logo admiroutes


La Gazette N° 99 en date du 11 mai 2004

Par Jean-Paul Baquiast


accueil "la gazette"

 

- Pour s'abonner gratuitement, ou se désabonner,
adresser un mel à jp.baquiast arobase wanadoo.fr
- Lire la présentation

 

Le prochain numéro est prévu pour le 15 juin 2004.


Colloque "Indépendance de l'Europe et souveraineté technologique", http://www.europe-puissance-scientifique.org/. pour mémoire programme (format html); résumé des interventions et biographie des intervenants (format html et pdf)

Nous pouvons proposer quelques premières conclusions relatives au Colloque Indépendance de l'Europe et souveraineté technologique que l'Union paneuropéenne France et Automates-Intelligents ont organisé les 28 et 29 avril au Centre des Conférences Internationales Kléber à Paris.

D'une façon générale, le bilan nous en a paru très positif, malgré quelques regrets. Il convient maintenant de s'organiser pour en tirer les meilleures suites.

Un bilan très positif

Intervenants : Aucun des intervenants prévus, qui étaient nombreux et de grande qualité, n'a fait défaut. Les participants ont été particulièrement attentifs aux longues interventions, en introduction, du ministre délégué à la recherche François d'Aubert et en conclusion du Premier ministre (voir fichiers sur le site). Sur les intentions affichées par les hommes politiques, il ne faut pas se faire trop d'illusions. Un jour chasse l'autre. Il reste qu'il vaut mieux les entendre soutenir le point de vue que l'on défend que le contraire.

Participation : Près de 400 personnes ont suivi les débats sans désemparer. La salle de conférence n'a pas désempli. L'assistance a manifesté un intérêt constant, malgré la densité des exposés imposée par les contraintes de l'emploi du temps. Il faut tous les remercier ici.

Intérêt et nouveauté des thèmes. D'une façon générale, les premières réactions recueillies auprès, tant des intervenants que du public, ont souligné la nouveauté et le grand intérêt des thèmes traités. C'était la première fois, en France et sans doute aussi en Europe, que les perspectives de l'indépendance de l'Union européenne face à ses grands concurrents, Etats-Unis, Japon, Chine et Inde notamment, étaient évoquées en termes de souveraineté scientifique et technologique. Les participants ont apprécié de trouver réunies des informations relatives aux grands domaines scientifiques et techniques émergents, très mal connus en France (où l'Europe est en train d'accumuler des retards qui, s'ils se poursuivent, seront catastrophiques). Mais ils se sont aussi intéressés aux outils de gestion et de financement qui permettraient aux gouvernements, aux établissements de recherche et aux entreprises d'accroître leur efficacité face à la compétition intense à laquelle ils sont soumis. Beaucoup de choses sinon tout reste encore à faire dans ces derniers domaines, notamment en France.
On a pu néanmoins noter le début de prise de conscience qui face à l'enjeu commence à se faire, tant au niveau des institutions européennes que des autorités nationales, particulièrement françaises. C'est dans les domaines évidemment prioritaires des sciences et industries de défense et de l'intelligence économique que la prise de conscience est apparue avoir les effets aujourd'hui les plus concrets. Mais l'objectif est que cette prise de conscience s'étende à l'ensemble des domaines scientifiques de souveraineté - ce qu'ils sont pratiquement tous d'ailleurs..

Quelques regrets

Faute de temps, il n'a pu être donné assez de place aux questions orales. Celles recueillies par écrit seront traitées prochainement sur le site www.europe-puissance-scientifique.org.

On a noté l'absence des journalistes, malgré la communication faite à leur attention par les organisateurs. Sans doute étaient-ils occupés par des problèmes plus urgents.

De même, sur de tels sujets, la prédominance des participants de 50 ans et plus par rapport aux jeunes fait réfléchir (d'autant plus que des invitations gratuites avaient été offertes expressément à cet effet via nos sites web).

Enfin, aucun des chercheurs qui avaient déploré les semaines précédentes le manque d'intérêt du public pour la recherche ne s'est manifesté, ne fut-ce que pour discuter ce qui a été dit. Ceci est d'autant plus surprenant que tous les projets évoqués lors du Colloque devraient s'inscrire dans les programmes scientifiques et technologiques français et européens des prochaines années.

Ajoutons que le travail en commun sur le web reste encore ignoré d'une grande partie des participants. De ce fait, beaucoup d'entre eux n'avaient pas consulté les nombreuses informations que nous avions rassemblées à leur intention sur le site www.europe-puissance-scientifique.org

Suites à donner

Publication des Actes. Il s'agit de la première priorité, compte-tenu du caractère fondateur d'un tel colloque. Les Actes constitueront non seulement une indispensable documentation mais un véritable programme de travail pour ceux qui voudront bien reprendre à leur compte la réalisation d'une Europe indépendante par la souveraineté scientifique et technologique. Les modalités de la publication seront précisées très prochainement. Elle n'est pas sans difficultés, comme on le devine. Une version-papier sera proposée, qui sera adressée aux paticipants et vendue en kiosque. Elle sera suivie très rapidement d'une version Internet sur le site www.Europe-puissance-scientifique.org.

Refonte du site. Le site www.europe-puissance-scientifique.org sera prochainement refondu grâce à la participation généreuse de 2 professionnels que nous remercions. Il devrait être conçu comme support d'échange d'informations pour un ou plusieurs groupe de réflexion et de proposition auquel certains des participants ont déjà accepté d'apporter une contribution de fait. D'ores et déjà, nous indiquons aux lecteurs de Automates-Intelligents que toutes les personnes intéressées peuvent se faire connaître auprès de la rédaction de la revue. Chaque fois que les articles publiés par Automates-Intelligents paraîtront appropriés, ils seront versés dans la base de connaissance ainsi réalisée.

D'autres colloques. Les minis-colloques déjà organisés en régions sur le thème du colloque du 28 et 29 avril seront poursuivies, à l'invitation des collectivités qui le souhaiteraient. Ceci pourra aider à diffuser le prise de conscience qui est en train de se faire.
Par ailleurs, les promoteurs français du Colloque envisagent si elles le souhaitent d'aider d'autres organisations à monter des Colloques analogues dans d'autres pays européens. Nous pourrons y envoyer quelques conférenciers, et mettrons nos documents à leur disposition. Nous avons apprécié, dans cette perspective, la présence assidue au Colloque de M. Eduardo Martinez de la Fe, éditeur de Tendencias Cientificas, à qui nous avons promis notre appui au cas où quelque chose d'analogue à ce Colloque serait entrepris en Espagne.

Conclusion d'ensemble

Malgré le succès de ce Colloque, ne nous illusionnons pas. Les bonnes intentions passent vite devant les pesanteurs imposées par les intérêts traditionnels et les façons de penser archaïques. De très longs efforts seront encore nécessaire pour faire prendre en considération, notamment par les hommes politiques et l'opinion publique, l'état d'urgence où se trouve l'Europe faute d'une grande politique de souveraineté scientifique et technologique. On remarquera que les élections européennes se rapprochent sans que nul candidat n'évoque les questions qui ont fait l'objet des travaux du Colloque. Cela incite à une saine modestie. 10/05/04

Ont signé ce compte-rendu Jean-Paul Baquiast, Jean-Claude Empereur et Christophe Jacquemin

On trouvera ici le compte-rendu intégral des interventions faites pendant la Table-Ronde Intelligence (Sciences et technologies de l'intelligence) du 29 avril 2004, 9h30. Ce document sera repris dans les Actes annoncés ci-dessus, mais vu son intérêt d'actualité pour les lecteurs de La Gazette d'Admiroutes, nous le publions par anticipation. Pour obtenir ce texte, cliquez ICI (16 pages PDF)


Le Conseil d'analyse économique dénonce l'insuffisance d'investissement français dans les nouvelles technologies

Le récent rapport du Conseil d'analyse économique, dépendant du Premier ministre, "Productivité et croissance" rédigé par Gilbert Cette et Patrick Artus, met en évidence, entre autres facteurs de la baisse de productivité et de croissance affectant la France depuis plusieurs années, l'insuffisance de l'investissement public et privé dans les nouvelles technologies. On le savait déjà un peu, mais cela ne fait pas de mal de l'entendre répéter, chiffres à l'appui. Ce rapport n'est pas encore sur le site du CAE http://www.cae.gouv.fr/11/05/04


Commande de 30 Arianes 5 par Arianespace

Arianespace vient de commander 30 lanceurs gros porteurs Arianes 5 à la société européenne EADS. Le contrat a été signé le 10 mai au Salon aéronautique de Berlin, en présence du chancelier allemand Gerhard Schröder et du ministre délégué à la Recherche français, François d'Aubert. Ce contrat récompense l'effort de réduction des coûts entrepris par le constructeur,. Les trente lanceurs Ariane 5, qui seront mis en oeuvre au cours des cinq prochaines années, sont destinés à mettre en orbite des satellites civils, mais aussi des satellites militaires ou institutionnels. Les quinze Etats membres de l'Agence spatiale européenne qui ont relancé en mai 2003 le programme Ariane 5, avec une aide financière de 228 millions d'euros, se sont en effet engagés à assurer à Arianespace le lancement de deux satellites par an. «C'est un accord qui assure la continuité et en même temps une accélération de la politique spatiale de l'Europe et qui va se traduire par des emplois et un renforcement de tout ce qui tourne autour du développement de la recherche dans le domaine spatial», selon François d'Aubert. On notera qu'une configuration d'Ariane est destinée à lancer le vehicule de liaison ATV (Véhicule de Liaison Automatique) destiné notamment à ravitailler la Station Spatiale Internationale, et qui est indispensable à la gamme européenne. Sur ATV, voir http://www.esa.int/export/esaHS/ESA4ZJ0VMOC_iss_0.html 11/05/04


L'investisseur américain Carlyle

Le Monde du 30 avril, p. 14, avait consacré une pleine page au groupe privé d'investissement américain Carlyle, qui est un des principaux outils par lesquels l'administration américaine et plus généralement le lobby militaro-industriel s'efforcent de diriger la planète. Il gère 18 milliards de dollars placés dans toutes les sciences et technologies émergentes, d'importance capitale pour l'avenir. G.W. Bush père l'a dirigé 10 ans. Le fils y a été aussi employé.On ne compte plus les personnalités politiques et économiques de premier plan qui y ont des intérêts, à commencer, selon Le Monde, par John Major, Colin Powell, George Soros (qui se veut le chevalier blanc du capitalisme). Ce sont des directeurs issus de la CIA, le premier étant Frank Carlucci, à la réputation "sulfureuse", qui ont fait sa fortune. Le groupe a multiplié les acquisitions stratégiques. Il a été fortement soupçonné d'acquointances avec la famille Ben Laden. (Voir Dan Briody, The Iron Triangle). Dernièrement, il a mené son offensive en Europe, prenant le contrôle du groupe suédois d'armement Bofors et de la filiale avions de Fiat, Fiat Avio, fournisseur et membre du conseil d'administration de Arianespace. Il vise Thalès Information Systems et Eutelsat, un des promoteurs de Galiléo concurrent de l'américain GPS. Il possède un tiers de Qinetic, centre de R/D pour la défense en Grande Bretagne.

Le tout bien sûr dans la plus grande bonne foi capitalistique. Il s'agit seulement d'aider à se développer les activités innovantes. Carlyle n'est évidemment pas seul dans cette tâche de bon samaritain. Il faut compter aussi avec KXR, TPG, In Q Tel, Paladin et d'autres moins connus (voir notre article http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2004/53/puissancameric.htm

Les mises en garde d'auteurs américains effrayés par cette concentration de pouvoir et la dictature sournoise qui s'est mise en place prennent tout leur relief. On citera le dernier livre de Lewis Lapham, publié en français, Le Baillon, chez St Simon éditions. Voir aussi les articles que publie sur ce sujet le Center for Public Integrity http://www.publicintegrity.org/default.aspx de Charles Lewis. Tout ceci va bien dans le sens de ce que voulait démontrer notre dernier colloque consacré à l'indépendance technologique de l'Europe.

Carlyle a son site que rien n'interdit de visiter http://www.thecarlylegroup.com/eng/index.html. Il a aussi ses contestataires, par exemple Hereinreality.com http://www.hereinreality.com/carlyle.html . On pourra aussi visionner une animation vidéo bien intéressante (Shocking documentary uncovers the subversion of Americas democracy) http://www.informationclearinghouse.info/article3995.htm 11/05/04


La France sans politique jusqu'à 2007?

Tout se présente bien pour que les querelles de succession entre hommes politiques français, dans la perspective de la présidentielle de 2007, fassent pour qu'aucune politique cohérente à long terme, aucune ambition un peu stimulante, ni pour la France noi pour l'Europe, ne soit présentée aux français dans les 3 prochaines années. A droite, l'auto-neutralisation va continuer ses ravages, entre Chirac qui conserve les rênes quoiqu'on dise et Sarkozy suivi de ses émules qui tiraillent dans le plus grand désordre intellectuel. Au PS, on a tout lieu de penser que les éléphants vont également se neutraliser et neutraliser le secrétaire général.

Le manque d'ambition est absolument désolant: Quand Sarkozy annonce comme "grande politique économique destinée à relancer la croissance" qu'il faut accroître la consommation (va-t-il falloir acheter des 4/4 au lieu de voitures ordinaires), on ne peut que s'étonner. Du côté du du Premier ministre, on ne sent guère non plus passer le grand vent de l'histoire. L'autorisation de la publicité sur le vin, l'allégement des contraventions pour excès de vitesse, sans parler de l'amnistie fiscale pour les capitaux expatriés, tiennent plus de la course aux voix que de l'appel aux grands destins. Quant à la Gauche, l'entendre brandir l'Europe sociale comme une machine à démanteler l'actuel projet de constitution européenne, sans préciser aucune des mesures que cette Europe sociale supposerait, fait douter de l'authenticité de ses ambitions européennes. Il n'y a que Daniel Cohn-Bendit pour dire ce qu'il faut, malheureusement, il ne peut pas être partout.

La France qui bouge, laquelle doit bien exister quelque part, va-t-elle longtemps supporter de voir son avenir trahi par un jeu politique du type de celui qui nous a mené à l'armistice de juin 1940? 10/05/04


Dinosaur Adventure Land

Les dinosaurs ont été crées par Dieu le 6e jour, soit il y a 6.000 ans. Tout le reste n'est qu'invention de darwiniens impies. Voici que que le Dinosaur Adventure Land démontre chaque jour à des centaines d'enfants et d'adultes, afin de réfuter les mensonges de la science et rétablir les vérités de la vraie foi Créationiste. On a peine à croire que ceci soit vrai, dans un pays qui se veut à la pointe des sciences et des technologies. Mais vérifiez vous-même : http://www.dinosauradventureland.com/ 10/05/04


"Appel de Paris" contre les dangers de la pollution chimique

Le site de l'Unesco http://portal.unesco.org n'a pas encore publié d'information concernant le colloque du 7 mai contre la pollution chimique. Je reprends donc ici en attendant un extrait de la dépèche AP:

De nombreux scientifiques de renom réunis à l'occasion d'un colloque international à l'Unesco ont lancé vendredi leur "Appel de Paris", qui vise à faire prendre conscience à l'opinion des dangers de la pollution chimique.

Avertissant d'emblée que "l'espèce humaine est aujourd'hui en danger", le texte souligne que "la situation sanitaire se dégrade partout dans le monde". Il relève à ce sujet que "l'incidence globale des cancers augmente partout dans le monde". Autre constat alarmant: en Europe, "15% des couples sont stériles" et "un enfant sur sept est asthmatique, très probablement en raison de la pollution de villes et des habitations".

Les signataires de cet appel, parmi lesquels les Prs Jean Bernard, Jean Dausset, Lucien Israël, François Jacob et Luc Montagnier, observent que "l'homme est exposé aujourd'hui à une pollution chimique diffuse occasionnée par de multiples substances ou produits chimiques". Ils s'inquiètent notamment que "certaines de ces substances ou produits s'accumulent dans les organismes vivants, y compris dans le corps humain", avec les risques de cancer, de mutation génomique ou de dégradation de la fonction reproductive que cela implique.

Les scientifiques réclament par conséquent l'application du principe de précaution, avec en particulier l'interdiction des produits chimiques qui représentent un danger pour la "survie de l'homme" en polluant l'air, l'eau ou l'alimentation.

Cet appel vise également à appuyer le programme européen REACH (acronyme anglais de registration, evaluation, autorisation of chemicals), qui a pour fonction de réguler la mise sur le marché des produits chimiques. Or cette réglementation est critiquée par l'industrie chimique européenne, qui craint un accroissement de ses coûts et une baisse de sa compétitivité."

- Sur REACH, consulter http://europa.eu.int/comm/enterprise/chemicals/chempol/whitepaper/reach.htm
- On pourra lire aussi La société cancérigène, de Geneviève Barbier et Armand Farrachi (La Martinière 2004).10/05/04


La privatisation du domaine régalien aux Etats-Unis

On voit actuellement ce que donne l'ultra-libéralisme américain, qui conduit l'Etat, détenteur du pouvoir régalien, à le sous-traiter à des compagnies privées qui, évidemment, multiplient les débordements tout en coûtant finalement aussi cher au budget. Ni la guerre, ni la police, ni les contrôles multiples qu'impose la lutte contre les risques et le maintien de la démocratie, ne peuvent être assurés au hasard des appels d'offres par des sociétés de mercenaires. Certes, les services publics traditionnels peuvent aussi se rendre coupables d'abus divers, mais pas à la même échelle et avec la même impunité. L'Amérique actuel donne au monde la preuve éclatante de la justesse de ceux qui défendent le service public à l'européenne.

On remarquera que lorsque l'administration française se voit contrainte de réduire ses dépenses de fonctionnement, elle fait aussi (comme bien d'autres sans doute) appel à des sociétés de service recrutées dans le cadre de contrats détournés. C'est ce que montre le procès fait actuellement à la Direction des Constructions Navales. Parfois, il y a aussi enrichissement personnel. 10/05/04


Le lobbying américain pour la conquète de Mars

La revue américaine en ligne SPACE.com (www.space.com) entretient quotidiennement ses abonnés (dont je suis) de l'actualité de l'espace, sous toutes ses formes. C'est très stimulant et on peut le supposer, très utile pour créer un mouvement favorable dans l'opinion publique, tant au profit de la NASA que des stratégies scientifiques et industrielles liées à l'espace. Aujourd'hui, les lecteurs sont appelés à signer une pétition destinée à encourager le gouvernement à tenir ses promesses en matière d'exploration par vols humains de la Lune et de Mars. Voyez http://www.space.com/goformars/ 10/05/04

A quand fera-t-on la même chose en Europe, au profit des projets de l'Agence Spatiale Européenne?


Rapport de l'AFSSE sur la mortalité due à la pollution atmosphérique urbaine

On trouve sur le site de l'Agence française de sécurité sanitaire environnementale un premier rapport sur l'impact de la pollution atmosphérique urbaine, due en grande partie à la circulation automobile. Le nombre des morts a été estimé de 6 à 9.000 pour 2002. Les défenseurs du lobby pétrolier et automobile contestent ces chiffres, mais il est certain que respirer des micro-particules n'a rien de fortifiant. Un second rapport propose des mesures palliatives. Celles-ci n'auront, comme d'habitude, que peu de chances d'être adoptées sans un fort soutien de la population, soutien que rien ne laisse espérer. Quand on voit la croissance du nombre des 4x4 urbains, on comprend ce qu'il en est.
En dehors du passage à l'hydrogène, on pourrait envisager des mesures plus radicales, faisant appel à la convergence des bio-et nanotechnologies, mais tant que l'industrie automobile ne se sera pas impliquée lourdement dans de telles recherches, il ne se passera rien. Quant à la voiture tout-électrique, les constructeurs ne s'y intéressent pas. Seul le groupe français Bolloré annonce actuellement un projet, qui pourrait trouver preneur en Chine, ce qui serait à terme une excellente chose. A suivre 07/05/04
- Le rapport http://www.afsse.fr/afsse1024/menugauche.php?page=etude.php?id_et=25&titre_et=Pollution+atmosph%26eacute%3Brique+urbaine On peut réagir à ce rapport sur le site.


Effets environnementaux du passage à l'hydrogène en remplacement des carburants fossiles

Deux études contradictoires sont actuellement discutées, concernant l'impact d'une future généralisation de l'utilisation du carburant hydrogène. Des chercheurs américains avaient en juin 2003 affirmé que l'hydrogène, notamment du fait des fuites dues à une utilisation mal conçue, aurait entre autres un effet destructeur sur la couche d'ozone. Au contraire, une étude franco-britannique récente publiée par les Geophysical Research Letters montre que les impacts sur l'environnement seraient faibles. Il faudrait d'ailleurs tenir compte des effets bénéfiques de la diminution de l'usage des combustibles fossiles. Rappelons que l'économie-hydrogène ne prendra tout son sens que si l'électricité nécessaire à la production de ce gaz provient du nucléaire - d'où l'intérêt de développer au plus vite la fusion nucléaire, aux retombées radioactives minimes. 07/05/04


Ceux qui s'intéressent à la géophysique et à l'environnement ont intérêt à parcourir les sommaires des Geophysical Research Letters, dont les articles sont accessibles en ligne. http://www.agu.org/pubs/current/gl/index.php Il s'agit d'une publication de l'American Geophysical Union (AGU) http://www.agu.org/


Amadoo.com

Le site Amadoo.com se présente comme le portail du monde noir (en France ou francophone principalement). Il est bien fait et comporte de nombreuses rubriques interactives qui devraient intéresser non seulement les Noirs mais les autres. 07/05/04 http://www.amadoo.com/


L'Agence française pour les investissements internationaux

Contrairement à ce qui a été dit parfois dans la presse, l' Agence française pour les investissements internationaux AFII ne succède pas à la DATAR mais complète l'action de celle-ci dans l'encouragement des investissements étrangers en France. Elle annonce que pour 2003, 27.000 emplois ont été créés par ces derniers dans la métropole. 07/05/04
AFII http://www.afii.fr/France/?l=fr
DATAR http://www.datar.gouv.fr/


La plate-forme Nanotec 300

Le CEA/LETI (laboratoire d'électronique et des technologies de l'information) a signé le 22 avril à Grenoble avec les 3 industriels STMicroelectronics (franco-italien), Philips et Motorola, un contrat de 4 ans de recherche/développement pour la production de composants et produits nanoélectroniques. Le travail sera mené sur une plate-forme de R/D baptisée Nanotec 300, elle-même destinée à s'intégrer dans le pôle Minatec. Un budget de 280 millions d'investissements sera mis en œuvre. Un des objectifs est la production de tranches de silicium de 300 mm. Les chiffres d'affaires de ce secteur sont estimés à plusieurs milliards d'euros.

Il s'agit d'une coopération public/privé associant outre les 3 grands électroniciens précités des PME innovantes, des banques et les collectivités locales. Elle avait été initialisée en 2002 par la création du centre pilote de Crolles (Isère). Cette démarche va tout à fait dans le sens recommandé par le commissaire européen Busquin : développer des plates-formes régionales public/privé associant les nano, bio et infotechnologies. Affaire à suivre donc et à encourager.
Observons en passant que si nous avions un gouvernement véritablement décidé à soutenir l'investissement européen dans les sciences et technologies de souveraineté, le CEA devrait se voir soutenu budgétairement et politiquement, alors que ses crédits sont régulièrement réduits depuis quelques années.

J'ajouterai que Le Monde, généralement mieux avisé, s'est parfaitement ridiculisé le 30 avril (p. 23) en publiant un article de Hervé Morin sous le titre " Les nanotechnologies suscitent déjà des inquiétudes ". Certes, elles suscitent des inquiétudes, comme toutes les technologies. Mais il nous semble que le journalisme à mieux à faire qu'encourager des peurs encore largement injustifiées, en les présentant sans aucun recul. 01/05/04

Nanotec 300 http://www.cea.fr/fr/actualites/articles.asp?id=278


Les forces de l'axe du Bien aux prises avec leurs propres tortionnaires.

Ce sujet est si commenté que je me demande s'il est pertinent que j'y ajoute un mot. Prenons le risque cependant. Ceux qui s'étonnent de voir la soldatesque américaine, comme toutes les soldatesques, se livrer à des violences plus ou moins gratuites sur des prisonniers oublient que les pulsions pour ce faire sont si profondément implantées dans les hommes que seules des disciplines d'acier pourraient éviter cela. Si les hiérarchies encouragent, les débordements s'accumulent. Or très rares sont les hiérarchies suffisamment motivées pour tenir la troupe en laisse. A plus forte raison laissent-elles aller et encouragent-elles les "initiatives"quand il s'agit de briser systématiquement les résistances du prisonnier. Ceux qui ont connu la guerre d'Algérie savent que ce sont toujours les commandants d'unités qui ont couvert voire ordonné la torture, sous le prétexte illusoire de recueillir des renseignements. Pas tous, mais beaucoup. Et qui résistaient à la tentation, parmi ces officiers ou parmi la troupe ? Ce n'étaient pas ceux qui avaient reçu une éducation rigoureuse dans les collèges des beaux quartiers. Ceux-là étaient les premiers à se défouler. C'étaient ceux qui avaient atteint un certain équilibre dans leur vie sexuelle et dans leurs rapports avec les filles. Ceci parce que dans la torture se débrident toutes les pulsions sexuelles refoulées qui auraient du trouver à s'exprimer de façon bien plus aimable dans l'érotisme partagé.

Et puis, à propos de la torture en Algérie, rappelons-nous qu'aucune photo de séance de gégène (comme on disait aimablement) n'aurait pu alors circuler dans la presse. Et qu'aucun militaire, de quelque grade que ce soit, n'a été poursuivi pour torture. Et qu'aucun ministre de la défense, aucun président de la République, ne s'est jamais excusé. Je trouve que l'Amérique, dans son ensemble, se comporte plutôt dignement face à ce qu'a fait son armée. 01/05/04


Commande de 50 Boeing 7E7 Dreamliner par la compagnie japonaise ANA

On ne peut pas s'empêcher, quand on voit maintenant une compagnie non américaine commander des Boeing, surtout en aussi grande quantité, de penser qu'elle obéit à des pressions très fortes venant de l'administration américaine. Quand au contraire les compagnies achètent des Airbus, on se dit qu'elles agissent au mieux de leurs intérêts commerciaux, et avec un louable courage face au Gros Bâton de l'Oncle Sam. C'est que, entre le Japon et les Etats-Unis, c'est souvent du donnant-donnant. Par exemple, comme on sait, l'Amérique soutient bec et ongles l'implantation du réacteur ITER au Japon. Cela mérite bien un petit retour d'ascenseur. 01/05/04


Le budget européen en question

Le nouveau gouvernement Raffarin, par la voix du ministre des finances Nicolas Sarkozy, vient d'annoncer à Dublin, le 3 avril, qu'il s'opposerait à la hausse du budget de l'Union européenne proposé par le président Romano Prodi. Il rejoint en cela 5 autres Etats, dont l'Allemagne et la Grande-Bretagne. L'objectif était, d'ici 2013, de hisser ce budget jusqu'au plafond de 1,15% du PIB européen prévu par les traités. Il est actuellement de 1%. Ceci pourrait paraître une mauvaise nouvelle pour les partisans du renforcement des actions communautaires, notamment dans le domaine des investissements d'infrastructure et de recherche. Mais il faut bien voir que le budget actuel finance pour 46% la politique agricole commune et pour 32% les politiques régionales. Le moins que l'on puisse dire est que ces dépenses n'aident en rien ni les investissements d'infrastructure et de recherche (7%) ni d'autres actions tout aussi prioritaires: action extérieure (9%), justice et sécurité (1%). De plus, il apparaît que les dépenses effectives restent de quelques % en dessous du plafond autorisé, pour diverses raisons tenant à la lourdeur administrative.

La volonté des 6 grands contributeurs, dont la France, de bloquer la hausse du budget européen va-t-elle provoquer une crise salutaire, c'est-à-dire la remise à plat complète des priorités budgétaires pour l'Europe? Si cela était le cas, il s'agirait d'une très bonne chose. On pourrait considérablement diminuer les crédits de la PAC, sensiblement ceux des fonds structurels, et considérablement renforcer ceux destinés à la recherche, à l'action extérieure et la sécurité. Le visage de l'Europe en serait changé, dans le bon sens, puisqu'ainsi seraient dopées les actions véritablement urgentes et porteuses d'avenir.

Mais il n'en sera sans doute rien. La France refusera de toucher à la PAC, aucun Etat ne voudra modifier les taux d'aides structurelles et personne ne s'intéressera à la recherche et aux infrastructures. Il s'agit d'un très grave problème, qui devrait être porté beaucoup plus qu'il ne l'est devant les opinions. Les chercheurs européens, curieusement, sont muets sur ces questions, qui les intéressent pourtant au premier chef. 07/04/04



 

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/04-9904/index.htm