logo admiroutes Les automates intelligents
robotique, vie artificielle, réalité virtuelle


information, réflexion, discussion
logo automate © Anne Bedel
Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr
Christophe Jacquemin christophe.jacquemin@admiroutes.asso.fr

N°2 Novembre 2000
Retour au sommaire
 

logo Revue les automates intelligents - © image : Anne Bedel

Le feuilleton
Eléments de définition
J.P.Baquiast

Retour à la lecture du feuilleton
Autres définition : intelligence ; cybionte
 

Eléments de définition précédents  
automate ; paradigme de l'automate

Avertissement: ces définitions n'ont aucun caractère vraiment scientifique, ni même philosophique ou politique.
Elles visent seulement à illustrer les propos parfois sibyllins ou trop rapides de nos deux amis Alain et Bernard. Nous les modifierons éventuellement au fil des discussions.

Intelligence artificielle Remonter en haut de la page

Pas si simple de définir l'intelligence artificielle (ou "IA"). D'abord parce que parler d'"intelligence" revient à manier un concept particulièrement flou (voir cette définition). L'apposition des deux terme "intelligence" et "artificielle" suggère qu'il existe une intelligence naturelle, relative à l'homme et aux animaux supérieurs, et une intelligence artificielle, relative à la machine. Le but étant de copier l'intelligence naturelle, de manière "artificielle", pour l'introduire dans des machines afin de les doter d'un comportement "intelligent".

L'IA regroupe deux points de vues, complémentaires :
- une démarche cognitive, qui passe par l'étude des mécanismes de l'intelligence, l'ordinateur étant considéré comme un outil de simulation pour tester un modèle ou une théorie,
- une démarche qu'on pourrait qualifier de "pragmatique" (ceci ne voulant pas dire que la démarche cognitive ne l'est pas), et qui consiste à vouloir doter l'ordinateur ou la machine de capacités habituellement attribuées à l'intelligence humaine (raisonnement, décision, perception, expertise...).

En d'autres termes, le second courant sous-entend qu'une réalisation informatique peut reproduire un comportement qualifié d'intelligent. Ceci suggère donc, en sous-main, qu'il n'y aurait pas de différence entre pensée et calcul, pas de différence entre intelligence "naturelle" et "artificielle". D'autres, comme Rodney Brooks, pensent qu'une véritable intelligence artificielle ne se résume pas à un simple "cerveau électronique" : on ne peut comprendre la cognition si on l'abstrait de l'organisme inséré dans une situation particulière, avec une configuration particulière, c'est à dire dans des conditions écologiquement constituées.
D'autres affirment, plus modestement, qu'un programme d'informatique artificielle simule une activité intelligente donnée et que les les résultats obtenus sont identiques à ce qu'aurait fait l'homme dans une situation analogue. Toutefois, rien ne permet d'affirmer que ce qui se passe dans la machine soit la reproduction du fonctionnement de l'esprit humain.

Quoi qu'il en soit, l'intelligence artificielle emprunte son savoir à de très nombreuses disciplines :

Trois grands modèles sont utilisés aujourd'hui par les chercheurs et les ingénieurs en intelligence articielle :

Christophe Jacquemin


Autres définition : intelligence ; cybionte
Retour à la lecture du feuilleton
Retour au sommaire