logo admiroutes


La Gazette N° 49 du 31 octobre 2001

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation


voir aussi sur Admiroutes http://www.admiroutes.asso.fr/

28 octobre
Gestion des risques. Des Etats mieux armés et plus proches des citoyens par Jean-Paul Baquiast

27 octobre
Attribution du mulot d'honneur d'Admiroutes pour octobre 2001.

22 octobre
Gestion des risques. Renforcer la sécurité tout en relançant l'économie par Jean-Paul Baquiast et Jean-Claude Empereur
Gestion des risques Apport de l'intelligence artificielle distribuée pour la gestion d'un PC de crise par Jean-Paul Baquiast et Alain Cardon
Gestion des risques Modélisation de la couche communicationnelle d'un SIC civil coopératif 20 pages pdf 1997 par Alain Cardon
Gestion des risques Projet de réalisation d'un PC de préfecture pour la prévention des risques et la gestion des catastrophes au niveau départemental (en discussion) par Jean-Paul Baquiast et Alain Cardon.
Ouverture d'un dossier: gestion des risques

20 octobre
Automates intelligents Jacques Pitrat et la démarche Méta, ou réflexion sur la recherche fondamentale en IA.

Le blocnet (index)

cette quinzaine

Microsoft ou l'Amérique haïssable.  

Pourquoi nous déteste-t-on, alors que nous sommes bons, se demandent les américains. On peut répondre que ce que l'on déteste, c'est l'hégémonie qu'ils exercent dans des domaines de plus en plus vitaux. Cette hégémonie a sans doute été acquise initialement par des moyens légitimes, talent et travail. Mais une fois établie elle devient insupportable à ceux auxquelles elle s'impose, et elle génère, y compris en son propre sein, les acteurs de sa propre destruction. On peut penser qu'il s'agit d'une loi générale de l'évolution. Aucune espèce dominante ne peut le rester indéfiniment, car elle n'évolue plus suffisamment et se trouve très vite débordée par des compétiteurs apparus à ses frontières, qu'elle n'avait pu voir.

Aujourd'hui le rejet de la concurrence et de la diversification que cherche à imposer Microsoft dans le monde de l'Internet, pourtant vécu au départ par ses utilisateurs comme un espace ouvert à toutes les initiatives, ne peut que provoquer une haine irrationnelle, analogue à celle que beaucoup de gens ressentent intuitivement à l'égard des Etats-Unis eux-mêmes. Le fait qu'aujourd'hui l'administration fédérale ait renoncé à réduire Microsoft donne au monde entier l'image déplorable de l'hégémonie politique venant au secours de l'hégémonie économique.

Dans le cas de Microsoft, l'impuissance à arrêter cette prise de pouvoir de plus en plus envahissante suscitera sans doute de plus en plus de réactions analogues à celles du terrorisme politique. Les cyber-terroristes s'en prenant à Microsoft  éveilleront inévitablement la sympathie de tous ceux qui ne se donnent pas les moyens de réagir, même si ce terrorisme provoque des dommages collatéraux.

On dira que beaucoup de clients de Microsoft sont satisfaits des services rendus par leur fournisseur favori, d'autant plus satisfaits que les éléments de comparaisons leur manqueront de plus en plus. Mais on peut penser aussi que les internautes les plus compétents, les plus inventifs, continueront à lutter contre la domination de l'Empire, jusqu'à trouver la faille. Sinon, ce serait la fin de la civilisation des réseaux telle qu'elle était conçue jusqu'à aujourd'hui. 31/10/00


Ben Laden existe-t-il? Sont-ils plusieurs?

Ceux qui ne sont pas encore convaincus de la nécessité d'étudier scientifiquement la mémétique pour comprendre le monde actuel pourraient le devenir en réfléchissant sur le cas Ben Laden. Rappelons que la mémétique est, ou devrait être, la science des mèmes. Les mèmes sont des unités réplicatives et mutantes se développant sur le mode darwinien dans les réseaux constitués par les cerveaux des hommes et par les divers médias, traditionnels (parole, écrit) ou modernes (radio, TV, Internet) les reliant. Les mèmes apparaissent, se reproduisent et se diversifient là où ils trouvent l'opportunité d'acquérir de nouveaux espaces de vie et de nouvelles sources d'énergie. Leur action est déterminante dans la formation des opinions humaines et, consécutivement, dans les comportements individuels et collectifs se traduisant finalement par des structurations sociales plus ou moins lourdes, générant à leur tour de nouveaux mèmes. Dans cette optique, évidemment discutable, ce ne sont plus les organismes et structures qui créent des mèmes, mais les mèmes qui créent les structures et les organismes. Les mèmes structurants émergent évidemment d'un terrain pré-existant, mais celui-ci n'est pas différencié, pas organisé, et ce sont les mèmes qui lui donnent vie.

Prenons le cas d'école Oussama ben Laden (OBL). L'analyse politique classique voit en lui, selon les sources, un croyant convaincu, un homme d'affaire et de pouvoir, un chef de guerre, un illuminé…Mais cette analyse est courte, et s'arrête très vite devant ses propres contradictions. OBL ne peut pas être tout cela à la fois, si on se réfère à la logique aristotélicienne.

Or peut-être faut-il dire qu'il est tout cela à la fois, ce qui suppose un autre regard, une autre logique.

En termes mémétiques, si nous considérons OBL comme un mème fondateur de familles de descendants exploitant , à partir d'un même terrain, des créneaux différents, nous pourrons dire, sans nous contredire, qu'il y a plusieurs OBL, des milliers de familles sans doute, très différentes les uns des autres, derrière lesquels ce qu'est le vrai individu OBL importe peu . On peut recenser quelques unes de ces familles:

- La famille OBL se développant dans les cerveaux des populations du tiers monde frustrées par l'hégémonie occidentale et plus particulièrement américaine.

- La famille OBL, qui deviendra à la fois concurrente et complémentaire de la précédente, intéressant tous les opposants aux excès de la mondialisation économique et du néo-libéralisme, opposants dont beaucoup se recrutent dorénavant dans les milieux intellectuels du monde occidental. Le mème OBL, dans ces milieux, joue son avenir adaptatif en se présentant comme l'outil enfin efficace pour remettre en cause les orientations lourdes prétendues intangibles par des dogmes comme celui répandu par le mème du libéralisme. Si OBL n'avait pas existé, disent les défenseurs du développement durable, de la lutte contre l'effet de serre et autres finalités de survie à long terme, il aurait fallu l'inventer.

- La famille OBL proliférant dans les esprits des innombrables candidats terroristes ou terroristes-suicidaires existant dans toutes les sociétés, y compris les sociétés occidentales : chacun peut devenir un OBL, selon cette famille. Il suffit de le vouloir et de trouver la bonne opportunité, en détectant des points faibles auxquels s'attaquer (cf. le fait qu'on suspecte actuellement une origine américaine aux attaques par les spores du charbon). Cette famille est particulièrement dangereuse à court terme. A long terme, elle rejoindra peut-être la famille précédente, en faisant mieux prendre conscience des impasses du développement occidental, qui accumule les fragilités structurelles et comportementales.

- La famille OBL au service du lobby militaro-industriel occidental, notamment américain. Qui ne voit les profits considérables que font miroiter au bénéfice de ce lobby, comme à celui des diverses industries de défense civile (industries pharmaceutiques par exemple) les succès reproductifs de cette famille, au sein des populations susceptibles d'être victimes du terrorisme ? Là encore si OBL n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer.

- La famille OBL au service de la cohésion sociale entre les représentants de ces mêmes populations. C'est la famille la plus sympathique, celle qui a proliféré ces dernières semaines sur les réseaux Internet, présentant des images détournées et dérisoires d'OBL et même des attentats. Elle propage un message simple et réconfortant, qui plait beaucoup : nous sommes ensemble, pas prêts de nous laisser entamer le moral par ces guignols.

Face à ce nouvel univers de mèmes proliférant, se battant entre eux, se complexifiant, que peuvent les pauvres individus que nous sommes? Ou bien ils se font les porte-voix passifs des mèmes, en répercutant les plus virulents d'entre eux. Ou bien ils s'efforcent de " penser de façon autonome" mais pour ce faire ils organisent dans leurs cerveaux des batailles de mèmes qui accélèrent les mutations complexifiantes, en donnant naissance à de nouvelles générations de mèmes plus convaincantes et compétitives que les générations précédentes.

Les tenants de la culture traditionnelle n'accepteront pas cette espèce de déterminisme. L'esprit humain, diront-ils, est autre chose. Illusion. Pour notre part, nous préférons penser qu'en tant qu'individus, nous organisons des batailles de mèmes, dans nos cerveaux comme dans les groupes auxquels nous appartenons, plutôt que favoriser stupidement la reproduction à l'identique de mèmes inchangés depuis plusieurs siècles.

N'y a-t-il rien de plus contraire en effet à l'idée que l'on peut se faire du cerveau humain support d'une intelligence soi-disant exceptionnelle que contempler le spectacle (auquel les téléspectateurs occidentaux ne semblent pas réagir) de ces medersas pakistanaises où de jeunes enfants, avec des gestes rythmés d'autistes, hurlent ensemble des versets du Coran afin de se les inscrire de façon indélébile dans la tête.

Ajoutons que les plus convaincus de l'intérêt de la démarche scientifique, y compris dans le monde des mèmes, se donneront l'objectif de mieux comprendre ce qui se passe en ce monde, grâce aux outils d'analyse de l'intelligence artificielle répartie et des réseaux d'agents. Mais il s'agira là d'une autre histoire, et d'autres articles. 29/10/01


Appel à idées venant du Pentagone

Le Pentagone cherche sur Internet des idées pour combattre le terrorisme. Tous ceux pensant pouvoir aider sont priés de prendre contact.  Les bonnes idées pourront faire l'objet de contrats avec le département de la défense. Je trouve cette démarche à la fois modeste et sympathique. Nous sommes loin de cette confiance en Internet et en la créativité des citoyens dans les administrations françaises. Voir http://www.bids.tswg.gov . Voir aussi http://www.defenselink.mil/news/Oct2001/b10252001_bt540-01.html 27/10/01


Windows XP

Le sénateur René Trégouët, dont il faut saluer une fois de plus le travail d'information et de réflexion face aux sciences et technologies, publie une mise en garde contre les risques pouvant naître du déploiement mondial de Windows XP. Celui-ci rassemblera des informations personnelles sur des dizaines de millions d'utilisateurs. Le risque ne tient pas seulement à l'usage que Microsoft pourra faire de ces données mais surtout à d'éventuels détournements de données que pourraient faire - sans difficulté semble-t-il - des terroristes ou des Etats voyous. René Trégouët a tout à fait raison de nous rappeler ce qui sera désormais une réalité quotidienne : les plus belles réalisations techniques peuvent désormais être détournées par des terroristes ou des fous (provenant d'ailleurs possiblement des Etats occidentaux eux-mêmes. Lettre 166 du 27 octobre http://www.tregouet.org/lettre/index.html

Observons de notre côté qu'apparemment les administrations vont continuer à acquérir les nouveaux produits de Microsoft sans rechercher de solutions de rechange du côté des logiciels libres, et sans même en général négocier de prix pour achat par grandes quantités. 26/10/01


Les transports routiers et le gouvernement

Le gouvernement cultive l'art de se prendre les pieds dans la cuvette de glu (comme disaient les allemands du Chancelier Kohl en son temps). Quand on sait que le trafic marchandise routier est prévu pour encore s'accroître de 50% dans les dix ans (source CEE), pourquoi attendre encore pour marquer un coup d'arrêt, au moins dans l'affichage. L'accident du Gothard venait pourtant de lui apporter une bonne raison de le faire, en lui permettant par exemple de différer encore la réouverture du tunnel du Mont-Blanc. Mais ce serait toute l'économie qu'il faudrait accepter de repenser, en disant haut et fort que la course à la diminution des coûts du transport et au just-in-time dans les processus de production n'est plus acceptable. Mieux vaut payer plus cher les produits finis que persister dans des impasses mettant en péril les hommes et l'environnement. Les réalistes diront que s'en prendre avant les élections aux camions serait à la fois sans effet sur la croissance continue du transport routier et suicidaire au plan politique. Je suis persuadé au contraire qu'en marquant beaucoup plus nettement la volonté de mettre en œuvre d'autres solutions, l'opinion saluerait ce geste de courage - qui d'ailleurs finirait par faire bouger les forces en présence, plus vite sans doute qu'on ne l'imagine. C'est ce qu'a osé faire le maire de Paris, Bertrand Delanoé, en amorçant (pourvu qu'il ne se décourage pas) un recul des voitures dans la capitale. Une fois de plus, ce qui manque, au gouvernement, c'est le courage du langage afficheur, celui qui peut faire bouger les montagnes. 24/10/01


Michel Peyrard

Nous ne pouvons que nous associer à ceux qui félicitent pour son courage professionnel Michel Peyrard, journaliste de Paris-Match intercepté par les Talibans. Personnellement, je n'aurais pas osé faire ce qu'il a fait, soit partir tout seul dans un reportage aussi dangereux. Ceci me rend d'autant plus libre pour dire que, sans des gens comme lui, la démocratie n'existerait plus. Les Talibans, s'ils étaient avisés, devraient, plutôt que l'enfermer, lui faire faire un large tour de l'Afghanistan, hors objectifs militaires éventuels. Voir aussi le site de reporters sans frontières . Pétition pour la libération de Michel Peyrard http://www.rsf.fr/ 23/10/01

PS au 03/11/00: nous apprenons la libération de Michel Peyrard par les talibans. Comme quoi il y aurait quand même des talibans modérés?


Le bio-terrorisme et les probabilités

La revue Sciences et avenir publie un numéro spécial un peu technique mais très intéressant sur les probabilités, nouvelle modalité de la science. Deux articles au moins y discutent,  notamment,  des relations entre les probabilités négligeables ou très faibles, les certitudes et les croyances. En simplifiant, disons que pour quelqu'un qui a une propension à s'angoisser, la probabilité très faible d'être victime d'une infection résultant du bio-terrorisme correspond à la quasi-certitude de devoir l'être. Ceci fait que quelques attaques judicieusement placées peuvent mettre à genoux plusieurs centaines de millions de personnes. Certains conseils en communication proposent, plutôt de dire qu'il n'y a pas de risque - ce que personne ne veut croire - de dire qu'il y a un risque mais que les exercices nécessaires pour le minimiser vont être entrepris. Il faut que les américains et les européens apprennent à vivre comme les israéliens(ou comme les militaires en opération), les yeux ouverts mais pas plus que nécessaire. 22/10/01

PS au 25/10. Pourquoi, puisque le ministère de la santé lance-t-il un programme d 'action contre les maladies rares, doté d'un site Internet, ne pas faire la même chose dans la perspective de maladies propagées par des attaques terroristes? Pour ne pas inquiéter l'opinion? Dérisoire excuse. http://www.orpha.net/


Histoire de poubelle

Lors des conférences consacrées aux TIC dans le monde des collectivités locales, les consultants s'interrogent gravement sur la nécessité de fournir de nouveaux contenus aux citoyens. Certes. Mais il y a des services très simples que les collectivités peuvent rendre, à condition de s'organiser en conséquence. A témoin l'exemple personnel suivant (excusez-moi de parler de moi et de ma poubelle). J'envoie sans grand espoir un mel au webmestre de ma commune, Meudon 92190, en lui indiquant que je voudrais changer ma poubelle de 240 litres pour la taille supérieure, mais que ne ne sais comment faire. Le lendemain, j'ai sa réponse, avec l'adresse de la personne adéquate aux services techniques, laquelle le surlendemain me fait envoyer une nouvelle poubelle. N'est-ce pas efficace? Si dans toutes les communes un petit service de cette sorte existait (répondre aux demandes, noter les suggestions, etc.) cela ne coûterait pas cher en consultants de haut niveau. Il faudrait seulement renforcer le webmestre de quelques agents de bonne volonté, en cas d'afflux de trafic.21/10/02


Agentland, le site des agents

On sait le rôle utile (mais parfois aussi excessivement intrusif) que jouent les agents au service des utilisateurs de l'Internet. Le développement de cette forme d'informatique pose ou va poser très vite des problèmes scientifiques et politiques majeurs. Il est donc essentiel de se tenir au courant de l'activité d'agentification. Le site Agentland est un bon outil, à la fois pédagogique et pratique, pour ce faire (en français). Il a été réalisé par un particulier que cette question passionne http://www.agentland.fr/ 20/10/01


Pièces à conviction

C'est un véritable outrage à la démocratie de l'esprit que programmer l'excellente émission d'Elise Lucet, Pièces à conviction, sur France3, de 23h à 01h.La même constatation s'applique d'ailleurs à d'autres émissions décapantes, dont ne profitent que les couche-tard.  A quoi sert le service public si les travailleurs ne peuvent pas bénéficier des trop rares effors faits par les chaînes pour produire de l'information intelligente et critique? Comment lutter dans la guerre de l'information si nos bonnes armes ne sont dégainées qu'à l'heure où tous les gens actifs dorment? Les dossiers présentés le jeudi 18 octobre étaient excellents pour démystifier, notamment, l'endoctrinement provenant des sectes islamistes dures, telles les wahabites. Mais quel était le pourcentage d'audience à 0h30 du matin? Si vraiment nous sommes en guerre, ne serait-ce pas une bonne chose que l'Etat subventionne la chaïne pour qu'elle passe de telles émissions vers 20h? 19/10/01

PS au 27/10 Pièces à conviction est programmé, au moins  pour le dimanche 28, à 20h30. Merci pour nous.


La Chronique Multimédia de Radio-France Internationale

Signalons la Chronique Multimédia de Radio-France Internationale, animée par Danielle Birck, dont on appréciera autant la compétence journalistique que les connaissances scientifiques et philosophiques : quelques minutes consacrées chaque jour à entendre un expert exposer les domaines de son activité. On peut réécouter l'émission pendant 5 jours sur le site de RFI: http://www.radiofranceinternationale.fr/antenne.asp?Id_Rub=29&Id_sRub=49&m1=1&m2=5&m3=2

Parmi les derniers thèmes traités: 18/10/2001 Le projet Orion de l'INRIA pour l'interprétation automatique des images - 17/10/2001 Le cartable électronique - 6/10/2001 Les systèmes d'information géographique - 15/10/2001 L'attitude des médias et l'intervention des autorités américaines - 11/10/2001 Internet et les situations de catastrophe. 18/10/01


Querelle d'experts au sujet des risques du cyber-terrorisme

Le site de la BBC publie un article édifiant sur les risques du cyber-terrorisme pouvant s'exercer aux dépends des Etats-Unis et du monde développé suite à une offensive de terrain occidentale en suite aux attentats du 11 septembre. L'objectif, combiné avec des attentats plus classiques, serait de détruire les centres nerveux civils dans les domaines de l'énergie, des transports, des télécommunications, de la distribution d'eau et bien évidemment de la finance. L'un de ces experts est Mme Terry Benzel, vice président de la société de sécurité électronique Network Associates. Les systèmes publics seraient tout à fait inadaptés face à un Pearl Harbour électronique. Ils ont tout juste appris à se protéger des intrusions des hackers, sans commune mesure avec les nouvelles menaces. C'est une question que devrait examiner le nouveau conseiller pour la sécurité électronique à la Maison Blanche Richard Clarke. D'autres experts, tels un certain Richard Forno, ne croient pas à ces risques, artificiellement grossis disent-ils par les sociétés de sécurité. Peut-on prendre le risque - y compris en Europe, d'attendre et voir qui a raison ou tort ?  Peut-être faut-il se méfier davantage du bio-terrorisme. http://news.bbc.co.uk/hi/english/sci/tech/newsid_1593000/1593018.stm  18/10/01


Le satellite d'observation terrestre KH-12

Lu dans Zataz.com: "Il se nomme Kh-12. ...Il a été mis en orbite le 5 octobre dernier par une fusée Titan. Ce satellite espion est de la même famille que le télescope Humble, mais observe la terre. Kh, qui veut dire Key Hole, aurait une capacité de résolution de 10 à 1 cms (?) , à partir d'une altitude de 290 kms.  Ce satellite peut travailler de jour comme de nuit. KH-12 a 15 autres grands frères. Le NRO qui fabrique ces engins est l'une des agences les plus secrètes au monde. Par exemple, les composants informatiques et autres microprocesseurs sont fabriqués spécialement à Fort Meade. Une quinzaine de centres sont là pour récupérer les informations envoyées par ces satellites. Le KH-12 pourrait par ailleurs traiter lui-même en local les informations qu'il récolte, afin de réduire le plus possible le volume à transmettre." L'Europe n'a qu'à bien se tenir, avec le projet Hélios nouvelle génération.

- Zataz est un site français spécialisé dans l'étude du piratage et du cyber-terrorisme, que nous recommandons http://www.zataz.com/
- Astronautix: http://www.astronautix.com/craft/kh12.htm
- National Reconnaissance Office http://www.nro.gov/


Missiles à La Hague?

Ce matin nous apprenons que la décision vient d'être prise, dans le cas de VigiePirate renforcé, d'implanter des missiles en protection du site de La Hague. La mesure devrait être étendue aux centrales nucléaires. L'objectif  est d'abattre des avions civils piratés ayant échappé à la chasse et venant se jeter sur les sites. Cette mesure serait évidemment indispensable - à supposer que les missiliers aient le temps de faire feu. Il faut savoir cependant que les routes autorisées sont, en Europe, à quelques minutes de vol des installations sensibles. Il faudrait donc corrélativement que l'ensemble de la chaîne transport soit sécurisée au maximum, la destruction des avions n'intervenant qu'en dernière instance. Malheureusement, on peut douter que, compte tenu de leurs coûts, les indispensables mesures préventives soient prises, tant dans les aéroports ou les services du contrôle aérien qu'à bord des avions. Alors? On se résoudra sans doute à courir en avion des risques qui ne seront sans doute pas plus grands que ceux courus sur la route. Il semble que petit à petit tout ce qui faisait la vie normale d'"avant" soit en train de disparaître de notre société. Il nous faudra en faire notre deuil et nous reconvertir radicalement. Mais après tout pourquoi pas?
Consulter le site http://www.cogema.fr/cogema/fr/fs_accueil.htm 18/10/01

PS au 27/10. Un drame du type évoqué ci-dessus vient juste d'être évité le 26 dernier. Un avion civil britannique passant dans l'espace aérien français et "perdu" par les contrôleurs aériens (?) a failli être abattu par un intercepteur français. Un très bon point à l'armée de l'air et plus particulièrement au pilote qui d'une part a décollé en temps et d'autre part a réfléchi deux minutes avant de lancer le missile. Mais les passagers britanniques ont eu la peur de leur vie. Il faudra dorénavant que les avions de transport et leurs équipages ne se permettent pas la moindre défaillance.


Cohabitation et langage afficheur

Personne ne peut sérieusement contester, comme le rappelle fort opportunément le directeur de cabinet du Premier ministre dans son livre, que la cohabitation est catastrophique dans les situations où les Pouvoirs Publics doivent afficher haut et fort une position commune, quitte d'ailleurs ce faisant à la faire contester par les citoyens. La cohabitation muselle en effet et simultanément les deux têtes de l'exécutif.

Il reste cependant que l'on est d'autant plus facilement muselé que l'on a rien à dire. Si vraiment l'une de ces têtes, sinon les deux, avait un message essentiel à faire passer aux Français, elle le ferait certainement, quoiqu'en puisse dire l'autre tête. Comme lesdites têtes ne disent rien, nous en concluons que le silence prudent leur convient plus que la prise de risques. Cela augure mal de l'avenir, vu les situations dangereuses dans lesquelles nous nous engageons toutes voiles dehors. 18/10/01


UMTS

C'est une très bonne décision que celle du gouvernement français consistant à abaisser le coût des licences de l'UMTS (Internet mobile haute définition). Je suis persuadé que si les communications sont à un coût abordable, l'UMTS pourra jouer un rôle très important dans la citoyenneté et la démocratie politique. Mais il nous appartiendra d'inventer les usages en ce sens, sans attendre les contenus commerciaux que pourront proposer les Vivendi et autres grands opérateurs. 18/10/01


Avoir peur ou pas du bioterrorisme ?

Le ministre délégué à la santé, Bernard Kouchner, proclame sur toutes les tribunes qu'il ne faut pas avoir peur en France du bioterrorisme. " La grande alliée du terrorisme, c'est le doute, la peur, la panique ", dit-il dans Le Monde du 16 octobre p.20. Nul ne prétendra le contraire. Cependant, juste au dessus dans cette même page du Monde, le Pr Henri Mollaret, présenté comme spécialiste mondial de la peste et de la variole, recommande une liste impressionnante de mesures indispensables dans l'hypothèse  très probable dit-il où ces épidémies ressurgiraient. De telles mesures ne pourraient pas ne pas inquiéter la population. Mais cette inquiétude serait un moindre mal face à l'éventualité de millions de morts. Il faut savoir quels risques on préfère courir. 17/10/01


La perversité est partout

On voit mal la différence entre les pervers européens qui paralysent les services d'urgence en multipliant les envois d'enveloppe pleines de poudre de perlimpimpim et leurs homologues américains qui envoient des lettres pleines de spores actifs du charbon. Si les premiers avaient en main les souches dont disposent les seconds, il y a gros à parier qu'ils les expédieraient de la même façon. 16/10/01

La revue des sites

 

Infoguerre  http://www.infoguerre.com/

Le site Infoguerre est produit par ce qui semble être une équipe de professionnels de l'information et du renseignement économique, inquiets de voir le manque d'intérêt et de compétence manifesté par nos élites dans ces domaines désormais décisifs de la compétition internationale et de la guerre proprement dite. On peut supposer qu'ils gagnent leur vie dans le conseil aux entreprises et les conférences stratégiques, mais ils n'hésitent pas à nous faire profiter de leur expérience et nous donner leurs conseils dans des articles d'actualité et des dossiers.

Le lecteur n'est pas obligé de prendre pour argent comptant tout ce qu'il trouvera sur le site. Je dois dire cependant que les analyses de la désinformation économique réalisée par nos amis américains dans des domaines comme l'aéronautique, et mieux encore le décryptage de la démarche de Ben Laden, sont fort instructives. Voici donc une lecture que nous ne saurions que recommander, en ces temps troublés.

On lira par exemple avec beaucoup d'intérêt l'interview de François-Bernard Huyghe. Celui-ci est auteur de L'ennemi à l'ère numérique (PUF 2001) et enseigne la sociologie des médias au Celsa (Paris IV).
http://www.infoguerre.com/article.php?sid=292&mode=threaded&order=0

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/01-4910/index.htm