Vers le site Automates Intelilgents
La Revue mensuelle n° 46
Robotique, vie artificielle, réalité virtuelle

Information, réflexion, discussion
logo admiroutes

Tous les numéros


Archives
(classement par rubriques)

Image animée




Retour au sommaire

ACTUALIT
S


Asimo invité de repas officiel
CJ 21/08/03

Dîner au sommet : le chef du gouvernenement japonais Junichiro Koizumu et son homologue tchèque  Vladimir Spilda portent un toast en compagnie du robot ASIMO P- © Photo : AFP "Enchanté, M. Spidla, je suis un robot ambassadeur de la bonne volonté" : c'est par ces mots que le robot Asimo* a salué le chef du gouvernement tchèque lors d'un dîner donné dans le palais Hrzan le 21 août à Prague à l'occasion de la visite officielle du premier ministre Japonais Junichiro Koizumu.
Pour l'occasion, le robot humanoïde créé par Honda avait appris à parler le tchèque. Rien ne s'opposait alors à ce qu'il prenne pAsimo dépose une gerbe de fleur au pied du buste  du Thèque Karel Capec, inventeur du mot "robot" © Photo : AFPart à la conversation, comme n'importe quel autre hôte de marque forcément humain, allant même jusqu'à porter un toast "à l'amitié des gens et des robots".
Certains souriront de cette mise en scène... Cela dit, il n'empêche que c'est la première fois qu'un robot est l'invité d'un repas officiel. Signe des temps ? En tous cas, un bon coup de pub pour la société Honda qui n'en est pas à son premier coup d'essai. Asimo a notamment déjà eu le privilège d'être invité à Wall Street l'année dernière à l'occasion du 25e anniversaire de la cotation de la firme niponne sur le marché new-yorkais.
Le Premier ministre tchèque n'a pas caché son plaisir, déclarant à la presse qu'il aimait les technologies nouvelles.
Rappelons que c'est aussi un tchèque, Karel Capek, qui a inventé en 1921 le néologisme "robot" (de «robota», travail fastidieux, corvée), mot utilisé pour la première fois dans sa pièce de théâtre R.U.R.(Rossum's Universal Robots). Ce qui valait bien, lors de cette réunion au sommet, une gerbe de fleur déposée par le robot au pied du buste de l'illustre dramaturge...


*Advanced Step in Innovative Mobility (voir notre actualité du 15/06/01).

Pour en savoir plus :
Site ASIMO : http://world.honda.com/ASIMO/ ; voir aussi : http://www.honda-robots.com/index_ns.html


Un exosquelette pour les personnes âgées ?
CJ 21/08/03

Le costume robot Hal-3, mis au point par le japonais Yoshiyuki Sankai et son équipeOn a souvent évoqué les exosquelettes pour soldats, structure anthropomorphique artificielle destinée à augmenter les capacités physiques (vitesse, force et endurance) des combattants (voir par exemple notre actualité du 06/02/2001 et du 11/04/2002). Mais il semblerait bien que ce soit dans le domaine civil que ce système voit très rapidement le jour. La société japonaise Mitsui souhaite en effet commercialiser dès l'année prochaine un costume motorisé pour assister les personnes âgées et les handicapés moteur dans leur déplacement.
Mis au point par l'équipe de Yoshiyuki Sankai à l'université de Tsukuba, le Hal-3 (Hybrid Assistive Leg) est, selon son créateur, ce que l'on fait aujourd'hui de mieux en la matière. Le dispositif réalisé par l'ingénieur se compose de capteurs (notamment placés sous les semelles), d'articulations motorisées pour les genoux et les hanches, le tout piloté par un ordinateur contenu dans un sac à dos. Un système de batteries porté à la taille assure l'autonomie du système. Grâce à lui, un humain peut marcher à 4 km/h sans fournir le moindre effort physique*, monter les escaliers, voire même se reposer en l'absence de fauteuil... Aucune saccade dans le mouvement. Seul petit écueil : le prototype pèse en l'état 17 kg. Mais grâce à un effort de miniaturisation, la société Mitsui espère ramener ce poids à 10 Kg.

Dans un premier temps, l'objectif de l'industriel (qui s'est associé avec d'autres sociétés) est de vendre ou de louer une dizaine de prototypes l'an prochain, notamment à des maisons de retraite et à des hôpitaux. A moyen terme, il espère vendre une centaine de robots par an au prix d'un million de yens (7 700 euros).
Y. Sankaï pour sa part ne reste pas les bras ballants. Il commence à mettre au point la version à l'usage des membres supérieurs.

* Le mouvement est imprimé aux jambes sur la base des faibles signaux électriques envoyés par l'utilisateur à ses muscles.

Pour en savoir plus :
- Hybrid Assistive Leg : http://sanlab.kz.tsukuba.ac.jp/HAL/indexE.html
- Voir aussi le site Exoskeletons for Human Performance Augmentation (EHPA) de la Darpa : http://www.darpa.mil/dso/thrust/matdev/ehpa.htm



Sang artificiel : vers de vase ou nanorobots ?
JPB 15/08/03

Bientôt, espérons-le, il ne sera plus nécessaire de faire appel aux donneurs de sang, et à leurs cortèges de maladies, pour obtenir des substituts de l'hémoglobine, au profit des besoins de transfusion. Des perspectives sont ouvertes, venant de deux horizons très différents La première vient de France. Franck Zal, chargé de recherche CNRS à la station biologique de Roscoff, travaille sur un substitut sanguin extrait d'un ver marin, l'arénicole. Celui-ci, très connu des pêcheurs, permettra peut-être à terme de sauver des vies humaines en urgence, sans avoir à recourir à un don de sang humain. Franck Zal a en effet découvert que l'hémoglobine de ces invertébrés est un excellent transporteur de l'oxygène. Cette qualité en fait un substitut sanguin, stable plusieurs semaines, sans problème de typage sanguin, ni de contamination éventuelle par un micro-organisme. Il serait évidemment synthétisé afin d'être produit sans mettre en péril la sympathique espèce des arénicoles.

La seconde perspective fait appel aux nanotechnologies (nanorobots). Il s'agit du "vasculoid," conçu par Chris Phoenix (élève d'Erix Drexler à Stanford) et Robert Freitas (auteur de Nanomedecine, dont un deuxième tome est sous presse), qui pourrait remplacer, au moins provisoirement, l'apport de sang humain, sans les risques déjà cités de la transfusion de donneur à receveur. Il n'aurait que des avantages sur l'ensemble du système et des fonctions circulatoires, si l'on en croit ses promoteurs.

Pour en savoir plus
Station biologique de Roscoff  http://www.sb-roscoff.fr/
Le vasculoïd, article de USnews http://www.usnews.com/usnews/nycu/tech/nextnews/nexthome.htm
Sur l'utilisation des nanorobots en médecine, on trouvera un article complet de Robert Freitas, publié en 2001 par la forme Novartis, à http://www.kurzweilai.net/meme/frame.html?main=/articles/art0410.html


L'Atlas général du cerveau
JPB 15/08/03

icbmLe projet d'Atlas général du cerveau, élaboré par un consortium fondé en 1993 à l'initiative de neuroscientifiques américains de l'Université sud-Californie, est en train de prendre un véritable décollage. Il s'agit, un peu sur le modèle du Human Genome Project, de rassembler au niveau mondial l'ensemble des informations anatomiques et physiologiques relatives au cerveau, fournies par l'imagerie médicale, afin d'en rendre l'accès libre à tous chercheurs. La dispersion actuelle des observations et des modèles est une cause de perte de temps et de possibles double-emplois entre les recherches. Leur globalisation, comme dans toutes les opérations de ce genre, pourrait même avoir un effet intrinsèque sur la découverte, en faisant apparaître plus clairement les lacunes et contradictions. L'utilisation d'outils informatiques d'analyse et d'exploration en sera facilitée. L'explosion de l'imagerie cérébrale dans tous les laboratoires mondiaux rend ce projet plus que nécessaire. On peut penser qu'il intéressera aussi beaucoup les recherches en intelligence artificielle.

C'est le LONI (Laboratory of Neuro Imaging) de l'UCLA qui est à l'origine de ce projet. Il sera conduit par un consortium international (International Consortium of Brain Mapping) auquel participe l'Institut für Neuroanatomie de Dusseldorf. Le laboratoire conduit d'autres projets sur le même principe de la globalisation en réseau des informations résultant des techniques modernes d'analyses neurologiques: le MAP (Mouse Atlas Project) et le Biomedical Informatics Research Network.

Pour en savoir plus
Article de ExciteNews http://apnews.excite.com/article/20030804/D7SN6LAG0.html
LONI  http://www.loni.ucla.edu/


Investir dans la recherche
JPB 30/07/03

La Commission européenne a publié en avril 2003 une communication sur le thème "Investir dans la Recherche". On y trouve une longue liste de mesures, certainement très pertinentes. Mais on reste perplexe. Qui va payer et mettre en oeuvre tout cela, au delà des quelsques fonctionnaires affectés à la recherche communautaire par la Commission? Disons qu'un tel plan devrait servir de plate-forme aux partis politiques, notamment en France, qui voudraient montrer leur intérêt pour la recherche. On en est loin.

http://www.europa.eu.int/comm/research/era/3pct/pdf/com2003_fr.pdf


Un drone hypersonique pour l'US Air Force
JPB 22/07/03

Hypersonic Cruise VehicleLa Darpa vient de lancer un appel à propositions aux Etats-Unis pour réaliser un drone (sans pilote) spatial hypersonique ou Hypersonic Cruise Vehicle. L'objectif serait d'obtenir, vers 2025, un engin capable de décoller d'une piste conventionnelle, sur préavis court, et de frapper n'importe où dans le monde un objectif ponctuel, sans dégâts collatéraux. Il serait propulsé par un statoréacteur, aurait un rayon d'action de 17.000 km, une vitesse de Mach 5 à 7. Il pourrait emporter une charge de 5,5 t. Cette dernière pourrait être constituée de bombes intelligentes ou d'un CAV (Common Aéro Vehicule), sorte de planeur hypersonique capable de rentrée dans atmosphère pour frapper un objectif distant de 5.000 km. On disposerait ainsi d'une configuration de type marsupial (une mère portant un enfant).

L'objectif est de s'affranchir des bases aériennes à l'étranger et réagir très vite aux menaces des "Etats-voyous" et autres organisations terroristes. Il s'agira ainsi d'un bras armé très puissant pour les systèmes d'écoute dont dispose déjà le Pentagone. On identifie un emplacement susceptible d'être un PC ou un site militaire et paf, dans les 2 heures, ces braves gens reçoivent un HCV dans la figure.

Le projet se déroulera en plusieurs phases. La Darpa n'a pas voulu en chiffrer le coût. Elle attend pour cela les propositions des industriels.

Pour en savoir plus
Darpa www.darpa.mil
Article de BBC News http://news.bbc.co.uk/1/hi/world/americas/3035332.stm
Les véhicules hypersoniques http://www.aerospaceweb.org/design/waverider/examples.shtml


Entrer en compétition ou collaborer avec les Etats-Unis ?
JPB 22/07/03

Un de nos lecteurs réagit sans tarder à notre éditorial du n° 43 d'Automates Intelligents, l'Appel des chercheurs et la place de la recherche en France. Son expérience de start-up dans un domaine innovant lui a appris, à ses dépends, qu'il y avait peu de choses à attendre de l'Europe pour encourager de telles entreprises : multiplicité des comités Théodule, manque d'intérêt pour les applications commerciales et la coopération internationale concrète, vieillissement général de l'imagination collective. Bref, notre ami est en train de finaliser quelque chose en Amérique.

Pour lui, l'Europe perd son temps à tenter - quand elle le fait - d'entrer en compétition avec les Etats-Unis, en réinventant de multiples roues existant déjà. Mieux vaudrait essayer de devenir un brillant second, apportant ses propres compétences et sa créativité dans des programmes américains, qu'ils soient industriels ou scientifiques. Il oppose ainsi, à titre d'exemple, la référence déjà ancienne de la coopération réussie entre GE et Snecma pour le moteur CFM 56 à la compétition annoncée dans le domaine de la localisation satellitaire (Galiléo contre GPS). Galiléo, selon lui, aura toujours 10 ans de retard par rapport à GPS ou des versions up-gradées de celui-ci. Mieux aurait valu proposer une coopération visant à un super-GPS commun.

L'argument est sérieux. Il mérite discussion. Rien n'interdit d'ailleurs aux industriels et laboratoires européens pensant possible de coopérer avec des homologues américains de le faire. Reste à savoir cependant quelle part du gâteau l'hyper-puissance américaine serait prête à consentir à des partenaires européens. Ni les industriels ni le pouvoir fédéral ne semblent désireux de partager une avance technologique ou des positions commerciales lorsqu'ils y sont dominants.

Si l'Europe existait, en tant que puissance politique et économique, elle serait mieux placée qu'elle ne l'est actuellement pour proposer des partenariats sur un pied, sinon d'égalité, du moins gagnant-gagnant. L'exploration spatiale, notamment martienne, le programme Iter, les biotechnologies, les ordinateurs quantiques et à ADN seront des champs où de telles coopérations pourraient s'envisager. Il devrait d'ailleurs s'agir alors moins d'une coopération américano-européenne qu'internationale. Mais il faudrait que l'Europe accepte de mettre des financements publics substantiels dans de tels programmes. Ceci nous replace dans le cadre de notre éditorial précité: est-on conscient de l'intérêt de tels objectifs, et de telles coopérations, d'abord en France, dans d'autres pays européens ensuite ?

CFM 56 http://www.cfm56.com/engines/cfm56-3/


Le "Super-Power Issue" de Wired Magazine
JPB 19/07/03

La revue Wired publie en ligne un numéro d'août 2003 dédié à des développements scientifiques aussi inattendus que prometteurs. A lire les articles, on voit qu'il ne s'agit pas de science-fiction, mais de travaux scientifiques susceptibles, quand ce n'est pas déjà fait, de passer du modèle théorique au prototype (sauf, pensons-nous, en ce qui concerne le voyage dans le temps, où le voyageur potentiel reste aujourd'hui condamné à des spéculations théoriques). Quatre domaines sont abordés:
- se rendre invisible http://www.wired.com/wired/archive/11.08/pwr_invisible.html
- le lifter ou vaisseau anti-gravité http://www.wired.com/wired/archive/11.08/pwr_antigravity.html
- le voyage dans le temps http://www.wired.com/wired/archive/11.08/pwr_timetravel.html
- 8 super-pouvoirs: vision par rayon X, régénéraion, mémoire intégrale, téléportation, contrôle du climat, champs de forces, respiration sous-marine, exomuscles  http://www.wired.com/wired/archive/11.08/pwr_superpower.html


Radio-communications entre robots
JPB 19/07/03

La revue IBM developerWorks publie un article de Judith M. Myerson (jmyerson@bellatlantic.net), en date du 08/07/03, qui décrit les différents dispositifs permettant à des robots de communiquer entre eux par radio (wireless) ainsi que les services rendus par de tels robots. Ceux qui réfléchissent aux solutions susceptibles d'être implémentées sur des robots d'exploration spatiale, notamment martienne, seront particulièrement intéressés. L'auteur distingue deux grandes catégories d'architecture:
- le mode "marsupial". Les robots se comportent comme une famille, une mère robot transportant des enfants robots plus petits. Elle leur offre une plate-forme servant aussi de base arrière.La mère et les enfants s'assistent réciproquement en cas de défaillances.
- le mode des robots footballeurs. Dans le dispositif précédent, la coopération se réalise sans compétition entre les associés. Les équipes de robots de type joueurs de foot-ball permettent une compétition amicale dans l'exécution des tâches et le contrôle. On parle de "intelligent multi-agent cooperation and control in a highly dynamic environment", ce qui se passe de traduction.

Pour en savoir plus
L'article http://www-106.ibm.com/developerworks/wireless/library/wi-robotics.html?ca=dgr-lnxw01WirelessRobots


28 Days Later: de nouvelles angoisses pour les américains
JPB 07/07/03

Un film produit avant les évènements du 11 septembre et la guerre en Irak sort actuellement sur le marché américain, et va contribuer à renforcer les angoisses collectives de nos amis d'Outre-Atlantique. C'est 28 Days Later, de Danny Boyles. Le film joue fort habilement de la peur des attaques virales. Des défenseurs des animaux libèrent dans la nature des chimpanzés infectés par un virus les rendant fous furieux, le "rage virus". Celui-ci dépeuple la Grande Bretagne en quelques jours, après avoir transformé les personnes atteintes en monstres effrayants. Les scientifiques répondent que les épidémies à virus ne peuvent pas se propager à cette vitesse, si elles tuent leurs porteurs avant qu'ils aient eu le temps de diffuser la maladie. C'est ce qui se passe avec les fièvres hémorragiques telles qu'Ebola, qui restent confinés dans des foyers bien délimités. De plus, aucun virus n'a été jusqu'ici capable de frapper toute une population sans exceptions. Mais les producteurs et le public ont une grande foi dans les capacités des virus et autres prions, aidés par les scientifiques, à inventer des formes de contamination massive inconnues jusqu'ici.

En attendant, les méméticiens pourront étudier la capacité des mèmes incarnés ou mis en circulation  par le film à contaminer les populations mondiales. Nous aurons là un cas d'école qui mériterait un suivi attentif.

Pour en savoir plus
Le site du film http://www2.foxsearchlight.com/28dayslater/


Technologies spatiales. Le Plan directeur de l'ESA
JPB 07/07/03

L'Agence européenne de l'espace (ESA) vient de dévoiler son plan directeur dans le domaine des technologies spatiales.  Il s'agit d'harmoniser ces dernières afin d'éviter des errements analogues à ceux de l'industrie européenne de l'armement (NB: la comparaison est de mon cru). Le sujet est d'un grand intérêt et mériterait une présentation plus agréable qu'un fichier pdf quasiment illisible, à moins je suppose d'avoir une technologie elle-même de standard spatial. C'est dommage. Nous y reviendrons pourtant.

Pour en savoir plus
Plan directeur d'harmonisation des technologies spatiales européennes http://ravel.esrin.esa.it/docs/harmonisation.pdf


Le prochain livre de Michio Kaku
JPB 01/07/03

Dans une interview donnée au Réseau Kurzweil AI, Michio Kaku, physicien et futurologue (voir notre précédente brève), évoque son prochain livre Parallel Worlds (à paraître fin 2004). L'article lui-même fait le point sur la théorie des cordes et l'hypothèse des multi-univers. Il aborde aussi la question des super-intelligences. Rédigé de façon claire, il mérite d'être lu : http://www.kurzweilai.net/meme/frame.html?main=/articles/art0585.html
On pourra lire aussi le débat en ligne qui a suivi cet article à  l'adresse http://www.kurzweilai.net/meme/frame.html?main=/articles/art0585.html

On observera que, contrairement à beaucoup de ses collègues, Michio Kaku ne voit pas se préciser pour le moment l'ère du post-silicium en matière de supercalculateur. Dans 15 à 20 ans la Loi de Moore appliquée aux technologies actuelles s'effondrera. Mais les difficultés de réalisation d'un ordinateur quantique lui semblent telles que le relais ne lui parait pas crédible. La difficulté est de maintenir la "cohérence" des q.bits, alors que la moindre contamination peut la détruire - ceci d'autant plus qu'un ordinateur quantique nécessite de nombreux q.bits si on veut obtenir la capacité d'un simple PC actuel. Michio Kaku ne croît pas davantage aux perspectives de l'ordinateur à ADN. Ceci rend peu crédible, selon lui, l'hypothèse selon laquelle des super-intelligences artificielles pourront être réalisées dans un délai relativement court de 15 à 20 ans. Le cerveau humain sera encore sans rival à cette époque.

NB: Notons pour l'anecdote qu'un roman de Robert Ludlum, The Paris Option , publié en 2002 par St Martins's paperback, met en scène une organisation terroriste ayant volé à un chercheur français de l'Institut Pasteur (eh oui) le secret de la machine à ADN. Elle met en échec tous les systèmes informatiques américains civils et militaires (cf. www.ludlumbooks.com/tpo_top.htm).
Par ailleurs, un livre qui vient de paraître, de l'écrivain scientifique George Johnson, A Shortcut Through Time, Alfred A. Knopf, 2002, décrit en détail l'ordinateur quantique et ses perspectives. Nous l'avions signalé dans le précédent numéro, à la rubrique des Actualités (cf.http://www.santafe.edu/~johnson/shortcut.html).


Brain-Machine Interface Program
JPB 01/07/03

Nous avons déjà évoqué le projet dit Interface entre machines et cerveaux (Brain Machine Interface program) soutenu par la DARPA pour un budget de 24 millions de dollars. Ce projet est mentionné dans un article de Nature du 19 juin 2003. Il prévoit des communications directes de cerveaux à cerveaux. Le projet comporte la réalisation de puces destinées à remplacer certaines parties du cerveau, notamment l'hippocampe (voir notre actualité du 17/03/03). Dans le cadre du projet, on développera également des implants cérébraux permettant à des pilotes d'accomplir des actes non appris, ou de détecter et prévenir les erreurs de ces mêmes pilotes. Il est enfin prévu d'envoyer directement des images dans le cerveau de certains soldats. Ceux-ci, à partir de ces images, pourront prendre des décisions dont le cerveau de leurs compagnons seront informés en temps réel.

Le programme  montre bien qu'aujourd'hui, les développements les plus prometteurs des neuro-sciences seront faits sous l'égide et pour les besoins des militaires - c'est-à-dire, on peut le craindre, au mépris des précautions à prendre vis-à-vie des personnels. Quant aux usages dictatoriaux qui pourraient en être faits, il n'est pas nécessaire de faire un dessein.

Pour en savoir plus
Présentation du programme par le Dr.Eric Eisenstadt du Defense Sciences Office http://www.darpa.mil/DARPATech2002/presentations/ dso_pdf/speeches/EISENSTADT.pdf  
Description http://www.darpa.mil/dso/thrust/biosci/biomagnetics/BioMagnetics_Rudolph.pdf NB: cette adresse, comme la précédente, présente des difficultés d'accès .
Article de Sciencedaily, 21/08/02 http://www.sciencedaily.com/releases/2002/08/020820071329.htm
Brain-Machine Interface, sous-programme expérimentant sur des singes au Brown University Laboratory http://www.ele.uri.edu/Courses/ele282/S03/Gabrielle_2.pdf


Perte de l'avion sans pilote Helios
JPB/CJ 01/07/03

HéliosLa NASA vient d'enregistrer l'accident inexpliqué du drone stratosphérique Helios destiné à expérimenter l'utilisation en haute atmosphère d'engins inhabités fonctionnant à l'énergie solaire, et capable de remplacer pour certains usages des satellites beaucoup plus coûteux (voir notre actualité du 12 avril 2000). Construit pour le compte de l'Agence par la société AeroVironment, Helios avait, en 2001, établi un nouveau record pour un engin à hélice en atteignant 29 524 m d'altitude au cours d'un vol de dix-huit heures. Le vol était destiné à tester de nouvelles piles à combustible.

Construit pour la NASA par la société californienne AeroVironment, Helios avait, en 2001, établi un record pour un appareil à hélice en atteignant 29 km d'altitude en 18 heures de vol. Son envergure était de 82 m avec 14 moteurs, sa masse de moins d'1 tonne, ce qui en faisait une véritable prouesse technologique. L'industriel non plus que la NASA n'entendent pas renoncer, compte-tenu des avantages de la solution au regard des satellites de télécommunications: vol en continu pendant de nombreuses semaines, maintenance réduite, pilotage automatique, utilisation de l'énergie solaire, etc. La filière des véhicules solaires ultra-légers est loin encore d'avoir épuisé tous ses mérites.

Pour en savoir plus
AeroVironment http://www.aerovironment.com/


Les Mars Exploration Rovers (MER).
JPB 01/07/03

Vue d'artiste d'un Mars Exploration Rover  © Dan Maas, Cornell UniversityOn sait que les deux dernières missions martiennes de la NASA ont déjà commencé. MER A, baptisée Spirit, est parti le 10 juin de Cap Canaveral. Son jumeau, MER B, baptisé Opportunity, devait partir ces jours-ci, après un report de lancement dû à des travaux d'isolation sur le premier étage de la fusée Delta 2 (expiration du créneau le 15 juillet). Les destinations finales des 2 sondes ne sont pas encore arrêtées. Pour l'instant Spirit a été orientée vers le "site d'atterrissage central", à mi-chemin entre Meridiani Planum, proche de l'équateur martien, et le cratère Gusev, sa destination finale. L'intérêt de ce site, choisi sur un échantillon de 15, est qu'il permettrait l'étude de la présence passée d'eau sur Mars. Meridiani Planum est situé aux antipodes l'un de l'autre, près de l'équateur. Cette position relative présente l'avantage de pouvoir solliciter tour à tour les trois grandes antennes qui, sur Terre, ont pour mission de capter les faibles messages émis par les sondes. Quand l'un des rovers sera sur la face visible de Mars, l'autre sera caché. Si bien qu'ils n'auront jamais à se partager la ressource de bande passante, très réduite. D'autres destinations proches pourront être retenues en septembre pour Spirit, compte-tenu de l'appréciation des risques présentés par le cratère Gusev.

Le site d'Isidis est réservé à Beagle 2, l'atterrisseur européen lui aussi en route vers Mars.

NB au 08/07: la sonde Opportunity a été lancée avec succès le 7 Juillet. Elle a commencé sa traversée de 491 millions de kilomètres pour venir se poser, si tout se passe bien, le 25 janvier 2004

Pour en savoir plus
Mars Exploration Rover Mission http://mars.jpl.nasa.gov/mer/

 

Retour au sommaire