logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr


No  9
Retour au sommaire
 
Du côté des labos
Piloter un avion... au doigt et à l'oeil
Par christophe Jacquemin - 02/04/2001 

 

Les scientifiques de la NASA travaillent sur un système qui permettrait de piloter un Boeing 757 sans nécessiter l'usage du sempiternel manche à balai ou même de toucher les commandes de pilotage. Ici, il suffit simplement d'effectuer les gestes avec la main, gestes captés par des électrodes placées sur le bras du pilote. Le pilotage devient alors bien plus rapide et précis.

http://amesnews.arc.nasa.gov/releases/2001/01images/bioelectric/bioelectric.htmlComment augmenter l'interaction homme-machine pour le pilotage d'un avion. Y-a-t'il encore des progrès possibles en ce sens ?
Il semble que oui, et que l'on n'est qu'au début d'une véritable révolution : pouvoir piloter sans finalement toucher à rien. La NASA n'a pas fini de nous étonner avec ce nouveau système, un brassard doté de huit électrodes, qui traduisent de façon compréhensibles à un calculateur les influx nerveux produits par les muscles du pilote lorsqu'il effectue un mouvement. Plus fort encore : les scientifiques ont conçu le logiciel pour qu'il puisse s'ajuster à la configuration nerveuse de chaque pilote (effort différent d'exécution, quantité de graisse différente sous la peau, prise de caféine ou non...)
« C'est une voie fondamentalement nouvelle pour communiquer avec des machines, une autre façon de parler avec notre monde mécanique » déclare Charles Jorgensen, chef du laboratoire «Neuroengineering» du centre de recherches de la NASA.
« Cette nouvelle technologie ouvre la voie à l'usage de l'ordinateur du futur, sans clavier ni souris ».

Avec ce système, les tests ont été effectués avec succès lors d'une simulation de l'atterrissage d'un Boing 757 sur l'aéroport international de San Fransisco. Le pilote a également démontré la possibilité de faire atterrir un avion endommagé (procédure d'urgence, notamment).
Avec cette commande neuroelectronique, il est désormais possible de se connecter directement et de manière  très intuitive sur les différentes commandes d'un appareil, rendant le pilotage beaucoup plus précis et les décisions beaucoup plus rapides. La Nasa espère maintenant coupler cette technologie avec des logiciels de plus en plus « intelligents ».
Une technologie qui, selon Charles Jorgenson « peut être également très utile aux astronautes, qui doivent contrôler des outils dans l'espace ».

La voie suivante pourrait consister à utiliser les mêmes techniques, mais cette fois, en combinant des données issus des signaux du cerveau (electroencéphalographie - EEG) avec ceux des signaux du corps (EMG)...
A quand une véritable téléphathie avec la machine ?

Inscrire des chiffres à l'écran, sans clavier

Tout d'abord, s'entraîner à taper les chiffres 
sur le clavier
.
Faire de même, mais ici sur une feuille
où l'on a dessiné les différentes touche
s.
Singer ensuite les gestes sur son genou :
les chiffres s'affichent à l'écran
Idem, ici sur une table.
On distingue, au premier plan sur l'écran,
la représentation d'un clavier imaginaire.
Les chiffres s'affichent  en fonction du mouvement des doigts
sur ce clavier.

Pour en savoir plus
ftp://ftp.hq.nasa.gov/pub/pao/pressrel/2001/01-012.txt
Film de présentation : http://amesnews.arc.nasa.gov/releases/2001/01images/bioelectric/bioelectricqt.html


Retour au sommaire