Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 112
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Science, technologie et politique
Surveiller et punir. Robots de garde et patrouilleurs aux frontières.
Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin - 29/10/2010

Dans notre article «Les nouvelles murailles de Chine», nous rapportions la tendance croissante des pays riches à se protéger des immigrations clandestines en construisant des murs à leurs frontières, murs dotés de toutes les ressources des nouvelles technologies.
Parmi ces ressources se trouvent de plus en plus de robots autonomes terrestres capables d'augmenter le pouvoir de surveillance et le cas échéant d'intervenir directement, en appui voire en remplacement des gardes frontières. Ils patrouillent seuls, jusqu'à identifier quelque chose d'anormal. Ils signalent alors la cible (target) aux postes de garde humains. De tels engins sont aussi utilisés pour protéger des lieux sensibles, militaires ou civils, tels que les sites nucléaires.

Ces robots n'opèrent pas encore dans des lieux ouverts, dont ils n'auraient pas encore appris à connaître les caractéristiques. Ils patrouillent le long de murs et d'enceintes bien définies. Mais cela n'empêche pas qu'ils doivent éviter de confondre des objets ou phénomènes normaux, y compris des ombres, avec les catégories d'intrusions qu'ils doivent signaler. Ils sont donc dotés de capteurs et de logiciels d'intelligence artificielle de plus en plus évoluées, capables de s'affiner par retour d'expérience. Lorsqu'ils ont identifié un phénomène anormal, ils alertent le poste de garde qui peut, avant même d'envoyer un agent, observer la cible par les yeux du robot, voire l'interpeller par l'intermédiaire de l'organe vocal dont est doté celui-ci.

Les robots patrouilleurs sont aussi équipés d'armes d'intimidation non létales au cas où les personnes interpellées n'obéiraient pas aux injonctions. On envisage sérieusement de les doter dans l'avenir d'armes à feu. Celles-ci cependant n'interviendraient (jusqu'à nouvel ordre) que sur commande de l'opérateur humain. Mais de l'acquisition de la cible jusqu'à l'ouverture autonome du feu, il n'y a qu'un pas.

Le marché est très porteur et beaucoup de laboratoires et d'industriels y investissent pour réaliser des produits de plus en plus performants. Afin d'obtenir des robots susceptibles de s'adapter à des environnements non encore cartographiés directement par eux, ils envisagent notamment d'utiliser les images 3D du type de celles que recueillent les véhicules utilisées dans l'application Google Street View. Ce même Google vient d'ailleurs d'annoncer qu'il a mis au point une voiture sans conducteur capable de se piloter seule avec ces aides à la localisation.

En dehors des véhicules terrestres, le marché demande de plus en plus de drones, capables d'inventorier des espaces beaucoup plus vastes. Les drones de surveillance seront en principe plus petits et moins coûteux que les grands drones militaires tels que le Predator utilisés au Pakistan par l'armée américaine, mais ils fonctionneront sur le même principe.

Parmi les nouveaux produits, on peut citer le Mobile Detection Assessment Response System de General Dynamics utilisé à titre expérimental par l'US National Nuclear Sécurity Administration, le robot tout terrain réalisé par la compagnie israélienne C-Nius Unmanned Groud Systems et le robot de garde qui pour le moment n'est pas mobile, utilisé par la Corée du Sud, le Samsung Techwin SGR-1

Un peu de psychologie s'impose pour bien comprendre les besoins exacts auxquels sont censés répondre tous ces matériels. Il s'agit on l'a compris, de garder les frontières séparant un pays riche d'un pays pauvre, censé emplis de desperados prêts à tout pour entrer clandestinement. C'est le cas à la frontière américano-mexicaine. Mais lorsque l'on observe les discours électoraux abondants aux Etats-Unis lors des élections mi-mandat, on constate que les opposants les plus virulents à Barack Obama, Républicains ou Tea partisans, lui reprochent à la fois de laisser pénétrer des clandestins en masse et de les empêcher d'entrer, alors que disent-ils les exploitations agricoles ont besoin de travailleurs saisonniers pressurables à souhait, donc clandestins. On voit mal comment les robots patrouilleurs, aussi intelligents soient-ils, réagiront face à ce dilemme: empêcher les intrusions ou fermer complaisamment les yeux lorsqu'ils auront identifié un «intruder».

Dans la protection des bunkers des riches et des puissants (les compounds), où ceux-ci envisageront de plus en plus de se réfugier face au déchainement des pauvres, les robots patrouilleurs ne seront pas sans poser de problèmes, tout à fait différents il est vrai. Que se passera-t-il quand ils tomberont en panne et qu'il faudra pour les débugger faire appel à des techniciens de maintenance décidés à ne pas jouer le jeu. On voit mal les riches et les puissants dépanner eux-mêmes ces machines. Ils seront déjà bien incapables de faire à long terme fonctionner tous leurs autres moteurs, en cas de grèves dures dans les raffineries ou dans les centrales électriques. Envoyer l'armée pour remplacer les grévistes ne suffira pas, quand on sait que l'armée, désormais, est composée en grande majorité de « latinos » sans doute tentés de se solidariser avec les grévistes en cas d'aggravation des conflits.

Les questions envisagées ici ne concernent pas uniquement les Etats-Unis, Israël ou la Corée du Sud. Elles se retrouveront très vite en Europe.

Pour en savoir plus
Mobile Detection Assessment Response System. Centre de ressources :
http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/summary?doi=10.1.1.13.1556
C-Nius Unmanned Groud Systems. Voir le diorama :
http://www.g-nius.co.il/ Voir
Samsung Techwin SGR-1 Voir la vidéo : http://www.dailymotion.com/video/xg078_robot-sentinella_tech
Voir aussi de Wired, Danger Room :
http://www.wired.com/dangerroom/2010/10/darpa-leads-push-for-near-human-robot-doctors-farmers-troops/

Ce texte est documenté à partir de sources fournies par un article de David Hambling dans le NewScientist du 23 octobre 2010, p. 22. David Hambling est l'auteur d'un livre dont nous recommandons la lecture " Weapons Grade" (Constable & Robinson). Les commentaires sont de nous.

Retour au sommaire