Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 116
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Article. Cosmologie. Un amas de galaxies qui défie le modèle de concordance
Mario Cosentino 11/03/2011

Mario Cosentino est le père d'une hypothèse dite du New big Bang. Nous avons déjà publié un artiicle de lui http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2007/84/cosentino.htm
Comme précédemment, nous ne nous prononçons pas sur la validité scientifique du présent texte, qui dépasse nos moyens d'évaluation. On trouve d'autres articles sur le web relatifs à cette observation. AI.

Voir le site de Mario Cosentino http://fdier.free.fr/index2.htm

Pour interpréter l'image, voir la page de l'ESO référencée ci-dessous (AI)

Pour l’astrophysicien Raphael Gobat du laboratoire « Astrophysique, Instrumentation et Modélisation » CEA , CNRS, Université Paris Diderot, suite à l’observation d’un amas de galaxies considéré comme le plus éloigné jamais observé (cf références ci-dessous) :
« (…) notre compréhension de l’Univers primitif devrait être revue »  

Selon le modèle de concordance, ou modèle standard de la formation de l’univers, cet amas de galaxies évolué se trouve à quelques 3 milliards d’années seulement après le Big Bang. Mais il ne s’agit pas d’un amas jeune. Il correspond à un amas mûre. Ces 3 milliards d’années n’ont donc rien à voir avec son âge astrophysique. Les observations avec XMM-Newton montrent un rayonnement X. qui doit venir d’un nuage de gaz ténu et très chaud. Ce gaz remplissant l’espace intergalactique de cet amas se trouve concentré vers le centre de l’amas. Il constitue un autre signe de « vieillesse ». Voici ce que nous dit l’article paru sur le site de l’ « INSU CNRS » :
« Ceci est un autre signe de maturité pour un amas dont les galaxies sont solidement maintenues ensemble par la propre gravité, alors que des amas très jeunes n’auraient pas eu le temps de piéger du gaz chaud de cette manière. » -

Alors quel serait l’âge astrophysique minimal de cet amas de galaxies en pleine maturité ? Pour qu’un tel amas, bien formé, puisse exister on pourrait raisonnablement lui donner, globalement, au moins un âge astrophysique de quelques 3 à 5 milliards d’années ! Cela voudrait dire que cet amas serait contemporain du Big Bang ou qu’il se serait formé avant le Big Bang !...

Raphael Gobat ajoute :
« Ces nouveaux résultats renforcent l’idée que les amas évolués existaient quand l’Univers avait moins d’un quart de son âge actuel. De tels amas sont supposés être très rares selon la théorie actuelle et nous avons eu beaucoup de chance d’en repérer un. Mais si de nouvelles observations en trouvaient beaucoup plus, alors cela pourrait signifier que notre compréhension de l’Univers primitif devrait être revue. » -

Selon mon modèle d’Univers « Le New Big Bang » il faut s’attendre à en trouver « beaucoup plus » ! D’ailleurs en cosmologie une seule observation de ce type devrait nous mettre en garde, afin de redoubler de vigilance et éviter de prendre certaines déductions du modèle de concordance pour des faits scientifiques. Ainsi cette observation nous montre qu’il faut faire attention à l’interprétation des décalages spectraux vers le rouge interprétés comme une dilatation de l’espace. Nous ne le dirons jamais assez : la dilatation de l’espace n’est pas une observation directe. Cette croyance repose sur une interprétation. Il faut savoir qu’il existe une autre interprétation qui est tout aussi possible et ne fait pas appel à une dilatation de l’espace intergalactique. Nous savons qu’il existe la théorie de la « lumière fatiguée » d’Einstein et d’autres ainsi que la mienne dite de « New Big Bang ».

De deux choses l’une :
1- Ou il faut, encore revoir l’âge de notre Univers à la hausse ou
2- Notre Univers, comme le prévoit « Le New Big Bang » n’est plus en expansion depuis de nombreux milliards d’années…Il a été en dilatation pendant quelques 18 milliards d’années ensuite il est devenu complètement statique  …retour au modèle d’Einstein ! Un tel cosmos statique n’est pas possible en gravitation newtonienne classique ou en Relativité Générale, mais devient possible avec un Univers semi-classique à 95% quantique. (Pour plus d’informations voir mes 2 ouvrages ou allez dans Google et faites mario cosentino)

La deuxième proposition semble être la plus explicative car notre Univers lointain ressemble de plus en plus à notre Univers proche. Notre Univers n’est plus dynamique. Sans dilatation de l’espace notre Univers pourrait être bien plus vieux que 13,7 milliards d’années et disposer de plus de « crédit du temps » pour la formation des très grandes structures galactiques.

En effet nous lisons dans l’article du site de l’INSU CNRS :
« Bien que cet amas soit observé lorsque l’Univers avait moins d’un quart de son âge actuel, il ressemble étonnamment aux amas de galaxies que l’on observe actuellement dans l’Univers local. » -

Cela n’est pas la première fois que l’on observe des objets lointains qui ressemblent aux objets locaux. Cela pourrait correspondre à un Univers qui n’est plus dynamique, qui a cessé de se dilater. Dans un Univers devenu statique le cosmos a le temps de former les amas de galaxies ainsi que les grandes murailles de galaxies. Dans mon modèle notre Univers a un âge minimal de quelques 100 milliards d’années ! Cet âge est compatible avec l’âge du modèle d’Univers de l’astrophysicien Fred Hoyle.

Conlusion
L’observation citée conforte mon modèle du « New Big Bang ». Elle nous montre par conséquent que le modèle dominant n‘est plus crédible - ce que je dis depuis presque 20 ans et cela à une époque qui était l’âge d’or de la cosmologie standard dominante. Avec les nouveaux instruments, au sol et dans l’espace, les observations de demain seront encore plus concluantes Alors encore un peu de « patience dans l’azur » pour l’émergence d’un nouveau paradigme…

Références
http://www.eso.org/public/france/news/eso1108/
http://irfu.cea.fr/Sap/Phocea/Vie_des_labos/News/index.php?id_news=2457



Retour au sommaire