logo admiroutes

Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

Revue n° 32
Retour au sommaire

 Editorial (28 mai 2002)
Pour un projet éditorial d'un nouveau type
Jean-Paul Baquiast,  Christophe Jacquemin et Alain Cardon

Logo : Livres Automates Intelligents

L'institution "Science" aurait-elle renoncé chez nous à jouer auprès du citoyen le rôle civilisateur qui devrait être le sien ? A une époque nécessitant perspectives et projets mobilisateurs, il semble qu'elle ne sache montrer aux jeunes -et à tous ceux qui s'interrogent sur leur avenir- la place qu'ils pourraient tenir dans de grands projets nationaux et européens. A une époque où les fondamentalismes religieux et politiques s'enferment dans des réflexes archaïques sinon dans la haine de l'autre, elle n'ose rappeler les idéaux des Lumières, autour des valeurs de laïcité et d'universalisme qui l'animent et qui sont aussi les ressorts de notre république. Il en résulte que prolifèrent les discours anti-scientifiques, s'appuyant sur des gesticulations médiatiques faciles mais qui trouvent toujours audience. Les campagnes électorales battent leur plein mais aucune voix forte ne vient rappeler le rôle fondamental de la science, gage du maintien de la France dans le peloton de tête des pays prétendant jouer un rôle dans l'avenir du monde.

Face à un problème de cette ampleur, pouvons-nous ici suggérer des solutions ? Certainement pas au niveau qu'il faudrait, c'est-à-dire celui d'une véritable remobilisation nationale en faveur de la science. Mais à la base où nous nous situons, quelques initiatives pourraient être entreprises à titre d'essai. Nous y avons réfléchi. La première consisterait à mieux utiliser les ressources de l'édition moderne, mi-traditionnelle, mi-électronique, qui permettent à ceux voulant faire connaître la science et ses enjeux d'échapper aux contraintes imposées par l'édition classique.

Les contacts qu'ont eu certains d'entre nous avec les grands éditeurs montrent que ces derniers - tout du moins en France, sauf exception - sont incapables de répondre aux besoins d'une communication interactive avec le public : délais et coûts d'édition et de traduction excessifs, étroitesse d'esprit et préjugés des comités de lecture, refus de l'utilisation du web…

Notre ambition serait, un peu dans l'esprit de ce qu'était jadis l'édition militante, de produire sur des questions de grande actualité scientifique de petits livres d'une centaine de pages, accompagnés le cas échéant de CD-Rom, adossés à des sites Internet ouverts à tous, et s'adressant au grand public. Il ne s'agirait pas à proprement parler de faire de la vulgarisation, et moins encore d'abaisser le niveau scientifique ou culturel. On viserait au contraire à montrer en quoi les questions abordées pourraient offrir à ceux des lecteurs qui le souhaiteraient la façon de s'impliquer directement dans des recherches, en coopération avec des scientifiques ou techniciens estimant qu'il y a pour eux un devoir civique à partager leurs connaissances et leurs projets.

Depuis deux ans de notre aventure éditoriale Automates Intelligents, nous avons accumulés dans notre fonds de quoi préparer quelques titres sur le modèle décrit. Ceci nous demanderait un peu de temps mais n'aurait rien d'insurmontable. D'ailleurs, peut-être que parmi nos lecteurs - chercheurs, étudiants, journalistes..., certains se sentent motivés par l'ambition citoyenne du projet et voudraient y contribuer en préparant eux aussi des essais dans les domaines qu'ils jugent importants à faire connaître. Quelques auteurs de plus, et la collection serait lancée.

Il faudrait évidemment, en parallèle, trouver un éditeur relativement désintéressé (cela existe) susceptible de tenter l'aventure. Mais à défaut, l'édition à titre d'auteur, bien gérée et disposant d'un réseau de diffusion adéquat, pourrait être envisagée. Avec les NTIC, le coût est abordable.

Nous nous donnons la période d'été pour essayer de préciser le projet. Ceux d'entre vous qui d'ici là seraient intéressés, sont vivement invités à prendre contact avec nous, via nos adresses électroniques respectives.


Retour au sommaire