Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 94
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).



Géostratégie. L'US Air Dominance à l'heure de la crise et de BHO
par Jean-Paul Baquiast, 16/01/2009


La domination aérienne des Etats-Unis, imposée au reste du monde par leurs industriels et par le Pentagone, est indispensable à la survie de l'Empire. Elle sera aussi désastreuse pour l'Europe que la domination financière et économique américaine qui se poursuivra sous des formes renouvellées. Barack Obama se gardera bien d'y toucher.

Dans les deux articles cités ci-dessous en référence, notamment le premier, Philippe Grasset, spécialiste incontournable des stratégies aéronautiques, montre bien comment le programme du Lockheed Martin F35 dit Joint Strike Fighter, a été conçu par le Pentagone et par l'industriel Lockheed Martin pour imposer au reste du monde et sur le demi-siècle à venir la domination technologique et stratégique américaine. Le coût du programme est globalement inévaluable, car il dépend en partie de l'importance des commandes comme des modifications de spécifications et des retards de livraisons. Mais il dépassera les 300 milliards de dollars au plus bas.

Le F 35 a été conçu, selon l'expert américain (relativement) indépendant Bill Sweetman, cité par Philippe Grasset, comme visant à assurer aux Etats-Unis le monopole des avions de combat et donc la maîtrise de l'air ad eternam. Il doit signer la mort des programmes des industriels américains concurrents et surtout de ceux des « alliés ». Ceux-ci, Inde, Suède, Grande Bretagne, France se sont efforcés de maintenir des capacités industrielles en propre, notamment, en Europe, avec l' Eurofighter Typhoon, le Gripen, le Rafale. Mais ils devront s'incliner devant le « système F 35 » et ils devront quitter le marché avant 2020.

Le caractère « unique » du F 35 tient d'abord à l'intégration des processus de planification et de production. Lockheed Martin contrôlera toutes les améliorations et modifications de l'appareil, sans que les acheteurs puissent avoir la moindre marge de négociation. Au plan de l'emploi, il est également « unique » du fait de son système d'information. On sait que dans la « netwar », l'avion individuel comme son pilote sont indissociables de l'environnement des réseaux d'observation et de commandement au sein desquels ils opèrent. Tout repose en ce cas sur l'électronique. Or celle-ci, dans le cas du F.35, est entièrement propriétaire (spécifique). Les sous-systèmes automatisés gérant la logistique, par exemple, transmettront en continu les informations opérationnelles à la base militaire de Fort Worth (http://www.globalsecurity.org/military/facility/ft-worth.htm ). On ne voit donc pas comment les acheteurs étrangers pourraient utiliser l'appareil sans un soutien permanent et direct des Etats-Unis.

Qui dit soutien dit évidemment contrôle, allant jusqu'au plus petit détail. Ceci va loin, en ce qui concerne l'indépendance de l'Europe. Comme l'indique Philippe Grasset, dans ce domaine majeur de la souveraineté qu'est l'aviation de combat, les Européens, sauf à se fournir en chasseurs russes, dépendront entièrement d'un système politico-militaire prédateur. La dépendance sera absolue et irrévocable, tant au niveau technologique et de l'armement qu'aux niveaux politiques et de l'organisation. Il est intéressant de comparer les armements à la finance. Le « reste du monde » (ROW) s'y est révélé prisonnier de la technologie et de l'asservissement bureaucratique américain. « Les Bear Stearns, Lehman Brothers, AIG et autres CitiGroup ont manifesté le même un esprit de piraterie faussaire, de désinformation, d'argent détourné et de promesses sans substance qui se retrouve dans l'aéronautique » Les dégâts seront les mêmes".

Il est donc étonnant de voir comment les opinions publiques européennes, pilotées par des dirigeants eux-mêmes conseillés par des « experts » non indépendants, veulent fermer les yeux sur ces questions d'armement et acceptent d'engager les ressources nationales dans des programmes d'achat qui signeront la fin de ce qui peut rester d'autonomie politique. Le F 35 continue à comptabiliser des “succès” (Norvège : choix préliminaire; Hollande : “sélection” de l'avion). On refuse de voir là l'œuvre des réseaux habituels déployés par l'industriel, le Pentagone et l'Otan sous la forme de diverses menaces et pressions. Tous les pays coopérants s'appuient pour justifier leurs choix sur les seules informations fournies par le JSF (F 35) Program Office.

Philippe Grasset, pour sa part, considère que la baudruche va se dégonfler, dans ce domaine comme dans celui de la finance. Il expose les nombreuses raisons qui selon lui marquent l'échec programmé du système F 35 comme celles à terme des ambitions américaines d'Air Dominance (laquelle inclut aussi d'autres vecteurs, comme les ravitailleurs, Awacs, drones, stations au sol, etc.). Pour notre part, nous ne le pensons pas. Sous la forme actuelle ou sous d'autres formes renouvellées, le système de domination militaire et civil grâce auquel s'impose l'Amérique ne disparaîtra pas. Certains naïfs comptent sur Barack Obama pour réformer l'ensemble de ce système, à commencer par le lobby militaro-industriel qui est le coeur des stratégies américaines depuis la seconde guerre mondiale. Nous ne croyons pas à cette perspective.

Tant que les USA demeureront une puissance politique, ils auront besoin de défendre leurs bases économiques (accès au pétrole, aux matières premières, aux espaces géographiques stratégiques) et d'imposer le dollar. Une complète maîtrise militaire de l'air (et du spatial) leur restera donc indispensable. Même en situation de crise économique aiguë, ils n'abandonneront pas leur Air and Spatial Dominance. De même, un organisme qui perd ses forces réserve jusqu'au bout son oxygène à son coeur et à son cerveau.

Il serait donc plus que jamais nécessaire que les Etats européens réagissent, s'ils ne veulent pas rester sous la domination américaine, alors que celle-ci est en train de les entraîner dans sa chute. Ils devraient notamment renoncer à soumettre ce qui leur reste d'industries aérospatiales et d'armement au pouvoir technique et intellectuel exercée par le Pentagone via l'Otan et les achats d'armes découlant de l'intégration des forces. Hélas, personne en Europe ne semble l'avoir encore compris.

Témoin en est Nicolas Sarkozy dont les propos relatifs à la nécessité de prendre des distances à l'égard des Etats-Unis sont illisibles. D'une part il leur reproche d'avoir été responsables de la grande crise financière actuelle, d'autre part, il confirme la réinsertion complète de la France dans l'Otan. Concrètement, par ailleurs, s'il fait de grands discours sur la protection de l'industrie automobile, il oublie de mentionner les industries aérospatiales et navales françaises ou européennes en pleine déconfiture. Tant pis pour le Rafale, Galiléo et autres programmes moribonds. Tant pis pour nous tous.

**
Nous n'avons mentionné ici que l'Air Dominance. Mais il en est bien d'autres sur lesquelles l'Empire, malgré ses futures difficultés, continuera à s'appuyer. N'en citons qu'une seule, aussi importante même si elle est plus diversifiée et de ce fait moins visible, c'est celle portant sur les sciences, technologies et applications des réseaux numériques. Barack Obama est en train de se doter d'une force de frappe accrue dans ce domaine essentiel. Là comme ailleurs, l'Amérique tirera une partie de sa puissance de la démission des autres acteurs « occidentaux ».

PS: Ajoutons, concernant les risques de subversion industrielle de l'Europe, que Mme Albright, actuelle conseillère de Barak Obama, qui avait l'habitude de dire, quand elle était Secrétaire d'État, que l'OTAN était le "service après vente" du complexe militaro industriel américain, préside actuellement l' "Albright Group, LLC" société d'investissement dans les hautes technologies destinée notamment à intervenir en Europe, et dont M. Joshka Fisher est Senior Strategic Counsel ... Le gauchisme mène à tout. Mais Michel Rocard ne serait-il pas membre du Transatlantic Policy Network (http://www.tpnonline.org/) , groupe de pression (lobbyists) destiné à influencer l'Union européenne en faveur de l'industrie américaine.

Notes
Articles de Dedefense
* Sur le F 35
* Sur l'Air Dominance

Photo: version F 35 Lightning du système JSF en cours de développement


 

Retour au sommaire