logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

23
Retour au sommaire
 
Billet
Relire Merleau-Ponty

par Jean-Paul Baquiast

Les Archives de France Culture, dans l'émission dite des Vendredis de la philosophie, en date du 9 novembre 2001, nous ont fait entendre la voix de Maurice Merleau-Ponty, interrogé à la radio, quelques temps avant sa mort. Pour ceux qui comme moi n'ont conservé de ce philosophe, trop tôt disparu, qu'un souvenir flou, il était étonnant de constater comment ces propos avaient peu vieilli en regard des problèmes posés par la pensée scientifique actuelle.
Autant, il faut bien le dire, un Jean-Paul Sartre ne nous paraît plus pouvoir être en phase avec aucune des approches de la science moderne, autant il semble que Merleau-Ponty aurait pris le plus vif intérêt à développer les perspectives de la vie et de l'intelligence artificielles, y compris dans les perspectives que ces dernières peuvent apporter à ce qui était à l'époque, outre le marxisme, la grande question scientifico-philosophique, j'ai nommé la psychanalyse. A entendre Merleau-Ponty chercher à faire le lien entre la neurologie de son temps, le freudisme et la philosophie, tout en manquant des instruments de référence apportés aujourd'hui par les neuro-sciences cognitives appuyées par l'informatique et l'IA, on ne peut que regretter sa disparition.

Mais, à la réflexion, lorsque Merleau-Ponty parlait de ces sujets à la radio française, les travaux anglo-saxons sur l'IA et l'informatique étaient en plein essor. Pourquoi notre philosophe national n'en était-il pas informé? Sans doute parce que la cécité de l'université française face à ce qui se faisait hors frontière l'avait empêché d'y réfléchir. Il est vrai que les grandes questions avec lesquelles il était alors de bon ton en France de harceler les intellectuels (faut-il soutenir la dictature du prolétariat? L'intellectuel est-il condamné au réformisme? Comment être compagnon de route du PC sans perdre son indépendance?, etc.) empêchaient de voir ailleurs.
Nous en payons encore le prix. Aujourd'hui, on discute avec le même irréalisme d'autres formes du penser politiquement correct: l'humanisme, les droits de l'homme, l'éthique, le principe de précaution... Non pas que ces thèmes soient sans intérêt. Mais si on les utilise pour éviter de renouveler la réflexion, en abordant les questions qui supposent, elles, un véritable effort de créativité plutôt qu'un simple psittacisme, alors on se condamne au silence.

Pour en savoir plus
Merleau-Ponty. Vie et oeuvre : http://ourworld.compuserve.com/homepages/ckouadio/merleau.htm
Atelier Merleau-Ponty : http://www.ac-toulouse.fr/philosophie/formation.htm#ateliermerleau


Retour au sommaire