logo admiroutes


La Gazette N° 74 du 15 janvier 2003

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

- Pour s'abonner gratuitement, ou se désabonner,
adresser un mel à l'adresse ci-dessus
- Lire la présentation

Admiroutes:  http://www.admiroutes.asso.fr/

Voir aussi
Automates Intelligents Interview: la société francophone de mémétique
Automates Intelligents Le simulateur de la Terre
Automates Intelligents L'odyssée de l'espèce 2003

Le blocnet (index)

Un nouveau Sénat

Bruno Latour, remarquable tant par la justesse (théorique) de ses points de vue que par l'inaccessibilité de son style, propose dans le Monde du 10 janvier 2003, p. 1, une nouvelle composition pour le Sénat. Y siègeraient les représentants des intérêts divers(humains et non-humains, dans son jargon) impliqués par les grandes questions économiques et écologiques. En dialoguant, ceux-ci aboutiraient à des avis plus pertinents, pour le gouvernement, que ceux des groupes de pression d'un côté, des experts scientifiques de l'autre, qui s'expriment actuellement dans la confusion la plus complète. Latour reprend là les thèmes de ses ouvrages précédents, que nous avions analysé en détail (Voir http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2002/sep/latour.html). Elles sont intéressantes, mais l'applicabilité pratique de tels solutions ne saute pas aux yeux. Il faudrait un gros travail pour en tirer un projet viable de réforme du Sénat - à supposer que cette question soit à l'ordre du jour. 15/03/01


Honte aux 4/4

Il est intéressant de noter que selon la télévision, les propriétaires de 4/4 américains se verraient actuellement reprocher de consommer trop d'essence, ce qui enrichit les pays arabes supposés aider El Qaida. Les écologistes US ne sont donc plus les seuls à critiquer ces machines inutiles et ridicules. A quand les mêmes campagnes en France ? Mais les " beaufs " sont aussi endurcis chez eux que chez nous. Ils ne se laisseront pas impressionner, même par la peur du terrorisme. 14/01/03


Il faut brûler Météo-France

Après avoir reproché en termes virulents à Météo-France de n'avoir pas prévu en temps utile les chutes de neige sur la Région parisienne en début de semaine dernière, les jamais-contents lui reprochent aujourd'hui 14 janvier d'avoir lancé un bulletin d'alerte pour le Nord et la Région Parisienne, en prévision de pluies verglaçantes. Or le dégel s'est dans l'ensemble bien passé . Les gens ont du prendre les transports en commun alors qu'ils auraient pu utiliser leur voiture. Quelle horreur. Météo-France a eu de nouveau tort. Qu'attend le gouvernement pour privatiser les coupables, toujours à l'affût de ce qui peut plaire sans rien coûter?

Quand on y repense, alors que les gens meurent par dizaines en Israël et en Palestine, et par centaines ailleurs, l'indécence française est sans limite. Je n'ai pas de sympathie particulière pour les sociétés d'autoroutes ni l'aéroport de Paris, mais leur reprocher le fait que certains vacanciers ont passé la nuit dans leur voiture et, pire encore, vous imaginez, dans le hall de Roissy, mandater des Commissions d'enquêtes et consacrer à ce non-évènement des heures d'antenne, surprend beaucoup. S'il y avait eu comme fréquemment, des carambolages (par la faute des usagers roulant trop vite), avec des morts et des blessés, nous nous serions sans doute ému. Mais là... 14/01/03


Convention européenne

Essayons de résumer le long et intéressant article de VGE concernant le bilan de la Convention européenne à mi-parcours (Le Monde, 14 janvier 2003). Sont acquis à ce jour :

- un mécanisme de contrôle de la subsidiarité évitant que l'Union n'empiète sur les compétences des Etats, dans les domaines où elle est elle-même incompétente.

- le remplacement des 4 traités organiques actuels par un seul traité constitutionnel, la Constitution Européenne. Parallèlement, les catégories de décisions de l'UE sont ramenées à 5 : lois européennes, applicable partout - lois-cadres européennes, à transcrire dans les législations nationales - textes d'applications - simples avis - décisions individuelles prises dans le cadre des compétences de l'UE.

- la définition d'une criminalité grave et transfrontalière permettant d'élaborer une législation pénale communautaire devenue indispensable.

- l'inscription dans la Constitution de la Charte des droits fondamentaux

Restent à préciser les modalités de la gouvernance économique et sociale de l'UE, sur la base d'une compétence monétaire à celle-ci et d'une compétence économique aux Etats. Reste surtout à rédiger les articles du projet de Constitution, qui sera déterminant pour assurer le fonctionnement pratique de l'UE. Tout se jouera à ce stade. L'article de VGE se poursuit par un exposé détaillé des différentes options, que nous ne résumerons pas ici.

Verre à moitié plein ou à moitié vide… Ceux qui s'impatientent des lenteurs de la construction européenne considéreront que tout reste encore à faire. Mais VGE a sans doute raison de vouloir respecter les délais nécessaires à l'apprentissage de la démocratie pluraliste dans le fonctionnement de la Convention. Cette démarche servira peut-être de bon exemple aux futures institutions, quand celles-ci seront en place. 14/01/03


A suivre, Marina Silva

C'est le nom de la ministre de l'environnement du président brésilien Lula. Elle est présentée comme une radicale de l'environnement, et décidée à s'impliquer dans la défense de la forêt amazonienne et de la biodiversité au Brésil, notamment contre les gros propriétaires terriens et autres spéculateurs de la destruction du milieu naturel. A suivre. Y aurait-il quelque chose de durablement changé dans ce grand pays? 14/01/03


Biodiversité

L'UNEP ou Programme des Nations-Unies pour l'Environnement vient d'engager (Le Monde du 10 janvier 2003, p. 23) une initiative internationale intéressante destinée à la conservation des sols tropicaux, dotée de 26 millions de $ sur 4 ans, dont 9 provenant de l'UNEP. L'idée consiste notamment à faire appel aux multiples organismes biologiques vivant sous terre (un aspect important et mal connu de la biodiversité, évoqué dans le dernier livre de E.O.Wilson, The Future of Life) pour restaurer les sols dégradés. Différents laboratoires européens dont des chercheurs dépendant de l'Institut de Recherche pour le Développement (FR) , participent à cette action. Le site de l'UNEP ne donne pas encore de précisions sur ce programme. Par contre, on trouve sous http://www.un.org/Depts/oios/reports/a51810/a51-810f.htm une critique sévère émanant du Bureau des services des contrôles interne, sur le manque d'efficacité et de moyens de l'UNEP. On préfère manifestement, chez les bailleurs de fonds, les dépenses militaires aux dépenses pour l'environnement. 14/01/03


La réforme de l'Etat

Le Président de la République a " sommé ", selon les termes de la presse, les hauts fonctionnaires d'accomplir la réforme de l'Etat. Très bien. Ce n'est pas nous qui dirons que la réforme n'est pas nécessaire. Mais, si j'ai bien compris (je n'étais pas présent) il n'a pas dit un mot de l'informatique et d'Internet pour ce faire. C'est dommage, surtout quand on sait que lesdits hauts fonctionnaires sont généralement les derniers à s'intéresser aux TIC, laissant la direction du budget arbitrer de ce qui est utile ou pas. Les agents de la base qui voudraient réformer de cette façon, la plus efficace qui soit n'en déplaise aux technophobes, sont et demeureront sans doute longtemps découragés - à moins que l'Hyper -République...(voir plus bas). 12/01/03


Ni coupables ni victimes

Un collectif de femmes du monde se disant féministes lance un manifeste qu'elles invitent à signer par Internet (nicoupables.nivictimes@wanadoo.fr). Ce manifeste a été publié par Le Monde du 9 janvier 2003, p.13. Si j'ai bien compris, elles refusent de voir les prostituées traitées comme des délinquantes (les projets du gouvernement). Elles affirment le droit de chaque femme à se prostituer, comme en contre-partie le droit du client de rémunérer des femmes pour leur acheter du sexe. Je crois que la plupart des gens en France, moi le premier, admettront que le Code Pénal ne doit pas se mêler de ces questions. Si oui, où s'arrêtera-t-on ? Ce sera l'Iran. Mais là où les dames précitées tombent dans la démagogie, me semble-t-il, c'est quand elles oublient de dire ce qui pourtant est une évidence : les hommes qui s'adressent aux prostitués sont des nuls qui ont besoin de payer ce que d'autres obtiennent gratuitement avec un peu d'efforts pour plaire. Quant aux femmes qui s'adonnent à la prostitution, comme à toute activité y compris le mariage d'intérêt leur permettant de monter socialement grâce à leur sexe, ce sont (sauf peut-être les plus misérables d'entre elles, et encore) des paresseuses et aussi des nulles. Les Dombasle, Forrester et autres recommanderaient-elles à leurs chères filles une telle façon de faire carrière ? Quant à Catherine Millet, une des signataires, elle ne se faisait pas payer, autant qu'on se souvienne. 12/01/03


La Corée du Nord

Ce beau pays donne au monde un exemple que beaucoup d'autres devraient suivre : construisez la bombe, accumulez  les avions, l'artillerie et les armes chimiques, tout le monde, y compris ce va-t-en guerre de Bush, vous respectera. 12/01/03


Boeing sustenté par les crédits militaires

Boeing, selon la presse, se consolerait d'avoir été rattrapé par Airbus grâce aux commandes militaires considérables qu'il a reçu et continuera à recevoir. Il se préparerait par conséquent à brader ses avions civils, ce qui mettrait en difficulté Airbus, obligé simultanément d'investir dans le A-380. On se souvient de tout le tintamarre qu'avait fait l'avionneur américain au prétexte de subsides publics à son concurrent. Comment s'appellerait ce qu'il se prépare à faire ? Espérons que les gouvernements européens, pour rétablir des conditions équitables de concurrence, subventionneront Airbus (avec la bénédiction de la Commission Européenne) pour lui permettre de baisser ses prix au niveau d'éventuelles baisses spéculatives décidées à Seattle. 12/01/03


Les Polonais sont des maquereaux

Les Polonais sont des maquereaux, quand ils s'y mettent. Après avoir fait le siège des 15 pour soutirer quelques derniers avantages financiers, et sitôt accueillis dans l'Europe, ils n'ont rien de plus pressé que de passer une commande massive d'avions militaires aux américains. De toutes façons, avaient-ils besoin de renouveler leur flotte de guerre ? Qui les menace ? Le gouvernement aurait mieux fait de consacrer ces sommes à moderniser les infrastructures. Il est vrai que nos amis polonais comptent pour ce faire sur les budgets européens. 11/01/03


La BD feuilleton politique de David Rees

Tournant en dérision le patriotisme va-t-en guerre de l'administration Bush, le sieur David Rees offre une série de BD et sketches à ne pas manquer. Merci au Monde qui l'a signalé (Le Monde du 3 janvier 2003, p. 17). Ceux qui veulent s'entraîner à l'anglais de bon aloi ne doivent pas hésiter. Faites http://www.mnftiu.cc/mnftiu.cc/home.html Why don't we have such a thing in France? 10/01/03


L'hyper-république

Intervenant aux 7èmes rencontres de la société en réseau d'Autrans, Henri Plagnol, le secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat,a annoncé la création d'une agence de l'administration électronique. L'agence fonctionnera cette année et emploiera dans un premier temps 50 personnes (et 50 millions d'euros). Elle a pour but de favoriser les gains de productivité liés à  Internet dans l'administration et l'amélioration de la qualité du service rendu aux citoyens. L'approche sera expérimentale : le ministre a annoncé la constitution d'un groupe pilote de 100 volontaires pour expérimenter des "espaces administratifs personnels numériques".

Simultanément était rendu public le rapport réalisé par Pierre de la Coste, "L'Hyper-République: bâtir l'administration en réseau autour du citoyen"... On y trouve 18 propositions pour casser les blocages techniques, juridiques et sociologiques auxquels se heurte le déploiement de l'administration électronique.

On y trouve un assez bon diagnostic des blocages au déploiement des téléservices. De manière générale, les propositions de Pierre de la Coste s'inscrivent dans la ligne des rapports antérieurs, en les développant compte-tenu des progrès des équipements et des mentalités. Pierre de la Coste et Henri Plagnol reprennent à leur compte l'idée d'un portail donnant accès à des services personnalisés (mon.service-public.fr) et d'un compte administratif personnel

Sur la question de l'identifiant unique, le rapport est prudent. Il n'évoque pratiquement pas les projets de carte d'identité électronique.
Lire http://www.internet.gouv.fr/francais/textesref/rapdelacoste/sommaire.htm


Les deux faces du terrorisme

On dit généralement, non sans raison, qu'une guerre de civilisation oppose dorénavant les démocraties occidentales aux divers terroristes, kamikazes ou non, qui semblent avoir décidé de détruire à grande échelle les sociétés dites développées. Les Etats-Unis, ou plutôt le président Bush et ceux qui le soutiennent, voudraient bien que ce pays soit reconnu comme le chef incontournable dans la lutte contre ces destructeurs.

Soit. Mais on commence à dire de plus en plus qu'il y a un autre terrorisme, peut-être encore plus destructeur, qui a mené le monde dans l'état de risque majeur où il se trouve. C'est celui des promoteurs, intellectuels ou hommes d'affaires, du libéralisme absolu et de l'esprit de profit sans limites. Inutile de reprendre ici la liste des dégâts accomplis et de ceux qui se profilent pour l'avenir. Pour ces sortes de terroristes, toutes interventions publiques régulatrices visant à soustraire à la loi du marché les biens élémentaires de la vie et de la culture sont à proscrire. Ils rejoignent d'ailleurs dans l'irresponsabilité libérale les chefs des grandes religions qui interdisent toute régulation de la démographie et toute amélioration du statut des femmes. Tant pis si notre monde tout entier s'effondre, dans quelques années seulement peut-être, sous la pression du gaspillage, des déchets, de la surpopulation et autres maux découlant du progrès libéral. A la tête de ces terroristes auxquels on ne pense pas assez chez nous, on trouve le même Bush précité, les pétroliers, les aciéristes, les chimiquiers à qui il ne cesse de donner des gages. 09/01/01


Qu-bits

On sait qu'une des difficultés rencontrées par les concepteurs de calculateurs quantiques tient à la difficulté de conserver l'état de superposition d'un Qu-bit dans un conducteur suffisamment longtemps pour procéder à un calcul. Récemment, 3 équipes ont annoncé avoir progressé dans cette direction. La première est celle de Daniel Estève au CEA, responsable du Groupe Quantronique. Je cite le CEA: "Mais cette superposition ne supporte aucune interaction avec le monde extérieur non quantique, notamment avec un système de mesure. Les chercheurs ont contourné cette difficulté en isolant le qubit pendant sa manipulation, effectuée par des impulsions radiofréquence, puis en le branchant au système de mesure pour en déterminer l'état. La durée de vie de ce qubit : 0,5 microseconde ! Court, mais suffisant pour envisager la construction d'une porte logique quantique afin de commencer les calculs par ordinateur sur le mode quantique." Bravo pour le CEA qui marque ainsi son avance dans un domaine d'avenir apparemment très prometteur.

Deux autres équipes doivent aussi être citées: le laboratoire de Siyuan Han à l'université du Kansas et une équipe du National Institute of Standards and Technology (NIST) à Boulder.

- Le Quantronium du CEA http://www.cea-technologies.com/ceahtml/infocom/63-401.html
- Voir auss  http://www.cea.fr/fr/actualites/articles.asp?orig=actu&id=287


Le Web comme un Cerveau Global

Vnunet.com publie un long article When the web starts thinking for itself en date du 20 décembre 2002 d'un de leurs conseillers, David Green. Celui-ci fait un point très complet sur le web semantic, XML, les ontologies, les agents intelligents ou bots qui transforment peu à peu le web en système évolutif complexe de moins en moins compréhensible par les humains, selon un propos de Daniel Dennett.. A lire (en anglais) per ceux qui veulent un bon résumé de la question. 09/01/01

- L'article de David Green http://www.vnunet.com/Ebusinessadvisor/1137710
- Le portail du web sémantique (Semanticweb.org)  http://www.semanticweb.org/
- Le portail du web ontologique http://ontoweb.aifb.uni-karlsruhe.de/


Le procès de quelques hauts fonctionnaires ou celui de l'Etat ?

Ceux qui estiment que l'Etat doit s'en tenir aux tâches de maintien de la sécurité et ne pas se mêler de régulation économique et moins encore d'intervention, ont beau jeu de montrer les défaillances de l'action publique, en prenant comme exemple le procès actuellement en cours dans l'affaire du Crédit Lyonnais. Comme la presse l'a souligné à plaisir, ce procès apparaît aussi comme celui de l'Ecole Nationale d'Administration, de l'Inspection Générale des Finances et finalement des immixtions de l'Etat (en l'espèce du Président de la République et du ministre des finances de l'époque) dans le monde bancaire et industriel.

Faut-il s'en tenir à cela ? On pourrait dire qu'en fait ce procès est surtout celui d'un interventionnisme " à la française " où des responsables politiques au niveau le plus haut jugent bon de donner des sortes de feux verts à des chefs d'entreprises publiques déjà fortement marqués par l'absence de modestie et de prudence. Au temps lointain du gaullisme, la méthode n'avait pas donné de trop mauvais résultats. On se souvient peut-être de Guillaumat, par exemple. Mais aujourd'hui, l'absence de toute transparence et de toute démocratie dans les grands choix des entreprises publiques et des administrations qui en sont la tutelle est devenue inacceptable. Si on veut défendre l'intervention de l'Etat dans le monde actuel (que ce soit au plan national ou européen), il faut en même temps proposer les structures politico-administratives évitant de déléguer à quelques potentats enivrés d'une puissance momentanée le sort de centaines de milliers de gens.

Ceci dit, en matière de folie de pouvoir et des erreurs en résultant, le secteur privé n'est guère plus exemplaire, ni en France ni aux Etats-Unis. Chez Enron, Worlcom et d'autres, le manque de transparence s'était, si nous avons bien compris, accompagné de détournements de biens sociaux au profit des dirigeants. A ce propos, à quand la présence des représentants des syndicats et des petits actionnaires dans les conseils d'administration? 09/01/02


Transport maritime. Gesticuler ne suffit pas

La " colère " du président de la République suite à la pollution engendrée sur les côtes françaises par le naufrage du Prestige ne convaincra pas grand monde que quelque chose va changer dans le monde de la complaisance maritime. La menace d'une poursuite judiciaire n'arrêtera pas les forbans. Aujourd'hui, il ne faut pas se faire d'illusions. L'épave va continuer à émettre son pétrole par petites doses pendant des années (à moins qu'on ne la fasse sauter). Il est impossible de l'obturer durablement ni de l'enfouir sous un sarcophage, à ces profondeurs. Toutes les plages de Brest à Hendaye seront donc pendant des années infestées de boulettes de mazout. Certaines entreront en Manche. Les touristes ne viendront plus, pendant des années, sur les plages se coller les dites boulettes aux pieds (il leur restera la promenade sur les falaises, il est vrai). Ne parlons pas des activités de pèche et d'ostréiculture. C'est donc un désastre annoncé pendant des années pour l'arc atlantique.

Dans le même temps, on constate que sur le rail, de Dunkerque au Cap Finisterre, sans parler de la Mer du Nord, les navires poubelles ou, pire, ceux dont la veille n'est pas faite sérieusement, continuent à naviguer sans aucun contrôle dissuasif des autorités maritimes. N'a-t-on pas, si j'en crois la télévision, surpris le 3 janvier un de ces navires approchant l'épave du Tricolor sans personne à la passerelle.

Or revenons au Président. Tous les experts, que nous avions consulté à l'époque pour notre dossier Erika http://www.admiroutes.asso.fr/action/erika/index.htm , avaient dit que la seule mesure sérieuse serait d'une part d'imposer le pilotage obligatoire dans la Manche (comme dans le Canal de Suez) et d'autre part de mettre en place un corps sérieusement équipé de Gardes-côtes, le tout à l'échelle européenne, au moins par coordination et renforcement des services des Etats. Le coût - important - devant être pris en charge par l'ensemble des pays européens, avec répercussion sur les usagers (comme dans le canal de Suez). Les prix du transport maritime et du pétrole augmenteraient un peu, mais ce serait une excellente chose. L'incitation aux économies et aux énergies de remplacement serait ainsi renforcée. Pourquoi Chirac n'avait-il rien dit de la sorte à l'époque, non plus que Jospin, Mamère et autres Voynet. Pourquoi Chirac ne reprend-il pas cette proposition indispensable aujourd'hui ? Tout le reste n'est que gesticulation 05/01/03


http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/03-7401/index.htm