Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 81
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée
 Dans La Revue
 

Retour au sommaire

Automates Intelligents s'enrichit du logiciel Alexandria.
Double-cliquez sur chaque mot de cette page et s'afficheront alors définitions, synonymes et expressions constituées de ce mot. Une fenêtre déroulante permet aussi d'accéder à la définition du mot dans une autre langue (22 langues sont disponibles, dont le Japonais).

Du côté des labos

Emergence d'une nouvelle culture au Royaume-Uni ? : soixante robots vont interagir
au sein de "villages" robotiques

Christophe Jacquemin et Jean-Paul Baquiast - 08/05/07

Robots de l'Intelligent Autonomous Systems Laboratory (Université de West Engalnd)Une équipe pluridisciplinaire provenant de 6 institutions(1) mène au Royaume-Uni un programme de 4 ans visant à étudier la création et l'évolution de liens sociaux entre 60 robots appelés à cohabiter dans une société globale. Le financement de quelque £735,000 est apporté par l'Engineering and Physical Sciences Research Council.

Les robots seront répartis entre groupes, ou "villages". Chaque robot copiera les autres en apportant de légères modifications aux comportements observés, ce qui permettra de faire apparaître des patterns comportementaux susceptibles de se transformer en une culture globale. Bien évidemment, cette culture n'aura rien d'humain, mais sera propre aux robots considérés.
Les conditions environnementales seront régulièrement modifiées afin de voir comment les robots s'y adaptent, et si certains d'entre eux se révèlent plus performants que les autres.

Au cours de cette expérience, les chercheurs espèrent que ces nouveaux comportements émergents (qui pourront être analysés de façon qualitative et quantitative) témoigneront de l'émergence d'une "culture robotique".
Les enseignements tirés de l'étude pourraient aussi être exploités pour mieux comprendre l'émergence des cultures chez les animaux et les humains : "naturellement les comportements qui émergeront et évolueront ne seront pas humains mais robotiques. Nous ne nous attendons pas à ce que ces «mèmes» artificiels aient une signification dans un contexte culturel humain - ils seront seulement significatifs daAlan Winfieldns le contexte fermé de cette société artificielle", indique Alan Wienfield, roboticien au laboratoire des systèmes intelligents autonomes de l'université West England (Bristol). L'un des défis principaux de cette recherche sera de pouvoir identifier et interpréter ces modes de comportement comme évidence d'une culture naissante chez les robots. "Il s'agit de voir si cette émergence peut nous éclairer de façon plus générale sur la façon dont la culture émerge, et quelles implications cela peut avoir pour les sociétés humaines, animales ou artificielles. Dans un sens nous utilisons les robots comme un microscope pour étudier l'évolution de la culture", explique le roboticien.

L'équipe projette également de lancer un site Web de sorte que ce "laboratoire artificiel de culture" puisse être observé par le public le plus large possible, qu'il s'agisse des écoliers, des universitaires ou simplement des passionnés...

Vu le faible coût relatif de ce projet, on comprend mal que des projets analogues ne soient pas conduits dans de nombreuses autres universités. Mais peut-être se heurte-t-on encore à la crainte quasi-religieuse d'avoir à considérer que les pratiques culturelles peuvent résulter d'interactions simples entre composants eux-mêmes simples, et être étudiées par des roboticiens évolutionnistes plutôt que par des sociologues de formation littéraire ou juridique ?

Ce robot (Qwerbot) est l'un de ceux qui peut être aisément construit par de non roboticiens utilisant le Telepresence Robot Kit developpé ed by the CREATE Lab in Carnegie Mellon University's Robotics Institute © Ken Andreyo/CMUPS: Dans le même esprit, bien que cela n'ait pas grand chose à voir, signalons que Carnegie Mellon propose des éléments de robots pouvant être assemblés par des particuliers, à partir d'un mode d'emploi simple. Il s'agit du Telepresence Robot Kit (TeRK) conçu par le CREATE lab(2). Les robots obtenus peuvent être pilotés et interagir par Internet. Ils sont susceptibles de différents usages, à partir de morphologies différentes. Là encore, compte-tenu des progrès considérables apportés par la technologie grand public, on ne peut que regretter l'absence des industriels européens dans ce domaine prometteur.

(1) Le projet groupe l'équipe suivante : Alan Winfield, roboticien (Intelligent Autonomous Systems Laboratory, Université West England), John W Crawford, biologiste théoricien (université d'Abertay) ; Robin Durie, philosophe (université d'Exeter) ; Frances Griffiths sociologue (université de Warwick) ; Alistair Sutcliffe, informaticien (université de Manchester) ; Jenny Tennant Jackson, historien d'art et théoricien culturel (université métropolitaine de Leeds).

(2) Community Robotics, Education and Technology Empowerment Lab.

Pour en savoir plus
Article de BBC News : http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/scotland/tayside_and_central/6587377.stm
Université d'Abertay : http://www.abertay.ac.uk/
Telepresence Robot Kit (TeRK) :
http://www.terk.ri.cmu.edu/media/


Retour au sommaire