holes?, arXiv.org, arxiv.org/abs/1103.6140


3e conférence internationale sur l'exploration spatiale.
Jean-Paul Baquiast 14/11/2011

Les représentants de 28 Etats, de la commission européenne et de l'Agence spatiale européenne se sont réunis le 10/11/2011à Lucca, en Italie, pour la 3e conférence internationale sur l'exploration spatiale. La conférence s'est accordée sur l'importance de cette dernière et ses retombées bénéfiques pour l'humanité. La coopération en ce domaine sert de moteur à la recherche et aux développements technologique, tout en favorisant les coopérations entre pays participants. Elle intéresse aussi les jeunes générations.

Il a été souhaité que des accords voient le jour dans des domaines tels que les infrastructures en orbite basse, l'exploration robotique et plus généralement les vols humains.

L'ONU a offert d'héberger la prochaine conférence. Observons que ces déclarations d'intentions seraient plus crédibles si elles s'assortissaient de financements communs. Or les crédits sont partout en diminution, au prétexte de la crise. Il s'agirait pourtant de secteurs où les financements et les investissements en résultant seraient essentiels pour créer de nouvelles activités rentables.

NB. Un bon exemple de cette ccopération, au niveau européen, est fourni par le rôle actif de la firme espagnole GMV dans le déploiement des 2 premiers satellites du programme Galiléo (GPS européen) . Mais celui-ci a pris 4 ans de retard compte tenu de désaccords de financement.

* http://www.esa.int/esaCP/SEM90KTWLUG_index_0.html


Un rover américain d'1 tonne en instance de lancement sur Mars
Jean-Paul Baquiast 11/11/2011

Par un hasard de calendrier, au moment où Phobos-Grunt, la sonde russe, semble avoir échoué à atteindre Phobos, la Nasa annonce le très prochain lancement, prévu à partir du 25/11, d'un rover « géant » sur Mars. Celui-ci, baptisé Curiosity, est un laboratoire mobile doté d'un très grand nombre d'instruments. Sa taille, celle d 'une automobile, et ses capacités à tous égards surpasseront considérablement celles des rovers précédents, dont pourtant la longévité et la moisson d'informations rapportées surprennent encore les scientifiques.

Le rover emporté par un lanceur Atlas V décollera de la base militaire Cape Canaveral Air Force Station. L'objectif, qui devrait être atteint en août 2012, sera le cratère Gale où les scientifiques espèrent trouver des conditions qui auraient pu – ou seraient encore – favorables au développement d'une vie microbienne. Si tout se passe bien la mission durera 2 ans. Mais elle pourra, comme les précédentes, être prolongée beaucoup plus longtemps.

A une époque où les partis politiques aux Etats-Unis semblent décidés à couper court à tous les projets spatiaux importants, notamment le remplaçant du télescope en orbite Hubble, on peut se demander si cette mission ne sera pas une des dernières importantes engagées dans les prochaines années. Barack Obama parait vouloir poursuivre l'exploration de Mars, y compris à terme avec des missions habitées. Pour cela la Nasa a annoncé qu'elle était encouragée à étudier un super-lanceur. Mais la volonté présidentielle semble assez velléitaire. Les restrictions budgétaires actuelles feront sans doute privilégier les satellites militaires.

Quant aux projets martiens de l'Agence spatiale européenne, aucune précision n'est aujourd'hui disponible. Seuls les Chinois annoncent actuellement des objectifs ambitieux.

Nous reviendrons sur le lancement de Curiosity dans les prochaines semaines.

Pour en savoir plus
Sur Curiosity, voir un article détaillé de Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/Mars_Science_Laboratory
Concernant la possibilité d'eau sur Mars, tout au moins dans le premier millénaire, voir Look underground to seek signs of life on Mars par Bethany Ehlmann, planétologue
http://www.newscientist.com/blogs/shortsharpscience/2011/11/look-underground-to-seek-signs.html


Echec très probable d'une mission russe vers Phobos
Jean-Paul Baquiast, 11/11/2011

 

La Russie comptait beaucoup sur le lancement d'une sonde (petit satellite, notre image ) vers Phobos, une des lunes de Mars, afin d'assurer son grand retour dans l'espace. Malheureusement, à la date du vendredi 11 novembre, la mission s'avère être un échec.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le lanceur à deux étages Zenit 2 avait lancé avec succès la sonde, baptisée Phobos-Grunt. Pour une raison inconnue, les moteurs de celle-ci ne se sont pas allumés. Elle n’a donc pas pu s'extraire de la gravité terrestre, pour prendre la route de Mars. Elle se trouve actuellement en orbite basse autour de la Terre à quelque 200 kilomètres d’altitude. Elle perd progressivement de l'altitude, si bien qu'une chute sur Terre pourrait se produire dans quelques jours.

Les causes de l'échec semblent dues à la défaillance des moteurs de la sonde qui ne se sont pas allumés. Il faut distinguer ces moteurs de ceux du lanceur qui avaient parfaitement fonctionné. La sonde s’est mise en mode de sauvegarde et a déployé ses panneaux solaires en direction du Soleil. Ceci lui a permis de suppléer à l'énergie de ses batteries qui n'avaient que 3 jours d'autonomie.

La fenêtre de tir vers Mars se fermant le 25 novembre, les ingénieurs de Roscosmos ont jusqu’à cette date pour reprogrammer la sonde, lorsqu'elle se trouvera dans les zones de radio-communication. Mais jusqu'à présent, ces tentatives n'ont rien donné. L'agence Interfax annonce ce soir que les tentatives de contact sont restées sans réponse.

La mission était très ambitieuse. Il s'agissait de mettre le vaisseau en orbite autour de Mars, faire atterrir un engin sur Phobos, le plus grand des satellites de Mars, récupérer du sol à la surface de Phobos et le rapporter sur Terre. En cas de succès, la mission aurait servi de référence pour d'autres missions sur Phobos et éventuellement sur l'autre satellite de Mars, Deimos, y compris avec le débarquement de cosmonautes sur l'un d'eux. L'accès aux satellites de Mars est beaucoup plus facile que celui de Mars lui-même, y compris le retour, compte tenu de leur faible pesanteur. Il n'est pas exclu qu'à terme, une plate-forme intermédiaire y soit installé, en vue de missions habitées sur Mars.

On comprend la déception des Russes, partagée par la communauté spatiale. Phobos Grunt emporte un petite sonde chinoise, Yinghuo-1, qui devait elle-aussi se mettre en orbite autour de Mars. Il s'agissait d'une grande première dans la coopération russo-chinoise On peut soupçonner cependant que les Chinois, grands rivaux pour le moment des Russes dans cette aventure martienne, ne soient qu'à moitié attristés.

Un échec à lui seul n'est pas significatif. Mais celui de Phobos-Grunt s'ajoute à une longue série de difficultés et d'avortements. Certains observateurs occidentaux soupçonnent qu'il révèle d'importants retards pris par les Russes dans la réalisation des diverses composantes matérielles et communicationnelles de telles missions. Peut-être aurait-il fallu, après les succès de l'ère soviétique, depuis longtemps oubliés, se donner un objectif moins ambitieux.

L'Agence spatiale européenne, qui envisage toujours d'accentuer ses coopérations stratégiques avec la Russie, devra en tenir compte.

Post scriptum au 14/11. Un expert militaire russe pour RIA Novotsi, Konstantin Bogdanov, considère que cet échec révèle des faiblesses désormais fondamentales des politiques russes de vols interplanétaires: insuffisance de fiabilité des matériels et logiciels, absence de stations de suivi au sol et surtout en orbite. (voir article de SpaceDaily )


Conférence "Beyond AI : interdisciplinary aspects of artificial intelligence" les 8 et 9 décembre 2011 à Plzen, en République tchèque.
06/11/2011

Beyond AIL'intelligence artificielle (IA) est un domaine étudiant les systèmes qui perçoivent leurs environnements et formulent des actions basées sur des observations. L'IA est très technique et spécialisée, entraînant l'émergence de sous-domaines fonctionnant souvent de manière isolée.
Dans ce cadre, le programme de la conférence "Beyond AI" constituera un forum permettant à des professionnels de diverses disciplines scientifiques - telles que l'ingénierie, les sciences naturelles et humaines - de partager leurs point de vue sur la théorie, la philosophie et la pratique de ce vaste domaine qu'est l'intelligence artificielle.

Seront notamment abordés les thèmes suivants: Les apprlication de l'IA dans notre vie de tous les jours ; l'IA et la santé humaine, l'IA et l'art, l'IA et l'esprit, l'IA par rapport à l'IA (amélioration cognitive humaine, interface cerveau-ordinateur) ; coexistence de l'homme et de la machine......

Pour en savoir plus :
Site de la conférence : http://beyondai.zcu.cz/


Colloque de l'AEIS
25/10/2011 , mis à jour au 18/11/2011

L'Académie européenne universitaire des sciences (AEIS) nous prie de communiquer l'invitation suivante
Le colloque est payant. Pour inscription, voir le site http://www.science-inter.com/

Automates Intelligents


:

ACADEMIE EUROPEENNE INTERDISCIPLINAIRE DES SCIENCESFONDATION DE LA MAISON DES SCIENCES DE L’HOMME

 

PRESIDENT : Pr Victor MASTRANGELO
PRESIDENT sortant : Michel GONDRAN
SECRETAIRE GENERAL : Irène HERPE-LITWIN
TRESORIER GENERAL : Bruno BLONDEL
MEMBRES DU CA Patrice CROSSA-RAYNAUD, Claude ELBAZ


PRESIDENT FONDATEUR : Dr. Lucien LEVY (†)
PRESIDENT D’HONNEUR : Gilbert BELAUBRE
SECRETAIRE GENERAL D’HONNEUR : Pr. P. LIACOPOULOS (†)

CONSEILLERS SCIENTIFIQUES :
SCIENCES DE LA MATIERE : Pr. Gilles COHEN-TANNOUDJI
SCIENCES DE LA VIE ET BIOTECHNIQUES : Pr François BEGON

SECTION DE NICE :

PRESIDENT : Doyen René DARS
SECTION DE NANCY :

PRESIDENT : Pr Pierre NABET

_______________________________________________

Le prochain colloque de l’AEIS (Académie Européenne Interdisciplinaire des Sciences) sur le thème :

"Théories et Modèles en Sciences Sociales"

aura lieu les 28 et 29 novembre 2011 dans l'amphi Buffon de l'Université Paris Diderot Paris VII.

Il sera placé sous la présidence du Professeur Raymond Boudon de l'Académie des Sciences sociales et politiques.

Veuillez trouver ci-dessous une brève présentation du Colloque ainsi que les thématiques des quatre sessions :

Les théories et modèles en sciences sociales sont-ils de nature différente de ceux des sciences dites dures ? Comment l’humain y intervient-il ? A quel niveau modéliser ? Comment se fait l’émergence entre ces différents niveaux ?

Quel est l’apport du postulat de l’individualisme méthodologique ? Quels sont les autres postulats possibles ? Quels sont les nouveaux modèles mathématiques et statistiques ?

Comment la simulation informatique permet-elle d’expérimenter et de valider ? Quel est le rôle, en particulier, de la simulation multi-agents ?

L’objet de ce colloque est de proposer des éléments de réponse à ces questions.

Lundi 28 novembre 2011

Ø 9h00 Allocution de bienvenue de M. Richard Laganier, Vice-président Recherche de l’Université Paris Diderot Paris 7.

Ø 9h10 Introduction au colloque: Victor Mastrangelo, Président de l’AEIS

Ø 9h20 Présentation du colloque : Michel Gondran, Président sortant de l’AEIS.

Première session : Economie et Finance

Ø 9h30-10h Modélisation mathématique et Finance

Nizar Touzi, Pr Ecole Polytechnique / Mathématiques appliquées

10h-10h10 Echanges avec l’assistance

Ø 10h15-10h45 Modélisation multi-agents en économie et finance

Fréderic Abergel, Pr Ecole Centrale-Paris / Finance quantitative

10h45-10h55 Echanges

11h- 11h15 Pause.

Ø 11h20- 11h50 Risque extrême et régularité fractale en Finance

Laurent E. Calvet, Pr HEC, Ecole Polytechnique / Finance

11h50- 12h Echanges

Ø 12h 05- 12h35 Après la crise, la Finance en question !

Roger Guesnerie, Pr Collège de France / Théorie économique et organisation sociale

12h 35-12h45 Echanges

12h50-13h50 Pause déjeuner.

Deuxième session : Évolution et environnement spatial des sociétés

Ø 14h-14h30 Modélisation des constructions scientifiques pour un meilleur cumul des connaissances : le projet ARKEOTEK

Valentine Roux, DR CNRS (ARKEOTEK) Paris X / Archéologie

14h30-14h40, Echanges

Ø 14H45- 15h15 Démographie : paradigmes et modèles

Daniel Courgeau, DR INED/ Démographie

15h15-15h25, Echanges

15h30-15h45, Pause.

Ø 15h 50- 16h20 Evolution historique et géographique des langues

Jean-Marie Hombert, Laboratoire Dynamique du Langage, DR CNRS et Université de Lyon

16h20-16h30, Echanges

Ø 16h35-17h05 L’évolution des systèmes urbains : entre histoire et dynamique

Denise Pumain, Pr Univ. Paris I Panthéon Sorbonne/ Géographie humaine

17h05-17h15, Echanges

17h20 fin de session

Mardi 29 novembre 2011

Troisième session : Comportements sociaux

Ø 9h- 9h30 Modélisations des systèmes de sociétés animales

Jean-Louis Deneubourg, Pr Université Libre de Bruxelles / Ethologie animale

9h30- 9h40, Echanges

Ø 9h45-10h15 Modèle d’évaluation des politiques de démocratisation de l’école

Nathalie Bulle, DR CNRS GEMASS / Sociologie de l’éducation

10h15-10h25, Echanges

10h30-10h45 Pause

Ø 10h50-11h20 Division du travail domestique et comparaisons interpersonnelles: un modèle formel à base d’agents empiriquement calibrés

Gianluca Manzo, CR CNRS GEMASS / Sociologie computationnelle

11h20-11h30, Echanges

Ø 11h35-12h05 Explication et raisonnement déductif en sciences sociales

Pierre Demeulenaere, Pr Paris IV Sorbonne / Sociologie, épistémologie

12h05-12h15, Echanges

12h20-13h50 Pause déjeuner.

Quatrième session : Epistémologie, axiomes et modèles

Ø 14h-14h30 Théories, postulats, modèles et simulations: un essai de mise en perspective

Franck Varenne, MC Univ. Rouen / Philosophie des sciences

14h30-14h40, Echanges

Ø 14h45-15h15 Mathématisation des concepts pour la modélisation dans les sciences
humaines

Jean-Pierre Descles, Pr Paris Sorbonne / Logique, Informatique et Linguistique

15h15-15h25, Echanges

15h30-15h45, Pause

Ø 15h50-16-20 Méthodologie générale - Induction et axiomatisation

Robert Franck, Pr émérite Université de Louvain / Epistémologie

16h20-16h30, Echanges

Ø 16h35-17h05 Référentiel et plasticité, deux pistes conceptuelles pouvant relier sciences dures et sciences sociales.

Gilles Cohen-Tannoudji, Directeur de Recherche émérite au CEA / Physique théorique et épistémologie

Ø 17h10-17h40 Conclusion générale : Les sciences de la nature vues par les sciences sociales

Raymond Boudon, Pr émérite Sorbonne Paris IV / Sociologie, épistémologie des sciences sociales

17h45 Remerciements et Clôture du colloque