Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 106
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

LIVRES EN BREF

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Dans cette page, nous présentons des ouvrages éclairant les domaines abordés par notre revue. Jean-Paul Baquiast. Christophe Jacquemin

 

La science, un bricolage qui a réussit, par Bernard Vidal
Technedit 2010
Jean-Paul Baquiast 06/08/2010

Ce livre retrouve, sans s'y référer explicitement, les thèses des neurosciences cognitives concernant l'émergence, dans les cortex sensori-moteurs puis associatifs des espèces animales, de modèles du monde résultant de l'interaction entre l'univers extérieur et l'espèce (le génome) puis l'individu. Ces modèles sont socialisés au sein de réseaux comportementaux, langagiers puis aujourd'hui, chez l'homme, numériques. Ils sont sélectionnés en fonction de leur plus ou moins grande aptitude à contribuer à la survie, au sein de la compétition darwinienne générale. Ces thèses sont abondamment reprises sur ce site. Inutile d'y revenir ici.

L'auteur, physicien et professeur émérite à l'université de la Réunion, remet ainsi la science en situation. Il s'agit pour lui d'un édifice interllectuel et philosophique construit en agrégeant des expériences voisines afin de former des concepts. Il n'y a donc pas de "science en soi", vérité intrinsèque hors du temps et de l'espace. Il n'y a donc pas non plus de "réel en soi" doté d'une substance quasi divine: les lois scientifiques et en amont (ou aval) les processus expérimentaux, dépendent donc du chercheur et de la société dont il est un des composants. A la vérité absolue, il oppose le "réel en nous" produit de l'interaction entre notre esprit, la perception du monde par la société qui nous structure et finalement un univers extérieur que nous ne pouvons pas connaître directement.

Le thème de "réel en nous" rejoint celui de "réel humanisé" qui nous avait paru découler directement des travaux de Mme Mugur-Schächter, elle-même physicienne. N'en déplaise aux ayatollahs des certitudes, ceci oblige à relativiser la science, dans le temps et l'espace. Mais Bernard Vidal prend soin cependant, dans les 660 pages qu'il consacre à la science, de la distinguer soigneusement des dérives du spiritualisme idéologique, qui refuse délibérement tout contact avec les processus de la recherche scientifique expérimentale. Ce spiritualisme prétendument "scientifique", se référant soit à des Ecritures venues d'ailleurs, soit à des expériences tronquées (telles celles proposées par le créationnisme), ne propose que des "modélisations" du monde - si on peut les honorer par ce terme - qui "ne marchent pas", c'est-à-dire que dément en permanence l'expérience scientifique.


The Flooded Earth. Our Future with a world without Ice Caps par Peter Ward
Basic Books 2010
Jean-Paul Baquiast 06/08/2010

Nous avons plusieurs fois présenté les thèses et livres de ce spécialiste des sciences de la Terre. Ici il décrit les conséquences de l'élévation des températures prévue par les modèles actuels à l'échelle du siècle. Il prend en compte la fonte complète des glaciers du Groëland et de l'Antartique, soit une hausse du niveau des mers de plus de 90m. Il rappelle, en s'appuyant sur l'étude géologique du passé, que de tels évènements pourraient survenir très rapidement, c'est-à-dire avant 1.000 ans et même avant 100 ans.

 

Retour au sommaire