logo admiroutes


La Gazette N° 90 du 15 novembre 2003

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

 

- Pour s'abonner gratuitement, ou se désabonner,
adresser un mel à l'adresse ci-dessus
- Lire la présentation

 

Admiroutes:  http://www.admiroutes.asso.fr/

Chers lecteurs et abonnés

Vous trouverez sur la page d'accueil  d'Admiroutes l'accès à la collection Automates-Intelligents et à l'association Automates-Intelligents. Les archives d'Admiroutes restent accessibles par l'ancienne page d'accueil 

Nous avons négocié une nouveauté que nous estimons de bonne augure pour l'avenir de la Collection Automates-Intelligents. Il s'agit de la reprise de celle-ci par les Editions Vuibert, sans changement dans la philosophie de la collection. Nous vous donnerons prochainement les informations relatives à cet accord. Pour le moment, rien n'est changé quant aux possibilités d'acquérir les livres.

La collection est ouverte aux nouvelles approches de la complexité, qu'il s'agisse des sciences proprement dite ou des domaines de la vie politique et sociale. Nous comptons, comme précédemment, non seulement sur de nombreux lecteurs, mais aussi sur les auteurs potentiels qui seraient tentés par cette formule éditoriale. Pour plus d'informations, ceux-ci pourront prendre contact avec Christophe Jacquemin ou moi-même, qui dirigeons conjointement la collection,

En savoir plus :
- catalogue des ouvrages.


Retrouvez plus facilement nos articles.

Pour répondre à la demande de lecteurs, nous mettrons dorénavant en clair, au début de chaque rubrique, l'ancre permettant d'y accéder directement sans parcourir tout le numéro. La nomenclature est simple: numéro de la gazette suivi d'une lettre en minuscule attribuée à partir du premier item
Ainsi, si vous voulez me signaler votre vif désaccord concernant ce que j'écris dans la rubrique
"90a Explosion du marché des téléphones mobiles à tout faire", il vous suffira de m'envoyer le mel suivant: "bonjour, vos propos dans "http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/03-9011/index.htm#90a " sont ineptes (ou géniaux) ...

 

90u Scientifiques et buralistes

Ce matin samedi 15/11, les éditorialistes, à la lecture des revues de presse, ne manquent pas de souligner la différence entre le peu de cas, sinon le mépris, manifesté par le gouvernement à l'encontre des scientifiques déplorant la stagnation du budget de la recherche, et le tapis rouge déroulé devant les buralistes. Dommage que les scientifiques n'aient pas eu la bonne idée de faire appel à l'épouvantail Le Pen. Mais ils sont trop honnêtes pour cela.

L'à plat-ventrisme manifesté par JP Raffarin devant le lobby des buralistes, derrière lesquels d'ailleurs on trouve les puissants industriels du tabac 1) fera dire aux ennemis de la démocratie qu'il s'agit là d'un vice congénital du système électoral: toujours donner raison à ceux susceptibles par leurs cris d'ameuter le plus d'électeurs. La gauche pas plus que la droite n'a su montré qu'elle était capable de gouverner au-dessus d'intérêts particuliers bien représentés pour défendre un intérêt général défendu par les seuls experts. Toutes les grandes démocraties montrent d'ailleurs la même faiblesse.

Mais la démocratie étant le pire des régimes, exceptés tous les autres (Churchill), dans le cas des buralistes, ce n'est pas la démocratie que le gouvernement déconsidère, mais lui-même. Virer à 180° en 15 jours montre l'inconsistence des grands principes mis en avant, notamment pour la réforme de la sécurité sociale et le redressement du budget. Raffarin aura du mal à défendre ensuite l'idée que tout le monde doit participer à l'effort de remise en cause des "avantages acquis".

Pour en revenir au budget de la recherche, j'ai écouté hier 14/11 la ministre Claudie Haigneré, avec quelques amis ni à gauche ni à droite. Nous n'avions qu'un commentaire: consternant et parfois malhonnête. Ce que s'accrocher au pouvoir peut faire d'une femme bien!

1) Selon certains échos qui me viennent de gens du ministère de l'Intérieur sans doute mal intentionnés, la soi-disant recrudescence des agressions contre les bureaux de tabac, et certaines de celles-ci elles-mêmes, seraient des coups financés par les industriels du tabac et mis en scène avec la complicité de certains débitants. Ces experts du grand banditisme, ne comprennent pas que des truands prennent des moyens généralement utilisés contre les transporteurs de fonds pour se procurer des cartouches (de cigarettes) dont la vente ne rapporte que des gains dérisoires. 15/11/03


90t Premiers résultats du Forum Social Européen

J'écris ceci au matin du 14/11, alors il est vrai que les travaux du FSE ne sont pas terminés. Pour le moment, j'ai retenu 2 choses qui ne sont pas très encourageantes:

- La journée spécifique aux femmes (le 12/11) a été d'un très grand intérêt. Les intervenantes ont rappelé que, partout dans le monde, la sortie du sous-développement, la baisse de la natalité, le recul de la violence viendront d'une libération de la femme et d'une égalité de ses droits par rapport à ceux des hommes, ce qui n'est pratiquement reconnu nulle part. Elles s'en sont prises à juste titre contre les religions (pas seulement l'Islam) qui par machisme plutôt que par conviction les maintiennent dans la dépendance. Mais elles n'ont pas oublié la situation inférieure qui continue à leur être faite en Occident, y compris dans les partis de gauche et les mouvements altermondialistes eux-mêmes. Pour leur donner raison, on peut constater que ces revendications essentielles à l'avenir de l'humanité sont pratiquement passées sous silence dans les compte-rendus actuellement disponibles, comme dans les échos médiatiques. On ne parle que de José Bové et de Tariq Ramadan (qu'il a été irresponsable d'inviter) Pourquoi pas Ben Ladden et le mollah Omar?

- Une solution essentielle à la sortie du sous-développement est le renforcement des recherches scientifiques publiques à long terme, tournées notamment vers les besoins du tiers-monde (Je rappellerai sans fausse honte, à ce sujet, ce qu'en dit mon immortel ouvrage: Sciences de la complexité et vie politique, notamment le Tome 2 ). Jean-Gilles de Gènes a répété ce matin (France-Inter, 7/9 du 14/11) des choses que l'on aurait aimé entendre au FSE: la recherche est dorénavant aux mains, dans l'ensemble du monde occidental, de gens qui ne voient que leur intérêt à 3 ans: les fonds de pensions, les conseils d'administrations en ce qui concerne le secteur privé, les gouvernements en ce qui concerne le public. Le mot d'ordre est donc de supprimer tous les investissements à moyen et long terme, en postes de chercheurs comme en moyens de laboratoires. Or une bonne recherche suppose un horizon à 10 ans et les moyens adéquats. Seules les recherches militaires, aux Etats-Unis du moins, échappent à ces exigences de rentabilité. Ce ne sont évidemment pas les José Bové et Tariq Ramadan qui vont dire cela aux foules altermondialistes. 14/11/03


90s La Chine super-puissance

Ceux qui ne regardent pas les cours des matières premières et des frets maritimes risquent de passer à côté des signes révélateurs d'un bouleversement prochain et profond de l'équilibre des puissances mondiales. Ces cours "flambent" depuis quelque mois, du fait que la croissance économique et les échanges de la Chine augmentent régulièrement. C'est un effet de l'ouverture de ce pays aux échanges, mais aussi la conséquence de l'augmentation du niveau de vie et du dynamisme des populations urbaines. Ceci va se traduire dans l'immédiat par une augmentation des coûts de fabrication dont souffriront les industries occidentales - ainsi que, il faut l'espérer, une augmentation des revenus des pays fournisseurs de ces matières premières et des services de transport maritime, dont nous ne sommes pas. Mais l'Occident ressentira encore plus vivement qu'aujourd'hui la concurrence industrielle et commerciale des firmes chinoises, non seulement sur les marchés en développement mais ici même. L'idée d'abandonner à la Chine les productions de masse pour se recentrer sur les tâches à haute valeur ajoutée n'est sans doute qu'une illusion. Dans le cas de Thomson, par exemple, qui a vendu au chinois TCL son activité Télévision, sur quoi va-t-il se recentrer? A défaut de pouvoir se payer une intense activité de recherche-développement, il envisage de faire du service aux clients, sur le mode Centre d'appel. Voici une activité à haute valeur ajoutée s'il en est, activité qui pourrait aussi bien être délocalisée! Peut-être en Inde, pour ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Le problème de l'Occident, face à la Chine et à l'Inde, est que ces pays ont une telle masse qu'un tout petit changement dans l'activité économique et les niveaux de vie risque de déstabiliser le monde entier, ceci d'une façon purement mécanique et sans volonté perverse des gouvernements. Il suffit d'imaginer ce qui se passerait si 2 milliards d'hommes visaient au niveau de vie du plus pauvre des pays européens. Or nécessairement, cela viendra. L'Europe peut-elle s'y préparer?


90r Vivement l'Union entre la France et l'Allemagne

Ce projet fondamental pour notre avenir non seulement en tant que citoyens des deux pays mais en tant qu'européens, est pas aussi en sommeil qu'on ne pourrait l'imaginer (Voir Le Monde du 13/11/03). Les obstacles restent nombreux, tenant moins à des raisons juridiques ou économiques qu'à la persistance de mentalités isolationnistes, tant en France qu'en Allemagne. Mais les chose progressent, y compris dans les esprits. D'où la nécessité d'en parler de plus en plus, dans le plus grand nombre d'occasions et de médias possibles. J'ai appris avec beaucoup de plaisir que Dominique de Villepin a évoqué de nouveau ce projet devant le club de réflexion " En temps réel ". Il est certainement soutenu par le Président de la République et aussi par le Premier ministre (qui voit peut-être là une occasion de freiner sa descente aux enfers). Du côté des " bruxellois ", Pascal Lamy qui avait lancé l'idée du Bund dans les médias, en reste le défenseur sans failles, comme semble-t-il l'autre commissaire " français " Michel Barnier.

L'Union sera nécessairement progressive. Néanmoins il convient d'étudier dès maintenant, dans un organisme comme la Commission franco-allemande proposée par Pascal Lamy, les domaines prioritaires : politique étrangère et de défense, politique économique et sociale, recherche scientifique (à ne pas oublier). Il faut étudier aussi comment les propositions seront soumises à l'agrément des institutions politiques et des corps électoraux respectifs.

Les Allemands insistent beaucoup, selon Le Monde, sur la nécessité de ne pas paraître marquer ce faisant un désintéressement à l'égard de l'Union européenne, ni même un désengagement de l'Otan. Tout dépendra sur ce dernier point comment la Maison Blanche recevra ces projets. Si elle y voit, comme c'est le cas chez les faucons actuels, une déclaration de guerre, il faudra se passer de leur accord. Un point est rarement évoqué, celui de la place du Bénélux dans le futur Bund. Il serait malheureux qu'au moins la Belgique et le Luxembourg n'en fissent pas partie.

Je disais dans une brève précédente que je voterais bien pour Bayrou, aux prochaines présidentielles, s'il se faisait clairement et efficacement le défenseur d'un tel projet. Mais il vaudrait mieux qu'il ne soit pas le seul à s'en saisir. Chirac et le futur candidat du PS à la présidentielle seront certainement aussi jugés sur leur engagement à cet égard, par ceux qui ont une vision un peu exaltante de l'avenir de la " vieille Europe ". 13/11/03


90q Touche pas à mon psy

Les psychothérapeutes engagent sous ce nom une campagne destinée à réagir contre l'adoption à l'unanimité, le 8 octobre, par l'Assemblée nationale, d'un amendement du vice-président du groupe UMP, Bernard Accoyer, visant à encadrer la pratique des psychothérapies. De nombreuses associations de psychothérapeutes et de psychanalystes se mobilisent contre ce texte qui, disent-elles, vise à "redonner du pouvoir aux psychiatres".

Ces braves gens adressent des mels à beaucoup de gens, dont votre serviteur, sans préciser malheureusement où est le problème et sans même citer le texte incriminé. La première chose à faire serait d'ouvrir un site Internet pour en discuter. Il est certain qu' "encadrer une pratique thérapeuthique" évoque de mauvais souvenirs. Mais dans le bon grain des psy se mêle beaucoup d'ivraie. A l'inverse, les psychiatres ne sont pas tous des brutes insensible ne connaissant que la camisole chimique. Personnellement je pense que les neurosciences sont plus aptes que la psychanalyse à comprendre ce qui se passe dans la tête des gens. De là à réconforter des millions de personnes...Mais il n'est pas certain que le député Accoyer se soit inspiré de ces considérations académiques en faisant voter son amendement. On trouvera dans Le Monde du 12/11 un débat sur la question12/11/03


90p Initiative européenne pour la croissance: un programme de grands travaux présenté par la commission européenne

Enfin! La commission européenne se décide à poursuivre l'effort entrepris dès 1995, visant à faire financer par le budget communautaire et par les Etats un certain nombre de grands travaux d'infrastructure et de recherche. Les projets initiaux avaient fait l'objet d'innombrables marchandages, si bien que peu ont commencé. Néanmoins, la commission a eu le mérite de ne pas se laisser décourager. Elle récidive en présentant ce jour un certain nombre de projets de liens transfrontaliers, priivilégiant le rail et le transport fluvial (ceci malgré le lobbying incessant qui s'exerce sur elle en provenance des intérêts autoroutiers).

Il s'agit d'une liste encore ouverte visant à accélérer les investissements dans 29 réseaux transeuropéens de transports prioritaires, choisis eu sein d'un programme de 56 projets prêts à démarrer dans les trois ans, à fort impact transfrontalier et qui produiront des effets positifs en termes de croissance, d'emploi et de protection de l'environnement. La commission admet, ce qui est du bon sens, que les capitaux privés devant participer aux financements ne viendront que si les Etats membres soutiennent ces investissements sur des crédits publics. Le coût global d'ici à 2010 est estimé à 38 milliards d'euros pour les tronçons transfrontaliers, 10 milliards pour l'énergie et 14 milliards pour les réseaux de communication à haut débit. Soit un total de 62 milliards d'euros, ce qui à la réflexion n'est pas cher payé. La commission espère que 40% pourront en être pris en charge par le secteur privé. Ces propositions répondent aux conclusions du Conseil européen des 16 et 17 octobre. Les Quinze l'examineront les 12 et 13 décembre, lors de leur sommet à Bruxelles. Les financements d'origine communautaire viseraient en premier lieu à faire sauter les "verrous" transfrontaliers, tels que les tunnels ferroviaires, qu'aucun Etat ne veut prendre en charge. Les Etats seraient alors incités à financer les tronçons les concernant directement. Les sommes communautaires pourraient provenir des aides dites "régionales" qui financent actuellement des autoroutes. Mais divers pays s'y opposent. La Banque européenne d'investissement serait mise à contribution pour 50 milliards, mais elle aussi hésiterait à financer le rail (Ne me demandez pas pourquoi).

La commission européenne montre ainsi la voie et devrait être encouragée par tous les partis et mouvements militant pour l'écologie. A ceux qui se posent la question de savoir à quoi sert l'Europe, elle apporte une réponse éclatante. Reste à transformer l'essai et à lui donner de nombreuses suites. Voilà un bon thème de combat à proposer au Forum social européen. 12/11/03

- On trouvera ici la liste des projets prioritaires présentés par la commission en 2001 (à titre d'information puisque la nouvelle liste, présentée le 11 novembre, n'est pas encore accessible sur le site europa. Dès qu'elle le sera, je vous fournirai le lien http://europa.eu.int/comm/ten/transport/revision/doc/trans_map_fr.pdf,


90oPatrick Braouzec

Patrick Braouzec, PC, maire de Saint Denis, hôte du Forum Social Européen, veut créer de nouvelles coopérations politiques entre les associations et les partis, notamment de gauche. Ceci pourrait conduire à des listes communes aux élections, ainsi qu'à des organisations de terrain ouvertes aux différents partenaires, selon des modalités à définir au cas par cas. Les partis politiques, PC et PS, commencent apparemment à s'inquiéter. Beaucoup d'associations et d'ONG craignent la récupération. Si on peut lui donner un conseil, c'est de mettre en place rapidement un site bien fait sur le web, pour servir d'exemple. Actuellement, c'est encore le silence radio.


90n Forum social européen

Le FSE propose sur Internet un site purement informatif http://www.fse-esf.org/francais/index3.html qui ne déclenchera pas les enthousiasmes. On comprendra cependant que la manifestation étant devenue très lourde, il faut bien la gérer, en utilisant au mieux les moyens offerts par l'Internet. On trouvera sur les moteurs de recherche bien d'autres informations plus politiques, par exemple un article de Bernard Cassen, d'Attac, publié par EcoParis http://www.ecoparis.org/article.php3?id_article=291. En fait beaucoup des organisations participantes annoncent et commentent l'événement sur leur site.

Les états généraux de l'altermondialisme, selon l'expression consacrée, rencontrent ainsi un succès croissant. C'est très bien. Une partie de ce succès, tout au moins dans les autres pays plus branchés que le nôtre, tient à l'explosion des sites webs, des forums de discussion (sur le modèle des blogs), des listes de diffusion. Des esprits méthodiques commencent à s'inquiéter de ce foisonnement. Où sont les idées principales, quelles sont les recommandations et objectifs, ne fait-on pas le lit des irresponsables ou des récupérateurs ? Il faut bien voir qu'il s'agit d'une forme d'action politique qui échappe aux règles strictes et souvent stérilisantes offertes par les partis et syndicats traditionnels. L'histoire a connu cela, de façon moins ample il est vrai, avec les clubs politiques fréquents dès avant la révolution, sans mentionner la culture diffusée par les agendas et les colporteurs. Nous sommes là en plein dans la compétition darwinienne entre idées et projets (entre mèmes diront nos amis méméticiens).

Il est déjà très bon que l'on prenne l'habitude de mieux entendre tous ceux qui ont des intérêts à défendre et qui n'avaient pas jusqu'ici l'accès à la parole, même dans les pays démocratiques. Mais on ne peut se limiter à protester, aussi utile que ce soit. Il faudrait quand même que des propositions fédératrices finissent par émerger de façon bien lisible. J'avais retenu précédemment quelques propositions d'un intérêt évident pour les pays sous-développés, mais difficile à faire admettre en Europe : la suppression de la dette, la suppression des subventions aux agricultures occidentales, l'acceptation d'un certain protectionnisme de la part de ces pays pour permettre le développement de nouveaux secteurs industriels ou de recherche. Par ailleurs, la défense des secteurs publics dans tous les domaines d'intérêt général, où la recherche du profit immédiat entraîne des résultats désastreux, reste d'actualité dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis. Je ne mentionne pas l'idée d'une taxe internationale pour le développement, sorte de nouvel avatar de la taxe Tobin, dont Jacques Chirac vient de se faire le défenseur - sans préciser aucunement comment elle pourrait être calculée,perçue et redistribuée.

Qu'en sera-t-il cette année ? Attendons la fin du forum pour en juger. Mais si d'un forum à l'autre on retrouve les mêmes critiques générales, vœux pieux ou propositions démagogiques (supprimer le nucléaire, bannir les OGM, etc.), on finira par se lasser. Il semble aussi que le cirque médiatique de quelques agités aveuglés par leur ego finisse par faire plus de mal que de bien. C'est difficile à éviter, dira-t-on. On peut tout au moins éviter la complaisance à leur égard, en abandonnant tout esprit critique dès qu'ils ouvrent la bouche.
Je propose de refaire le point sur les propositions à la fin du Forum 11/11/03


90m La culture du réformisme

Les citoyens de gauche qui veulent peser dans la vie politique n'ont guère que deux choix, le réformisme et la critique " irresponsable ". Le terme de critique irresponsable n'est pas lui-même critique. Il signifie seulement que des gens ressentent le besoin de faire connaître opposions et propositions sans se préoccuper des suites politiques et institutionnelles qui pourront en découler. C'est leur droit. L'expression d'un point de vue contestataire est aussi utile, souvent, que l'élaboration de savants programmes. On ne peut pas demander à tout le monde d'avoir des idées balancées et argumentées sur tout.
Cependant, comme nous sommes dans une démocratie politique, il faut aussi façon préparer l'arrivée au pouvoir des mouvements dont on partage les idées. Il faut, plus encore, préparer la façon dont ces mouvements, arrivés au pouvoir, pourront y rester en demeurant fidèles aux objectifs annoncés. Dans ce cas, en France comme en Europe, le point de vue réformiste est le seul utile, même si le mot semble baigner dans l'eau tiède. On ne comprend pas alors cette spécificité française qui fait que les plus radicaux, chez les altermondialistes, dans les partis dits d'extrême-gauche, comme au sein même des grands partis, PS, Verts, PC, recueillent tellement de sympathies électorales. Ceux qui voteront pour eux n'exprimeront pas, comme les abstentionnismes, un désintérêt passif. Un électeur conséquent vote pour qu'une action gouvernementale en découle. Comment ne pas voir alors que cette action ne peut être que réformiste ? A quoi bon proposer des mesures dont personne ne voudra, ne fut-ce que parce qu'elles heurtent directement des intérêts certes égoïstes mais bien ancrés, que l'on ne pourra faire évoluer qu'avec beaucoup de temps et de diplomatie. Réformer, c'est conserver les grands cadres institutionnels mais les faire évoluer de l'intérieur dans le sens des idéaux que l'on se propose. Qui peut encore rêver de rupture radicale, voire de révolution, dont on sait que les dégâts imprévus seraient immenses ?

La question se pose immédiatement aujourd'hui en ce qui concerne la Constitution européenne. Je trouve qu'il faut être totalement irresponsable pour proposer de voter contre, en cas de référendum, sous prétexte qu'elle n'est pas tout à fait conforme à ce que l'on voudrait qu'elle soit. La refuser, c'est repartir pour 15 ans dans l'aventure et l'impuissance. Il faut la voter et tenter de la faire évoluer de l'intérieur, par une action réformiste convenablement discutée entre les partis de gauche.

Daniel Cohn Bendit a raison, une fois de plus, quand il invective, au Forum Social Européen, les altermondialistes qui proposent de refuser l'actuel projet constitutionnel. Voulez vous, dit-il, vous retrouver avec les Le Pen, Philippe de Villiers, Chevènement et à l'étranger, tous ceux qui, aux Etats-Unis notamment, craignent comme la peste l'émergence d'une Europe politique ? Mais les gens d'Attac, qu'il contrarie par sa fougue, le traitent de papy soixante-huitard. On aura tout vu, y compris en terme d'intolérance à l'intérieur de mouvements qui se veulent démocratiques.

Ajoutons, en ce qui concerne la constitution européenne que, dans le Monde du 6 novembre, p. 20, différents leaders de la gauche européenne, dont pour la France Martine Aubry, Bertrand Delanoë et Dominique Strauss Kahn, soutiennent le projet. Si des améliorations sont obtenues lors de la prochaine Conférence Inter Gouvernementale précédant l'adoption, tant mieux. Mais de toutes façons, ils s'engagent en faveur du projet. Voici un discours bien venu. J'ai tendance à faire davantage confiance à ses signataires qu'aux irresponsables et saboteurs déguisés. 11/11/03


90 lLes scientifiques américains sous contrôle

Une sale affaire préoccupe actuellement les milieux scientifiques américains. Il s'agit de l'inculpation sur l'initiative du FBI d'un certain Thomas Butler, cher du département des maladies infectieuses à la Texas Tech University. Ce malheureux, qui risque la prison à vie, avait signalé la perte, dans son laboratoire, de 30 doses de peste bubonique. Il s'agit d'une affaire méritant enquête, en effet. Mais beaucoup d'observateurs voient dans les poursuites menées contre Butler l'affichage d'une volonté de faire peur à tous les scientifiques travaillant dans les secteurs sensibles. Il s'agit de les empêcher de communiquer, contrairement aux habitudes du milieu académique. La conclusion risque d'être que ces scientifiques cesseront de s'intéresser à de telles études, en les délaissant au profit des laboratoires sous contrôle des mouvements terroristes ou des Etats dits voyous. Les souvenirs du Maccarthysme sont encore vivaces chez les scientifiques américains, dont les conséquences ont été désastreuses pour certaines disciplines. 11/11/03


90k 11 novembre. A quand la création d'un Etat franco-allemand ?

Les cultures françaises et allemandes ont vécu, depuis la guerre de 1970, une étrange fascination respective. Ceux qui ont un peu de souvenirs historiques savent comment, au moins avant l'arrivée d'Hitler au pouvoir, et malgré les massacres de 14-18, les " élites " respectives regardaient les unes vers les autres, de chaque côté du Rhin. Après la 2e guerre mondiale, l'amitié franco-allemande (ou germano-française) est devenue de rigueur. C'est excellent mais ce n'est pas suffisant. C'est maintenant la construction d'un véritable Etat commun qui représente l'objectif à poursuivre. On dit que, sans bruit, beaucoup de choses ont déjà été accomplies en ce sens entre les gouvernements, les régions, les entreprises et les associations de nos deux pays. C'est très bien, mais ce n'est pas suffisant. Il faut qu'aux yeux de tous, les deux Etats se rapprochent pour finir par se fondre en un seul. Pour la France, pour l'Allemagne, mais aussi pour l'Europe toute entière, ce serait la chance de ce début de siècle. Quels hommes politiques seront assez courageux pour dire cela clairement, notamment à l'occasion des futures présidentielles françaises ? Si Bayrou prennait le risque, bien que je ne l'aime guère, je voteris pour lui 11/11/03


90j 11 novembre. Mémoire des hommes

Le ministère des anciens combattants a mis sur Internet les archives intéressant tous les morts de la guerre 14-18. Curieusement, le site rencontre un grand succès depuis son ouverture. Il est quasiment saturé. Enormément de gens viennent le consulter, comme quoi les familles n'ont pas encore tout à fait oublié leurs morts aux combats. Sans tomber dans le politiquement correct, on peut penser qu'il s'agit là d'un hommage modeste mais qu'il fallait rendre, grâce aux TIC, à tant de victimes innocentes. 11/11/03 http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr


90i 11 novembre encore. La chanson de Craonne

On trouve sur le site de Kamarade le texte de la célèbre chanson de Craonne, longtemps interdite dans les armées françaises, écrite à la mémoire des morts du plateau de Craonne et d'ailleurs, mais aussi des fusillés, déportés ou envoyés en mission sans retour parce qu'ils s'opposaient aux massacres de la guerre franco-allemande. Dommage que la musique ne soit pas fournie avec les paroles.

Adieu la vie, adieu l'amour,
Adieu toutes les femmes.
C'est bien fini, c'est pour toujours,
De cette guerre infâme.
C'est à Craonne, sur le plateau,
Qu'on doit laisser sa peau
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés
Car nous sommes tous condamnés
C'est nous les sacrifiés


Kamarade est un curieux site, sympathique quoiqu'on en ait, associé au Renouveau marxiste. L'un et l'autre prétendent rassembler des communistes de diverses tendances. Mais a priori ils paraissent plus anarchistes que marxistes. Ce n'est pas plus mal. http://www.kamarade.lautre.net/article.php3?id_article=279

On trouve la même chanson sur le site de Révoltes.free http://revoltes.free.fr/article.php?id_article=93 11/11/03


90h Les fous de Washington

Sous ce titre, le journaliste d'investigation bien connu Jean Guisnel publie, aux Editions de la Découverte (08/10/2003), un recueil thématique des déclarations et décisions prises par ce que certains appellent la junte fascisante de Washington. Ce sont ces gens qui ont planté, et continuent à le faire, l'action diplomatique et militaire des Etats-Unis. Il est plus que temps de s'en rendre compte, en Europe et aux Etats-Unis même.
Du même auteur, on pourra relire Bush contre Saddam (27/02/2003). Sur France Inter ce 11 novembre 2003 , Jean Guisnel estimait que les Etats-Unis risquent de perdre, malgré leurs rodomontades, la guerre contre le terrorisme. Ce serait une défaite effrayante, non seulement pour eux mais pour tous les pays démocratiques. La " vieille Europe " avait bien raison de s'opposer aux faucons et aux néo-conservateurs. Le seul reproche que l'on peut lui faire, c'est de n'avoir pas adopté une politique diplomatique plus énergique, en recherchant des alliances dans le reste du monde.
Aujourd'hui, cette politique reste indispensable. L'Europe n'a aucune chance de lutter contre le terrorisme en chaussant les bottes éculées du Pentagone. 10/11/03


90g Bush contre le contrôle des naissances

Les fondamentalistes religieux américains ont obtenu de G.W.Bush la suppression des financements aux organisations internationales (telle l'UN Population Fund) qui s'efforcent de favoriser le contrôle des naissances dans les pays émergents. Celui-ci pourtant réussit quand il est appliqué sérieusement, par exemple au Bangla Desh où le taux de fertilité est tombé à 3,5 en 2000 au lieu de 5,6 en 1975. On a eu beau faire valoir à Bush qu'encourager la misère, dans des populations d'Afrique et du Moyen Orient déjà constituées en grande partie de jeunes de moins de 21 ans, ne pouvait faire que le jeu des terrorismes, rien n'y a fait. 10/11/03


90f Agence européenne de sécurité maritime

Site encore en construction : http://europa.eu.int/agencies/emsa/index_fr.htm

On lit sur le site " Le règlement (CE) n° 1406/2002 (Journal Officiel L 208 du 5 août 2002 - PDF [125KB]) du Parlement européen et du Conseil fournissant la base légale pour la création de l'Agence européenne de la sécurité maritime a été adopté par ces deux institutions le 27 juin 2002. Selon toute attente, l'AESM sera donc opérationnelle à la fin du second semestre 2002" (sic).

La nouvelle agence, créée au lendemain du désastre de l'Erika, contribuera à renforcer le système global de sécurité maritime dans les eaux communautaires, de manière à réduire les risques d'accident maritime, de pollution par les navires et de décès en mer.
Ceci pour dire que la nouvelle agence, qui a commencé à travailler fin 2002, n'est pas capable de préciser sur Internet ce qu'elle fait et veut faire. Ce n'est pas la bonne façon de faire, dans un secteur où la mobilisation de l'opinion contre des intérêts puissants est indispensable. Certains diront qu'elle préfère peut-être, plutôt que communiquer, gérer ces affaires délicates en famille. Ce serait une erreur.

Observons en passant que les Agences de ce genre sont une bonne solution pour permettre aux Etats européens de coopérer avec la Commission dans la réalisation de tâches de service public. Mais il leur faut absolument jouer la transparence. Sinon, elles accumuleront les critiques.

PS: on consultera le site de l'Institut français de la mer http://ifm.free.fr/, plus explicite sur ces questions...ainsi à la rigueur que celui des Armateurs de France http://www.armateursdefrance.org/ 10/11/03


90e Les lobbys contre la république

Marianne, dont il faut reconnaître une fois de plus l'aptitude à soulever les sujets qui fâchent, consacre un dossier (n° 340) à l'action des lobbys de l'industrie et du commerce qui font pression sur les parlementaires et les gouvernants pour obtenir des protections de toutes sortes dont les citoyens sont directement victimes, dans leur santé notamment. Le mal est archi-connu. Il est vieux comme la démocratie. Il est universellement répandu. Les journalistes soucieux de l'intérêt général (il y en a sans doute) ont raison cependant de rappeler aux consommateurs naïfs le peu de cas qui est fait de leurs intérêts, dès que des perspectives de profits sont en cause. Le dossier évoque le lobby de l'automobile, archi-connu, qui considère sans doute les morts sur la route comme le prix à payer pour que les industriels continuent à gagner le plus d'argent possible. On mesure aussi aujourd'hui le poids des industries du tabac. Mais il y en a bien d'autres, notamment dans l'agro-alimentaire : alcool, sucre, sel commercialisés sous toutes les formes possibles, pour pervertir le goût des consommateurs. Le journal cite enfin le nucléaire, en reprochant aux industriels du secteur de forcer la main des gouvernements et des citoyens, notamment pour accélérer le passage aux centrales à eau pressurisée, dites de la nouvelle génération.

Peut-être ne faut-il pas cependant tout mélanger. Sans être stipendié par les nucléairocrates, je considère personnellement que le choix du nucléaire, (complété évidemment par un appel accru aux énergies douces) est une bonne chose pour la France. De même, je trouverais plutôt bien que les industries s'intéressant aux secteurs dits de pointe (aérospatial, biotechnologies, nanotechnologies, par exemple) fassent un peu plus de lobbying pour faire prendre au sérieux les enjeux qu'ils représentent. Le lobbying insupportable est celui qui accepte de détruire sciemment la santé ou la vie des gens afin de développer des secteurs qui n'ont d'intérêt que pour eux.

Que faire contre ces derniers ? Vu les sommes importantes qu'ils distribuent, notamment dans les milieux politiques et dans l'administration pour se faire des amis, on peut être pessimiste. Reste l'action citoyenne d'information et de contre-lobbying, bien peu attirante il faut le reconnaître. On serait finalement tenté de se résigner à laisser agir les lobbys, partant du principe que c'est aux gens de se protéger eux-mêmes et que s'ils veulent s'empoisonner, libre à eux. Merci quand même à Marianne et à ceux qui persistent à informer envers et contre tout. 10/11/03

90d La France modernise ses vecteurs

La presse a fait état des décisions du ministère français de la défense, visant à se doter d'armes nouvelles ou rajeunies. Il s'agit :

- du missile de croisière Stark EG dit aussi dans les armées britanniques Storm shadow, fabriqué par EADS (voir http://www.eads.net/eads/fr/index.htm?/xml/fr/missiles/airprecision/stormshadow/stormshadow.xml&missiles) emportant une charge classique de 400 kg et doté d'une portée de 600 kms. Il équipera aussi la RAF.

- Du missile air-sol à moyenne portée ASMP-A (A pour amélioré, l'ASMP étant en service depuis une vingtaine d'années). Il sera porteur d'une charge nucléaire et doté d'une grande précision, pour une portée de 300 kms s'ajoutant à celle de l'avion porteur, Mirage 2000 ou Rafale (voir http://www.defense.gouv.fr/actualites/dossier/d168/images/cpra_chap_03.pdf)

- Du missile M.51 qui équipera les sous-marins nucléaires lance-engins à partir de 2010. Là aussi, il s'agira d'une modernisation de la force de frappe actuelle (portée 6.000 kms).

Dans la mesure où ces matériels ne seront pas utilisés en première frappe, mais qu'ils visent à dissuader les Etats dits " proliférants " c'est-à-dire dotés d'armes de destruction massive et susceptibles de s'en servir, on ne peut que se féliciter de ces décisions. Il faudra cependant s'efforcer de faire entrer ces missiles dans les programmes de l'Agence européenne de l'armement, qui finira bien, espérons-le, par manifester son existence. D'ores et déjà, la coopération avec les britanniques est réalisée en partie, vu les accords industriels négociés ces derniers mois.

Reste quand même la question des charges nucléaires actuelles ou miniaturisées (dites mininukes aux Etats-Unis), qui peuvent équiper en principe tous ces missiles. Même si on ne les emploie pas en première frappe, comment et quand s'en servira-t-on ? Supposons un attentat massif, chimique ou biologique, perpétré en France ou ailleurs en Europe, par un mouvement terroriste suspecté d'être soutenu par un Etat proliférant. Répondra-t-on d'emblée par un ou plusieurs missiles à tête atomique ? On comprend que les experts ne souhaitent pas discuter de ces questions sur la place publique. Il serait cependant inimaginable que les citoyens n'en soient pas informés. 08/11/03


90c Le "bouclier doré"

Selon Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontière, et Patrick Poivre d'Arvor, qui reviennent de Chine, la censure de l'Internet dans ce pays prend des proportions considérables, à la mesure du succès grandissant qu'il rencontre parmi des populations assoiffées de liberté d'expression (Le Monde, 06/11/03, p. 20). Non seulement un système sophistiqué de traquage, nommé le Bouclier Doré, identifie tous les sites et les messages jugés non conformes au point de vue officiel, mais les contrevenants risquent des années de prison ou pire encore. Des restrictions de même nature pèsent sur les médias traditionnels et les journalistes. Comme quoi la Chine est encore loin d'être ouverte. 08/11/03


90b Clonage reproductif autorisé par l'ONU jusqu'à 2005 (?)

Ce n'est pas tout à fait exact, mais c'est ce que les Raéliens et autres partisans du clonage humain pourront déduire du fait que l'ONU n'a pu se prononcer sur l'interdiction du clonage reproductif, reportant la question à 2005. C'est l'aveuglement entêté des organisations confessionnelles anti-avortement, aux Etats-Unis et dans d'autres pays chrétiens, qui a permis cet éclatant succès. Ces organisations voulaient l'interdiction de tout clonage, même thérapeuthique, ce qui est considéré comme une aberration par la grande majorité des scientifiques, y compris américains, compte-tenu des possibilités ouvertes par les recherches sur les cellules embryonnaires. Un grand nombre de pays raisonnables, dont la GB, la France, l'Allemagne, la Chine et le Japon n'ont pas voulu que l'ONU adopte pour le moment un interdit aussi radical. Précisons pour ceux qui n'ont pas suivi l'évolution de cette question, notamment sur notre site Automates-Intelligents, que le clonage thérapeuthique concerne des embryons de quelques cellules seulement, dont la plupart sont d'ailleurs destinés à être détruits. 08/11/03


90a Explosion du marché des téléphones mobiles à tout faire

Le marché des téléphones mobiles à tout faire (multimedia) est en train d'exploser, même si les mirifiques promesses de l'UMTS (téléphonie haut débit) tardent encore, en Europe, à se faire sentir. C'est le Japon qui donne l'exemple. Les industriels et les consommateurs y ont certainement plusieurs années d'avance sur leurs homologues européens. Les grincheux voient là une nouvelle façon de faire dépenser de l'argent, notamment aux jeunes, pour des services sans grand intérêt. Mais les esprits ouverts, (dont je suis, comme nul n'en ignore), sont d'un avis contraire. Le phénomène traduit une nouvelle avancée des liens sociaux permis par les technologies de la communication. Si les gens ont besoin de s'envoyer des SMS ou des photos, c'est qu'ils y trouvent un intérêt. Le temps et l'argent ainsi dépensés n'auraient sans doute pas trouvé d'usages plus intelligents dans un monde moins techno. Préférerait-on l'abus solitaire du tabac, de l'alcool et des drogues? Par ailleurs, pour des organisations qui souhaiteraient renforcer les liens entre individus perdus dans la jungle capitalisto-urbaine, les nouvelles habitudes de mise en réseau qui s'esquissent permettront de favoriser l'usage de l'Internet, donc chacun sait qu'il stagne actuellement, notamment en France. Certes, il y a aussi de tout sur Internet, mais pourquoi ne pas faire un pari sur l'augmentation de la fréquentation des sites intelligents?

On peut penser aussi que l'Internet par mobiles va faire la fortune des "blogs" ou "weblogs". Comme on sait, il s'agit de petits sites Inernet, faciles à ouvrir, avec lesquels on peut converser sur le mode de la messagerie. Certains partis politiques voient dans les blogs l'avenir de la communication entre et avec les militants. Mais ils peuvent servir aussi à discuter de bien d'autres choses, en obligeant la discussion à suivre une logique minimum. Des fournisseurs d'accès offrent maintenant le choix à plusieurs catégories de blogs, généralement gratuitement. Vous les trouverez en faisant Blog sur un moteur de recherche. A titre d'exemple, voici la référence d'un blog qui s'est intéressé à Automates-Intelligents http://blog.empyree.org//index.php/2003/11/09/114-
07/11/03


http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/03-9011/index.htm