Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 120
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Actualités

Juillet- août - septembre 2011

 

Inquiétudes concernant l'avenir du programme ISS.
Jean-Paul Baquiast 25 août 2011

Un cargo spatial russe Progress destiné au ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS) s'est écrasé en Sibérie peu après son décollage de Baïkonour, le 24 août. Il apportait en routine 3 tonnes de ravitaillements divers pour les 6 spationautes de la Station. Il était propulsé par une fusée Soyouz. Le couple était jusqu'ici jugé très fiable, ayant accompli 43 missions de ce type, emportant tantôt du matériel tantôt des humains.

Rappelons que depuis l'abandon par la Nasa du programme des navettes, seule l'Esa dispose d'un moyen efficace de liaison avec l'IST, l'ATV ou Autonomous Transport Vehicle, couplé avec un lanceur Ariane 5. Encore ce dernier n'est-il pas accommodé pour le transport d'équipages. Les Etats-Unis compteraient dorénavant sur les investisseurs privés pour relayer la Nasa. Ce serait peut-on penser un abandon de souveraineté que les autres partenaires ne pourraient accepter.

Il s'agit du second accident affectant le programme spatial russe, un satellite de télécommunication destiné au programme Glonass ayant été placé sur une mauvaise orbite par la défaillance d'un lanceur Proton ce même mois d'août.

Les 6 occupants actuels de la Station (3 russes, 2 américains et 1 japonais) ont fait part de leur tranquillité d'esprit, comptant sur le succès d'une prochaine liaison. On ne peut qu'admirer leur force de caractère. Il reste que la désinvolture avec laquelle tant les Américains que les Européens traitent l'avenir de l'ISS ne peut qu'inquiéter, au moment où la Chine prépare sa propre station habitée en permanence.

Nous avons plusieurs fois indiqué qu'une collaboration sérieuse entre l'Esa et l'agence russe Roskosmos pour développer un double système de liaison hommes-matériels, impliquant la transformation de l'ATV en module habité, s'imposait si l'on voulait conserver l'ISS en état de service.

Ceci dit l'espace ne sera jamais sans risque. Il y a quelques semaines, l'ISS avait échappé de justesse à une collision fatale avec un mini-météorite circulant à proximité.


Jean-Pascal Capp
Jean-Paul Baquiast 23/08/2011

Jean-Jacques Kupiec, en réaction à notre article Nouveaux paysages à explorer dans l'étude des causes des cancers http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2011/120/cancer.htm, nous écrit ceci, dont nous le remercions. Nous présenterons le livre le moment venu.

"Je ne connaissais pas les travaux de Pandolfi. Sur la question du cancer je voudrais vous signaler la sortie prochaine d'un
livre de Jean-Pascal Capp. Il avait déja écrit un artcile dans "Le
hasard au coeur de la cellule"
sur la question et publié des articles en anglais auparavant. C'est un chercheur de Toulouse qui analyse le cancer avec l'ontophylogenèse comme grille de lecture. Cela lui permet de réinterpréter de nombreuse données et de lever diverses contradictions. Il débouche aussi sur des propositions concrètes en termes de recherche thérapeutique.

Je pense qu'il s'agit d'un livre important qui va changer la donne dans ce domaine."


Miroslav Radman et la réparation cellulaire.
Jean-Paul Baquiast 23/08/2011

On regrette à juste titre que beaucoup de chercheurs européens s'expatrient aux Etats-Unis. Ils disent, non sans raisons, y trouver des conditions plus favorables à la recherche. Ceci ne doit pas faire passer sous silence le travail que mènent en Europe des scientifiques éminents. Concernant la France, il reste encore, autour du CNRS et de l'Académie des sciences, beaucoup d'occasion pour faire progresser des idées innovantes. Encore faut-il être capable de générer de telles idées.

Le travail conduit par le biologiste moléculaire d'origine croate Miroslav Radman en est la preuve. Il est aujourd'hui directeur de l'unité INSERM U571 «Génétique moléculaire, évolutive et médicale» de la faculté de médecine de l'Hôpital Necker à Paris. Il a été en 2002 élu membre de l'Académie des sciences.Toute sa carrière scientifique a été consacrée aux mécanismes de réparation de l'ADN.

Dans la suite de ces travaux il pu préciser le lien entre mutation et cancer chez l'homme. Il s'intéresse aujourd'hui aux méthodes qui permettraient de reculer l'âge de la vieillesse chez l'homme en aidant les cellules à se débarasser du matériel biologique endommagé, notamment par oxydation. Malheureusement, il ne semble pas que cette nouvelle direction de recherche ait encore reçu de financements suffisants pour être développée.

La question est présenté dans l'ouvrage co-écrit avec Daniel Carton, Au delà de nos limites biologiques. Editions Plon, 2011. Les auteurs y analysent, entre autres, le cas étonnant de la bactérie Deinococcus Radiodurans. Celle-ci, comme son nom l'indique, est capable de se reconstituer après irradiation en recombinant les éléments dispersés des 4 exemplaires d'ADN dont l'évolution l'a dotée. Un autre micro-organisme, plus complexe, le rotifère bdelloide, dispose de la même propriété.

Pourquoi ont-ils été, contrairement aux milliards d'autres espèces, capables au cours de l'évolution de se doter de telles capacités régénératrices, ? Certains biologistes font l'hypothèse, concernant Deinococcus Radiodurans, en tous cas, que cette bactérie n'a pas acquis sur Terre cette forme de résistance aux conditions extrêmes. Elle serait venue avec, à partir de l'espace, peut-être à bord d'une météorite.

Pour en savoir plus
Miroslav Radman http://fr.wikipedia.org/wiki/Miroslav_Radman*
Article de La Recherche
Miroslav Radman:«Un surprenant mécanisme de réparation du génome»
http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=8011


Premières formes de vie
Jean-Paul Baquiast 23/08/2011

Un article du journaliste scientifique Michel de Pracontal, dans Mediapart, rapporte la découverte récente, faite en Australie, d'organismes, de bactéries capables de metaboliser le soufre. On estime qu'elles remontent à -3,4 milliards d'années - ce qui en ferait les plus anciennes formes de vie aujourd'hui identifiées. On lira aussi sur ce sujet l'article des découvreurs dans Nature-Geoscience http://www.nature.com/ngeo/journal/vaop/ncurrent/full/ngeo1238.html Les sulfures étaient les principaux comburants disponible à cette époque pour la vie.

Nous renvoyons le lecteur, concernant les origines de la vie, à l'ouvrage fondamental du géochimiste britannique Nick Lane http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2010/mar/nicklane.html


Un Suédois arrêté pour avoir tenté de bricoler...
un réacteur nucléaire dans sa cuisine
Christophe Jacquemin - 03/08//2011

Quand la réalité dépasse la fiction : Richard Handi, jeune suédois de 31 ans, a été arrêté en juillet dernier à son domicile d'Angelholm pour avoir tenté de construire un réacteur nucléaire fonctionnel dans sa cuisine. Lors de l'arrestation, il a expliqué à la police qu'il ne s'était pas rendu compte, que pour lui, "il s'agissait d'un hobby".
Il faut savoir que l'apprenti sorcier tenait régulièrement depuis des mois un blog décrivant son expérience, expliquant aussi combien il est difficile de se procurer certains matériaux. En tous cas, il avait réussi à dénicher des éléments radioactifs comme de l'uranium, du radium, de l'américium... (éléments collectés pour certains à l'intérieur de détecteurs d'incendie)
C'est seulement plus tard qu'il a compris sa billevesée : se demandant finalement si la détention d'éléments radioactifs était légale, tout comme son projet, il n'a pas hésité à envoyer une question à ce sujet à l'Autorité suédoise compétente (la Swedish Radiation Safety Authority). Celle-ci a derechef répondu à cette missive par un envoi de la maréchaussée...

"J'ai toujours été intéressé par la physique et la chimie", a déclaré Richard Handi, ajoutant qu'il voulait juste "voir si il était possible de fissionner des atomes à la maison."

Extrait de son blog :

"Effondrement de cuisinière.
Non, c'est pas si dangereux.
Mais j'ai essayé de faire cuire l'américium, le radium et le béryllium dans 96% d'acide sulfurique, pour faciliter le mélange. Mais le tout a explosé dans l'air...
"


Bien qu'il n'y ait pas eu de niveaux dangereux de radiation constatés dans son appartement par la police, Richard Handi reconnaît maintenant que le projet "n'était certainement pas une si bonne idée" (...). "A partir de maintenant, je m'en tiendrai à la théorie"... a-t-il ajouté.

Notons que ce n'est pas la première fois qu'un bricoleur tente de construire tout seul un réacteur nucléaire. En juin 2010, à New-York dans un hangar de Brooklyn, Mark Suppes, physicien amateur de 32 ans, s'attachait, lui à la réalisation de son "Fusor", un petit réacteur à fusion par confinement électrostatique.

Pour en savoir plus :
- Richard's Reactor : le blog de Richard Handi
- Lire aussi cet article (en anglais) : "Amateur "Fusioneers", explore Energy Future"