logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

No 12
Retour au sommaire
 
Visites virtuelles

Le département Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication du CNRS
http://www.cnrs.fr/STIC/index.html

notes par Jean-Paul Baquiast

© STICLa création le 5 octobre 2000 du département "Sciences et technologies de l'information et de la communication" du Centre national de la recherche scientifique (voir communiqué du CNRS http://www.cnrs.fr/cw/fr/pres/compress/NouvDptSTIC.htm) témoigne de la priorité accordée aujourd'hui à ce domaine. Il est considéré par le CNRS, en compagnie des sciences du vivant, comme un des enjeux majeurs de développement pour le 21ème siècle.
Francis Jutand, ancien directeur de France Telecom R&D a été nommé à sa direction le 14 novembre 2000. L'origine du directeur est l'assurance que la composante Réseaux de ce vaste secteur ne sera pas oubliée, de même, peut-on penser, que la nécessaire coopération avec les industriels, déjà bien ancrée au sein de nombreux laboratoires.
Activé depuis quelques semaines, le site Internet STIC donne un certain nombre d'informations sur les objectifs et les moyens du nouveau département.
Dans l'immédiat, c'est la liste des laboratoires impliqués dans les recherches du secteur (principalement les disciplines du traitement de l'information de la communication, de l'électronique, de la photonique et des micro-technologie) qui sera la plus consultée. Nous avons compté -sauf erreur- 112 laboratoires, instituts, groupes de recherche et structures diverses associés ou susceptibles de s'associer aux programmes que lancera le département. Le compte est impressionnant et montre que notre pays ne manque pas de ressources dans le domaine. Il sera évidemment utile, à terme, de pouvoir disposer d'outils globaux d'évaluation en matière d'importance respective et de travaux de ces laboratoires, ainsi que sur les effectifs de chercheurs dont chacun dispose.
La fonction Portail intelligent du STIC, indispensable aujourd'hui à l'orientation des personnes et entreprises étrangères à ces disciplines, pourra ainsi être affirmée http://www.cnrs.fr/STIC/STICcentral01Labos.htm.

Pour nos voisins étrangers, le rôle et les moyens propres du CNRS, dans un domaine comme celui-ci, particulièrement complexe et mouvant, demeurent encore en partie un mystère. Il sera intéressant que le site nous donne quelques explications sur le fonctionnement du département et son insertion dans le CNRS

Dans l'immédiat, le site annonce les grandes lignes de la mission du STIC sur le plan interdisciplinaire :

La page Domaines et grands axes de développement disciplinaire http://www.cnrs.fr/STIC/STICcentral01PresDomGAxe.html donne quelques précisions quant aux contenus des 4 grands domaines retenus (Informatique et traitement de l'information ; Système et composants ; Dispositifs et technologies micro et nano ; STIC et interaction humaines).
La page Programmes thématiques disciplinaires http://www.cnrs.fr/STIC/STICcentral01PresDomProgTPlu.html énumère un certain nombre de thèmes concernant les 24 programmes actuellement programmés, dont le département STIC nous indique qu'ils pourront varier au cours du temps.

Il s'agit d'un ensemble aux ambitions considérables, dont l'utilité et l'urgence de la mise en sont incontestables. Le visiteur aimera cependant sans doute en savoir un peu plus, notamment en termes d'objectifs à court terme, de moyens, d'échéanciers. Il pourra aussi sembler judicieux de signaler à l'attention du public les éventuelles difficultés rencontrées. Ces questions ne peuvent plus désormais, dans la société scientifique de l'information où nous sommes entrées, rester confidentielles. Elles intéressent toute la collectivité scientifique, ainsi que la société civile.

Nous pensons qu'il incombera au STIC de jouer un rôle indispensable de médiateur d'opinion au bénéfice de tous, en n'hésitant pas à utiliser des techniques de communication susceptibles de rendre tous ces travaux compréhensibles et attrayants, par exemple au profit des élèves de l'enseignement secondaire ou des étudiants étrangers.


 Retour au sommaire