logo admiroutes


La Gazette N° 58 du 12/15 avril 2002

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

- Pour s'abonner gratuitement, ou se désabonner,
adresser un mel à l'adresse ci-dessus
- Lire la présentation

voir aussi sur Admiroutes http://www.admiroutes.asso.fr/

8 avril
Propositions pour un Débat Démocratique Déroulant ou discipliné
par Eric Bruker

6 avril
Réactions de Laurent Rieuneau aux spécifications fonctionnelles d'un intranet administratif

Le blocnet (index)

Cette quinzaine

La mémétique plus actuelle que jamais

Tous les évènements qui font l'objet ces temps-ci des commentaires politiques illustrent la force incroyable des mèmes, c'est-à-dire des comportements, paroles et images se répliquant " égoïstement " entre les hommes. La contamination des images du conflit israélo-palestinien semble en train de se répandre à grande vitesse en France. Où s'arrêtera-t-elle ? Ces mèmes instrumentalisent des gens (des jeunes ? ) qui ne leur offrent aucune résistance.

Ceci d'autant plus que les images de violence, viol, mitraillages divers sont constamment diffusées pour des raisons commerciales par les films et les séries télévisuelles. Les universitaires américains commencent à s'en rendre compte. Une étude menée sur plus de 15 ans a montré l'influence détestable d'une exposition trop prolongée des enfants à ces images, pourtant présentées par les auteurs comme inoffensives.

A quoi bon, dira-t-on, parler de mèmes plutôt que d'images et d'exemples communicatifs ? La soi-disant mémétique apporte-t-elle quelque chose à la réflexion politique. Ne tend-elle pas à déresponsabiliser les individus (les " jeunes ") en les considérant comme des automates instrumentalisés par d'autres automates ? Je ne le pense pas, mais je préfère laisser la question ouverte. 12/04/02


Proudhon et Internet

L'émission de France Culture les Vendredis de la philosophie du 12 avril 2002 a rappelé l'actualité de Proudhon, trop oublié aujourd'hui. Bien avant Marx et Bourdieu, il avait stigmatisé les trois formes de la domination: économique, politique et religieuse. Il avait envisagé une forme d'Etat  minimum reposant sur un consensus ou contrat social  des individus. Mais il refusait l'utopie d'une société parfaite débouchant sur la stabilité et le refus de l'innovation. C'était aussi il faut le dire, un affreux mysogine.

Bref, les partisans de l'Internet-citoyen auraient sûrement des rapprochements à faire entre leurs ambitions et l'anarchisme ouvert d'un Proudhon. 12/04/02

Sur France Culture: "Portrait" : Pierre-Joseph Proudhon. Avec Chantal Gaillard, historienne et Présidente de la Société Proudhon ; Hervé Trinquier, éditeur des œuvres de Proudhon ; Mimmo Pucciarelli, responsable de l'atelier de Création Libertaire ; Alain Pessin, sociologue ; Daniel Colson, sociologue ; Marc Delaplace, étudiant ; Max, de la Librairie Libertaire à Paris ; et des responsables d'associations et de coopératives de la Croix Rousse à Lyon.".


Rapport d'information de la Commision parlementaire Peillon-Montebourg sur le blanchiment en France

Le site de l'Assemblée Nationale publie in extenso la partie du rapport de la Mission d'information commune sur les obstacles au contrôle et à la répression de la délinquance financière et du blanchiment des capitaux en Europe, consacré à la France, et plus particulièrement au Sud-Est. La mission est composée de : M. Vincent Peillon, Président ; MM. Michel Hunault, Jean-Claude Lefort, Vice-Présidents ; MM. Charles de Courson, Philippe Houillon, Secrétaires ; M. Arnaud Montebourg, Rapporteur ; MM. Philippe Auberger, François d'Aubert, Alain Barrau, Jean-Louis Bianco, Jérôme Cahuzac, Jacky Darne, Arthur Dehaine, Jean-Jacques Jegou, Gilbert Le Bris, François Loncle, Mmes Jacqueline Mathieu-Obadia, Chantal Robin-Rodrigo.

Le rapport, remis le 11 avril à 10h, est à lire absolument. Il dénonce notamment, sous l'influence de la criminalité internationale, des collusions entre les intérêts économiques, notamment les sociétés de promotion immobilière, les collectivités locales, les magistrats et la franc-maçonnerie des départements concernés.  

Interrogé sur France Inter ce même jeudi, le procureur général Eric de Montgolfier, sans remettre en cause ce rapport, a relativisé le rôle des magistrats corrumpus. C'est l'ensemble du milieu politique et économique local qui pour lui doit être dénoncé, ainsi que le manque de moyens généraux de la justice, tant en hommes qu'au plan législatif, du fait des obstacles juridiques paralysant une lutte internationale contre les organisations criminelles. On le croit bien volontiers. Nous avons souvent analysé ici les multiples aspects de ce problème désastreux pour la démocratie. 11/04/02. http://www.assemblee-nationale.fr/rap-info/i2311-611.asp


Les candidats présidents et la science

InfoScience a eu la bonne idée d'interroger 8 candidats à la présidence de la république relativement aux positions qu'ils prendraient sur les grandes questions scientifiques du moment. Le dossier est bien fait, et les candidats évitent en général les banalités, sans montrer pourtant un enthousiasme excessif. Reste à savoir ce qu'ils feraient vraiment au cas où ils accéderaient au pouvoir. La science est encore assez mal aimée des politiques dans notre pays. http://www.infoscience.fr/dossier/presidentielle2002/president_som.html


L'Internet, la Culture et le multimédia.

On lira avec intérêt le rapport sur ce thème présenté par le ministère de la culture (Bilan du Pagsi 2001, mars 2002)  http://www.culture.fr/culture/actualites/politique/pagsi/bilan-pagsi.pdf 09/04/02    (ref Adminet)


L'e-carte bleue

Cette initiative (commerciale certes, mais dont on peut parler ici sans fausse honte) devrait permettre de disposer de numéros de cartes aléatoires ne servant qu'une fois lors du réglement d'un achat en ligne. Voici une initiative intéressante, à suivre. Dommage qu'elle ne se mette en place que si lentement. http://par.societegenerale.fr/EIP/resources/production/Home/quotidien/cartes_quotidien/ecb_quotidien/ 09/04/02   (ref Adminet)


Les Di@logues Stratégiques

Signalons l'existence de ce périodique en ligne, animé par Véronique Anger, qui publie sur le site de Carpe Diem Communication (http://www.carpediemcommunication.com/fcdc.htm des interviews de personnalités diverses: : Gilbert Abergel, Pr Etienne-Emile Baulieu, Jean-Pierre Beltoise, Jean-Michel Billaut, Frédéric Chevalier, Marcel Desvergne, Alain Ducasse, Charles Goldfinger, Hervé Juvin, Pr Axel Kahn, Serge K. Levan, Pierre Lévy, Nicholas Negroponte, Paul-André Pays, Hubert Reeves, Joël de Rosnay, Anita Rozenholc ou Ari Vatanen. Il est complété par une autre publication dans la même philosophie: Des Idées et des Hommes. Voir par exemple un interview de Pierre Lévy sur l'Intelligence collective http://www.carpediemcommunication.com/pierrelevy.html

Il s'agit là d'une initiative tout à fait intéressante, permettant d'assurer, pour les internautes, la médiation vers de grands problèmes du moment et ceux qui ont des choses à en dire. Bonne continuation donc.


Union Syndicale des Magistrats (USM)

Nous apprenons que l'USM vient de publier un 2e Livre Blanc sur la justice démontrant - si j'ai bien  compris - qu'il faudrait en France multiplier par 3 le budget du ministère de la justice pour espérer disposer d'une magistrature apte à faire face à la " recrudescence " de la délinquance. Les effectifs de la police seraient à augmenter sensiblement également. 37% des peines d'emprisonnement ne sont pas exécutées. Pour en savoir plus, je me suis rendu sur le site de l'USM http://juripole.u-nancy.fr/USM/ (à supposer que cela soit le bon) et n'y ai évidemment trouvé aucune information relative à ce Livre Blanc. Dommage.

Quant au fond de la question, il est certain qu'en apprenant, par France Inter, que l'Office central pour la répression du trafic des armes à feu  (?) n'est doté que de 3 fonctionnaires de police (ceci pour la police) et quand on connaît les délais que demandent les tribunaux pour juger les affaires, on ne peut que souscrire, intuitivement, au diagnostic de l'USM... et corrélativement, accabler "les gouvernements successifs", comme on dit.

Il faut regretter pourtant que sur cette question déterminante des effectifs et de la répartition des magistrats, la Chancellerie, pour sa part, ne puisse nous fournir aucun dossier circonstancié en ligne. Elle a répondu à l'USM, ainsi que le Syndicat de la Magistrature (gauche), mais par un ensemble de chiffres difficilement interprétables par l'électeur. Les comparaisons européennes, aussi bien en ce qui concerne les juges que la police, seraient éclairantes. Mais où pourrait-on les trouver, à moins de se lancer dans une thèse de sociologie comparée. S'il est vrai que nous détenons en France le record ou presque des effectifs de magistrats et de policiers par habitants, comment se fait-il que nos voisins ne croulent pas sous la criminalité et les délits ? Or ils semblent s'en tirer plutôt mieux que nous.

Tout ceci pour dire que, lorsque l'on veut, comme citoyen, essayer de se faire une petite opinion sur un dossier important, on se trouve encore, dans cette prétendue société de l'information, reporté au moyen-âge ou presque. 09/04/02


Le grand dossier Sécurité

Sous ce titre, Le Monde a publié 7 pages d'intérêt varié, le 01/04/02. On y trouve l'interview d'un certain Philippe Robert, directeur de recherche au CNRS, qui est présenté comme " animant un réseau scientifique européen réunissant plus de 40 centres travaillant dans 10 pays sur les questions de délinquance ". Ce chercheur a écrit, nous dit Le Monde, plus de 15 ouvrages sur le thème de la délinquance. Dans son interview, il s'en prend à la " pauvreté du débat français " sur le sujet.

Nous voulons bien admettre cette pauvreté. Il est dommage en conséquence que ni Le Monde ni M. Philippe Robert ne nous donne la moindre précision sur ce fameux réseau scientifique européen et le moyen d'accéder à ses travaux. Dans les domaines dont je m'occupe préférentiellement en ce moment, par exemple l'Evolution Artificielle, je trouve toute la documentation utile au sujet sur Evonet (http://www.evonet.polytechnique.fr/),  réseau d'excellence européen.

De qui se moque-t-on en ne donnant pas aux gens la possibilité de s'informer eux-mêmes par Internet, sur des sujets aussi sensibles que la délinquance ? Est-ce pour garantir la vente des livres d'auteurs confidentiels ? 09/04/02


Tueurs fous

De la tuerie de Nanterre à celle de Vannes, le scénario se répète d'une façon qui devrait frapper l'opinion, mais qui n'étonnera pas les méméticiens : même profil d'homme, même type d'armes, même massacre au hasard, même volonté de mourir après l'acte et…même mère complètement dépassée à l'antenne, après coup. Si les mèmes se dupliquent, comme on dit qu'ils font, à quand le prochain ? Dans quel cerveau le réplicateur égoïste est-il en train de murir?

Une observation plus politique, qu'il faut faire aussi, je crois. Si ces paranoïaques avaient été musulmans et/ou immigrés, que n'aurait-il pas été dit ? L'exploitation de la chose aurait pu marquer un tournant décisif dans la campagne. 09/04/02


Les démocrates Américains

Il faut saluer comme il le mérite le texte co-signé par 120 universitaires, écrivains et journalistes américains, publié dans Le Monde du 9 avril, p. 20 Lettre de citoyens américains à leurs amis en Europe. Il invite les " démocrates " européens à les rejoindre dans la dénonciation des implantations militaires et des projets belliqueux de la super-puissance dans le reste du monde. Ce sont ces manifestations de force que rien ne justifie qui, selon eux, provoquent l'hostilité des autres nations. La lutte contre le terrorisme n'est qu'un prétexte, Menée à échelle mondiale, sous le nom de lutte contre le Mal, elle ne cessera pas d'étendre ses effets pervers.

Ajoutons que, vu sous cet angle, il y a une étonnante convergence entre la politique d'Ariel Sharon et celle de George W. Bush Jr. : convergence dans l'irréalisme abyssale de l'ambition et convergence dans les répercussions catastrophiques qui, du Moyen-Orient puis l'Europe, risquent de s'étendre au monde entier.

On notera que parmi les signataires se trouve le physicien Alan Sokal, co-auteur d'une diatribe contre le post-modernisme à la française, à la fois justifiée et excessive, qui eut un franc succès : Impostures intellectuelles, 1997.


Tu quoque SPA?

Certains membres de la Société Protectrice des Animaux, selon la télévision, auraient, quelque part en France, confondu l'argent des dons et le leur propre. Pauvres animaux! Voilà encore une illusion qui s'effrite. La personne qui persiste à donner aux oeuvres, dans ce climat, fait preuve d'une générosité sans limites. Répétons-le, quand la loi prescrira-t-elle à ces organismes de publier sur Internet l'essentiel de leurs opérations, budgets, comptabilité, etc. ? La SPA dispose bien sur son site d'une page Ethique et Transparence, mais apparemment cela n'a pas suffit à prévenir les dysfonctionnements . http://www.spa.asso.fr/rub1p1.htm#ethique1


FMI, Banque Mondiale, OMC

Les critiques de la mondialisation libérale ne viennent pas seulement des militants alternatifs, mais aussi d'économistes " sérieux " comme l'américain Joseph Stiglitz. Dans La grande Désillusion (Fayard) celui-ci se livre contre le FMI à une charge impitoyable, apparemment totalement justifiée, que ne désavouerait pas notre Daniel Mermet national lui-même. On peut cependant se demander pourquoi, devant une telle accumulation d'erreurs de jugement de la part de l'organisme, des esprits aussi distingués que lui et ses homologues n'ont pas réagi plus tôt.

Question plus préoccupante : comment corriger ou par quoi remplacer le trio assassin : FMI, BM, OMC ? Les gouvernements et sans doute aussi les peuples n'aimeraient sans doute pas les voir disparaître pour laisser le champ libre aux Enron, Microsoft, Monsanto et Bayer…sans parler des banques, fonds de pensions et autres. Comment mieux associer les gouvernements du tiers-monde, pas toujours honorables, si l'on peut dire, à la gestion de politiques de développement durable. Sinon, comment associer les forces dites de l'internationale citoyenne ? Autant les conditions semblent réunies, notamment grâce aux réseaux Internet, pour l'émergence d'un début de conscience commune sur ce qu'il faudrait faire ou ne pas faire, autant on ne voit pas encore comment passer à l'action, à travers quelles institutions et quels mécanismes, face aux transnationales et à la super-puissance. Mais ne désespérons pas. On finira par trouver. 08/04/02


Le nucléaire

On ne surprendra personne en constatant comme il est difficile pour le citoyen de se faire une opinion sur des sujets politico-techniques, même en lisant de bons articles. Je prends mon exemple. Assez partisan de la poursuite du programme nucléaire français, et du passage à la génération EPR, j'ai complètement changé d'avis en lisant l'article de Hubert Reeves dans Le Monde du 2 avril 2002, p. 13 (complété d'un autre article également très bon de Noël Mamère, même page). Leur argumentation m'avait convaincu et je me préparais à voter Vert, pour soutenir une sortie programmée du nucléaire sur une trentaine d'années, sortie s'accompagnant d'économies d'énergie drastiques et surtout d'un ambitieux programme d'énergies de substitution renouvelables, la sortie du pétrole et du gaz s'imposant aussi à l'horizon du demi-siècle. Dans un premier temps, l'idée d'un référendum sur cette question ne me paraissait pas absurde, d'autant plus que celui-ci et les débats qui devraient le précéder nous rapprocheraient sans doute de nos voisins européens.

Ceci dit, patatras, Jacques Bouchard, président de la société française d'énergie nucléaire, répond à l'article de H. Reeves dans Le Monde du 11 avril, p. 20. On en attendait pas moins de lui, il faut dire. L'article de Reeves a du être ressenti comme une sorte de séisme dans les milieux du nucléaire. J. Bouchard évite de traiter notre astrophysicien de vieux quelque chose, mais il le ridiculise en expliquant que ledit Reeves aurait du savoir que l'uranium est partout et très bon marché à extraire. Je ne reprends pas ici son argumentaire (en notant seulement qu'il ne répond pas à l'hypothèse d'un gros avion de ligne s'écrasant sur une centrale - j'ai entendu dire que celles-ci, en France, résisteraient, mais il aurait peut-être été bon de le confirmer).

On voit par cet exemple que le travail à faire pour aider les gens à s'informer serait énorme. Ceci nous renvoie aux projets de " cerveau global " : mettre en relation de nombreux textes et documents par les liens de l'hyper-texte, avec des outils d'analyse et de comparaison facilitant l'interprétation. 12/04/02

L'article de Hubert Reeves http://www.lemonde.fr/imprimer_article/0,6063,269190,00.html
L'article de Jacques Bouchard http://www.lemonde.fr/recherche_articleweb/1,9687,270562,00.html


La réforme de l'Etat selon Alain Touraine

On pouvait craindre qu'Alain Touraine, sociologue émérite mais parfois un peu loin des réalités de la gestion quotidienne, ne propose des vues irréalistes sur la réforme de l'Etat. Son article du Monde, 2 avril 2002, p. 13, "L'Etat, enjeu central de la présidentielle", vise au contraire très juste, selon moi. Le seul vrai problème, dit-il, que les candidats devraient traiter dans leurs programmes, est celui de la réforme de l'Etat. C'est en effet le seul qui soit à leur portée immédiate, vu que les autres (institutions européennes, économie, fiscalité, sécurité) ne peuvent être réglés que par consensus européen. Concernant l'Etat, le choix est entre maintenir l'Etat tel quel, prôner le retour au libéralisme ou étudier de nouvelles formes d'intervention de l'Etat adaptées au monde actuel. Cette dernière solution étant la seule possible, que devraient être les objectifs de ces nouvelles formes d'interventionnisme public ? Alain Touraine en propose trois, suffisamment généraux pour inspirer l'ensemble des institutions et des procédures publiques : diminuer l'inégalité (ce qui est loin d'être le cas), lier le social et l'économique, notamment en priorisant l'éducation, déléguer un plus grand nombre de responsabilités de gestion aux collectivités locales et au secteur mutualiste et associatif.

Mais, comme ne le note pas notre sociologue, mettre en œuvre ces orientations de bon sens donnerait matière à des milliers de réformes de détail, à mener qui plus est tambour battant. Alain Touraine n'attend rien de la droite pour conduire un tel programme. Mais qu'en est-il de la gauche ? Pour le moment, elle est ailleurs, semble-t-il. Devons nous craindre alors que la réforme de l'Etat soit une nouvelle fois reportée sine die ? 02/04/02.


Sites signalés

Le 8 avril

Portail européen de la Culture  http://europa.eu.int/comm/culture/quefait_fr.htm

Voici un site provenant des communautés européennes qui ne manquera pas d'intéresser. Il fournit des références sur de très nombreux thèmes et programmes européens intéressant la Culture entendue au sens large. Il n'est sans doute pas complet. Qui le serait sur un tel sujet ? Mais il s'agit pourtant d'un effort tout à fait remarquable d'aide à la communication, que l'on aimerait trouver dans bien d'autres domaines relevant des compétences communautaires - sans parler de ce qui pourrait être fait en France sur ce modèle du portail transdisciplinaire.  (ref Adminet)

Le 6 avril

Agence Française de Développement  http://www.afd.fr/index.cfm

"Issue de la Caisse centrale de la France libre créée à Londres en 1941 par le Général de Gaulle, l'Agence française de développement, établissement public, appartient au dispositif français d'aide publique au développement (APD). Elle intervient dans plus de soixante pays d'Afrique, du Pacifique, d'Asie, des Caraïbes, de l'océan Indien, de la Méditerranée et de l'Europe de l'est, ainsi que dans l'outre-mer républicain. Elle dispose d'un réseau de quarante-cinq agences et bureaux répartis dans le monde.

L'AfD contribue, par ses concours financiers, à la réalisation de projets productifs publics et privés, créateurs d'emplois. Certains de ces projets font l'objet de cofinancements avec d'autres bailleurs de fonds. Par ailleurs, elle met en oeuvre et gère les concours d'ajustement structurel décidés par le gouvernement français. "

Un plan d'orientation stratégique a été soumis par l'Agence au gouvernement le 29 mars 2002. Il redéfinit les objectifs de l'AFD dans un plan quinquennal (Le Monde 31 mars 2002, p. 5).

On espère le trouver bientôt sur le site.

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/02-5804/index.htm