Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 84
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Publiscopie

Ecologie et gouvernance mondiale, par Jean-Michel ValentinEcologie
et gouvernance mondiale
Par Jean-Michel Valentin
Autrement,
Octobre 2007

Présentation par Christophe Jacquemin 11/11/2007

 

 

Jean-Michel Valentin est spécialiste des questions de développement durable et d'environnement. Vivement intéressé par le lien entre les modifications environnementales et les évolutions stratégiques, il collabore régulièrement à la revue "Diplomatie Magazine".

Il est par ailleurs docteur en études stratégiques et sociologie de la défense, spécialiste de la sociologie de la stratégie américaine et ancien chercheur au Centre de recherches pour la paix et d'études stratégiques (CIRPES).

Précédents ouvrages :
"Hollywood, le Pentagone et Washington, les trois acteurs d'une stratégie politique" (Autrement, 2003), dans lequel il lève le voile sur l'interdépendance entre l'industrie cinématographique américaine et l'appareil de sécurité national des Etats-Unis
"Menaces climatiques sur l'ordre mondial" (Lignes de repères, 2005)

 

Nombre de livres sortent aujourd'hui sur le sujet de l'écologie. Bien souvent, simplement parce que c'est d'actualité (le Grenelle de l'environnement y étant certainement pour quelque chose) et que le sujet fait vendre. Bien sûr, de bons ouvrages existent(1), mais rappelons que l'édition est un secteur consummériste...

Il faut alors recommander ici la lecture d'Ecologie et gouvernance mondiale :

Tout d'abord parce que Jean-Michel Valentin place son propos sous l'angle de l'Ecologie politique.
L'analyse de la crise de l'environnement doit résulter d'une vraie confrontation entre les contradictions inhérentes à la cité humaine, à sa croissance, à la façon dont elle est gouvernée. Elle doit être vue sous un angle stratégique, dans un monde multipolaire.
C'est toute l'originalité de l'auteur de se concentrer sur les aspects géopolitiques des changements climatiques. Nous avions déjà remarqué son précédent ouvrage "Menaces climatiques sur l'ordre mondial" (éditions Lignes de repère, 2005) où, au-delà de la position officielle de tel ou tel pays face au protocole de Kyoto (affectant aussi la légitimité des Etats), l'auteur livrait un état des lieux des fronts idéologiques à l'oeuvre. Il montrait déjà, en quoi et comment le réchauffement climatique, bien au-delà du phénomène météorologique, était une menace globale qui allait redistribuer les cartes entre les puissances mondiales. En quoi il redessinait un nouvel ordre mondial. Dans cet exercice prospectif, il explorait le choix des possibles, non sans rappeler que les changement induits "entrent en synergie avec l'ensemble des vulnérabilités économiques, sociétales, politiques et stratégiques, devant de nouveaux facteurs de dislocation à l'échelle mondiale".
Par sa dernière phrase "Nous sommes à la croisée des chemins", ce livre (écrit en 2004 et publié en 2005) préfigurait alors celui qui sort aujourd'hui.

Ensuite parce qu"Ecologie et gouvernance mondiale est écrit de façon claire et concise.
Loin des catastrophismes et de ses visions moralistes, l'ouvrage passe en revue la mécanique qui commence à se mettre en place, au niveau mondial(2), afin de réagir aux enjeux environnementaux. Selon l'auteur, l'écologie est devenue la clé de la gouvernance mondiale. Les années à venir seront celles où la créativité humaine, politique, scientifique et technique, culturelle et éthique, s'investira dans le projet global de perpétuation de nos sociétés en préservant l'environnement : "Les résistances sont nombreuses mais une dynamique sociopolitique globale est en train de s'implanter, dont l'objectif est de faire évoluer les relations entre l'humanité et l'écosystème planétaire afin de prévenir un risque majeur d'effondrement socio-environnemental généralisé".
Cette démarche repose sur la prise en compte de la complexité, dont l'ignorance serait contre-productive. Ainsi, pour l'auteur, nous sommes entrés dans un nouveau paradigme...

En espérant que nous saurons très vite l'implanter avant d'avoir épuisé notre planète...

(1) .*Hélas, le plus souvent, les approches originales proviennent d'auteurs étrangers. Voir par exemple notre article "Le plan B de Lester Brown".
(2) Notons qu'un chapitre entier est cosacré à la démarche française ("La France, la politique et la promotion de l'écologie").

Retour au sommaire