Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 58
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée




 

Retour au sommaire

Article

 

Nanotechnologies et dépollution de l'eau
par Jean-Paul Baquiast
15
octobre 2004

 

Les industriels européens s'intéressent aux nanotechnologies. A ceux qui s'interrogent sur le rôle utile possible de celles-ci, il semble que l'on puisse donner aujourd'hui une réponse intéressante. Elles serviront entre autres usages à dépolluer l'eau. La question de l'accès à l'eau, on le sait, est vitale. Non seulement l'ensemble des pays du tiers-monde et du monde émergent (Chine, Inde) sont concernés, mais des pays développés comme Israël ou l'Australie. Seul 1% des réserves mondiales d'eau est actuellement utilisable directement par l'homme. Pour augmenter le stock disponible, il faut engager des travaux complexes de dépollution ou dessalinisation, dont le coût est actuellement hors de portée de la plupart des pays. Mais les nanotechnologies offrent des perspectives intéressantes, que ce soit pour le filtrage et la réhabilitation des eaux usées (élimination des bactéries, virus, matières organiques, métaux lourds) ou pour la dessalinisation.

Le récent congrès Nanowater 2004 qui vient de se tenir à Amsterdam sur ce sujet a permis de faire le point sur un secteur économique qui semble en pleine expansion. Le point intéressant est que les Européens sont présents dans ce secteur. Le congrès était organisé par la firme hispano-britannique Cientifica, qui offrent des services de conseil international et d'aide au développement intéressant l'ensemble du champ des nanotechnologies.

Des filtres modernes utilisant des nanocomposants ont été réalisés par des compagnies comme Argonide ou KX Industries et sont en cours de test dans les pays en développement. La technique des membranes filtrantes utilisant des nanoparticules date de quelques années. La difficulté à résoudre est l'obstruction des filtres, qui se combat par l'osmose inverse ou inversion du flux. La même technique est utilisée pour la dessalinisation. La plus grande usine de dessalinisation d'eau de mer sera celle d'Ashkelon en Israël qui ouvrira en mars 2005.

Les nanoparticules, contrairement aux filtres classiques, opèrent au niveau atomique, ce qui permet une action chimique rapide. Une grande variété de produits filtrants est aujourd'hui proposée aux utilisateurs. Les entreprises qui innovent dans ces techniques en espèrent de nombreuses autres retombées dans des domaines différents.

Quand on connaît, comme nous venons de le rappeler, le rôle de l'eau dans la survie des populations et les enjeux politiques qui s'attachent à un accès aux réserves, on ne peut qu'encourager les recherches et les développements dans ce domaine. Le fait que les nanotechnologies semblent offrir dorénavant des solutions sûres et relativement économiques devrait mériter l'attention de tous et en priorité des responsables publics. Il serait indispensable que les gouvernements européens en fassent un objectif à encourager au même titre que la lutte contre les gaz à effets de serre. De plus, le développement du marché devrait permettre à nombre d'entreprises petites et moyennes de trouver leur place. Ces techniques ne devraient pas devenir le monopole des grands mondiaux du traitement de l'eau. On aimerait entendre les écologistes évoquer plus souvent la question.

Pour en savoir plus
Article de Wired : http://www.wired.com/news/technology/0,1282,65287,00.html?tw=wn_tophead_6
Le Congrès Nanowater 2004, 27/09/04, Amsterdam : http://www.nanowater.org/conf.htm
Aquatech Trade Show : http://www.aquatechtrade.com/amsterdam/
Cientifica - The Nanobusiness Company : http://www.cientifica.com/
Argonide : http://www.argonide.com/
KX Industries : http://www.kxindustries.com/


Retour au sommaire