logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion

logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

No 16
Retour au sommaire
 
Courrier des lecteurs

Projet d'article: XML et TAG
From: Antoine Herzog<aherzog@netcourrier.com>
Sent: Tuesday, July 24, 2001 6:56 PM

Bonjour,

Je lis avec interêt votre revue depuis presque le début...j'ai eu la chance de tomber dessus en faisant à l'époque des recherche sur ce qui se faisait en robotique.

Depuis, j'ai finalement "versé" dans la reconnaissance vocale... qui me plait bien (et se développe fortement en ce moment dans les entreprises)...Mais je continue à vous lire et a passer les articles aux amis qui sont concernés. .. c'est passionnant...

Le but de mon mail est le suivant :

Le lien entre le XML et les TAG (Tree Adjoining Grammar) m'apparait très fort, tant dans la forme technique que dans leur "vocation"... dans le fait qu'ils s'occupent tous les deux de l'action de "se comprendre"... entre humains et humains, humains et machines, machines et machines....

Je développe, à titre personnel, depuis une dizaine d'années, des outils de type systèmes experts pour soutenir le process de formation à la communication. J'ai un ami expert dans le domaine : je fais des outils qu'il utilise dans sa petite entreprise et nous avançons dans la recherche sur ses domaines (application des préférences cérébrales de Herman, de l'audio psycho phonologie, de la maitrise de l'information, de l'analyse transactionnel...... pour des formations)

Depuis peu, nous continuons de la même façon, avec un deuxième ami expert du langage écrit... le but est de faire un outil qui permette de faire ressortir le positionnement de l'auteur par rapport à ce qu'il dit (ce qu'il ne veut pas dire, ce qui est important pour lui, ... ses peurs...) ainsi que la forme générale du texte : s'il parle dans le conceptuel (texte de stratégie, rapport d'activité d'entreprise, etc..) ou d'affectif (biographie, romans, sujet "persos") etc....

On imagine une application pour les moteurs de recherches...

En tout cas, il est peut être plus clair de dire que le but de ces outils est de permettre au plus grand nombre de facilement (et rapidement) faire ce que font ces deux experts...

Je profite de ce projet pour passer à une plateforme Java de développement et à XML. Je suis aussi en train d'aborder ce qui se fait en outils pour la linguistique et découvre avec intéret les TAG (Tree Adjoining Grammar) qui sont un axe important de la recherche sur les langages naturels...Comme je vous le disait, le lien entre le XML et les TAG m'apparait très fort, tant dans la forme technique que dans leur "vocation"... dans le fait qu'ils s'occupent tous les deux de l'action de "se comprendre".

Je serais heureux de participer à votre action en écrivant un article sur ces sujets. Qu'en pensez vous ?

Cordialement,
Antoine Herzog

Bonjour. Merci de votre intérêt. Je situe XML mais moins les TAG, non plus que leurs liens avec l'intelligence artificielle. Si vous nous envoyiez effectivement un article sur ce sujet, nous pourrions envisager de le publier. Merci d'avance. JP. Baquiast


T.REX CALL CENTER
(communiqué par un correspondant)
20/07/01

Monsieur,

Pour votre information, nous venons de terminer un serveur vocal intelligent pour la société Meilleurtaux.com (http://www.meilleurtaux.com/), le 1er site Français du financement de l'immobilier (35% du marché). Développé avec notre produit T.REX CALL CENTER, il donne une idée de ce que pourrait être un centre d'appels "virtuel". En attendant son installation définitive chez Meilleurtaux, vous pouvez le tester en téléphonant à notre site vocal :02.40.29.82.34. Quand la question de départ s'arrête, dites le mot de passe : "meilleurtaux". Il reconnait les nombres jusqu'à 9 millions et les répète en les synthétisant avec une voix réelle enregistrée. Il dialogue avec le public, calcule des mensualités optimum tenant compte du profil du client. C'est une 1ère.

Sur notre site http://www.tree-logic.com, nous avons installé une nouvelle fonctionnalité, également développée avec T.REX CALL CENTER : le filtrage et l'orientation automatique des emails entrants. Cliquez "Contact" en bas à gauche de la page d'accueil. Parfois, c'est le site web qui répond aux questions (donc pas d'emails). Le reste du temps, il commente de lui-même l'email et l'envoie à la bonne personne en lui affectant un degré d'urgence, sans que l'émetteur connaisse l'email du destinataire. Cela aussi c'est une 1ère.

Cordialement

Jean-Philippe de Lespinay
TREE.LOGIC 8 impasse Brillouet 44000 Nantes
Tél : 02.40.29.20.10 et 06.82.92.69.03
Fax : 02.40.29.82.34
Site web : http://www.tree-logic.com
Site vocal : tél 02.40.29.82.34


Libertés et bases de données
(communiqué par un correspondant)
07/07

"Qu'en est-il de la liberté à l'heure où les réseaux de multinationales confisquent à outrance les informations sous forme de Bases De Données ?

Attention : surveillance maximale et confiscation de données à tout va ! Dans un univers désormais mis en fiches où chacun d'entre nous est devenu grand consommateur devant l'éternel Dieu marchand, notre liberté s'évanouit. D'où pléthore d'angles d'attaque et observations en appelant au bon sens, «88 degrés vers l'infini» afin de susciter l'ultime sursaut du corps de chair face au Leviathan cyberinformationnel qui entend l'engloutir dans ses gigantesques Bases De Données. "Quod erat demonstrandum". Mais que faire lorsque le moindre de nos  gestes nous condamne à la traçabilité statistique ? Lorsque carte bleue, carte verte, carte d'identité, prise de sang, rayons X, téléphone mobile et sondages dessinent de nous un profil mis à la disposition de ceux qui détiennent les clefs d'accès à ces BDD ?

Faux problèmes ? Pierre Assouline en donne un exemple dans son roman "Double vie" (Gallimard, 2000) développant le thème de l'omnisurveillance des citoyens. Olivier Razac dénonce quant à lui le modèle panoptique visant à quantifier l'individuel dans son bel essai "Histoire politique du barbelé" (la Fabrique, 2000).

L'inconvénient majeur, tel que l'accuse di Folco, réside moins dans les modalités d'accès à ces banques d'informations (adeptes d'une redistribution consumériste, fonction de leur intérêt entendu) que dans le concept même de BDD. Satellites, câbles, tous réseaux sont verrouillés par une poignée de sociétés multinationales capables de modifier jusqu'à plus soif nos représentations d'un monde dont la réalité s'est absentée au profit d'une salutaire parce qu'exploitable virtualité renforçant le monopole de certains. Aussi "Citizen Data" propose-t-il un "Rosebud" psycho-comportemental : refuser la sériation, contourner les données stratégiques nous rendant dépendants par l'improvisation poétique, la sortie du sillon, la « discrétion ». Favoriser la corporéité au sein de l'empire siliconé, la prise de parole dans une cité sans mots - cauchemar alpahavillesque. Rendre ces BDD aux citoyens, tel est le mot d'ordre. Une accentuation de la reprise citoyenne des débats sur laquelle a insisté en son temps Daniel Schneidermann dans "Les Folies Internet" (Fayard, 2000), on s'en souvient.

Ce bref essai ne doit pas pour autant être illico rangé dans la catégorie du « ressentiment ». Ce qu'il développe participe plutôt - Gilles Châtelet , Deleuze, Guattari, Clausewitz, Luckas, Melville, M.G Dantec, Vaneigem, Calderon à l'appui - d'une «logique de guerre» où la violence prend la forme de la contestation systématique de la mise en boîte du monde par des réseaux fermés au plus grand nombre. Chez Philippe di Folco, monopolisation se dit, hommage à K .Dick, avec un «y». Loin de la constante «scannerisation», la pérenne «couche logicielle entre le monde et moi» dévolue aux espaces numérisés, la «vraie vie» se trouve alors, ex-stase filmique, dans le hors-champ, dans la jouissive «incomputabilité» de l'être. La lutte contre «dataïfacation», «schrodingerisation» et « oapification», ces nouveaux totalitarismes du réel, se poursuit."Beyond Electronical Resistance". En serez-vous ?

Philippe di Folco, Citizen Data, Sens & Tonka, 2001, 64 p.

Tous droits réservés Frédéric Grolleau/L'Humeur du Marcassin "

OK... Il ne faut pas, en contrepartie, développer une idéologie de la victimisation par les réseaux. Sans rien vouloir retirer au texte que nous publions, on peut ajouter que nous avons reçu récemment des lettres de personnes s'estimant victimes d'implants cérébraux. France Télécom, dans les temps héroïques, se voyait constamment reprocher d'écouter le cerveau par l'intermédiaire du combiné. JPB


Neuroprosthesis.research.org

From gaal@neuroprosthesis.org
Sent July 07

Dear Jean-Paul Baquiast,

Thank you very much for your kind words, the review and for sending us the preprint of the new issue of your magazine.

Your article about Professor Gilbert Chauvet is a particularly nice coincidence for me, as I had the privilege and pleasure to attend Nonlinear Dynamics in Biology conferences with him in Washington DC several times.

We placed links to your magazine on our "Society and Cyborgs" as well as "Special Issues of Magazines and Journals" pages. We are updating some of our links this weekend, so please visit us again in the near future.

Sincerely yours,

Gyongyi Gaal


Article de M. Cardon

From: raymond.gaillard
Sent: Monday, July 02, 2018 4:30 PM

Bonjour

L'approche des automates dits intelligents, "représente une scène en relation avec son environnement" (NDLR : voir l'article d'Alain Cardon "Poser le problème de la conscience artificielle dans une approche phénoménologique"  publié dle 19 juin dernier).

Or le fait de conscience corellé avec l'organisme et l'environnement exige effectivement une approche constructiviste.

Mais si nos concitoyens relayés en celà par les politiques sont dubitatifs voire méfiants : c'est que toute la formation, l'enseignement leur sont dispensés dans un prolongement d'égalité laïque épousant la naissance et le déploiement de l'ère industrielle. Au sein de cet ensemble marqué par des disciplines traditionnelles, des formations d'apprentissages à multiples niveaux leur permettent d'intégrer une société économique. Intégrer dans le sens de participation à une société civique, économique balisée par des sanctions économiques, sociétales ou disciplinaires.

Seulement voilà, chaque peuple a évolué dans des cadres et sanctions différents.

La mondialisation scientifique (existant depuis fort longtemps) relayée par la mondialisation technique brise les "carcans" économiques ; ces derniers forçant le politique a quitté les rives enchanteresses d'un passé linéarisé par le ménage enseignement/salariat/retraite.

Le politique ne peut s'y résoudre car le ménage cité est son fonds de commerce : pendant ce temps la machine, de la fabrication d'objets, est passé à la réalisation puis à la conception d'outils et de machines qui eux-mêmes commandent à l'homme plan de charge, approvisionnements et logistique des matières et produits nécessaires aux fabrications.

Nous avons été capables de changer notre rapport à la machine, à l'objet : des mots ont disparus, d'autres sont apparus, des relations productivistes nous sommes passés à des relations cognitives (je suis encore optimiste puisque ludisme et révolte des canuts sourdent encore dans les entreprises et c/o bon nombre de salariés).

Nous avons à changer notre rapport, notre relation à l'Autre, à la Société : le mot, de verrou d'une culture soigneusement ciselé et entretenu pour justifier l'empreinte d'une civilisation, doit devenir la clé façonnée, taillée et retaillée pour une connaissance déployant ses ouvertures.

L'I.A. accompagné par la Sémantique, l'Analyse Transactionnelle, la Théorie des jeux devraient permettre la mise en scène d'une nouvelle relation avec un environnement jusqu'alors négligé.

Je suis surpris que cette piste, que j'ai pu tracer auprès de salariés, ne soit évoquée dans les débats traitant de l'I.A. (voir entretiens au Sénat du 27/06 auxquels je n'ai pu me rendre).

La crainte de l'automate découle de l'émergence de symboles auxquels bon nombre d'entre nous ne sommes pas associés.

R. Gaillard


Phones for people telling people how they feel

From Roger Wiesenbach
Roger.Amgot@wanadoo.fr
1er juillet 2001

Hi Baquiast,

I just read an article in Newsweek (2.4.01) about SMS (Small Message Service). Of course this phenomenon has been treated in French publications. A quote from Newsweek: "... the biggest use for phones is people telling people how they feel".

Are we missing something in not philosophising over the sentimental dimension and otherwise the specific impact and potentials of this craze among the coming generations ?

French girls, over 40% smokers and the number has been rising, may find cellphones a satisfactory substitute as 'growing up' statement and, finding it an essential accessory, may have to foresake cigs for budgetary reasons.
Roger

Dear Roger, I am sure you are right. Emergent uses of technos like cellphones could probably bring a lot of positive and surprising changes. What you say about people telling people how they feel must remind us of the researches of Jean-Louis Dessalles about the building up of sophisticated languages http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2001/mai/dessalles.html J.P.B.


Artificial Life, Complexity Sciences

From Roger Wiesenbach
Roger.Amgot@wanadoo.fr
28 juin 2001

Hi Baquiast

You might (want to) know of http://www.alife.org/

They did a conference at my old alma mater (Reed College) a year ago http://alife7.alife.org/ on artificial life.

Norman Packard was involved, also with Santa Fe Institute and his startup Prediction Co.

Time mag: "Why complexity science--think ant colonies--is creeping into business"
http://www.time.com/time/personal/article/0,9171,1101010528-127256,00.html

You know about http://www.econophysics.org/ ? (a related topic using the insights of physical sciences to understand economics)
Many other interesting references, including "Chaos and Feminism".

Roger

Roger Wiesenbach
Roger.Amgot@wanadoo.fr
http://www.jura.uni-sb.de/france/Law-France
http://www.amgot.org

Thank you Roger for these references. I will soon have a look, and may be our readers too. JPB


Retour au sommaire