Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 109
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

Article. Crises climatiques et géostratégie. Les divagations des courants jets vont-elles avoir des répercussions géopolitiques de grande ampleur?
par Jean-Paul Baquiast 25/08/2010


Les météorologues ont rapidement associé les deux grands évènements climatiques de ce mois d'août 2010 ayant quasiment déstabilisé la Russie et dont les conséquences au Pakistan sont loin d'être terminées: une canicule prolongée entraînant des incendies massifs d'un côté, une mousson inhabituellement forte provoquant des inondations et glissements de terrain d'un autre. Ceci pour ne pas mentionner des phénomènes de moindre ampleur mais d'origine voisine en Chine et en Inde.

Aussi différents qu'aient pu être ces événements, ils résulteraient globalement d'une cause unique, la déstabilisation de la trajectoire habituelle des courants jets qui à l'altitude d'environ 10.000 m transportent d'Ouest en Est à près de 200 km/h des masses d'air dont les perturbations associées sont responsables de la succession des systèmes météorologiques, dépressions et anticyclones, affectant l'Europe, la Russie et une partie de l'Asie. Les météorologues ont d'ailleurs noté que des phénomènes anormaux moins importants, ressentis quelques semaines auparavant, vagues de chaleur au Japon, sur les côtes atlantiques américaines et dans une partie de l'Europe relevaient de causes voisines.

A la mi-juillet, les observations notamment satellitaires ont montré que le jet stream de l'hémisphère nord a vu son mode d'écoulement modifié. Sa branche nord s'est trouvée en partie déviée et bloquée sur l' Europe (ce que les météorologues nomment un événement bloquant ou bloking event). Un blocage identique s'était produit en Juin sur les côtes est américaines. Sa branche sud a parallèlement été bloquée à la hauteur du nord du Pakistan. Les spécialistes attribuent ces blocages à des phénomènes turbulents se produisant au sein des courants jets, dont l'écoulement est évidemment loin d'être laminaires.

Légende

Winds of the jet stream at an altitude of 300 millibars (roughly 30,000 feet high).
Left: Average July winds from the period 1968 - 1996 show that a two-branch jet stream typically occurs over Europe and Asia--a northern "polar" jet stream, and a more southerly "subtropical" jet stream.
Right:
the jet stream pattern in July 2010 was highly unusual, with a very strong polar jet looping far to the north of Russia, then diving southwards towards Pakistan. Image credit: NOAA/ESRL.
The unusual jet stream pattern that led to the 2010 Russian heat wave and Pakistani floods began during the last week of June, and remained locked in place all of July and for the first half of August. Long-lived "blocking" episodes like this are usually caused by unusual sea surface temperature patterns, according to recent research done using climate models. For example, Feudale and Shukla (2010) found that during the summer of 2003, exceptionally high sea surface temperatures of 4°C (7°F) above average over the Mediterranean Sea, combined with unusually warm SSTs in the northern portion of the North Atlantic Ocean near the Arctic, combined to shift the jet stream to the north over Western Europe and create the heat wave of 2003. I expect that the current SST pattern over the ocean regions surrounding Europe played a key role in shifting the jet stream to create the heat wave of 2010. Note that the SST anomaly pattern is quite different this year compared to 2003, which may be why this year's heat wave hit Eastern Europe, and the 2003 heat wave hit Western Europe. Human-caused climate change also may have played a role; using climate models, Stott et al. (2004) found it very likely (>90% chance) that human-caused climate change has at least doubled the risk of severe heat waves like the great 2003 European heat wave.

http://www.wunderground.com/blog/JeffMasters/comment.html?entrynum=1576


Les ondes de Rossby

De fortes ondes tourbillonnaires dites de Rossby peuvent en s'opposant au courant est général obliger le jet à s'arrêter. Dans ce cas, la succession des fronts chauds et fronts froids, des dépressions et des anticyclones qui caractérisent le climat dit maritime à nos latitudes, à la hauteur ou en dessous de ce que l'on nomme le front polaire, s'arrête à son tour.


En conséquence, c'est tout les systèmes météorologiques associés qui se trouvent gelés. Les aires de basse pression du jet, désormais immobilisées, attirent vers le nord de l'air chaud et sec venu d'Afrique. A l'inverse, à quelques centaines ou milliers de km de là, les aires de haute pressions propulsent vers le sud des masses d'air froid d'origine nordique. Ces systèmes habituellement en mouvement et désormais devenus stationnaires pendant plusieurs semaines provoquent les catastrophes climatiques observées. Au Pakistan, ils ont coïncidé avec le phénomène annuel de la mousson d'été qui affecte les montagnes situées au nord du pays.

Ceci dit, pour parler comme Aristote, les ondes de Rossby entrainant le blocage des courants jets peuvent être considérées comme des causes matérielles. Mais quelles ont été cette année les causes efficientes de phénomènes de ces ampleurs. S'agit-il du réchauffement climatique global, entraînant avec l'augmentation de la teneur des gaz à effet de serre dans l'atmosphère, les phénomènes dits extrêmes? Les météorologues ne peuvent l'affirmer. La résolution permise par les modèles de l'atmosphère actuellement en usage est trop faible pour permettre de reproduire les flux responsables des évènements bloquants. De plus, une autre hypothèse, selon laquelle les périodes de basse activité solaire sont responsables en partie de tels blocages ne manquent pas d'arguments. C'est ce qui a été observé en Europe lors de blocages sur de longues périodes anticycloniques génératrices de courants froids de nord et nord est en hiver. Les mêmes causes, liées à la diminution de l'activité solaire, peuvent être responsables de la présence de l'anticyclone russo-sibérien générant comme indiqué ci-dessus des vagues de chaleur sur l'Europe occidentale.

Ceci ne veut pas dire que le réchauffement global lié à l'augmentation des gaz à effets de serre n'intervient pas. Elle semble directement à la source, par réchauffement de la température superficielle des eux océaniques, de l'augmentation des phénomènes cycloniques dans les eaux tropicales. Or une dépression tropicale générée à la hauteur des Antilles s'insère généralement dans le courant jet Ouest-Est et peut, si elle est accentuée, provoquer en retour des perturbations anarchiques sous la forme des ondes de Rossby lorsque le jet aborde les atterrages de l'Europe. Le réchauffement des eaux de l'atlantique nord pourrait également jouer un rôle, comme lindique Jeff masters cité ci-dessus. .

Crise climatique et crises politiques

Si de tels évènements se renouvelaient et prenaient de l'ampleur, on conçoit que les climatologues, météorologues et économistes seraient de plus en plus sollicités par les hommes politiques, sinon pour empêcher, du moins pour prévoir les évènements climatiques et leurs conséquences économiques et humaines. D'ores et déjà on constate que la crise climatique de cet été a entraîné de nombreuses réactions dans les milieux politiques. Comme le constate Philippe Grasset sur son site Dedefensa.org, avec l’impact environnemental et l’écho donné par le système mondial de la communication, les catastrophes russe (incendies) et pakistanaise (inondations) ont très fortement contribué à cette évolution de la perception de l'importance de la crise climatique.

Celle ci prend désormais une place essentielle dans la structure crisique qui caractérise aussi bien les relations internationales que l'évolution de la crise générale du système géopolitique mondial. Elle marque donc une date importante dans deux domaines. D’une part, il y a une extension notable, sinon brutale, des événements écologiques catastrophiques nécessairement liés, dans un sens ou l’autre, à la crise climatique; d’autre part, il y a l’approfondissement de la perception des problèmes généraux liés à cette crise, dégradation de l'environnement avec ses implications politiques et stratégiques. Ceci dit, la crise climatique ne se substitue pas aux autres, pouvant provoquer par exemple une union sacré des grandes puissances pour lutter contre elle. Elle complique les autres crises, leur donne des dimensions inédites liées à des effets inattendus.

Dans l'immédiat les deux grands événements de l’été – les inondations du Pakistan et les incendies de Russie, – sont gros d'une politisation non soupçonnée au départ. Américains et Pakistanais n’envisagent la crise climatique au Pakistan que sous l’angle de la stabilité du régime, y compris avec des répercussions pour la Russie si les talibans s’assuraient le contrôle du Nord du Pakistan et poussaient jusqu'à la frontière russe. Pour ce qui est de la catastrophe russe, la réaction ferme du gouvernement et la résilience de la population ont éloigné l'espoir entretenu par certains de voir le régime d'effondrer. Par contre, comme nous l'avons noté, une possibilité de coopération euro-russe dans la lutte contre les catastrophes majeurs pourrait se trouver relancée, si les hommes politiques de part de d'autre avaient le courage de l'envisager.Le maintien de la stabilité russe devrait être pour les Européens un élément déterminant des géostratégies européennes. Les Russes, dans l'immédiat, semblent en train d'admettre qu'ils ne pourraient pas être gagnants dans l'approfondissement de la crise climatique, comme ils l'avaient un moment laissé dire. Il n'y aura pas de gagnants et de perdants. Il n'y aura que des perdants.

Références
Sur les ondes de Rossby, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Onde_de_Rossby
Sur l'analyse des évènements d'août fait par le météorologue Jeff Masters dans Wunderground, voir http://www.wunderground.com/blog/JeffMasters/comment.html?entrynum=1576
Sur les conséquences politiques du changement climatique, voir l'analyse de Jay Gulledge, un des directeurs des études sur la question du changement climatique au PEW Center on Global Climate Change
http://www.pewclimate.org/blog/gulledgej/climate-risks-lessons-from-2010%E2%80%99s-extreme-weather
Voir aussi un commentaire sur le blog du Center of National Amercan Security concernant les répercussion de la crise d'août sur diverses politiques gouvernementales http://www.cnas.org/blogs/naturalsecurity/2010/08/could-security-concerns-change-global-attitudes-countries-straddling-c

 

 

Retour au sommaire