logo admiroutes


La Gazette N° 69 du 15 octobre 2002

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

- Pour s'abonner gratuitement, ou se désabonner,
adresser un mel à l'adresse ci-dessus
- Lire la présentation

Admiroutes:  http://www.admiroutes.asso.fr/

Le blocnet (index)

Qu'attendre d'un parti politique pour ce début du 21e siècle?

Nous proposons de consacrer le restant de cette Gazette à la réflexion sur le thème cité en titre. Ce dossier schématique servira sans doute de plan à un ouvrage en préparation. Nous y procédons par affirmations sans nuances, mais ceci est nécessaire à ce stade de la rédaction pour permettre d'amorcer des discussions.

En schématisant, on peut penser que le siècle qui vient sera celui de la mobilisation, dans une véritable guerre à plusieurs fronts: guerre pour la défense de l'environnement, guerre à la pauvreté, guerre contre les fondamentalismes fanatiques. Cette guerre, pour les pays occidentaux en priorité, supposera deux types d'armes, celles des connaissances, dans les esprits, et celles des sciences et technologies, pour agir sur le monde. Les Etats ou Fédérations d'Etats auront alors un rôle essentiel à y jouer, comme dans toutes les guerres.

Si les partis politiques ne disent pas cela clairement, ils manqueront à tous leurs devoirs .

De quoi les gens ont-ils besoin ? Présupposés :

D'une meilleure connaissance des sciences de la compléxité appliquées à la vie sociale, on peut tirer quelques suggestions relatives à ce que sont ou deviendront les exigences des gens face aux mouvements et programmes politiques.

Complexité. Le monde apparaît de plus en plus complexe. Les gens veulent des clefs pour comprendre cette complexité, des plus simples aux plus scientifiques : informations en ligne, formations en ligne, discussions en réseau.

Chaos. L'image du battement d'aile de papillon pouvant provoquer un cyclone se répand et justifie de plus en plus les initiatives individuelles ou de petits groupes. Cela sert plutôt les terroristes aujourd'hui, mais on voudra relever le défi dans les sociétés démocratiques, en encourageant à nouveau les initiatives "révolutionnaires".

Super-organismes. Les anciennes organisations, politiques ou religieuses, attirent de moins en moins. Les organisations de remplacement, clubs sportifs, centres culturels,. groupes d'intérêts etc., restent trop superficiels. Les gens ont besoin d'appartenir à de nouveaux super-organismes qui proposeraient des objectifs de grande portée auxquels ils se dévoueront. Mais il s'agira d'une appartenance critique et non aveugle. Le super-organisme moderne reposera sur l'initiative décentralisée et coopérative de ses associés, sur le modèle neuronal. Pour la France, l'Europe devrait devenir un super-super-organisme.

Mèmes. Les gens soupçonnent l'importance des combats d'idées, de messages, d'images (désignés par mèmes dans la théorie mémétique) notamment au sein des réseaux . Ils ont envie de participer à la compétition entre mèmes en créant les leurs, ou ceux des super-organismes auxquels ils se rattachent.

Compétition (darwinisme) . Les gens ont besoin de grands défis et d'entrer en compétition entre eux pour les réaliser. Inévitablement semble-t-il, ils participeront aussi à la compétition darwinienne entre super-organismes, mais qui dit compétition ne dit pas nécessairement affrontement belliqueux.

Altruisme. Les gens veulent servir les autres. Au delà de la compétition, le concept d'humanité globale devrait pouvoir s'imposer, pas seulement chez les tiers-mondistes et humanitaristes professionnels.

Symbiose. Les gens veulent réaliser des symbioses compétitives avec d'autres personnes ou sociétés différentes.

Se connaître soi-même. Les gens sentent qu'une grande part d'eux est déterminée par des héritages génétiques aveugles (violence, défense du territoire, refus de l'autre, ). Ils soupcçnnent aussi le rôle des mèmes dans leur évolution culturelle. Ils voudraient mieux connaître ces déterminants, pour éventuellement les dépasser par l'action consciente.

Les besoins traditionnels - disposer d'un emploi convenablement rémunéré, de conditions de travail favorisant l'initiative et l'avancement, d'une vie quotidienne suffisamment sécurisée, d'un équilibre personnel (notamment au plan sexuel, familial, sportif, artistique) - devront s'inscrire dans ces ambitions plus élevées. Sans cela, même lorsque les gens voient ces besoins satisfaits, eux ne le sont pas et s'adonnent, quand ils en ont les moyens, à des activités d'hyper-consommation ou de gaspillage socialement et écologiquement nuisibles. Plus grave, ils sont tentés par des activités à la fois destructrices pour eux et socialement nuisibles.

Valeurs différentes. Même si une majorité des populations occidentales parait pénétrée, sous l'influence notamment des médias commerciaux,  par des cultures de l'hyper-consommation, de l'argent facile et de l'ostentation, du mépris de l'intelligence, de la peur de la science, etc. un certain nombre de gens n'hésiteront pas à s'inscrire dans une lutte culturelle contre ces cultures aujourd'hui jugées incontournables. On peut penser qu'ils rallieront et soutiendront un mouvement politique qui annoncerait clairement des valeurs différentes (sans pour autant proposer une guerre des civilisations ou une fuite dans le mystique comme le font les partis fondamentalistes).

On dira que les besoins ainsi définis correspondent à des profils d'humains qui n'existent pas, définis de façon naïve ou angélique comme bons et préoccupés de l'intérêt général. En fait, ajoutera-t-on, les gens sont aussi bien et tout à la fois mauvais et égoïstes. Mais on pourra répondre que les gens sont adaptatifs. Dans un univers se donnant des règles de type altruistes et privilégiant l'intelligence, ils le deviendront. Les travaux actuels sur la conscience, par exemple, montrent que la conscience individuelle se construit et se renforce en permanence par recyclage interne et sociétal de l'idée "je suis conscient".

Réponses possibles d'un parti désireux de refonder son action sur la bases de nouvelles ambitions.

Les mouvements politiques sont seuls à même de rassembler dans des objectifs communs des gens de toutes origines, afin d'ouvrit l'accès du pouvoir à des dirigeants démocratiquement élus qui disposeront pour agir des moyens de la puissance publique. Pour leur donner leur confiance, par le vote et le cas échant par une participation militante, les gens attendent de ces mouvement qu'ils répondent aux besoins résumés ci-dessus. Concrètement, on attend d'un parti auquel on donnera sa confiance :

Qu'il affiche des orientations claires et audacieuses, y compris en termes de valeurs laïques. Ceci pour les faire discuter et mettre à jour en permanence (Discours-afficheur). A partir de descriptions du monde actuel (aspects positifs, aspects négatifs) , ces orientations proposeront de grands programmes se projetant loin dans le futur.

Qu'il propose des politiques publiques permettant aux Etats d'entreprendre la réalisation de ces grands programmes. Les moyens de ces ambitions (impôts, emprunts, mobilisation des agents publics, contributions de la société civile) viendront d'autant plus facilement que les programmes répondront aux besoins profonds des gens.

Que ces politiques publiques soient conçues de façon à être conduites en co-partage de responsabilité avec la société civile et les citoyens ( associations, initiatives citoyennes, etc. ).

Quelles politiques publiques envisager ?

Quels sont les politiques publiques susceptibles de répondre aux exigences exprimées ci-dessus ? Il est évident qu'il ne sera pas possible de mener de telles politiques au seul niveau national, mais les afficher à ce niveau permettra, pour un pays européen, de discuter avec ses partenaires sur des bases stimulantes. Distinguaons par ordre de priorité :

La gamme des actions scientifiques et techniques répondant aux besoin du développement durable. Le rapport de l'IRD en donne une bonne idée, mais il ne s'agit que d'un rapport, qu'il faudrait transformer en véritable programme de Recherche/développement quantifié, inscrit dans le temps et budgété. On ne développe pas ici la liste des sciences et techniques concernées. Toutes le sont ou presque (voir le rapport http://www.recherche.gouv.fr/rapport/devdurable/default.htm

La gamme des actions de coopération avec le tiers-monde pouvant contribuer à l'atténuation des différences entre pays riches et pays pauvres, en aidant ces derniers à résoudre leurs difficultés. On inclura parmi ceux-ci la Chine et l'Inde.

La gamme des actions permettant à l'Union européenne de se constituer en super-organisme auquel les gens seront fiers d'appartenir. Ces actions comporteront en priorité le développement des sciences et technologies européennes (notamment celles dites " de puissance "). Ceci devrait inclure une politique d'armements européens au niveau des meilleurs, quels qu'en soient les coûts. Les retombées civiels en seront d'ailleurs nombreuses (technologies duales).

La gamme des actions permettant d'établir, avec les technologies disponibles, des réseaux de compétences et de connaissances offrant des contenus stimulants aux établissements d'enseignement et de recherche, ainsi que pour la généralisation de la formation et de la promotion continues. On pourra essayer aussi de développer les jeux à composante éducative en réseau.

La gamme des actions permettant la réforme des administrations et des entreprises sur la base du travail coopératif, de la transparence, de la décentralisation, d'une compétition interne et externe raisonnée. Par ailleurs, la réforme visera à renforcer la technicité et la complexité technologique des unités de production, sur le modèle des systèmes productifs complexes exigeant métier et professionnalisme (ex : les grands réseaux de transport et de distribution, les centrales de production d'énergie …)

La gamme des actions permettant d'encourager les initiatives culturelles, la création, le jeu, le sport, en utilisant les réseaux de proximité réels et virtuels.

La définition de nouvelles modalités juridiques, économiques, financières, déontologiques permettant aux entreprises privées poursuivant la recherche d'un profit et aux entreprises publiques travaillant pour l'intérêt général de travailler ensemble. Il serait irréaliste en effet d'exclure pour des raison idéologiques la perspective d'une telle coopération entre secteurs privé et public. Le plus souvent possible, on se fixera comme règle la politique d'une large publication des sources et des résultats, sur le mode de l'Open Source recommandée dans le domaine des logiciels libres.

Visions pour le grand futur

Il conviendra enfin de définir de grands programmes incitatifs, pour le moyen et long terme du demi-siècle, visant à exploiter au bénéfice de l'humanité toute entière et dans la protection des équilibres écologique et systémique, les ressources des sciences et technologies émergentes, qui devraient se développer à un rythme exponentiel dans les prochaines années, et le feront d'autant mieux que les populations adhéreront aux objectifs affichés.

Ces programmes serviront dans un premier temps à organiser le débat public, au plan local, national, européen et international, sur les objectifs et les moyens.

On pourra envisager à cet égard une " technologie politique ", selon le terme proposé par Bernard Lang, qui sera le pendant et le dépassement de l' "écologie politique "

Il est évident qu'il ne sera pas possible de mener de telles politiques au seul niveau national, ni même européen, mais les afficher à ces niveaux permettra, pour un pays européen, de discuter avec ses partenaires du reste du monde sur des bases stimulantes.

Les principaux volets en seront :

Les super-intelligences, associant informatique, info-technologies, intelligence artificielle, conscience artificielle, neuro-sciences, sciences cognitives.

Les nano-technologies à la frontière entre le monde matériel et le monde quantique : nano- matériaux (par exemple les nano-tubes), nano-robots, bio-composants, etc.

Les bio-technologies : info-génétique, synthèse de la vie, évolution artificielle (en liaison avec les programmes ci-dessus relatifs aux super-intelligences).

Les réseaux d'amélioration des performances humaines (réseaux à large bande unissant les machines et les cerveaux humains, avec des capacités considérablement accrues tant pour les hommes que pour les machines, de nombreuses améliorations corporelles en ce qui concerne les performances et la résistance à la fatigue et à l'âge, un accès de chacun à toute l'information pertinente n'importe où dans le monde, des ordinateurs portables utilisables en toutes circonstances, etc. Ceci devrait s'articuler au sein d'un Human Cognome Project analogue à l'Human Genome Project.

Les sciences et technologies de l'espace profond : poursuite et accélération des programmes d'exploration et de service par des robots non-habités , développement de missions habités -sans doute sur Mars vers le milieu du siècle - préparation d'opérations à plus longue distance

L'approfondissement des sciences fondamentales, relatives notamment à la physique aux échelles de Planck et à la cosmologie (gravitation quantique).

15/10/02


L'Amérique malade au coeur

L'histoire du tireur fou de Chicago en dit long sur la maladie de l'Amérique (à supposer évidemment que ce sniper ne soit pas un nouveau disciple de Bin Laden). A force de produire des scénarios qui renouvellent jusqu'à satiété ce genre de situation, il ne faut pas s'étonner si mémétique et mimétique se combinant, de plus en plus de gens soient tentés de se prendre pour Dieu castigateur.  15/10/02


Carte d'identité à puce

On y viendrait enfin, après avoir gaspillé des centaines de millons de F. dans les cartes dites infalsifiables. Cela fait 15 ans que les gens avertis proposaient la solution, mais les gouvernements ont toujours cédé de peur de se faire traiter de liberticides par la CNIL et le Monde Diplomatique. La liberté consistant comme chacun sait à pouvoir falsifier et négocier les titres, comme en ce qui copcnerne le permis de conduire. A propos, pourquoi pas de puce dans ce dernier? 15/10/02


Rapports de la Ville de Paris

La Ville de Paris vient de mettre en ligne plusieurs rapports de son inspection générale, concernant des évènements s'étant produit sous l'ancienne magistrature. C'est très bien. Mais il faudra que l'habitude se poursuive, quand cette même inspection se prononcera sur des faits actuels. 07/10/02 http://www.paris.fr/FR/La_Mairie/inspection_generale/default.htm


Le tuning

On peut se désoler de voir des jeunes et même des adultes se passionner pour le "tuning", qui consiste à décorer (ridiculement, forcément) des voitures et des motos, avant de les lancer dans des rodéos de quartier. On dira la même chose de bien des distractions de masse, encouragées évidemment par les médias qui vont toujours, pour faire de l'audience, dans le sens de la facilité. La question à poser pourrait être: si ces gens avaient la possibilité de s'intéresser à des choses plus sérieuses, comme la recherche scientifique (ce qui supposerait hélas toute une éducation à refaire, sans doute), délaisseraient-ils ces jeux puérils? Voir http://www.tuningcenter.com/  07/10/02


Galiléo, ça c'est l'Europe

Il parait que ceux aux Etats-Unis qui s'inquiétaient de voir se profiler enfin le projet européen Galiléo, censé offrir une alternative au système de localisation par satellites américain GPS, et aux milliers d'emplois y afférents, se rassurent. Les cyniques leur disent: "Vous auriez du savoir que les européens n'arriveront à rien en temps utile, vu qu'ils se disputent entre eux pour récupérer le maximum de "juste retour" du moindre projet ". C'est bien ce qui se passe actuellement entre l'Allemagne et l'Italie, et qui menace l'avenir même de Galiléo. Pendant ce temps là l'industrie européenne des satellites, Astrium et Alcatel Space, licensie du fait de la réduction de ses carnets de commande. 07/10/02


Le choc des cultures

Malek Boutih, président de SOS-Racisme, s'était fait violemment attaquer par la gauche bien-pensante, quand il a dit qu'il y avait dans les banlieues un certain nombre de barbares. On est tenté de juger comme lui cependant quand on entend les commentaires faits par les amis des deux agresseurs qui viennent l'un de brûler vive une jeune fille et l'autre de poignarder le maire de Paris. Ce sont des gens très calmes, un peu renfermés, mais incapables de faire un crime, disent les amis. Dans l'esprit de ces gens, manifestement, ce n'est pas vraiment un crime de s'attaquer à une femme ou à un homosexuel. C'est ce que l'on pratique il est vrai couramment dans d'autres parties du monde.

Notons que les filles de ces quartiers (en france) commencent à s'organiser pour résister, individuellement ou mieux en groupe, aux abus machistes de leurs compagnons et à l'incompréhension des parents. Comme quoi le féminisme, dorénavant dédaignée par les demoiselles de la bourgeoisie, referait une apparition utile. Qu'elles n'hésitent pas à utiliser Internet, si elles me lisent. 07/10/02


Vitrolles

Tout le monde se félicite de ce que seulement 45 % des Vitrollais aient voté pour Catherine Mégret, ce qui lui a fait perdre la mairie. Mais ce pourcentage n'est-il pas au contraire inquiétant - surtout quand on entend les Vitrollais ayant voté pour la liste gagnante expliquer qu'enfin la ville allait se libérer d'une  magistrature insupportable? Comment se fait-il qu'une large majorité de ses concitoyens l'ait supportée des années sans broncher? On peine à croire que ce soient les mérites de l'équipe Mégret qui ait produit cet entraînement.  Mais rappelons-nous que la France a bien été, dans sa grande majorité,  vichyste pendant 4 ans sans états d'âme 06/10/02


http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/02-6910/index.htm