Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 86
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).


Chroniques du post-humain
Chronique introductive I

26/01/2008

Avec Miguel Benasayag, nous envisageons de publier dans cette revue, sans en engager nécessairement la ligne rédactionnelle de celle-ci, une douzaine de chroniques où nous échangerons à bâtons rompus des propos personnels non seulement sur les sciences et les technologies mais sur la façon dont elles sont reçues dans la France contemporaine. Avant d'entrer dans le vif du sujet, nous allons consacrer au moins deux de ces chroniques à présenter notre démarche et commencer à en justifier l'intitulé général. Jean-Paul Baquiast

Miguel Benasayag est philosophe et psychanalyste, enseignant, courriériste et auteur de nombreux livres.
Pour plus de détails, voir :
http://www.peripheries.net/article186.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Miguel_Benasayag

Macro-processus et individus

Miguel Benasayag
Je rencontre beaucoup de gens, dans ma consultation de neuropsychiatrie, à mes cours et lors de divers contacts sociaux. Tous ces gens me semblent exprimer un socle de préoccupations communes à notre époque. Même s'ils ne traduisent pas ces préoccupations d'une façon explicite, leurs comportements, allant du malaise à la dépression, voire aux tentations de violence ou d'autodestruction, méritent d'être analysés. Je dirais en simplifiant que les individus se sentent les objets passifs de macro-processus qui les dépassent, émanant de ce que vous nommez dans votre livre des super-organismes, où ils ne retrouvent rien de ce qu'ils appelaient les valeurs de l'humanisme, de la culture et même de la vie.

Jean-Paul Baquiast
On attribue généralement ce malaise au manque d'information devant l'évolution des sciences et technologies. Les gens n'y comprennent pas grand-chose, ceci d'autant plus que cette information est souvent présentée par des «experts» aux points de vue différents, entre lesquels le profane se sent impuissant à trancher.

Miguel Benasayag
L'information, même donnée de façon aussi objective que possible, ne suffit pas, car elle reste intérieure à chacun des grands domaines de recherche qui sont présentés. Elle n'aborde pas suffisamment les questions profondes communes que posent toutes ces sciences et que vous au contraire ne craignez pas d'évoquer, dans vos livres ou dans votre revue. Je pense notamment à la remise en cause d'un certain nombre d'illusions qui jusqu'à présent étaient à la base même de l'image d'eux-mêmes que les gens avaient : celle de disposer d'une conscience autonome et d'un libre-arbitre, celle de pouvoir se rapprocher des autres autour d'une conception commune de l'homme, celle de pouvoir imposer au développement des technologies des valeurs traditionnelles définissant ce que doit être pour eux la société. Même ceux qui refusent les prétendues certitudes des religions ne peuvent se sentir à leur aise dans un monde dont il semble devenu impossible de prévoir l'évolution.

Jean-Paul Baquiast
C'est ce que vous voulez dire, si je comprends bien, quand vous insistez sur ce phénomène majeur de notre époque, l'émergence du post-humain, voire de l'in-humain, le mot étant pris, comme le dit Ollivier Dyens, au sens propre et non pour faire peur (Ollivier Dyens, La Condition inhumaine, Flammarion). C'est un peu ce que j'écris aussi quand j'évoque les perspective de la conscience artificielle autonome(1) et de ce que je nomme l'hyperscience(2). Celles-ci nous conduisent nécessairement à évoquer la perspective du post-humain(3).

Miguel Benasayag
Exactement. Face au déploiement des possibilités de la science, des voix s'élèvent pour demander des lieux et des méthodes d'information du public, afin que celui-ci puisse, en étant informé, participer à l'orientation de la recherche scientifique. Mais pour ma part, tout en reconnaissant la motivation honorable et démocratique d'une telle démarche, je ne peux qu'y voir une forme d'impuissance structurelle. Les macro-processus ne peuvent pas être évoqués dans la perspective de leurs relations avec l'homme de l'humanisme tout simplement parce que celui-ci est dorénavant une figure éculée.

Jean-Paul Baquiast
Il me semble que l'une des façons consistant à résoudre la difficulté à se représenter le monde tel qu'il évolue actuellement consisterait à laisser parler librement ce que vous nommez des macro-processus, par la voix de ceux qui sont du fait de leurs travaux mieux placés que d'autres pour en exprimer le sens implicite. Pour reprendre l'exemple de la question fondamentale de la conscience et du libre-arbitre, il faudrait déjà dans un premier temps laisser s'exprimer les différents chercheurs qui sans postulats métaphysiques a priori explorent les mécanismes multiples par lesquels selon la science actuelle les objets matériels et les êtres vivants, humains compris évidemment, entrent en compétition darwinienne et font émerger un cerveau global partiellement auto-référent, ou mieux un esprit global (global brain).

Miguel Benasayag
C'est effectivement dans cet esprit-là qu'il faut je crois poser la question du post-humain. Je la situerais en termes de "relève". Autrement dit : quelle sera la nouvelle ou les nouvelles figures qui pourront prendre la place de ce que, faute de mieux, nous pourrions appeler un opérateur, un sujet, étant entendu que pour nous l'humain tel que défini par la tradition ne peut plus jouer ce rôle.

Les individus et les sujets

Jean-Paul Baquiast
Je voudrais vous poser une question personnelle à ce sujet. Face à un patient déprimé, ne vous arrive-t-il pas de l'exhorter à «se reprendre», à «se prendre en mains», ceci au regard d'une image traditionnelle de ce qu'est le libre arbitre de l'individu humain ?

Miguel Benasayag
J'évite de le faire. Pour moi, ce serait un aveu d'impuissance. Je préfère l'engager dans une analyse libre des différentes contraintes exprimant la façon dont il perçoit ses difficultés. Souvent émerge de ces analyses un être nouveau, inattendu de lui et de moi, qui semble avoir résolu les problèmes pour lesquels il était venu me consulter.

Jean-Paul Baquiast
Vous croyez donc à la vertu thérapeutique de discussions libres sur des thèmes comme la vie, la conscience, les sociétés animales et humaines, voire de problématiques comme la complexité, l'auto-organisation, l'émergence d'ordre, les systèmes multi-agents, etc.

Miguel Benasayag
J'en suis persuadé. Ceux qui entrent dans de telles discussions, quelles que soient leur difficultés personnelles d'adaptation au monde, s'élèvent à un niveau supérieur de conceptualisation que leur permet d'échapper à l'enfermement dans leurs contraintes et de prendre si l‘on peut dire, de l'air.

Jean-Paul Baquiast
Et vous pensez que vous et moi, discutant publiquement de ces questions, nous pourrions pour notre petite part contribuer à cette sortie de l'enfermement. Mais ne serions-nous pas tentés de nous prendre trop au sérieux. On nous demandera légitimement qui nous sommes pour donner ainsi aux autres des leçons de compréhension du monde...

Miguel Benasayag
Bien sûr, il ne s'agirait pas d'un procédé par lequel deux individus nommés Miguel et Jean-Paul tenteraient de se faire valoir aux yeux de leurs contemporains. Je crois qu'un certain nombre de gens, de par leur parcours, leurs expériences et leurs réflexions, sont sans même le vouloir ni le savoir capables de donner la parole à des mécanismes qui les impliquent et qui les dépassent. Je vois cela constamment en neurologie et en psychiatrie. Des individus se trouvent «happés» ou «parlés» par des processus supérieurs, qui les surdéterminent. Les écouter et tenter de les comprendre par empathie est toujours porteurs d'un enseignement, quel que soit le thème. Je suis persuadé que grâce aux événements particuliers et d'ailleurs très différents qui nous ont construits, vous et moi, sommes de ceux-là.

Jean-Paul Baquiast
Admettons-le si vous voulez, sans fausse modestie. Pour ce qui me concerne, je constate en effet que je ne peux pas m'empêcher de communiquer aux autres, par la parole et surtout l'écriture, ce que je crois avoir retenu de mes études et de mes échanges. Je pense que ce faisant je leur suis utile. Beaucoup des lecteurs de notre revue nous demandent, à Christophe Jacquemin et à moi, de ne pas abandonner cette entreprise qui disent-ils, leur apporte beaucoup. Je sais que de votre côté, parallèlement, de nombreux lecteurs et auditeurs suivent très fidèlement vos travaux. Mais dans le même temps, je ne voudrais pas que l'on puisse nous reprocher de nous prendre pour des gourous et des illuminés qui prétendraient avoir eu des révélations et qui chercheraient à les vendre aux esprits crédules.

Des "hubs" informationnels

Miguel Benasayag
Vous évoquez là deux choses. La première est la fonction du prophète religieux, qu'il convient d'étudier de façon matérialiste comme une fonction sociale. La seconde est bien plus importante. Elle concerne ce que représentent réellement des individus comme vous et moi, avec leurs caractéristiques génétiques et culturelles, exprimées dans des histoires spécifiques. Contrairement aux illusions, nous ne sommes pas vraiment des unités, des personnes, mais plutôt des nœuds ou carrefour de communications dans un réseau complexe de forces et d'informations. Nous recevons, traitons et réémettons beaucoup de ces informations, presque à notre insu et sans en avoir un mérite particulier.

Jean-Paul Baquiast
Je vois très bien ce que vous voulez dire. On pourrait parler de "hubs" afin de faire chic. Pour prendre mon propre exemple, j'ai constaté que depuis maintenant sept ans que nous avons lancé la revue Automates-intelligents, et consulté pour cela des milliers d'articles tirés de multiples disciplines différentes, certains émanant des meilleurs esprits mondiaux, il s'est formé dans mon esprit (je devrais dire pour être plus exact dans mon cortex cérébral) une représentation globale de l'univers, de la vie et de l'humain qui est une sorte de synthèse cohérente de toutes ces données disparates. Cette représentation n'a pas été le produit d'un travail volontaire destiné à élaborer une thèse rationnelle. Une telle démarche aurait été impossible, compte tenu de la multiplicité, de la diversité et souvent du caractère contradictoire ou partiel des sources. Cette représentation n'est pas non plus immédiatement exprimable par le langage. La plupart de ses aspects me sont inconscients ou ne sont évoqués en conscience que de façon épisodique. En revanche, elle est très puissante, et me permet, presque sans réfléchir, quand je tombe sur des propos qui pour telle ou telle raison me paraissent incompatibles avec les multiples sources du savoir implicite que j'ai accumulé, de ne pas me laisser embarquer par eux.

Je suppose qu'il en est de même pour vous, qui avez beaucoup vécu, lu et réfléchi. Il est donc légitime de penser, sans nous prendre pour des phares de la pensée, que des discussions entre nous pourraient répercuter sur des auditeurs une partie de cet acquis. Certes, les radios et télévisions multiplient de tels échanges, entre personnes de grande qualité. Je pense en particulier à France Culture, que vous connaissez bien. Mais nous pouvons avoir la faiblesse de penser que tous n'ont pas notre expérience, en matière notamment de sciences et technologies. Beaucoup de philosophes et hommes politiques s‘expriment à ce propos sans avoir vraiment tenté de s'informer sur ce dont ils parlent.

Miguel Benasayag
Je suis pour ma part depuis longtemps convaincu que je ne dois pas attacher à ma propre personne plus d'importance qu'elle ne mérite. Ce n'est pas elle qui compte mais les quelques connaissances que j'ai pu acquérir et pourrais répercuter. En tant que psychanalyste, en effet, je reproche à la psychanalyse de vouloir identifier toute la production d'une personne à un individu. Or l'ego de cet individu existe, mais c'est la partie congrue d'un ensemble multiple, non polarisable. Encourager le patient à se concentrer sur cet ego, c'est lui retirer toute chance de se remettre en capacité de s'insérer dans les flux de communications composant la société.

Jean-Paul Baquiast
Je crois qu'une des réflexions que nous devrons mener concerne en effet la place excessive qui est faite à l'individu dans la société de consommation capitaliste actuelle. C'est une banalité de le dire, mais il faut le répéter. Exalter l'individu, ou plutôt encourager chez l'individu l'enfant gâté qui a le droit de se payer tout ce qu'il a les moyens d'acquérir mène les économies occidentales à la ruine. Certaines religions, qui poussent les individus à se comporter en martyr, ne font pas mieux. Dans tous ces cas, la prise en considération du collectif est oubliée.

Miguel Benasayag
Je me méfierai du terme « collectif » qui pourrait nous ramener aux pires des délires staliniens. Ce qui pour nous s'oppose à l'hyper-individu n'est pas le collectif. C'est ce que j'appellerais la multiplicité agencée. Mais cette multiplicité agencée peut être représentée par un seul individu, par exemple un lecteur et le livre qu'il lit. Un des échecs du marxisme appliqué est qu'il n'a pas su donner à l'individu des possibilités de dépassement autres que dans le parti ou le kolkhoze. Une des richesses de notre époque technologique, au moins dans les démocraties, est que grâce aux réseaux de l'information et des connaissances, les individus peuvent entrer en travail coopératif avec d'autres en oubliant la partie personnelle, égotique, de leur personne. Aussi bien, quand un chercheur, par exemple, laisse son ego influencer sa relation de travail avec les autres, c'est toute sa recherche qui risque d'en souffrir.
C'est vrai aussi dans une moindre mesure pour d'autres créateurs : artistes plasticiens, musiciens, écrivains, architectes. On a tendance à dire que sans ego exacerbé il n'y a pas de création authentique. Je pense que les choses sont plus compliquées. Pour eux aussi, l'ego est un attracteur dangereux.

Jean-Paul Baquiast
J'en dirais de même des hommes politiques. Il leur faut un peu d'égo mais pas trop, sans quoi ils se coupent de la multiplicité agencée dont vous parlez. Quoi qu'il en soit, je suis d'accord avec vous. Ce thème de l‘individu et de son ego, que ce soit ou pas dans la perspective du post-humain, devra être un de ceux sur lesquels nous devrons essayer de réfléchir.


(à suivre)


Notes
(1) On pourra lire notamment les ouvrages :
"Entre science et intuition - La conscience artificielle" (essai), par Jean-Paul Baquiast et Alain Cardon, Editions Automates Intelligents, 2003 ;
"Pour un principe matérialiste fort", par Jean Paul Baquiast, Editions Jean-Paul Bayol, mars 2007 (lire la recension de Christophe Jacquemin).
Ce livre s'enrichit d'un site web : y lire notamment "Un cahier des charges fonctionnel pour une conscience artificielle" ;
ainsi que l'interview d'Alain Cardon : http://www.automatesintelligents.com/interviews/2002/fev/cardon.html
et notre éditorial "Conscience artificielle, un enjeu majeur pour la france" (juin 2001).
(2) Voir notre éditorial "Introduction à l'hyperscience" (octobre 2007).
(3) Lire notre entretien avec Nick Bostrom (octobre 2005).

Retour au sommaire