Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 68
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée




 

Retour au sommaire

Article
Une simulation par réseau neuronal capable d'apprendre et de reproduire certains éléments psychopathologiques
par le docteur Hamid Naveripoor hamid_nayeripoor@yahoo.fr
(
3 novembre 2005)

Nous avons reçu d'un correspondant, le docteur Hamid Naveripoor, que nous remercions, l'article suivant. Nous le publions, précédé d'une introduction de l'auteur. Le thème nous paraît proche de ceux évoqués fréquemment dans notre revue, mais n'ayant pas d'expertise suffisante pour juger de sa pertinence, nous laissons à nos lecteurs le soin d'en décider. AI

Je suis médecin psychiatre et je travaille actuellement à l'hôpital Henri Mondor à Créteil.
J'ai appris la programmation seulement pour faire une simulation par réseau neuronal afin de démontrer le pouvoir explicatif de mes hypothèses en psychiatrie.

Ces hypothèses pour lesquelles je ne trouve pas d'écho dans le milieu psychiatrique sont les suivantes:

- Il existe une correspondance entre les unités conceptuelles et les unités neuronales.

- Si on accepte cette première hypothèse il sera très facile de faire d'autres hypothèses, permettant par exemple de trouver des mécanismes pour les maladies mentales. Par exemple la schizophrénie peut avoir comme cause une insuffisance d'inactivation des neurones.

Le programme que j'ai réalisé n'est sans doute pas du niveau permis par les progrès actuels de l'intelligence artificielle; mais il a l'avantage d'être basé sur un point de vue théorique qui englobe aussi des explication pour les maladies mentales.

En fait je pense qu'on peut proposer un nouveau test de Turing; à savoir : une machine dispose d'une intelligence de type humain si elle peut manifester en cas de dysfonctionnement des troubles semblables aux maladies psychiatriques. Dans un tel test ce programme aurait de très bons résultats.

Pour accéder à l'article, cliquer ICI. PDF 38 Ko

Retour au sommaire