logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

No 15
Retour au sommaire
 
Manifestations

Rencontres internationales de prospective du Sénat Les rencontres internationales de prospective du Sénat
Le robot, avenir de l'homme ou homme de l'avenir
Palais du Luxembourg 27 juin 2001

Compte-rendu express de la journée
J.P.Baquiast, C. Jacquemin  - 27 juin 2001

Nous vous proposons ici un compte-rendu express de cette journée très intéressante (voir programme), afin qu'il puisse paraître dans notre édition du 28 juin. Le prochain numéro de notre revue, prévue pour le mois de septembre, vous fournira de plus amples informations et commentaires*.

On peut dire sans guère se tromper que la rencontre de ce jour au Sénat a véritablement marqué l'émergence en France, sur un plan officiel, de la robotique et de ses enjeux. Le mérite en revient au sénateur René Trégouët. Comme président du groupe de prospective du Sénat, René Trégouët a vu depuis longtemps l'importance du thème et a décidé de mettre au service de celui-ci l'influence qu'il s'est acquise dans les milieux scientifiques par son action incessante pour faire connaître les nouvelles technologies et les progrès des sciences et des techniques. Il en a présenté les aspects scientifiques, politiques et sociétaux avec une très grande clairvoyance.

Ketty Schwartz, directrice de la Recherche, représentant le ministre Roger-Gérard Schwartzenberg, a fait part ensuite de l'importance accordée dorénavant à la robotique et aux actions concertées incitatives (ACI) l'associant à d'autres disciplines.
A sa suite, Francis Jutand, nouveau directeur du département STIC du CNRS, a présenté les appuis qu'il compte faire donner aux recherches du domaine, notamment par l'intermédiaire de l'action Robéa. Le professeur Alain Berthoz, professeur au Collège de France, directeur du laboratoire de Physiologie de la perception et de l'action, directeur scientifique de l'ACI Neurosciences intégratives et computationnelles, a ensuite montré d'une façon très vivante et passionnée comment le dialogue entre les neurosciences et les roboticiens se révèle fructueux pour les deux disciplines.

Nous avons entendu ensuite une riche série d'exposés à la fois très concrets et très informés de scientifiques couvrant à peu près tous les aspects du sujet, à l'exception de la réalité virtuelle qui a été peu évoquée**, orateurs aussi bien français qu'étrangers, provenant autant de l'université que des entreprises.

Un des premiers intervenants était très attendu. Il s'agissait de Hugo de Garis, qui a confirmé le dépôt de bilan du Starlab. Ses recherches sont donc momentanément suspendues, et il cherche semble-t-il un éventuel repreneur.

Nous ne pouvons ici faute de temps donner un aperçu même sommaire des sujets abordés par chacun. Nous reviendrons en détail sur ces exposés dans nos prochains numéros. Voici plutôt les quelques conclusions d'ensemble qui ont paru faire l'accord des participants :
 

Ajoutons qu'entre les sessions, de nombreux jeunes chercheurs connaissant et appréciant notre revue se sont manifestés auprès de nous et nous ont incité à poursuivre notre action. La perspective de voir notamment se constituer autour de notre revue un petit groupe de scientifiques s'intéressant à un projet français de conscience artificielle semblait faire l'unanimité auprès d'eux. Sujet à suivre...

*Signalons par ailleurs que les actes de cette journée  paraîtront courant septembre
**Si ce n'est par exemple par Alain Berthoz, évoquant lors de son intervention l'intérêt d'une utilisation possible (sous certaines conditions) de la réalité virtuelle en psychiatrie, pour la thérapie comportementale (patients agora phobiques, patients atteints de panique...).


 Retour au sommaire