Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 82
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

LIVRES EN BREF

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Dans cette page, nous présentons en quelques lignes des ouvrages scientifiques éclairant les domaines abordés par notre revue. Jean-Paul Baquiast. Christophe Jacquemin

The Brain That Changes Itself, Stories of Personal Triumph From the Frontiers of Brain Science, Norman Doidge, M.D., Viking, 2007

Dans ce livre destiné à surprendre, l'auteur, neurologue se disant lui-même neuroplasticien, c'est-à-dire étudiant les capacités d'adaptation du cerveau, montre que celui-ci n'est jamais figé dans une posture atteinte à l'âge adulte. Il est capable de se reconfigurer en permanence, sous la pression des contraintes rencontrées par le sujet. Ainsi disparaît de plus en plus la distinction traditionnelle entre le cerveau (brain) et l'esprit (mind), le premier étant par définition rigide et le second souple. La plasticité du cerveau se manifeste dès le jeune âge et se poursuit jusqu'à la vieillesse. Elle a de bons côtés, en permettant par exemple à un cerveau touché par une attaque de récupérer. Mais elle en a d'inquiétants. Les cerveaux peuvent se déformer durablement lorsqu'ils sont soumis à des stimulus visant à imposer aux sujets des croyances ou des comportements agressifs.

La question de fond n'est pas résolue par l'auteur: quels sont les agents cérébraux ou autres qui provoquent l'adaptation ou la réadapatation du cerveau. S'agit-il de fonctions primitives, bottom up, comme celles permettant à certains organes de compenser des déficits? S'agit-il au contraire de fonctions globales, tpp down, découlant du fonctionnement de ce que les théoriciens de la conscience primaire nomment le noyau actif?


Endless Universe: Beyond the Big Bang; Neil Turok et Paul J. Steinhardt, Doubleday, 2007

Neil Turok est professeur de physique théorique à l'université de Cambridge (USA), Paul Steinhardt à Princeton. Leur livre conteste l'hypothèse généralement admise du Big Bang comme origine de notre univers. Il s'appuie sur une nouvelle version de la théorie des cordes, dite aussi M Theory. Il relance l'hypothèse de l'univers cyclique, en voulant montrer que le Big Bang n'était qu'un écho de la collision de deux "membranes" ou "branes" (braneworlds), résultant du dépérissement d'un univers antérieur disparu. Cette hypothèse, dite "ekpyrosis", promet l'apparition d'un nouveau cycle, avec un nouveau cosmos, dans des trilliards d'années futures. Elle est évidemment totalement invérifiable. Mais le livre est très attrayant, de lecture facile et met le lecteur au coeur des débats des physiciens théoriciens - auxquels se complaisent sans y comprendre grand chose beaucoup de philosophes métaphysiciens, espérant parfois y trouver la preuve de l'existence de Dieu.

Il faut savoir cependant que, comme le plaide Lee Smolin dans son dernier livre, qui vient d'être traduit en français(1) la théorie des cordes est considérée par certains comme une machine à soutirer des crédits de recherche alors que des problèmes plus immédiats et plus faciles à résoudre mériteraient les financements publics.

(1) "Rien ne va plus en physique ! : L'échec de la théorie des cordes" par Lee Smolin, Alain Connes, et Alexeï Grinbaum, Dunod . Voir notre brève introduction au livre, version anglaise ("The Trouble with Physics") dans http://www.automatesintelligents.com/actu/060931_actu.html


Retour au sommaire