Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 109
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

 

 

Article. Science et politique
Les points aveugles de la psychologie occidentale
Jean-Paul Baquiast 25/07/2010

 


Photo Le Monde. . Jeune chinoise avant son exécution.

Dans un petit entretien publié par La Recherche (septembre. 2010, p. 26), Jean Louis Beauvois, professeur émérite de psychologie sociale à l'université de Nice, commente une étude canadienne dont la portée nous paraît être encore plus importante qu'il ne le dit. Cette étude (J.Henrich et al, BBS, 33, 61, 2010) souligne le biais expérimental (défaut méthodologique) caractérisant les publications internationales en psychologie. Celles-ci seraient réalisées à 96% par des laboratoires occidentaux, essentiellement nord américains. Pour eux, l'individu type, servant de sujets à ces études, est de race blanche, masculin et issu d'un milieu relativement favorisé.

Il s'ensuit que cet individu, statistiquement, est empreint de libéralisme et d'individualisme, valeurs autour desquelles veulent (ou prétendent) se construire les sociétés occidentales, que ce soit au plan économique ou au plan de l'organisation sociale. Un tel modèle représenterait ainsi la réalisation la plus parfaite de l'humanité. Par sociétés occidentales, on entendra principalement les sociétés anglo-saxonnes, mais aussi les sociétés européennes très dominées par l'américanisme. Cette dépendance nous rend aveugle à la façon dont plusieurs milliards d'humains n'étant pas ressortissants de ces sociétés occidentales se construisent effectivement.

Jean-Louis Beauvois parle à juste titre à cet égard de « biais  civilisationnel ». Les études menées sur des élèves ayant baigné dans une culture occidentale montrent, dit-il, que les élèves les plus développés sont aussi les plus autonomes. Or ce trait n'est pas universel. L'enfant oriental élevé dans une culture confucianiste se développe en direction de l' « harmonie avec autrui ». Il en découle des valeurs qui nous sont quelque peu étrangères. Mais il existe peu de telles études. Les Occidentaux dominent la recherche en psychologie et ont du mal à renoncer à leur position dominante. Certaines écoles asiatiques commencent cependant à vouloir considérer la psychologie occidentale comme une psychologie indigène, à comparer à celles s'intéressant à d'autres parties du monde.

Nous pensons pour notre part que des recherches en psychologie sociale se voulant aussi scientifiques que possible devraient effectivement élargir leurs bases de références. Cela ne devrait pas conduire les Occidentaux, et pour ce qui nous concerne les Européens, à l'abandon des valeurs sociales par lesquelles ils pensent devoir se distinguer des autres sociétés: l'autonomie des individus, l'égalité entre les hommes et les femmes, notamment. Mais cela leur permettrait de mieux comprendre comment réagissent, en bloc ou individuellement, des populations auxquelles, avec la mondialisation, ils seront de plus en plus confrontés.

Des psychologues occidentaux ont déjà essayé de comprendre la mentalité de ce que l'on nomme les combattants-suicides. On peut craindre que leurs méthodes actuelles d'analyse n'y parviennent pas. Mais il est des phénomènes de plus grande ampleur qui devraient aussi être étudiés avec des méthodes nouvelles. Nous avons indiqué dans un précédent article (Une grande divergence à l'envers http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2010/109/divergence.htm ) que l'actuel développement économique et politique de la Chine, pouvant conduire ce continent-Etat à rattraper les Etats-Unis dans quelques décennies, ne repose certainement pas sur les seules valeurs du capitalisme libéral et de la course au profit individuel affichées par les Etats-Unis et dont pourtant les Chinois semblent s'inspirer. Des mobiles profonds et non encore compris pourraient pousser les populations chinoises, malgré leurs difficultés actuelles, à se mobiliser en groupe pour faire face aux compétitions avec l'extérieur, d'une façon que nous percevons mal.

Parmi ces mobiles se trouvent certainement, comme le souligne Jean-Louis Beauvois, des processus cognitifs inconscients hérités du monde animal, comme celui d'obéir à une norme collective. Ainsi les troupeaux de buffles en liberté font preuve à l'occasion d'une véritable intelligence répartie dont les individus ne sont (sans doute) pas conscients d'être le siège. Concernant des comportements cognitifs plus élaborés, il est certainement indiscutable que les individus composant les sociétés asiatiques, empruntes de confucianisme ou de philosophies analogues, puissent réagir sur un mode groupé, à la fois inconsciemment et consciemment, d'une façon que la psychologie anglo-saxonne nourrie du mythe de l'individu souverain ne serait pas encore capable de comprendre.

Il serait donc temps que les Européens, pour leur part, apprennent à mieux comprendre ceux auxquels ils ont affaire, ne fut-ce que pour réagir autrement que par la panique aux menaces que ces derniers pourraient représenter. Ce faisant, ils pourraient aussi apprendre à mieux se comprendre eux-mêmes, car il paraît avéré que les sociétés européennes n'ont jamais entièrement adopté le modèle de l'individu mythique autour duquel s'est construit l' « American Dream » tel que diffusé par les médias.


Jean-Louis Coulon nous écrit:

Je partage l'idée que le modèle humain anglosaxon est un biais expérimental qu'il faut dénoncer. ce n'est pas nouveau. C'est un problème qui affecte tous les modèles sociologiques ou de groupe, en ce sens que le fait même qu'ils se donnent comme référence d'une totalité humaine est a priori contestable si on ne tient pas compte des "petites différences culturelles" qui font le monde. Sans aller jusqu'à prétendre que notre histoire porte encore les traces de la Horde primitive, on peut penser que les différentes cultures du monde donnent à penser des manières différentes de concevoir le lien social, le partage, la solidarité et le rapport au spirituel, et que dans cette histoire, on peut poser l'hypothèse que l'individualisme surgit du "progrès"(santé, richesses etc.et surtout des lois mondiales du Marché.). L'avenir dira à nos enfants si les Chinois ont une perception plus individualiste des marchés dans les décennies qui viendront.

Retour au sommaire