Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 83
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Article
Daniel Tammet, le calculateur prodige

par Jean-Paul Baquiast
07/08/07

Image : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi

Dans l'ouvrage Making up the Mind (http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2007/83/frith.htm), le professeur de psychologie Christopher Frith a montré comment le cerveau, à l’insu de la conscience, pouvait procéder à des opérations mentales de grande ampleur. Les unes sont du domaine de l’imaginaire (par exemple les hallucinations), les autres du domaine du rationnel. Il s’agit en ce cas de raisonnements ou de démonstrations qui s’imposent au sujet sans qu’il ait eu conscience de les déclencher. Les plus troublants de ces raisonnements sont ceux ayant trait aux mathématiques et les plus spectaculaires sont ceux qui concernent la science des nombres.

Daniel Tammet - Photo :  http://www.optimnem.co.uk/Les psychologues, relayés par la grande presse, s’intéressent actuellement au cas extraordinaire d’un britannique de 28 ans, Daniel Tammet. Comme on le verra dans les articles cités en référence, il a été diagnostiqué comme autiste léger (syndrome d’Asperger), trouble qui lui interdit certains comportements sociaux comme la conduite automobile. Il est atteint également de synesthésie ou chevauchement des sens. Tel Rimbaud, par exemple, il associe des couleurs ou des reliefs à la perception des lettres et des chiffres. Mais ce sont ses aptitudes aux langues (il en maîtrise dix) et surtout ses capacités en calcul mental qui posent des problèmes fondamentaux.

A ce sujet, et selon Jean-Pierre Langellier, auteur d'un article paru dans Le Monde daté du 5 août: « On a dit de Daniel qu'il est un "homme-ordinateur". Pourtant, il ne "calcule" pas. Lorsqu'il multiplie deux nombres, il trouve la solution sans effort conscient : "Je vois le premier nombre à gauche, le second à droite, et une troisième forme apparaît. C'est le résultat. Je me contente de lire cette image mentale. Je n'ai pas besoin de réfléchir." Il lui suffit de 28 secondes pour trouver le quotient de deux nombres, accompagné de 32 chiffres après la virgule. Faut-il préciser qu'il n'écrit jamais aucune opération ? Daniel n'est pourtant pas un matheux classique. Il n'aime guère l'algèbre et ses équations, encombrées de lettres mais si pauvres en chiffres. Ses disciplines favorites sont les nombres premiers, les problèmes de probabilité et le calcul calendaire, où il devine en un instant quel jour de la semaine vous êtes né. Pi est son nombre favori, le seul qui se déroule à l'infini. Quand il calcule les décimales de pi, « les chiffres défilent devant ses yeux, dit-il, comme les images d’un film ».

Si l’on en croit ce témoignage, Daniel Tammet ne calcule pas consciemment, comme le font semble-t-il certains calculateurs mentaux utilisant leurs capacités cérébrales pour imaginer et mémoriser les opérations qu’ils exécutent. Mais son témoignage est-il fiable ? Si oui, il faut s’interroger sur les ressources qu’emploie son cerveau pour réaliser des calculs dont il se bornerait à enregistrer consciemment les résultats. Le cerveau étant une machine finie ne peut pas consacrer des ressources illimitées pour calculer, comme le font Tammet ou d’autres prodiges, des nombres considérables en un temps relativement court, 28 secondes pour la 32e décimale d’un quotient et 5 heures 9 minutes pour la 22.500e décimale de Pi, dans le cas de Tammet.

Pour procéder à ces opérations, le cerveau de Tammet procède-t-il de la même façon que le cerveau d’une personne ordinaire se livrant à des calculs mentaux ? Dans cette hypothèse, certains psychologues ont supposé que le cerveau des calculateurs prodiges affecté d’autisme léger était isolé des contraintes de la vie courante par cette affection, ce qui lui permettait de se consacrer entièrement au calcul. On expliquerait ainsi le génie précoce de certains savants tels Newton ou Einstein, bien que les découvertes de ceux-ci ne se soient pas limitées à des performances en arithmétique. Mais ne faut-il conjuguer cette explication avec d’autres, celle par exemple selon laquelle le cerveau de ces personnes, sollicité par un calcul complexe, y consacrerait de nombreuses aires cérébrales non utilisées à cette fin par des mathématiciens ordinaires ? Il faudrait aussi savoir si, en procédant à ces calculs, les aires cérébrales concernées travaillent sur le mode séquentiel distribué, comme certains ordinateurs, ou autrement.

Il paraît un peu surprenant que les scientifiques n’étudient pas de façon plus approfondie, avec évidemment son consentement, les facultés d’un Tammet. Pourrait-on en tirer des enseignements utiles sur le fonctionnement du cerveau, ses rapports avec la conscience et, dans un autre domaine tout aussi intéressant, sur les relations entre les nombres et l’architecture neuronale – que ce soit celle du cerveau humain ou celle du cerveau de certains mammifères et oiseaux capables de calculs.

Pour en savoir plus
Le site de la société Optimnem, créée par Tammet : http://www.optimnem.co.uk/
Sur Tammet: http://en.wikipedia.org/wiki/Daniel_Tammet
Article du Monde : http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,1-0,36-941913,0.html
Article du Guardian : http://www.guardian.co.uk/weekend/story/0,,1409903,00.html
Sur le nombre Pi : http://fr.wikipedia.org/wiki/Pi L'image ci-dessus est tirée de cette page.
Sur le nombre transcendantal e ou nombre d’Euler (La fonction [e puissance x] est bien connue, c’est la fonction exponentielle) voir http://en.wikipedia.org/wiki/E_(mathematical_constant
Voir aussi NewScientist, 21 juillet 2007, p. 38.

Retour au sommaire