logo admiroutes


La Gazette N° 53 du 31janvier 2002

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

voir aussi sur Admiroutes http://www.admiroutes.asso.fr/

28 janvier
La descendance de Pierre Bourdieu
par Jean-Paul Baquiast

20 janvier
Architecture neuronale et démocratie dans les organisations
par Jean-Paul Baquiast

20 janvier
Editorial: Le cerveau global, un enjeu politique

16 janvier
Interview de Joël de Rosnay
(signalé)

Le blocnet (index)

cette quinzaine:

Le manifeste pour un développement durable

Le Monde du 29 janvier 2002 publie sous le titre La dérive du monde, p. 15, l'introduction au "Manifeste pour un développement durable". Ce manifeste, déjà signé par 130 personnalités, dénonce les risques majeur que fait courir la poursuite du mode de vie et de consommation de l'Occident . Le Manifeste a été élaboré par l'association Convictions que préside Jean-Baptiste de Foucauld, ancien commissaire au Plan. L'ensemble du document sera consultable sur le site www.convictions.org.

Ce thème est absolument essentiel. Le monde ne peut continuer à se développer selon les modèles que l'Occident continue à lui imposer. Les réactions violentes de type terroriste ne seront finalement qu'un moindre mal au regard des destructions de l'environnement et des tissus sociaux  qui découleront d'une simple poursuite de la "croissance" actuelle. Mais la question n'est pas là. Il ne suffit pas de décrire les catastrophes qui nous attendent. Il s'agit de montrer comment pratiquement les gouvernements, d'un côté, les citoyens convaincus d'un autre, pourront s'y prendre pour inverser la tendance. Quel Occidental acceptera de restreindre un tant soit peu son revenu et ses consommations. Quelle entreprise refusera d'exploiter les ressources naturelles encore à sa portée si cela restreint ses profits? Quel gouvernement prendra le risque de contrarier individus et entreprises en imposant des comportements moins gaspilleurs? Nous attendons avec impatience les solutions que proposeront nos amis, pour en rediscuter ici. 29/01/02


Aussares condamné pour complicité d'apologie de crimes de guerre

Ce que je pourrais ajouter, après que la voix souveraine de la justice se soit prononcé, c'est que ceux qui luttaient, du temps de la guerre d'Algérie, à l'intérieur du contingent ou dans la société, contre la torture, auraient remercié le général Assares de sa franchise, fut-elle assortie d' "apologie". Car faut-il le rappeler, la torture était niée à l'époque par tous les gens "comme il faut" et ceux qui affirmaient son existence pouvaient se considérer comme civilement morts. Aujourd'hui encore, que reproche-t-on à Aussarès: d'avoir torturé, d'avoir tenté de s'en justifier, ou d'avoir comme on dit dans le milieu, balancé, avec toute l'autorité due à son grade? 28/01/02


Dialogue entre Günter Grass et Pierre Bourdieu

Dans un entretien très émouvant rediffusé par Arte le 26 Janvier à 21h45, Pierre Bourdieu confiait en 1999 à Günter Grass qu'il regrettait le peu de temps d'antenne que leur accordaient les grandes chaînes. Il est certain, concernant Pierre Bourdieu, qu'il a fallu attendre sa mort pour entendre prononcer son nom sur les chaînes du service public. Celles-ci préfèrent  proposer Ardisson et "Marco" aux cogitations culturelles des téléspectateurs. Seule France Culture a su donner à l'exposé des idées dérangeantes de Bourdieu un minimum d'écho.

Ceci dit, on ne peut pas ne pas remarquer que Pierre Bourdieu, semblable en celà à beaucoup d'intellectuels et scientifiques français, n'a pas su utiliser le nouveau média qu'est l'Internet. Contrairement aux acteurs de l'anti-mondialisation, au service desquels il s'était mis vers la fin de sa vie, il était resté confidentiel, hors le petit cercle de ses inconditionnels, faute d'avoir su s'exposer sur le net. C'est dommage, mais c'est trop tard dorénavant. 28/01/02
Voir aussi notre article: la descendance de Pierre Bourdieu.


Porto Alegre : les principales propositions

Puisque Internet est définitivement reconnu comme le ciment entre les multiples organisations participant au forum social de Porto Alegre, n’hésitons pas à y faire connaître notre modeste point de vue. Pour ceux qui n’auront pas la chance d’être au Brésil, le point le plus important devrait être de se faire une idée des principales propositions qui y seront formulées, afin ultérieurement d’apprécier la suite qui leur sera donnée.

Taxer les mouvements de capitaux. Cette proposition, résumée généralement à la Taxe Tobin, peut concerner en fait 3 types de flux : les transactions financières (achat ou vente de titres), les investissements réalisés par une entreprise à l’étranger, les bénéfices des multinationales. Les fonds ainsi obtenus seraient affectés à des opérations en faveur des pays en développement, par l’intermédiaire d’organisations internationales existantes ou à créer. On peut admettre la légitimité d’une telle politique. Mais sa mise en œuvre paraît impossible. D’une part la taxation supposerait un consensus sans faille de tous les Etats (conforté par la mise en place d’une bureaucratie importante). D’autre part l’attribution des fonds collectés ferait sans doute naître d’innombrables détournements - sauf à les attribuer à des organisations internationales sérieusement renouvellées (voir ci-dessous).

Supprimer les paradis fiscaux, auxquels il faudrait ajouter les paradis réglementaires, c’est-à-dire les endroits où les entreprises pourraient échapper aux réglementations d’intérêt général prises au plan international, par exemple en matière de protection de l’environnement . La mesure peut paraître irréaliste, quand on connaît l’imbrication entre de nombreux Etats y compris européens et les intérêts fraudeurs ou criminels. Il s’agit pourtant d’une exigence démocratique fondamentale, qu’il ne faut cesser de réclamer. Techniquement, elle ne présente, comparativement à la précédente (Taxe Tobin) aucune difficulté.

Annuler la dette des pays du tiers-monde. Celle-ci est estimée à 2.000 milliards de dollars. On peut admettre qu’elle ne sera jamais remboursée (les pays qui remboursent s’épuisent à le faire, et contractent d’autres dettes en attendant). On objectera que certains pays, par des gestions internes déplorables, ne « méritent » pas une grande indulgence de la communauté internationale. Nous pensons néanmoins que cette annulation, accompagnée de réformes profondes des institutions internationales (voir ci-dessous) et d’engagements sérieux de bonne gestion, devrait être décidée, et donc demandée par les opinions publiques des pays riches. Ce serait un premier pas significatif vers un rééquilibrage Nord-Sud. Il ne suffirait pas, mais il engagerait un processus auquel le Nord devra bien se résoudre. La mesure représenterait pour le Nord un certain coût, mais ce serait précisément un premier pas vers le rééquilibrage.

Exclure l’agriculture des processus du libre commerce (OMC). Il s’agirait, là encore, d’une mesure importante en faveur du rééquilibrage des situations respectives du Nord et du Sud. Aujourd’hui, la concurrence des agricultures du Nord (subventionnées ou pas, utilisant des OGM ou pas) ruine les agricultures du Sud et envoie dans les bidonvilles urbains ne proie à la criminalité, l’essentiel de leur population. Une politique de protection des agricultures traditionnelles supposerait par exemple que chaque pays puisse protéger comme il l’entend ses marchés. Les pays du Nord désireux d’offrir des débouchés sur leur marché à des produits du Sud devraient aussi être autorisés à le faire (par exemple la banane des Antilles ou la cacao de la Côte d’Ivoire). Vu l’imbrication des activités agricoles, commerciales et industrielles, de telles politiques seraient difficiles à appliquer, mais elles seraient, tant que l’agriculture traditionnelle (ou ce qu’il en reste) demeurera l’activité fondatrice de très nombreux pays, la principale façon de résorber l’inégalité Nord-Sud, et d’éviter d’innombrables effets pervers dont les pays du Nord sont les premiers à souffrir (par exemple l’immigration sauvage).

Exclure de la marchandisation de nombreux domaines touchant à ce que l’on pourrait appeler le patrimoine de l’humanité et les gages du développement durable. Ceci consistera à poursuivre et renforcer la protection des espèces sauvages (cétacés), de régions encore non exploitées (Antarctique) , etc. Là encore, il s’agit de mesures difficiles à prendre et plus encore à faire appliquer, face à la pression du profit, y compris émanant de pays du tiers-monde. Mais ce sont des mesures indispensables pour le long terme. La volonté d’exclure du secteur marchand des activités de type éducatif et culturel paraît également légitime, mais elle peut avoir des conséquences négatives, en encourageant le renfermement sur soi et le communautarisme. Il ne peut s’agir, pensons-nous, que d’un souci d’ordre général, à discuter au cas par cas.

Réorganiser et compléter les institutions internationales. Face à la mondialisation de fait, qui résulte notamment du développement des réseaux et de l’imbrication des activités, l’objectif serait d’éviter que les seules institutions habilitées à réguler ou déréguler les activités soient celles du secteur économique et financier (FMI, Banque mondiale, OMC). Il faudrait donner plus de poids à celles intervenant dans le secteur social (OIT, OMS, FAO). Il faudrait aussi en créer d’autres qui n’existent pas encore alors que le besoin se fait de plus en plus sentir, par exemple en matière de protection de l’environnement ou de droits de l’homme (ou plutôt de la femme et de l’enfant). Le tout supposerait aussi une refonte de l’ONU et de l’UNESCO, leur permettant de mieux coordonner des politiques générales mettant ces divers organismes en réseau. On ne peut que souscrire à de tels objectifs, qui n’excluent pas le renforcement des institutions régionales, par exemple l’Union européenne.

Promouvoir la démocratie en réseau, tant au plan des Etats qu’au plan international. Le modèle de l’Internet-citoyen est souvent évoqué. Nous ne pouvons ici que souscrire à cet objectif, mais il faut bien se persuader qu’il ne pourra jamais s’agir d’une démarche de type institutionnel. La démocratie en réseau ne se développera, face à son grand opposant qui est l’Empire (au sens ou le définissent Toni Négri et Michaël Hardt) que d’une façon biologique darwinienne, pratiquement imprédictible, voire inorganisable a priori. Tout ce que l’on peut faire, c’est s’imprégner de la nouvelle culture des systèmes multi-agents adaptatifs, que nous développons dans notre revue Automates-Intelligents, mais qui n’est pas partout comprise, notamment chez les militants de l’antimondialisation financière. Empire. Exils Editeurs 2001


L'association Raoul Follereau dans le collimateur

L'inspection Générale des Affaires Sociales a déposé un rapport dénonçant de graves irrégularités et des déviances confessionnelles dans la gestion de l'association de lutte contre la lèpre Raoul Follereau . La justice est saisie. Répétons ce que nous avons dit plusieurs fois ici, notamment à propos de l'ARC. Tant que ces associations, faisant appel à la charité publique, ne seront pas d'une transparence totale, notamment en mettant sur Internet l'ensemble de leurs structures, de leurs activités et de leurs comptes, on pourra soupçonner des malversations. On en est loin pour le moment.  http://www.raoul-follereau.org/ 28/01/02


Internet: bonne nouvelle, le retard français résorbé en ... 2008?

Selon le sondage annuel de Sciences et Vie micro, les Français devraient atteindre le taux d'équipement des familles de 60% en 2008, si le rythme actuel se poursuit. Ce taux est actuellement de 32% dont 22% connectés à Internet. Il se situe entre 66% et 40% chez nos voisins. On ne s'étonnera pas après cela de ne pas voir nos administrations se précipiter vers l'e-governement. A quoi bon chercher à faire boire un âne qui n'a pas soif? 25/01/02


Internet s'essoufle...peut-être bien parce qu'on l'étrangle
Source Maurice Ronai TemPSréels

Lawrence Lessig, Professeur à Stanford, un des meilleurs analystes du rapport entre technologies de l'information et Internet, constate que le développement de l'Internet se ralentit partout. Il attribue cela aux multiples barrières économiques et juridiques mises à son usage. Les grands médiateurs et diffuseurs d'opinions voulant en effet récupérer l'espace de discussion et de pensée qu'ils craignent de perdre au profit des internautes-citoyens.

Un article récent de Lawrence Lessig : "L'internet assiégé" : http://www.foreignpolicy.com/issue_novdec_2001/lessig.html
A propos du livre de L. Lessig, The Future of Ideas : http://cyberlaw.stanford.edu/future/


Rémunération des médecins

Je reviens sur le refus que manifestent médecins , pharmaciens et autres professionnels de santé à voir appliquer le minimum de contrôle sur les prescriptions que pourraient apporter le suivi informatique et l'interprétation de celles-ci par des systèmes simples d'intelligence artificielle, venant en aide aux médecins-conseils de la sécurité sociale. Il faudra bien y venir, si dans le même temps on veut augmenter les tarifs des consultations sans inflation catastrophique du budget social. Ceci d'autant plus que la catégorie des malades tend de plus en plus à englober celle bien-portants. J'entendais par exemple, dans une émission sur la santé, dire que la prévention du cancer du poumon, par des examens faits très tôt, pouvait être améliorée. Très bien, mais de ce fait, les fumeurs commencent à dire: je suis fumeur (et j'ai un droit imprescriptible à le rester), j'ai donc droit à un scanner tous les ans (ou tous les 6 mois, pourquoi pas?). Faites l'addition. 21/01/02


La guerre ne fait que commencer

Sous ce titre, Alain Bauer et Xavier Raufer, consultants et enseignants en sécurité interne et internationale, développent le thème de la guerre terroriste et du crime international. Ils insistent sur la difficulté qu'auront les démocraties à s'en protéger, difficulté qui pose non seulement des problèmes techniques, mais des problèmes psychologiques: nous ne voulons pas accepter les mises en garde résultant de ce que les auteurs appèlent le "décèlement" précoce ( de déceler). On peut s'étonner que les perspectives apparemment considérables offertes par les "agents intelligents", sur le modèle de la conscience artificielle étudiée par Alain Cardon, ne soient pas davantages développées. Ces outils ne visent pas à se substituer aux experts du renseignement, mais à les orienter dans l'interprétation des millions de message captés par les réseaux d'écoute. 21/01/02
Jean-Claude Lattes, 2001 http://www.editions-jclattes.fr/edlattes/CAT/CAT99_FRACAT2_F.html?DX/edlattes/servlet/_FindArticleServlet?TXT_CODE=4532891&TXT_LANGUE=francais


Enron couvert par Andersen
JPB 19/01/02

Finalement, il semble apparaître que les manipulations comptables d'Enron (Voir La Gazette N° 51) consistant à dissimuler les pertes dans des filiales externes au groupe, étaient connues de l'auditeur financier Andersen. Celui-ci n'aurait rien dit pour conserver la clientèle du groupe qui lui rapportait gros (source. Le Monde, 19/01/02, p. 17). Nous ne pourrons que nous écrier, avec le poëte Quis custodes cusdodiat? 19/01/02.


Le parlement européen à la pointe de la clairvoyance

Les discussions de marchands de tapis pour la répartition des 17 présidences de commissions du Parlement européen, qui eurent lieu les 15 et 16 janvier, montrent l'échelle des valeurs des parlementaires européens. Pour ceux-ci, les commissions (ou sous-commissions) femmes, culture et pèche arrivaient en queue de préférence. Michel Rocard, éliminé de la présidence d'une commission jugée plus prestigieuse (l'emploi ?) s'est consolé en se retrouvant à la culture, avec ces mots " il faut faire preuve d'élégance en politique " et " il ne faut pas sous-estimer l'enjeu politique de la culture ". Merci pour nous tous qui nous efforçons de maintenir la flamme de la culture dans les TIC et le multimédia. Quant aux femmes, n'en parlons pas. En vrac avec la pèche. 17/01/02


" Clonage thérapeutique : gardons nous des fantasmes "

Sous ce titre, dans un article lumineux de clarté, publié par Le Monde du 18 janvier, Henri Atlan, biologiste, ancien membre du Comité consultatif national d'éthique, rappelle ce que tout le monde devrait savoir : transférer un noyau de cellule adulte dans un ovule énuclée afin d'obtenir des cellules-souches embryonnaires utilisées à fins thérapeutique n'a rien à voir avec le clonage reproductif. On a d'ailleurs tort d'appeler cette technique, qui produit un artefact et non un embryon, clonage thérapeutique, car ce n'est pas un clonage. Il faut lire l'article entier, qui remet parfaitement les faits et les mots à leur place.

Dans le même journal, un manifeste dont le titre résume le contenu : le bio-pouvoir à l'assaut des lois de bio-éthiques, nous paraît de ceux qui, par des mots qui tuent, égarent le citoyen. En étant un peu méchant, je dirais qu'il s'agit d'une talibanisation de la pensée. Malheureusement, il y a des gens qui marchent, y compris des électeurs. 16/01/02

Pour en savoir plus:
- Henri Atlan: CV: http://www.droit-de-suite.com/atlan.htm
- L'article: http://www.lemonde.fr/recherche_articleweb/1,6861,258907,00.html?query=Atlan&query2=&booleen=et&num_page=1&auteur=&dans=dansarticle&periode=30&ordre=pertinence&debutjour=&debutmois=&debutannee=&finjour=&finmois=&finannee=&G_NBARCHIVES=707+950
- Voir aussi Cloner est-il immoral, du Professeur Laurent Degos, Editions Le Pommier.


Lemonde.fr/surlenet

Cette rubrique en ligne du Monde publie désormais des articles et documents prélevés dans d'autres sources que Le Monde, jugés susceptibles d'éclairer les débats d'actualité. Des discussions sont possibles. http://www.lemonde.fr/surlenet . On peut également y retrouver les principaux articles parus dans le quotidien. Bonne initiative. 16/01/02


Pyromanes Australiens

L'Australie, qui se veut si clean sur le plan écologiste, abrite les pires pyromanes. C'est à eux que l'on attribue l'incendie du Royal National Park, au sud de Sydney. Le parc, détruit à 80%, aurait perdu des millions d'individus appartenant à plus de 40 espèces rares de mammifères, 240 espèces d'oiseaux sans compter les reptiles et les amphibiens. Comme quoi les fanatiques et les fous sont partout. Grave question pour les spécialistes : les pyromanes obéissent-ils à des gènes ou à des mèmes. Sans doute un petit cocktail des deux. 15/01/02


Palmarès de la richesse

La France est désormais en queue de peloton pour le PIB européen (produit intérieur Brut) par habitant , soit 12e sur 15. C'est le très officiel Eurostat (Office de la commission enropéenne en charge des statistiques) qui l'annonce. Ce serait la réduction du temps de travail et plus généralement l'augmentation des temps non-travaillés (tout au moins dans les domaines considérés par du travail au plan statistique) qui seraient responsables de cette situation. Faut-il s'en réjouir ou le déplorer? Compte-t-on le temps que je passe à écrire sur Internet, et celui que vous passez à me lire? 15/01/02

Eurostat http://europa.eu.int/comm/eurostat/Public/datashop/print-catalogue/FR?catalogue=Eurostat


Sites signalés

Le  31 Janvier

Quelques sites à connaître pour suivre les travaux du Forum Social de Porto Alegre:

Le forum social http://www.forumsocialmundial.org.br
Attac http://www.attac.org
Les amis de la terre http://www.foe.org
Greenpeace http://www.greenpeace.org
Indymedia http://www.indymedia.org
L'observatoire des transnationales http://www.transnationale.org
Le forum mondial des alternatives http://www.forum-alternatives.net
et aussi
Le forum économique international de Davos http://www.weforum.org

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/02-5301/index.htm