logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr


No  6
Retour au sommaire
 
Bric-à-brac

 Record de miniaturisation pour un micro-robot autonome

Micro-robot © Sandia - Randy MontoyaUne équipe des laboratoires américains Sandia basée à Albuquerque au Nouveau-Mexique (http://www.sandia.gov) a mis au point un micro-robot qui, selon elle, pourrait être le plus petit des robots autonomes au monde : 4 cm3 pour près de 25 grammes (il tient sur une pièce de cinq cents, tourne sur une pièce de dix). Ce concentré de technologie se compose d'un microprocesseur de 8Ko de ROM, de deux moteurs actionnant les roues et d'un capteur de températures.Grâce à ses minuscules chenilles, il peut rouler sur terrain accidenté en se déplaçant à une vitesse de l'ordre de 50 cm à la minute. Il tire son énergie de trois piles*, comme celles utilisées dans les montres.
Les scientifiques souhaitent aujourd'hui  équiper le robot d'une mini-caméra, d’un microphone, d’un système de communication et d’un capteur chimique. Travaillant en essaim, il sera capable de communiquer avec ses congénères et avec nous, via une station relais. Selon Ed Heller, chercheur de l'équipe, du fait de leur petite taille et de leur autonomie, le micro-robot pourrait rendre de grands services en se glissant dans les tuyaux ou conduits : on pense par exemple au repérage d'éventuels survivants après un tremblement de terre, à la détection de fuite de gaz ou autres produits chimique... Autre application envisagée : le déminage et la détection des armes chimiques ou biologiques.

*Dont la taille limite pour l'instant une plus forte miniaturisation du robot. Des progrès pourraient cependant intervenir rapidement en ce domaine.

Contact :
Presse : Chris Burroughs, coburro@sandia.gov,
Aspects techniques : Doug Adkins, dradkin@sandia.gov


 Le programme EHPA : des exosquelettes pour augmenter les capacités du corps humain
CJ 06/02/2001

© http://www.darpa.milLogo du site Exoskeletons © http://www.darpa.mil/dso/thrust/md/Exoskeletons/index.htmlDoter l'homme de capacité augmentées grâce à la réalisation d'exosquelettes : depuis plus de deux ans, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) -agence de l'armée américaine- travaille au développement d'une structure anthropomorphique artificielle destinée à augmenter les capacités physiques (vitesse, force et endurance) des soldats au combat.
Avec cette sorte de carapace développée dans le cadre du programme "Exoskeletons for Human Performance Augmentation" (EHPA) dirigé par Ephrahim Garcia, les GI's seront tout d'abord mieux protégés contre la puissance de feu. Parés de cet exosquelette doté de très ingénieux systèmes dignes du meilleur James Bond (tout cela reste très secret), les soldats se transformeront aussi en véritable RoboCop. Ils pourront, par exemple, porter des armes beaucoup plus lourdes, marcher plus vite, sauter plus haut... On image aussi que ces exosquelettes seront truffés d'électronique et d'interfaces intelligents...
Rassurons-nous : il paraît que tout cela n'existe pour l'instant que sur le papier.

Pour en savoir plus :
Site Exoskeletons : http://www.darpa.mil/dso/thrust/md/Exoskeletons/index.html
On lira aussi avec intérêt le compte-rendu (en anglais) d'Ephrahim Garcia, rédigé à l'occasion du Workshop  EHPA (mars 2000) http://www.darpa.mil/dso/thrust/md/Exoskeletons/images/Garciabriefing.PDF (fichier pdf, 2410 Ko)
contact : egarcia@darpa.mil


Devenez cyber-explorateurs de la planète Mars
CJ - 05/02/01

Voulez-vous aider la NASA à un travail de défrichage visant à répertorier l'ensemble des cratères de Mars ?
Rien de plus simple: inscrivez-vous sur  http://clickworkers.arc.nasa.gov/top.
Dès lors, vous aurez une certaine superficie martienne à étudier. A partir de photos de la surface de la planète rouge, vous devrez cliquer sur chaque cratère présent et le délimiter de façon la plus précise possible. Vous pourrez aussi en faire la description : cratère récent, cratère dégradé, cratère fantôme...
Ce travail amont, véritable intelligence collective mise en réseau, va servir de base à la NASA pour une spécification ultérieure et une datation précise de chaque cratère. Un travail qui sans cette aide prendrait des mois, voire des années pour être mené à bien par la communauté scientifique.

© NASA : il vous faudra délimiter précisément chaque cratère

Délimitation des cratères :
à gauche:  image brute  ;
à droite : cratères délimités
.
Seuls seront conservés ici par la NASA
les cratères cerclés de vert.
(Les ronds rouges et jaunes présentent
un trop faible degré de confiance)

© NASA : Seuls seront gardés les cratères cerclés de vert. Les emplacements cerclés de rouge et de jaune sont rejetés, du fait de leur non circularité ou de leur taille
Cratères récents © NASA

Cratères dégradés © NASA

Cratères fantômes © NASA

Classification des cratères :
à gauche : cratèrse récents, au milieu : cratères dégradés, à droite : cratères fantômes

© Photos : NASA


Des robots chirurgiens
JPB-CJ 03/02/01

Le robot CaparL'Institut européen de téléchirurgie fondé par Jacques Marescaux, chef du service de chirurgie digestive à Strasbourg a organisé fin janvier à l'Institut mutualiste Montsouris de Paris un colloque sur « La chirurgie de demain », à l'initiative de la Fondation de l'avenir.
La révolution ne fait que débuter : en chirurgie orthopédique le robot Caspar pose des prothèses de hanche ou de genou, après visualisation du membre en 3D et sous contrôle du chirurgien. En chirurgie viscérale et cardiaque, le robot Zeus (construit par un ingénieur de la NASA) est doté de trois bras pilotés à distance par le chirurgien via un ordinateur: un bras tient la microcaméra, les deux autres manient les instruments chirurgicaux miniaturisés. Assis devant l'écran où est visualisé le champ opératoire, le chirurgien manipule des pinces similaires à celles qu'il utilise habituellement mais câblées à l'ordinateur. Actuellement, le coût de tels robots paraît excessif, au regard de celui d'une intervention classique.

Mais dans des domaines plus délicats, les perspectives sont intéressantes, bien qu'appelant une grande prudence: chirurgie cardiaque*, foetale, cérébrale. Dans ce dernier cas, l'ordinateur produit une représentation 3D du cerveau, à partir de laquelle il est possible de localiser une lésion, et de choisir une trajectoire d'intervention évitant les structures nobles. On détruit ensuite la tumeur par laser ou coelioscopie. Il faut mentionner enfin la chirurgie de réparation, où les techniques de micro-chirurgie et l'utilisation de bio-matériaux permettront de remplacer des articulations défectueuses..., en attendant les greffes de véritables mains ou pieds robotisés.

*Notons dans ce domaine une première mondiale réalisée en mai 1998 par les Français à l'hôpital Broussais, avec le pontage coronarien d'un patient effectué avec le robot Da Vinci fabriqué par les américains.

Pour en savoir plus:
- Jacques Marescaut est aussi fondateur de l'IRCAD  (Institut de recherche sur les cancers de l'appareil digestif) http://www.mairie-strasbourg.fr/F/cus-magazine/11/10-11.html
- sur la  télémedecine, voir  http://www.fing.org/actu/medecine.html et l'Internet Health Coalition http://www.ihealthcoalition.org/
- le projet Diatelic du CNRS http://www.loria.fr/%7Eromary/Diatelic/DIAT.html


Une analyse neuropsychique de la religion par Andrew Newberg
JPB 02/02/01

Ou pourquoi la croyance en Dieu ne disparaîtra pas de sitôt? Le programme AAAA (American Association for the Advancement of Science http://www.aaas.org/, éditeur de la revue bien connue Science) pour un dialogue entre les sciences et la religion présente les travaux de Andrew Newberg relatifs à l'investigation des bases neurologiques de la croyance en Dieu http://www.aaas.org/spp/dspp/dbsr/events/NEURO.HTM  (voir aussi Le Monde, 02/02/01, p.1, article de Michel Alberganti).

Traduction résumée de l'abstract: "A la fin du 18e siècle, les intellectuels pensaient que la religion disparaîtrait face au rationalisme. Il n'en fut rien. Andew Newberg propose une explication en étudiant les bases neuropsychiques de la croyance en Dieu et des états mystiques. La croyance offrirait aux individus une double fonction de réparation et de dépassement face aux difficultés de l'existence. Elle contribuerait ainsi directement à la survie et à la compétition, ce qui expliquerait son implantation dans la neurogenèse."

Pour montrer ceci, Newberg, en collaboration avec Eugène d'Aquili, a observé par TEP (tomographie par émission de positons) le cerveau de patients en méditation. Il a découvert que cette dernière désactivait des zones cérébrales affectées au sens de la dichotomie de la personnalité. Le sujet perdrait ainsi la capacité de se distinguer des autres et nagerait dans une sensation de communication transcendantale. Il en serait de même dans d'autres expériences mystiques ou transes diverses.  

Cette expérience confirme tout à fait l'opinion que nous avons des perspectives de l'exploration fonctionnelle du cerveau,  relativement à la mise en évidence des relations que peut avoir l'hébergement par un sujet donné de certains "mèmes" correspondant à des croyances ou comportement collectifs. Pourquoi ne pas imaginer que semblablement la tomographie de sujets en proie à la conduite d'automobile au dessus des vitesses autorisées, si elle était possible, mettrait l'activation de zones corticales liées à l'agressivité, et la désactivation de zones en charge du contrôle rationnel.

Pour en revenir à la religion, nous n'avons pas clairement compris les conclusions que les scientifiques américains cités tiraient de leur expérience. A priori, elle donne des armes aux adversaires du dualisme, et va tout à fait dans le sens de ceux qui considèrent la religion comme une culture acquise dans le cadre de la lutte pour la survie des premiers hominiens. Des observations semblables sont en cours relativement à l'effet de certaines drogues. En ce cas, il faut prendre en considération non seulement les liens de la croyance avec telle ou telle zone cérébrale, mais aussi les mèmes qui véhiculent la croyance d'un individu à l'autre, et qui peuvent à leur tour entrer en compétition dans le champ sociétal avec des mèmes générant d'autres comportements, comme ceux de l'analyse rationnelle ou scientifique. Comme quoi les expériences d'exploration fonctionnelle du cerveau n'ont pas fini de nous donner matière à réfléchir, même s'il ne faut pas tomber dans les pièges d'un réductionnisme naïf.

Pour en savoir plus:
- Andrew B. Newberg is a Fellow of the Division of Nuclear Medicine at the Hospital of the University of Pennsylvania. His research has focused on neurophysiology and human ritual, religion, and neuroimaging techniques to study the effects of meditation on the central nervous system. He is the Associate Director of Neurobiological Studies for the Conference on Scientific Progress in Spiritual Research and the Director and Co-Founder of the Institute for the Scientific Study of Meditation. He has published widely in journals such as American Psychologist, Zygon, Anthropology of Consciousness, and Aviation, Space, and Environmental Medicine. He received his M.D. from the University of Pennsylvania School of Medicine in 1993.
http://www.med.upenn.edu/~aging/fellprog/fellows/newberg.html
- "THE MYSTICAL MIND: Probing the Biology of Religious Experience" ,Eugene d'Aquili and Andrew B. Newberg, Fortress Press, Minneapolis, 1999.
- Eugene d'Aquili The Utility of a Neuropsychology of Religious Experience http://bhidalgo.tripod.com/litreview.htm


Dossier virtuel de Mars PathFinder

Newsweek propose dans sa version en ligne différents dossiers technologiques. Vous pouvez notamment obtenir une présentation virtuelle du Rover Sojourner et une vue à 360° du paysage martien : http://www.msnbc.com/news/marspath_front.asp
Pourquoi ne pas faire cela pour d'autres robots moins connus du public? Appel aux ingénieurs...


Mémoire-vivante
JPB 02/02/02

Information signalée par Emanuelle Vibert, de Futur(e)s, e.vibert@futur-e-s.com :
Le site Living Memory  http://www.memoire-vivante.org/france/index.htm

Living mémory veut mettre en valeur le rôle de la mémoire dans les communautés: " Dans le cadre du projet Living Memory, cette étude vise à comprendre le rôle de la mémoire dans les communautés, ainsi que les formes de communication permettant le partage et la transmission de la mémoire. Selon une approche socio-culturelle, notre présupposé de base est que :
- Une Communauté, pour exister, a besoin de mémoire.
- Le Lien social présuppose une communication et des informations partagées."

Une telle démarche nous intéresse. Elle illustre directement les perspectives que peuvent avoir aujourd'hui les promoteurs des organisations sociales intelligentes. On trouvera tous les détails du projet, qui s'étendra sur une dizaine d'années, en parcourant le site. La collectivité-témoin se trouve en Ecosse, près d'Edimbourg. Projet à suivre.


Mission Sciences de l'Homme et Recherche européenne
JPB 01/02/02

Le Premier ministre vient de charger Maurice Godelier d'une " Mission visant à placer les sciences de l'homme et de la société dans le concert européen". Maurice Godelier est Directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et, entre autres, Directeur du projet du musée du Quai Branly pour l'enseignement et la recherche. Il s'agit de rechercher les moyens de redonner aux sciences humaines et sociales une place suffisante dans l'Europe de la recherche, où elles ne bénéficient que de 1% des crédits. Elles devraient au contraire assister en permanence la construction européenne, et son élargissement, compte tenu des innombrables questions non résolues se posant à cette occasion dans leurs domaines.

Dans Le Monde du ler février p.24, Maurice Godelier précise les objectifs qu'il compte se donner. " Voilà vint ans, les SH étaient dominées par des paradigmes globalisants -marxisme, structuralisme- cherchant des causalités dernières... Elles sont analytiquement mieux armées qu'hier. Elles ont hérité de noyaux forts que chacune doit recombiner à sa manière... L'Europe possède avec les Etats-Unis, les plus grandes banques de données sur elles-mêmes et le reste du monde... Ces banques...ne sont pas mises en réseau. Elles devraient l'être, afin de capitaliser... Cette politique ne peut être impulsée qu'à l'échelle européenne. Elle implique des investissements ... mais aussi le lancement de grands programmes de recherche mobilisant plusieurs disciplines, tel celui qui va débuter sur les origines de l'homme et du langage ".
Le rapport est attendu pour fin 2001.

Rappelons que les études de sciences humaines sont indispensables au développement des travaux intéressant la vie artificielle, la robotique et leurs relations avec l'homme. Encore faudra-t-il que chacun accepte de sortir de sa discipline et utiliser les nouveaux outils de travail en commun.


Le Terraforming et l'ingénierie biomécanique
JPB 01/02/02

Le N° 3 de Futur(e)s présente en page 35 les recherches concernant le Terraforming, c'est-à-dire la possibilité d'ensemencer de la vie sur Mars, et de transformer ainsi cette planète en quelque chose d'habitable par l'homme, dans quelques siècles. On trouvera tous les détails concernant cette perspective sur le site de  Red Colony http://www.redcolony.com/, ainsi que de nombreux autres articles intéressant les automates, l'ingénierie bio-mécanique (mechanical bio-engineering), etc.

Il est certain que la perspective de peupler Mars, et d'y diffuser la vie, ne peut qu'intéresser les roboticiens, puisque ce seront d'abord des automates qui exploreront à grande échelle notre voisine. Un grand programme Mars comprendra d'abord la conception de robots capables de s'affranchir progressivement de la communication avec la Terre. Ils devront trouver leur énergie sur place, s'auto-réparer, se dupliquer (éventuellement sous la forme réduite d'automates moléculaires ou supra-moléculaires). Voilà de quoi stimuler la recherche. Un peu d'argent, SVP, messieurs les budgétaires.


Jean-Marie Lehn et les organisations supra-moléculaires
JPB 01/02/02

Jean-Marie Lehnhttp://www.college-de-france.fr/college/bibliographies/Lehn.html
http://www.education.gouv.fr/actu/assisinn/DATA/BIOS/JMLEHN.HTM

Entendu sur France-Culture le 01/02/02, lors de l'émission Continent Science, à propos du professeur Jean-Marie Lehn, professeur au Laboratoire de chimie supramoléculaire de Strasbourg, professeur au Collège de France :
" En 1968, ses recherches ont conduit à la réalisation de molécules en forme de cages comportant une cavité dans laquelle peut être insérée une autre espèce chimique de taille et de forme appropriées, comme une clé s'insère dans une serrure. Ainsi ont débuté ses travaux sur la base chimique de la " reconnaissance moléculaire " (c'est-à-dire la propriété qu'a une molécule servant de récepteur de reconnaître et de retenir un substrat), laquelle joue également un rôle important dans les processus biologiques. Ces études lui ont valu le prix Nobel de chimie en 1987, ainsi qu'un grand nombre de distinctions et de récompenses internationales.

Les travaux de Jean-Marie LEHN ont mené progressivement à la définition d'un nouveau domaine de la chimie, qu'il a proposé d'appeler " chimie supra moléculaire " parce qu'elle s'intéresse aux entités complexes formées par l'association de deux ou plusieurs espèces chimiques liées entre elles par des forces intermoléculaires, alors que la chimie moléculaire étudie les propriétés des entrées construites à partir d'atomes liés par des forces covalentes. A partir de la reconnaissance moléculaire, ses recherches se sont élargies en englobant la catalyse et les processus de transport supra moléculaires. Elles se sont aussi étendues à la conception de composants moléculaires comme bases de l'électronique et de la photonique moléculaires. Un autre axe de développement concerne la conception de systèmes " programmés " capables d'auto-organisation par assemblage spontané de composants adéquats en des architectures supra moléculaires bien déterminées ". (Source MEN)

Les travaux de Jean-Marie Lehn intéresseront particulièrement nos lecteurs. Ce savant développe notamment l'idée que " L'homme modifiant l'homme est contenu dans l'homme ". Il ne craint pas non plus d'utiliser le terme de " darwinisme sociétal " et il s'insurge contre les excès du principe de précaution, aboutissant à se méfier de toute recherche scientifique moderne. Dans le même esprit d'ailleurs, il déplore l'insuffisance de la vulgarisation scientifique en France.


Protocole de coopération sur la recherche et la technologie entre les ministères de la Défense et de la Recherche
JPB 30/01/01

Selon un communiqué conjoint en date du 30 janvier 2001 http://www.defense.gouv.fr/actualites/communiques/c013001/013001a.htm
"Les ministères de la Défense et de la Recherche ont signé hier un protocole de coopération destiné à structurer leurs échanges dans le domaine de la recherche et de la technologie. Ce protocole a été signé par l'ingénieur général de l'armement Jean-Yves Leloup, directeur des systèmes de force et de la prospective (délégation générale pour l'armement) au ministère de la Défense et Alain Costes, directeur de la technologie au ministère de la Recherche. L'innovation et la maîtrise technologique sont à la base de la puissance économique du pays mais aussi de sa capacité de défense.  (...) L'objectif de cet accord est de renforcer les actions conjointes des deux ministères dans les domaines de la veille scientifique et technique et de l'identification de ruptures technologiques, de coordonner la définition des politiques de recherche et de technologie, de coopérer sur des projets de recherche et de technologie et de participer à l'expertise mutuelle de nos résultats de recherche.

Ces actions conjointes concernent les nombreuses technologies utilisées à la fois dans les domaines civils et militaires. Il s'agit des technologies de base communes (matériaux, nano et micro technologies, biotechnologies, optronique, …) ; des technologies civiles utilisées dans certains équipements militaires (les technologies de l'information et de la communication, les circuits électroniques intégrés, …) ; des technologies militaires qui ont diffusé dans les applications civiles (aéronautique, spatial, propulseurs de fusée ; …).

Une cellule permanente sera chargée de rapprocher sur les trois années à venir les plans d'études de recherche et de technologie des deux ministères. Un comité directeur bi-annuel, co-présidé par MM. Jean-Yves Leloup et Alain Costes, assurera la définition et le suivi des actions conjointes.

Contacts presse :
Véronique Garsonnat (ministère de la Défense) : 01 45 52 73 25
Claire Cayol (ministère de la Recherche) : 01 55 55 99 12


ICRA 2001 International Conference on Robotics and Automatisation
JPB 28/01/01

Logo ICRADes séminaires apparemment analogues à Humanoïds2000 existent depuis 18 ans, sous la responsabilité de l'IEEE http://www.ieee.org/. Le prochain est ICRA 2001. D'ores et déjà les 3 suivants sont prévus: http://www.ncsu.edu/IEEE-RAS/RAS/RASconference.html

ICRA 2001 se tiendra les 21/26 mai à Séoul. Le thème est significatif: "Les "nouvelles frontières" de la robotique et de l'automatisation pour le prochain millénaire". Toutes les informations sont déjà en ligne sur le site http://www.icra2001.org/ . Le Comité de programme comporte 4 représentants de l'Europe au nom français (que nous n'avons pas l'honneur de connaître): Jean-Pierre Merlet, Christian Laugier, Jean-Paul Laumond, François Pierrot.


Humanoïds 2000. Rappel.
JPB 27/01/01

Logo Humanoïds 2000

La lère conférence Humanoïds2000 s'est tenue les 7/8 septembre 2000, au MIT. http://humanoids.uni-bielefeld.de/home.html

Elle était sponsorisée conjointement par l'IEEE et la Robotics and Automation Society  aux USA, ainsi que par la Robotics Society of Japan

IEEE: Institute of electrical and electronics engineers http://www.ieee.org/
IEEE Robotics and Automation Society http://www.ncsu.edu/IEEE-RAS/
Robotics Society of Japan http://wwwsoc.nacsis.ac.jp/rsj/

Les organisateurs d'Humanoïds2000 précisent les objectifs suivants:
Due to recent developments in enabling technologies (processing power, mechatronics, walking machines, articulated vision heads and more) but also due to findings and developments in other fields (e.g. studies of the human brain, linguistics, psychology), we currently observe a shift in the view of what is artificial intelligence and how it can be put to work in operational autonomous systems. This sets the stage for putting perceptive, cognitive and manipulatory abilities together to create truly autonomous humanoid robots. Unlike autonomous service robots that perform a more or less limited range of special tasks without human supervision, the autonomous humanoid combines advanced manipulation skills with human-like cognitive processes embodied in (approximate) human shape so as to be able to operate in unchanged man-made environments. It receives its tasks by carrying on a dialogue with human instructors involving speech, gestures and facial expressions. And it can use the same tools and appliances as human beings. A number of impressive mechanical platforms have been designed over the last decades, but, with very few exceptions, they have not been coupled with "brains".

This is the reason, therefore, that we feel the time is ripe for bringing together researchers from different fields that share a common interest in this intriguing new field of interdisciplinary research. Since we intend to establish a conference series, the preponderance of papers of this first conference should be on identifying current research trends, presenting and reviewing recent work and, possibly, speculating about the future. The contributions should address the general question of what the roadblocks towards full humanoid autonomy are and how they can be removed. They should also be clearly related to the general theme of the conference, i.e. it should be stated how and why the work presented may be applied to present or future autonomous humanoids.

Les 4 domaines d'études ont été les suivants:

1. Brains, Mind and Robot Epistemology
Philosophical implications of artificial embodied minds
Embodiment as the basis for intelligence: co-evolution of cognitive and manipulative skills along with internal representations
Autonomous construction of categories and concepts through interaction
Grounding of behaviours and reasoning in sensory patterns
Higher-level representations and consciousness
Mental simulation, emulation and planning
Anticipation as a hallmark of intelligence
Learning and sequencing of high-level behaviours
Coupling of sensing, behaviour and reasoning (situated perception action cycle)
Fault tolerance through multisensor perception and compensation
Issues of self-reproduction
Neurophysiological findings as a guide to artificial brain design

2. Interaction with Humans and the Environment
Control and instruction through dialogues: recognition, production and integration of natural language, gestures, facial expressions
Development of language and gestures through observation and imitation
Desires, intentions and emotions and their expression
Simulation and rendering of face expressions
Keeping the focus of attention; recognizing specific situations
Body motion as an aid for the humanoid to express its internal state (of mind)
Communication between humanoids (human-understandable vs. proprietary)
Human psychology, social acceptance of humanoids and culture/country-related issues
Intermediate applications and habitats (toys, help for the elderly, deep space missions, ...)

3. Structure and Purpose of Body and Limb Movement
Body gross and fine motion and its learning through demonstration
Learning of grasping and sensorimotor control for complex manipulation tasks; adaptation to structurally new tasks
Physical interaction with human-beings or with other humainoids for cooperative tasks (with or without explicit instruction/communication)
Navigation, planning of movement and collision avoidance
Body-centered behaviours (limb coordination), posture stability
Locomotion, gait and foot-placement
Simulation of all aspects of body and limb dynamics

4. System and Components Design
Mechatronics of hands, feet, legs, arms, heads; new types of actuators
Materials for actuators and skin
Sensor design (articulated vision, tactile, directional ears, new sensors)
Evolutionary hardware and control software
High level programming
Architectures for component coordination and distributed control (multi-agent-systems, distributed control, organizing internal multi-processor systems)
Power-supply
Building an international infrastructure for humanoids research (simulation software, shared use of components or full robots, ...)
Suggestions for future contests for full-fledged Humanoids or their components: ”HumanoCup”
Le bâtiment principal du MIT © MIT
Le bâtiment principal du MIT © MIT
Programme détaillé des interventions: http://humanoids.uni-bielefeld.de/program.html

Nous n'avons qu'une chose à ajouter: la recherche européenne a de quoi faire pour ne pas prendre de retard. C'est un veritable déferlement américano-japonais qui se produit.


5e Conférence mondiale sur les agents autonomes (Autonomous agents)
JPB 27/01/01

Logo de la 5ème conférence mondiale sur les agents autonomeshttp://www.csc.liv.ac.uk/~agents2001/
La 5ème Conférence mondiale sur les agents autonomes, qui se tiendra du 28 mai au 1er juin 2001 à Montréal, rassemblera chercheurs et développeurs de l'industrie et de l'université afin de discuter de l'état de l'art et des perspectives du domaine.
Rappelons que les agents autonomes sont des entités comportant des logiciels et de la robotique, capables de comportement indépendant dans un environnement ouvert et imprévisible. Ils constituent l'un des domaines  les plus  intéressants de l'informatique d'aujourd'hui. On les retrouve dans les jeux et le cinéma interactifs, la recherche et le filtrage d'informations, le commerce électronique, les véhicules et engins spatiaux, le process-control industriel...


Les réseaux Intelligence artificielle et Vie artificielle de l'Open Directory Project
JPB 27/01/01
Logo Dmoz DMoz Open Directory Project http://dmoz.org/about.html vise à rassembler, dans un certain nombre de domaines clés, des personnes acceptant de tenir à jour de façon coopérative des références sur les pages intéressant ces domaines. Le lecteur dispose donc d'une suite de liens particulièrement riches, classés par catégories.
Parmi l'ensemble de références, on se reportera notamment avec le plus grand intérêt, au sein du domaine Calculateurs (http://dmoz.org/Computers/), aux sous-domaines consacrés à l'Intelligence artificielle  (http://dmoz.org/Computers/Artificial_Intelligence/) et à la Vie artificielle (http://dmoz.org/Computers/Artificial_Life/). De  quoi trouver de la lecture jusqu'à la fin de ses jours...

Le mystère plane sur Ginger
JPB -CJ 25/01/01

Le Monde du 25 janvier signale dans ses colonnes le mystère qui plane autour du projet américain Ginger. D'après divers bruits, il s'agirait d'une extraordinaire découverte, qui se répandra dans le monde et changera la vie, les villes et les façons de penser. Mais nul ne sait encore de quoi il s'agit.
Un livre consacré à cette découverte doit être publié en 2002.
Dean KamenEn attendant certains dessins ont été trouvés accompagnant un brevet déposé par l'inventeur: "de petites machines à une ou plusieurs roues, avec ou sans moteur". Aurons nous droit aussi à une révolution dans le domaine de l'automate?
Précisons que d'après Steve Jobs, le patron d'Apple, il s'agirait là d'une invention "bien plus importante qu'Internet ou le PC et qui va changer radicalement notre façon de vivre". Rappelons aussi que l'inventeur de Ginger, Dean Kamen, est entre autre l'inventeur de la pompe à insuline et de la machine à dyalise. Cela-dit, Ginger n'est pas une invention médicale. Affaire à suivre...
Pour plus d'informations :   http://www.inside.com/jcs/Story?article_id=20704&pod_id=8
Biographie de Dean Kamen : http://www.usfirst.org/bios/dean.html

 


Les Real-Dolls et les humains.
JPB 25/01/01

Tami, l'un des modèles proposés © RealdollLa presse s'est faite l'écho de la vente, aux Etats-Unis et bientôt en Europe, sur Internet, de poupées de silicone et acier imitant aussi fidèlement que possible de jeunes femmes séduisantes. Ces produits sont commercialisés par la firme Abyss sur le site http://www.realdoll.com/ (réservé aux plus de 18 ans).
L'intérêt que porte des hommes "normaux" à ces mannequins surprend les journalistes ayant enquêté sur cette question (et indigne les féministes). Le fabricant annonce que, pour faire face à la demande, il va implémenter des capteurs et moteurs dans la "machine" pour lui permettre de mieux réagir aux embrassements de ses partenaires. Une liaison par Internet permettant de télécommander à distance diverses fonctions va également être étudiée, afin de réintroduire de vraies femmes (c'est une forme de télé-travail en plein développement) dans le couple homme-automate. Mais il n'est pas sûr que cette forme de trio séduisent tous les clients, dont certains pourront préférer en rester au rapport bilatéral basé sur la possession sans intervention de tierce partie. Les journalistes ont également été surpris, non seulement par la projection érotique faite sur ces mannequins, mais par l'investissement affectif prodigué par les "propriétaires", investissement parfois partagé aussi par des épouses et compagnes. La Doll serait aimée comme une vraie personne, et en tous cas comme un animal de compagnie. Leurs acheteurs ne peuvent plus s'en séparer.

Ce n'est pas seulement par esprit gaulois que nous signalons ceci, mais c'est parce qu'il s'agit d'un exemple intéressant de ce qui pourra se produire dans un monde de plus en plus peuplé d'androïdes. Faut-il s'en indigner et réclamer des mesures répressives? Il nous semble qu'il n'y a là rien que d'ordinaire. Il suffit de penser à la façon dont les possesseurs d'automobiles s'investissent en elles. Certes, les androïdes renforceront les tendances aux transferts et projections. Mais après tout, ce n'est pas notre affaire. Il se trouvera toujours suffisamment d'individus normaux pour préférer de vrais partenaires à des artefacts, au moins dans le domaine sentimental. En attendant, quelques études psychologiques et analytiques du rapport homme-machine pourront être conduites, pour le plus grand profit de la science.


 Conférence sur l'Evo-dévo
JPB 25/01/2001
Pour info rétroactive
Source Paris 7 Denis-diderot http://www.sigu7.jussieu.fr/

Le vendredi 10 novembre 2000 s'est tenue dans la salle de conférences de l'université Paris 7 une Journée EVO-DEVO*, organisée par l'Institut Jacques-Monod et les écoles doctorales Logique du vivant et Diversité du vivant. Ont ainsi été données les conférences suivantes :
- A. Adoutte : Les gènes Hox sont-ils responsables de l'explosion de la diversité animale au Cambrien ?
- J. Deutsch : Mais ou est passé l'abdomen des cirripèdes ?
- M-A. Felix : Évolution du développement du système reproducteur des nématodes
- A. de Ricqules : Le développement embryonnaire des dinosaures : de Jurassic Park aux données réelles
Contact : isnard@ijm.jussieu.fr

*Evo-dévo : interaction permanente entre le développement d'un individu à partir de l'œuf, le milieu auquel se trouve confronté cet individu, et l'évolution de l'espèce à laquelle il appartient, elle-même façonnée au plan génétique par la nécessité d'une adaptation à un milieu exerçant des contraintes sélectives à plus long terme.


Cellules souches et applications
JPB 25/01/2001

Jacques Hatzfeld, chercheur au CNRS (Laboratoire de biologie des cellules souches humaines de Villejuif), est un des pères français du concept de cellule-souche. Il coordonne, au sein du programme européen "Qualité de vie et gestion des ressources vivantes", le projet 4 "Des lignées cellulaires pour produire des organes à base de tissus humains modifiés".
On sait que les cellules souches sont des cellules non encore spécialisées, prélevées sur des embryons (humains en particulier) âgés de quelques jours. Ces cellules, une fois greffées dans un organe ou milieu quelconque (sang, par exemple), peuvent se respécialiser et pallier des déficits. Cette perspective rendrait le clonage inutile et échapperait aux critiques des comités d'éthique.

On trouvera dans le numéro 3 de Futur(e)s de janvier 2001, un article détaillé de Pierre Vandeginste décrivant le concept de cellule-souche, ses applications envisagées, incluant la possibilité de l'organogenèse (reconstitution d'un organe entier par "scaffolding" à partir d'une forme destinée à se dissoudre ultérieurement). Des cellules universelles dépourvues de protéines de surface provoquant le rejet immunitaire sont également à l'étude. L'article fournit les liens sur divers laboratoires et entreprises se livrant à ces recherches. Dans le même numéro, on trouvera p. 80 à 87 des références, présentées par Catherine Segal,  concernant un certain nombre d'animaux  "chimères" transformés par manipulation génétique ou autres manipulations. A consulter absolument. Nous reviendrons ultérieurement.sur ces sujets et les liens possibles avec la robotique.


Le programme européen "Qualité de vie et gestion des ressources vivantes"
JPB 25/01/2001

Logo du programme Quality of Life and Management of Living ResourcesQuality of Life and Management of Living Resources Programme implemented under the Fifth Framework Programme (1999-2002). On trouvera des informations sur ce programme à l'adresse suivante: http://europa.eu.int/comm/research/quality-of-life.html . Ce programme fait suite au Programme Biotech Biotechnology Programme (BIOTECH) implemented under the Fourth Framework Programme (1994-1998)
http://europa.eu.int/comm/research/biot1.html


5e conférence de la Société allemande de neurosciences
JPB 25/01/2001

Le Max Planck Institute of Cognitive Neuroscience (Stephanstraße 1a; D-04103 Leipzig, Germany) étudie les relations entre les processus cérébraux décrits en termes neuro-biologiques et les expériences et comportements décrits en termes psychologiques. Il comporte deux départements travaillant en liaison, l'un de neuropsychologie et l'autre de neurologie.
L'Institut hébergera la 5e conférence de la Société Allemande de neurosciences les 25/28 septembre 2001 à Leipzig.
Programme et inscription: http://www.cns.mpg.de/.


A propos des puces neuronales
JPB 25/01/2001

Sur  http://www.studver.uu.nl/cki/cwb/symp98/Fromherz.html, on trouvera le résumé (1998) d'une intervention du professeur Peter Fromherz (Max Plank Institute de Munich) sur le thème de la puce neuronale ou neuro-chip. Il s'agit de décrire un projet visant à interconnecter, dans un tube à essai, des neurones vivants et une base de silicone, afin que ces composants différents échangent des signaux électriques. La principale difficulté à résoudre est celle de la structure de la région de contact et les "propriétés non linéaires de la jonction dues aux conductivités non-ohmic et ioniques (properties of the junction due to nonohmic ionic conductances). L'aboutissement de ce projet pourra être les automates neuronaux ("brain-in-computer") et les prothèses neuronales ("computer-in-brain"). La page résume également l'historique des travaux de Peter Fromherz.

Plus récemment, le Pr Fromherz a annoncé la réussite d'une expérience de croissance et d'interconnexion de neurones sur des supports-guides de verre ou de silicone.

Le Département Membrane et biophysiques du Max Plank Institut de Biochimie, http://www.biochem.mpg.de/mnphys/, dirigé par le Pr Fromherz, abrite de nombreux autres projets décrits dans le site ci-dessus, dont il sera intéressant de suivre l'avancement dans les prochains mois:
- Neurochip: Neuron-Transistor, Hybrid Circuits
- Adhesion & Patterns: FLIC Microscopy, Patterns in Membranes, Cell Adhesion, Membrane Cable
- Neural Nets: Controlled Growth, Signal Processing
- Voltage sensitive Dyes: Photophysics


De l'ADN liquide dans les PC du futur?
CJ 24/01/01
Molécule d'ADNLes chercheurs de l'université de Caroline du Nord ont annoncé dans un communiqué avoir réussi à créer une forme liquide d'ADN, en le combinant avec de l'oxyde d'éthylène. D'après les chimistes, une des premières applications de ce travail pourrait concerner la microélectronique. Sous forme liquide, l'ADN  peut en effet être déposé sur de très fins supports et servir de composants à de futurs ordinateurs biologique
Communiqué : http://www.unc.edu/news/newsserv/research/thorp30112001.htm

ADN toujours
Selon une étude conjointe des chercheurs du CNRS de l'Université d'Orsay et de l'Académie des sciences de Moscou, l'ADN est un excellent conducteur. Pour le prouver, les chercheurs ont réalisé un pont d'ADN d'une moitié de micromètre (10-9 m) de long entre deux électrodes métalliques, composé d'un mélange à base de carbone et de rhénium (métal supraconducteur) : le courant est bien passé. Par ailleurs, les scientifiques ont montré que l'ADN perdait sa résistance à une température proche du zéro absolu, devenant dès lors supraconducteur !


Retour au sommaire