logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

Revue n° 15
Retour au sommaire
 
Billet d'humeur
Le clonage à fins thérapeutiques

Jean-Paul Baquiast et Christophe Jacquemin (15 juin 2001)

http://embryocells.multimania.com/Rubriques/cadre.htmLe gouvernement vient d'annoncer que, contrairement à ce qu'il avait précédemment envisagé, il ne proposera pas de loi autorisant la pratique du clonage thérapeutique.

Rappelons que la procédure prévue par le projet de loi consistait, dans des conditions d'ailleurs très limitatives, à permettre le prélèvement de cellules sur des personnes volontaires. Les noyaux de ces cellules auraient été inclus dans des ovocytes (cellules germinales maternelles) énuclées, afin de constituer des embryons humains, non utilisables à des fins de reproduction. L'objet était d'obtenir des embryons produisant des cellules susceptibles d'être utilisées dans de nombreuses applications de recherche thérapeutique, combattre  aussi les phénomènes de rejet par transfert de cellules. Le projet était soutenu par les ministres de la santé et de la recherche, que l'on ne soupçonne pas d'être de dangereux aventuriers du clonage.

Malheureusement, le Président de la République s'était élevé contre, soutenu le 14 juin par l'assemblée générale du Conseil d'Etat, qui s'est prononcée à une voix de majorité dans le même sens. Le Premier ministre, en conséquence, aurait estimé qu'un "large débat s'imposait sur ce sujet sensible" qui pourrait être repris... après les élections, si le gouvernement d'alors le veut bien.

Débattons donc, en une phrase. Les malades actuellement incurables que la médecine espérait guérir grâce à ces pratiques, attendront. Le Conseil d'Etat, dont la compétence médicale est indiscutable, en a ainsi décidé. Les mots qui tuent (réification de l'embryon, clonage reproductif, dérapages multiples, apprentis-sorciers...) battent le rappel des conservatismes de tous bords.

Inutile d'ajouter que les recherches en matière de clonage thérapeutique sont en pleine expansion à l'étranger, et qu'il faudra bien se résoudre à acquérir le moment venu au prix fort les produits que nous aurons refusé de développer.

Une suggestion pour terminer : pourquoi ne pas soumettre à l'autorisation d'une loi bien de chez nous, contre laquelle on espère bien que le Conseil d'Etat se prononcera également, la réalisation de robots humanoïdes.
On ne sait jamais ce sur quoi ces recherches pourraient déboucher...


Indiquons que, sur un sujet beaucoup plus difficile, le Comité consultatif national d'éthique, saisi par Mme Guigou, ministre de l'Emploi et de la Solidarité, vient de se prononcer le 15 juin contre (nous simplifions) le droit d'un enfant né atteint d'un grave handicap à se retourner contre ses parents ou les médecins qui l'ont laissé naître. La crainte est de voir les parents et professionnels de santé, pour se prémunir contre d'éventuelles poursuites de la part de leur enfant handicapé, l'empêcher de naître par un avortement thérapeutique préventif. Deux conceptions de la vie s'opposent là :
- celle de la préservation de la vie à tous prix, ou pour respecter "la liberté de décision de la mère" voulant conserver un foetus pouvant présenter des handicaps insupportables,
- celle, plus pragmatique, que les parents ont une responsabilité vis-à-vis de leur enfant, comme vis-à-vis de la société, pour que leur descendance ait les meilleures chances de vie heureuse.

Le CCNE prend parti clairement pour la première conception, sauf, selon la presse, deux de ses membres, Henri Caillavet et Jean-Pierre Changeux, qui se seraient abstenus avec de sérieuses réserves.

En savoir plus :
CCNE : http://www.ccne-ethique.org/francais/start.htm


Retour au sommaire