logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

Revue n° 29
Retour au sommaire
 
Le Point sur...
Savoir installer Linux dans son ordinateur

Par Sylvain Cherrier, le 24/03/02

Le lancement de notre rubrique "La rubrique des passionnées de Lego Mindstorms", qui propose de programmer les robots Lego avec le langage LegOS sous Linux, a suscité un certain nombre de courriers. Beaucoup d'entre vous -qui utilisent Windows - se disent "prêts à installer Linux" mais trouvent "dommage de devoir acheter un nouvel ordinateur pour cela" (...) parce que "souhaitant aussi garder l'ancien système et toutes les données qui vont avec". Rassurons le lecteur : si vous possédez la place nécessaire dans votre disque dur, nul besoin d'acheter une autre unité centrale : il est tout a fait possible de faire co-exister les deux systèmes d'exploitation sur votre PC. Pour les utilisateurs de Macintosh, il est plutôt conseillé de se doter d'un second disque dur.
Afin d'éclaircir au mieux le sujet et de dissiper tout préjugé et appréhension, nous avons demandé à Sylvain Cherrier - spécialiste Linux - une contribution en ce sens pour que tous ceux qui souhaitent se jeter à l'eau puissent enfin le faire en toute quiétude.
Qu'il en soit remercié.

Christophe Jacquemin

Sylvain CherrierSpécialiste Linux, Membre de Parinux, association des Linuxiens de Paris (http://www.parinux.org), Sylvain Cherrier est bien connu dans les forums pour son assistance auprès des utilisateurs, ses réalisations de fiches d'aide, de documentations ou de traduction d'articles sur le sujet.
Formateur Linux auprès des administrateurs réseaux* (mais aussi
programmeur et formateur en programmation PHP, et Java, C, etc.), il est par ailleurs enseignant en BTS Informatique et Gestion. Sylvain Cherrier joue également un rôle de référent informatique, conseil et élaboration de cursus de formations, de contenus, et d'organisation pédagogique.

Contact : sylvain.cherrier@free.fr

*Il est lui-même administrateur réseau sous Unix au Greta Tertiaire 94 (http://www.gt94.greta.fr), organisme de formation continue de l'Education Nationale, en informatique et bureautique.

Dans cet article, je m'attacherai à présenter sommairement GNU/Linux, à décrire ses qualités, la philosophie de ses concepteurs, ce qu'il peut apporter à un utilisateur, et enfin donner quelques astuces quant à son installation...

Logo LinuxLinux est né en 1991, fruit du travail d'un étudiant finlandais, Linus Torvalds, qui décide, pour s'amuser, d'écrire un système d'exploitation inspiré des Unix, capable de fonctionner sur son PC 386. Inventé en 1970, Unix est un système d'exploitation multi-tâches, multi-utilisateurs(1) et sécurisé dans sa structure, dont la réputation est d'être aussi stable qu'il est difficile à appréhender... Dire que les Unix sont simples d'accès serait exagéré, mais c'est le prix à payer pour profiter de son concept majeur : la standardisation. Sous Unix, tout est standard, prévisible... pour peu que l'on ait saisi le concept!
L'exemple le plus frappant réside dans l'expression suivante : "sous Unix, tout est fichier"... ce qui signifie qu'un fichier est un fichier bien sûr, mais aussi que le clavier, la souris, le disque dur peuvent être considéré comme des fichiers ! Etrange... Bizarre... Soit... Mais cela permet d'écrire des programmes tellement plus génériques...
Imaginons par exemple que vous écriviez un programme qui "gère" votre maison. Imaginons donc que ce programme permette de définir l'heure d'allumage du chauffage, la température demandée, la programmation du magnétoscope, etc. Si vous tapez régulièrement les mêmes commandes à ce programme, vous pourriez vous amuser à stocker ces commandes dans un fichier... et dérouter votre programme, afin qu'il lise ce fichier plutôt que le clavier !!! (puisque tout est fichier -même le clavier-, votre programme ne se rendra même pas compte du subterfuge)... Et puis, pourquoi ne pas imaginer ensuite un programme qui pilote ce programme, le premier envoyant des informations à l'écran, et le second lisant les commandes tapées au clavier... Mais l'utilisateur malicieux aura connecté la sortie du premier (l'"écran") sur l'entrée du second (le "clavier"). Voilà : tout le concept d'Unix tient dans cette idée où l'on fournit à l'utilisateur des outils simples, ainsi qu'une présentation cohérente et standardisée de l'ordinateur... A l'être humain d'imaginer, d'inventer et d'assembler les outils dont il a besoin pour réaliser ses travaux...

La plupart des OS(2) récents reprennent les concepts d'Unix, mais fournissent des outils de haut niveau (tout faits, comme par exemple la duplication de disquettes), et pas d'accès en bas niveau (comment faire des duplicatas de disques durs, par exemple ?).
Les Unixiens reprochent à ces outils leur trop grande spécialisation, qui les empêchent d'être versatiles.
Soit. Nous voyons un peu ce que peut être Unix... Mais quel rapport avec GNU, Linux, et consorts ? Unix, ou du moins ses concepts, se sont développés dans les années 70. En fait, il s'agit du premier OS standard. Il apportait aussi une grande nouveauté : être portable sur d'autres machines, c'est-à-dire adapté à une nouvelle architecture... alors qu'auparavant, chaque nouveau modèle sous-entendait un nouvel OS.
Unix permet de capitaliser ses connaissances. Gain de temps, continuité...
Dès lors, plusieurs Unix sont apparus sur le marché (on parle parfois d'"Unices"), chaque fabricant s'ingéniant à proposer sa version (HPUX pour HP, AIX pour IBM, Solaris pour Sun, etc.). On trouve des points communs entre toutes ces versions, qu'on peut regrouper sous deux grandes familles : les Unix type AT&T System V, ou les BSD... Plus tard, avec l'arrivée des ordinateurs personnel, puis des PC d'IBM et ses clones, l'informatique individuelle a apporté des OS très simplifiés, mono-tâche et mono-utilisateur... Des guerres commerciales se sont engagées, et les logiciels se sont fermés, et protégés... Et c'est alors que GNU apparut.

Et GNU apparut...
GNU (acronyme de Gnu 's Not Unix, plaisanterie d'informaticien, insoluble, puisque récursive sans fin) est un projet d'ouverture des logiciels. Il s'agit de la tentative d'obtenir une sorte d'UNIX (mais pas seulement(3)) qui serait absolument ouvert, public, modifiable par quiconque selon ses besoins.
Les produits GNU sont protégés par la licence GPL (Gnu Public Licence)(4) qui en permet la copie, la commercialisation, du moment que le code source est accessible (le mode de fabrication), librement modifiable, sous réserve que le logiciel résultant reste lui aussi public, accessible. Ce type de logiciel, qu'on appelle "logiciel libre" (ou "free software)", ne doit pas être confondu avec "Open source" (accès aux sources du programme, afin de vérifier qu'il est bien écrit, ne contient pas de "mouchard" ou autres pièges).
L'accès aux sources est une condition nécessaire, mais pas suffisante pour le mouvement GNU (certains fabricants offrent l'accès aux sources de leur logiciel, mais n'en permettent pas la modification...). L'accès aux sources des logiciels semble être un minimum (achèteriez-vous une voiture dont on vous interdit d'ouvrir le capot ? ou une maison dont on vous cacherait le tableau électrique ? même si vous n'y connaissez rien...). Le logiciel libre est avant tout une philosophie (voire une éthique), et c'est ce qui en fait sa force. Et une des conséquences du modèle du logiciel libre est la qualité des solutions produites.

Le GNU a bien avancé sur son projet. Enormément d'outils ont été écrits par des étudiants, des professeurs, des professionnels, des passionnés afin d'obtenir un UNIX complet. Mais comment cela peut il fonctionner ? Comment arriver à un produit de qualité ? Pourquoi un programmeur réaliserait il un produit, et le donnerait il ensuite ?
Toute l'astuce repose sur le bénévolat, la nécessité, et la passion des développeurs à faire émerger la solution la plus performante grâce à l'utilisation d'une intelligence collective...
Nécessité de faire relire son programme par d'autres, nécessité de se faire aider par d'autres, afin de profiter de tous les apports... et les faire profiter du notre !
En d'autres termes, grâce à Internet, chaque personne utilise le travail de milliers d'autres, apportant souvent les modifications nécessaires à l'amélioration de ces outils dont bénéficie ensuite l'ensemble de la communauté. Amélioration qui, si elle est valide, fera partie intégrante des versions futures... ou finira par être elle même réécrite... et ainsi de suite...

Dans son livre "Il était une fois Linux" (Edition OEM (2001), facile à lire car pas du tout technique et très abordable par son prix (15 euros) - titre original "Just for fun"), Linus Torvalds écrit en exergue les mots suivants : "hissé sur les épaules des géants". En effet, ayant repris à son compte cette phrase de Newton en 1991, Linus Torvalds commença par jeu l'écriture du coeur(5) d'un Unix. Lorsqu'il eut bien avancé, il envoya sur l'Internet un message demandant de l'aide pour avancer son projet : cette aide n'a jamais cessé depuis, impliquant des milliers de programmeurs, qui utilisent, testent et peaufinent ce qui est devenu le coeur d'un des multiples OS connus aujourd'hui sous le nom de "Distribution GNU/Linux".
Qu'est ce qu'une distribution ? En général, il s'agit d'un assemblage de produits divers, qui permet d'obtenir un système d'exploitation complet et cohérent, avec de multiples outils. La plupart de ces outils sont des logiciels libres, souvent sous licence du GNU. Très souvent, le noyau (le coeur du système d'exploitation) est celui de Linus Torvalds. D'où le nom GNU/Linux.
Parmi ces distributions, on distingue notamment RedHat (très connu aux USA), Mandrake (produit français, très graphique), SuSe (distribution allemande) et autres Debian (distribution des puristes, très orientée GNU, qui propose aussi d'autres noyaux que Linux).
Outre l'assemblage cohérent des produits, la distribution offre des méthodes d'installations et de gestion de l'évolution de votre système (mise à jour, ajouts...), grâce au concept de packages : un package (ou paquetage en français) permet l'installation automatique d'un logiciel, de ses aides associées, de sa configuration et de la vérification de la cohérence avec ce qui est déjà présent sur votre machine.

A ce stade, faisons un point :
Unix est un système d'exploitation standard (c'est du moins sa volonté) né en 1970. D'une approche un peu ardue - mais cela vaut vraiment la peine -, les Unices permettent une gestion cohérente de votre machine.
Le GNU est un projet pour l'obtention d'un UNIX entièrement libre, ouvert, adaptable à vos besoins.
Linux est un des projets qui, utilisant les outils du GNU et étant lui-même protégé par la GPL (la licence juridique du GNU), permet l'obtention d'un système complet, libre, ouvert et ressemblant à UNIX.
Une distribution est l'assemblage de divers produits, libres ou non, installable et utilisable assez facilement sur un ordinateur (qu'il s'agisse d'un PC, d'un Mac, d'un PDA, d'une cafetière ou d'un satellite, peu importe).

Intérêt pour l'utilisateur ?
D'accord me direz-vous, tout ceci est bien joli, mais quel intérêt GNU/Linux représente-t-il pour un utilisateur ?
Citons tout d'abord l'incroyable qualité du produit. Fabriqué, amélioré sans cesse par des passionnés qui travaillent pour eux mêmes, le produit est très stable (en d'autres termes : cela ne plante pas…). Véritable Lego informatique, il permet un accès au coeur de votre ordinateur sans être prisonnier d'outils propriétaires. Pas de supplément à acheter, pas ou peu d'incompatibilité logicielle puisque tout est fourni dans la distribution...
Certaines distributions - que l'on peut obtenir gratuitement ou à des coûts minimes(6) (dans les revues spécialisées par exemple) - tiennent sur 3, ou 4 CDROMS pleins à craquer... et pas par des vidéos et autres photos, mais bien par des logiciels(7). Au pire, et en réfrénant mon enthousiasme, disons que Linux vous permet de retrouver chez vous, légalement, tous les outils dont vous pouvez avoir besoin. Bien sur, certains d'entre eux seront peut être moins bien finalisés, ou moins pratiques, que leurs équivalents commerciaux... Signalons toutefois que d'autres n'ont rien à leur envier.

Je suis tenté ! Je passe à l'installation sur mon PC ou sur mon MAC

Voilà, vous êtes convaincus et voudriez disposer de Linux sur votre ordinateur.
Mais j'en vois déjà frémir certains dont l'ordinateur fonctionne sous Windows ou sous MAC OS et qui vont penser qu'une fois le système installé, il ne sera plus possible de travailler sous ceux-ci, qu'ils vont perdrent toutes leurs données… (certains disant même qu'ils se voient mal acheter un autre ordinateur juste pour essayer Linux).
Rassurons tout de suite les néophytes (que nous avons tous été) : une fois que vous aurez installé le système et redémarré votre machine, celle-ci vous proposera soit de fonctionner sous votre ancien OS, ou alors sous GNU/Linux.

Au contraire de ce que certains ont pu déjà dire, l'installation n'est pas du tout une opération insurmontable, bien au contraire. Elle ne demande pas de connaissances poussées en informatique.
Il suffit de prendre son temps, d'être prudent, et attentif. Cependant, cette opération impressionne souvent l'utilisateur, qui a peur de perdre ses données, ou qui ne sait pas quoi répondre aux questions auxquelles il doit répondre lors de d'installation automatique de l'OS
(1) .

Avant toutes choses, il faut se poser, prendre son temps et recenser le matériel présent sur votre machine. Bien qu'ayant fait de gros progrès dans le sens de la simplicité, l'installation de GNU/Linux peut parfois être déroutante, et particulièrement pour celui qui n'a jamais installé un OS (les PC sont fournis pré-installés !). Les points sensibles sont en général la carte vidéo, l'écran (notamment sur les portables ) et les périphériques un peu nouveaux (souris bizarre, etc.).
Dans 95% des cas, l'installation se déroule sans problème. Parfois même mieux qu'avec des OS très courants ! Sur du matériel standard, pas trop dernier cri, et avec des distributions récentes, en général tout se passe bien. Sachez quand même que vous DEVEZ FAIRE DES SAUVEGARDES de vos travaux avant toute installation, afin de pouvoir retomber sur vos pieds en cas de pépins.

Ces précautions d'usage étant évoquées, passons aux points importants.

Partitionner votre disque dur (pour les possesseurs de PC)

Selon le choix de votre distribution, vous serez plus ou moins aidés dans l'installation du système. Une Mandrake ou une RedHat sont faciles à installer, une Debian plus difficile...
Pour la réussir, vous devez créer au minimum deux nouvelles partitions sur votre disque dur
(2) (notons que la Mandrake fait cela automatiquement). Une partition est un découpage de l'espace disque, un peu comme vous découpez votre espace habitable en différentes pièces. L'avantage des partitions est de limiter le risque de pertes de données, en cas de problèmes, un peu à la manière des coupes feu (d'où l'analogie avec les pièces d'une maison).
Pour débuter, on crée souvent une partition dite "racine", et une seconde, petite, dite de "swap". Ce swap permet à l'OS de disposer d'espace mémoire, même si la RAM est saturée. En général, la taille de la partition de swap est du double de la RAM, sans dépasser le plafond de 128 Mo (comme tout raccourci, ce mode de calcul est absolument contestable et hérissera les Unixiens endurcis... Qu'ils me pardonnent, je préfère ne pas m'appesantir sur le swap, les différentes versions de Linux, le rôle du pc, l'analyse des besoins, etc.). Donc, disons 128 Mo pour le swap, et 1,5 Go pour la racine.

Mais voilà : le gros problème, c'est qu'il n'y a plus de place sur le disque..
Car en général, votre disque dur a été partitionné par je ne sais qui, ayant décidé d'autorité que vous ne vouliez qu'une seule partition, de 100% de l'espace disponible. Et là, problème… Car si le plus souvent, l'OS installé sur votre machine dispose bien d'un outil de gestion des partitions (qui s'appelle FDISK), cet outil ne sait pas modifier la taille d'une partition ! Des sociétés tierces vendent des logiciels qui savent modifier la taille d'une partition sans altérer son contenu, mais ils sont payants….
Je vous rassure : 100% des utilisateurs qui ont installé GNU/Linux sont dans votre cas. Il existe une solution simple. GNU/Linux est l'outsider : il se plie donc à ce genre d'exercice. Il vous faut simplement défragmenter et réorganiser le contenu de votre partition, afin de préparer le partage.

Préparer le partage
Vous disposez d'un outil qui sait faire cette opération dans votre OS actuel (programme nommé bien souvent DEFRAG). Ce logiciel range et réorganise les fichiers sur votre disque dur, et doit stocker les informations en début du disque dur. La place libre sera donc d'un bloc, permettant un meilleur découpage. Pour les utilisateurs de Windows, et pour déclencher ce programme, il faut cliquer sur "Démarrer", puis "Programmes" puis "Accessoires", puis "Outils système", puis "Défragmenteur de disque".
Le DEFRAG étant fait, vous allez pouvoir lancer l'installation d'une distribution facile. Placez le CDROM dans le lecteur CD, et redémarrez la machine.

Installation
Si votre BIOS est bien réglé (Basic Input/Output System), votre ordinateur démarrera
(3) sur le Cd-Rom, qui vous guidera étape par étape pour l'installation.
Attention : soyez prudents. Lisez bien l'écran : sur une distribution RedHat par exemple, l'installateur vous propose plusieurs types d'installation, et notamment une installation serveur. Il est clairement indiqué que "ceci détruit toutes les données présentes sur le disque dur". J'ai déjà vu des personnes qui n'avaient pas prêté attention à cet avertissement... Avec les conséquences que vous imaginez...
En étant prudent et attentif, on s'en sort en général assez bien... Consultez toujours les documentations fournies avec les CDs, soit sur papier, soit sur le CD, soit à l'écran. Sachez que GNU/Linux est fourni avec énormément de documentations : des pages et des pages, sur tous les sujets imaginables...
Sachez aussi que tous ces efforts vous permettront de mieux comprendre le fonctionnement de votre ordinateur, et que ce n'est donc pas du temps perdu... pour peu que vous vous intéressiez un peu à cette machine.

Gestion des partitions
Vous arriverez à un moment ou à un autre à la gestion des partitions. Certains programmes d'installation vous propose de tout faire pour vous : ils réduisent la taille de la partition existante, et créent plusieurs nouvelles partitions pour l'installation de GNU/Linux.
Vous pouvez, si vous êtes aguerris, vous lancer dans le partitionnement manuel, mais cela demande quelques connaissances. L'installateur vous demandera quels produits installer, ou alors vous proposera des installations par défaut. Selon votre courage, ou votre inquiétude, vous pourrez soit aller voir un peu plus précisément ce qui s'installe, soit le laisser faire si c'est la première fois...

Partie graphique
La partie graphique est le deuxième écueil qui attend le débutant. Les distributions récentes s'en sortent bien en général, mais vous pouvez intervenir, tester des réglages, essayer de pousser les résolutions au maximun des possibilités offertes par votre matériel... Mais lors des premières installations, il vaut mieux peut-être ne pas tenter le diable. Ayez toujours si possible la documentation de la carte vidéo et de l'écran sous la main, afin de pouvoir répondre aux éventuelles questions de la machine.

Gestion des comptes
Enfin, vient la question des comptes : Sous GNU/Linux, comme sous tout OS bien né, il faut s'identifier... Et certains utilisateurs ont des accès supérieurs aux autres... Le grand chef de votre nouvel OS s'appelle root. Il peut accéder à tout, et tout faire sur la machine...
Il faut lui donner un mot de passe, et surtout se créer d'autres comptes, pour le travail de tous les jours. Grâce à un compte de simple utilisateur, je peux travailler sur la machine sans risquer les fausses manipulations. Au pire, je perdrai quelques-uns de mes travaux. En tous les cas, je n'abîmerai rien d'autre et ne mettrai pas le système en péril.

Après la création des comptes, et l'installation de tous les produits, vous pourrez rebooter (redémarrer), et un loader (un programme de démarrage) vous proposera de travailler sous votre ancien OS, ou sous GNU/Linux.

(1) Et puis, au pire, pour ceux qui auraient encore peur, notons que des bénévoles organisent des "install-parties", ou vous pourrez vous faire aider, récupérer des CD, etc. Cherchez sur l'Internet des LUGs (Linux Users Group) dans votre région (à Paris, www.parinux.org), contactez les, ou consultez les sites se rapportant à Linux (www.linuxfr.org par exemple, ou faites une recherche sur google dans sa partie spéciale linux, à l'adresse www.google.fr/linux. Je vous recommande d'assister à une Install-party, ne serait-ce que pour goûter l'ambiance (voir www.parinux.org/activites/installparty.html) et rencontrer des "linuxiens" Remonter d'où l'on vient


Install-party Linux (23/03/2002)Install-party Linux (23/03/2002)Install-party Linux (23/03/2002)
Une Install- party Linux - 23/03/2002 - © photos : http://www.parinux.org


(2) Pas obligatoire. Moi, en tous cas, je fais toujours comme cela… Pour les posseurs de Mac, il est plutôt recommandé d'acheter un deuxième disque dur. En effet, si on veut faire une installation sur un seul disque, il fallait avoir pensé à l'avance aux différentes partitions... Et dans le cas contraire (ce qui doit être la majorité des cas), il faut tout reformater, ce qui veut dire réinstaller Mac OS... Et Linux...
Notons que la distribution Yellow Dog Linux (http://www.yellowdoglinux.com/) convient tout à fait aux Macintosh (voir http://www.yellowdoglinux.com/products/faq/macos.shtml).
Remonter d'où l'on vient
(
3) Dans le langage des pros, on dit plutôt "bootera". Signalons à toute fin utile - particulièrement pour ceux qui n'ont pas de graveur de CD et qui vont certainement me poser des questions - qu'il est possible d'installer Linux de plusieurs façons :
- CD-ROM : boot sur le CD, ou sur une disquette qui continuera sur le CD ;
- Réseau : boot sur une disquette spéciale, qui demande deux trois informations concernant le CD, et va tout récupérer au fur et à mesure (protocole NFS, et non NETBIOS cependant). Ceci suppose absolument un serveur UNIX (les autres OS n'offrent pas de base le NFS.. Sauf peut être Mac OS X, puisque c'est une machine...Unix (FreeBSD))
- Web : il est possible de lancer l'installation grâce à une disquette spéciale, qui se connecte sur le site web contenant la distribution. Il faut cependant disposer ici d'un accès très rapide (câble, ADSL...)
.Remonter d'où l'on vient


Pour en savoir plus :
Philosophie du libre : http://www.gnu.org/ ; http://www.april.org/
Autres Unix libres : http://www.freebsd.org ; http://www.openbsd.org
Les sites de Linux, et des logiciels libres ou open source :
http://www.linux.com ; http://www.freshmeat.com ; http://www.slashdot.org ; http://www.sourceforge.net
Les distributions : http://www.debian.org ; http://www.mandrake.com ; http://www.redhat.fr ; http://www.suse.fr
Les sites d'informations et d'aide : http://www.linuxfr.org ; http://www.lea-linux.org (excellent site pour obtenir des informations sur l'installation)
Les lug (association d'utilisateurs) : http://www.aful.fr ; http://www.parinux.org


(1) Ceci signifie que plusieurs personnes peuvent se connecter sur la même machine. Remonter d'où l'on vient
(2) OS : Operating System. C'est la suite de logiciels nécessaires au fonctionnement de l'environnement informatique (dialogue entre clavier, écran et les périphériques de la machine). Ex : Mac OS (sur le Macintosh), Windows (sur PC), Linux (Mac et PC), etc. Remonter d'où l'on vient
(3) En fait, ceci a mené à beaucoup d'autres réalisations allant par exemple du compilateur c (mais on pourrait estimer que cela fait partie d'un Unix), jusqu'à un logiciel permettant de jouer aux échecs (GNU Chess, qui a une très bonne cote), en passant par un compilateur ada, ou GIMP (outil de gestion des images, à peu près équivalent à Photoshop). Toute personne qui veut developper un logiciel, se faire aider mais ne pas se le faire voler, peut demander à être protégé par la GPL (Gnu Publc Licence). Ceci fait que le projet ne cesse de se diversifier. Remonter d'où l'on vient
(4) Voir http://lexo.free.fr/docs/linux-facile/linux-f/lf2134.htm Remonter d'où l'on vient
(5) Appelé aussi noyau (ou kernel). C'est le coeur du système d'exploitation. C'est lui qui assure la communication entre les différents éléments matériels (le hardware) comme le clavier, le microprocesseur, la souris, l'écran, l'imprimante, le réseau et les logiciels. Remonter d'où l'on vient
(6) Signalons par exemple que la distribution Debian est entièrement gratuite.. C'est la plus GNU de toutes... Les autres existent toujours sous une forme gratuite téléchargeable, car elles sont basées sur des outils GNU... Sachez cependant que le GNU n'interdit pas que l'on gagne de l'argent avec son travail... L'objectif est seulement d'empêcher une certaine forme de racket, avec des logiciels qui utilisent des formats qu'eux seuls peuvent relire ! Sur les versions payantes (qui selon les cas - et le contenu pléthorique - peuvent aller de 30 euros jusqu'à 3000 euros), vous disposez d'un livre et de l'assistance. Parfois, des outils propriétaires sont fournis (mais attention : ils sont propriétaires...)
Remonter d'où l'on vient
(7) Pour la petite histoire, sur la machine qui me sert à écrire cet article (distribution Linux Debian Woody), j'ai posé la question suivante : donnez moi la liste des produits (les packages) qui contiennent le mot "compilateur" (apt-cache search compiler). Résultat : 132 réponses ! : Java, Python, C, Oberon-2 , Icon , Pascal, Prolog, Ada, interCal, Gambit-C, Fortran, Scheme... En d'autres termes, la machine est capable de fournir de quoi compiler tous ces langages pour la réalisation de fichiers exécutables. Une véritable manne directement accessible pour peu que vous connaissiez ces langages.. Remonter d'où l'on vient


Retour au sommaire