Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 90
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

LIVRES EN BREF

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Dans cette page, nous présentons en quelques lignes des ouvrages scientifiques éclairant les domaines abordés par notre revue. Jean-Paul Baquiast. Christophe Jacquemin

septembre-octobre 2008

Ingrid Rowland. Giorano Bruno, Philosopher/heretic. Farrar strauss and Giroux.

Giordano Brubo, d'après l'auteur de cette bibiographie, n'était pas le pur rationaliste martyrisé pour la pertinence de ses analyses cosmologiques contredisant la Bible, comme on l'imagine généralement. Certes, il avait eu le grand mérite de concevoir l'infini de l'univers et la pluralité des mondes, mais comme beaucoup de savants de son époque, il s'adonnait aussi à la magie et à des créations imaginaires débridées. De plus, il avait sans doute l'ambition si l'on peut dire du martyr, contrairement à Galilée. Ceci ne veut pas dire que l'Inquisition ait eu raison de le brûler, ni l'Eglise de refuser jusqu'à ces dernières années de reconnaître ses propres torts. Ingrid Rowland montre bien dans ce livre l'atmosphère absolument "délirante" qui était nécessaire à l'apparition d'idées nouvelles, dans un monde verrouillé par l'union des pouvoirs cléricaux et temporels. JPB 27.09.2008


John Waller. A time to Dance, a time to Die. Icon Books

Ce livre fait le récit des épidémies de danse paroxistique qui terrifiaientt les communautés de l'Ancien Régime, dont celle de 1518 avait été la dernière de grande ampleur en Europe du Nord. Les patients dansaient jusqu'à la mort, dans une atmosphère d'hystérie collective. Les exorciseurs appelés à l'aide ne faisaient qu'accroître le mal. Les chroniques qui nous en sont parvenues montre bien la capacité des populations de ces époques à verser dans la folie de groupe, malgré les efforts des rares esprits qui s'efforçaient de raison garder.

La danse de Saint Guy, bien étudiée aujourd'hui, qui était probablement à la base de telles épidémies, est une maladie neurologique qui continue à sévir, sous le nom de chorée aiguë, ou chorée de Sydenham, ou chorée rhumatismale. Elle est d'origine génétique mais suppose sans doute la contamination par un agent extérieur, généralement entre 5 et 15 ans. Le sujet atteint développe un rhumatisme articulaire. Une lésion du cerveau, et plus précisément d’une zone appelée le corps strié, apparaît. Cette pathologie entraîne un œdème et une congestion des méninges, parfois même des lésions de l’écorce cérébrale. Les symptômes sont souvent progressifs, mais peuvent parfois apparaître brutalement à la suite d’un traumatisme ou un d’un choc émotif.

Au Moyen Age, l'exemple des malades, malgré et sans doute à cause des poursuites de l'Inquisition, était imité par de nombreuses personnes qui n'étaient pas atteintes. Il s'agissait de phénomènes de contagion que l'on retrouve dans les scènes d'exorcisme ou de possession aujourd'hui. JPB 27.09.2008


Courney Humphries. Superdove. How the pigeons took Manhattan...and the world. Collins 2008

Les pigeons urbains offrent comme les rats d'égout et d'autres créatures moins visibles, l'exemple d'espèces qui se sont parfaitement adapatées à l'homme, dont on pourrait même dire qu'elles traversent les menaces environnementales contemporaines avec les meilleures chances de succès grâce à cette adaptation. Le pigeon sauvage a été domestiqué au Moyen Orient vers 3000 BCE, pour différents usages dont la nourriture. Mais il n'a jamais été emprisonné et nourri en cage comme le poulet. Il a toujours été libre de circuler et vivre à son gré. Aujourd'hui, il préfère quand il le peut vivre ...et bien vivre, dans des environnements urbains qu'à la campagne. Certains même sont fort heureux dans les métros. Les scientifiques parlent de "synanthropes" plutôt que d'espèces symbiotiques, car aujourd'hui elles n'apportent plus grand chose à l'homme, sinon l'esthétique.

On peut se demander cependant si inconsciemment l'espèce humaine ne tire pas quelques avantages de la présence des pigeons. Grâce à eux, elle voit un peu le monde, sans s'en rendre compte, comme le font les oiseaux. Elle "pense pigeon" , à l'occasion du moins. Ce qui pourrait lui apporter un avantage de survie à l'avenir. Le problème posé par le rat de ville est tout différent, mais il n'est pas traité dans ce livre. JPB 27/09/2008

Retour au sommaire