logo admiroutes


La Gazette N°44 du 15 août 2001

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation


voir aussi sur Admiroutes

15 août
- Automates Intelligents. Editorial Sommes nous à la veille d 'une méta-transition vers une intelligence globale ? par J.P. Baquiast et C. Jacquemin
- Interview de Jean-Paul Baquiast pour un N°spécial du magazine Transfert

14 août
Editorial de J.P.Baquiast Politiques pour aujourd'hui

3 août
Automates intelligents Est-il réaliste d'espérer unir l'humanité autour d'objectifs de développement durable ?

1er août
Automates intelligents: éditorial de J.P. Baquiast et C.Jacquemin La science dans la perspective évolutionniste
Automates intelligents: pour une physiologie sociale intégrative, par J.P. Baquiast

24 juillet
Editorial de Jean-Paul Baquiast. La criminalité au coeur des Etats.

Le blocnet (index)

cette quinzaine:

La gestion hospitalière

Sur France Inter ce 15 août, le Professeur Bernard Debré a présenté un long réquisitoire sur les incohérences de la gestion hospitalière dans notre pays, en soulignant d'ailleurs les responsabilités partagées de la droite et de la gauche. Les points les plus visibles, par exemple les milliers de postes d'infirmières et de médecins restant vacants, faute de candidats, cacheraient selon lui des points moins visibles, par exemple la multiplication du nombre des emplois administratifs (10 sous-directeurs dans l'établissement où il exerce, contre 1 il y a 10 ans) et ce qui va se passer avec la prise en compte des 35 heures.

Il est triste de voir que le monde hospitalier, en  France, demeure sauf quelques exceptions, et malgré ce qu'avait fait espérer il y a quelques années l'informatisation de la gestion et celle de certains plateaux techniques, aussi opaque et  incohérent qu'auparavant. Le ministère et la direction de la Santé semblent toujours impuissants vis-à-vis de ce monde proliférant, excessivement soumis aux luttes de pouvoirs personnels. Quant aux citoyens et électeurs que nous sommes, ils ne disposent toujours d'aucun moyen pour s'informer et juger. Ce sont des situations de cette sorte qui font désespérer de la réforme de l'Etat. 15/08/01


Rapport sur la récupération de l'énergie issue du traitement des déchets

Ce rapport, du à Henri Prévot, du conseil général des mines, présente de nombreuses propositions d'un très grand intérêt, qui ont l'avantage de mettre à jour certaines idées acquises concernant le traitement des déchets, au regard de la nouvelle priorité qu'est le contrôle de l'émission des gaz à effets de serre. Voici le genre de document qui mériterait une large discussion entre experts, militants et politiques - y compris par Internet.... http://www.environnement.gouv.fr/dossiers/dechets/rapports/0107314-rapportprevot-dechets-energie.htm  (14/08/01)


L'anti-mondialisation

Suite aux manifestations des militants de l'anti-mondialisation à Gènes, comme lorsque des précédentes réunions de l'OMC, on a constaté le rôle fédérateur important que jouait Internet. Certains observateurs ont regretté cependant que, de tous ces échanges, n'émerge pas encore un pouvoir suffisamment cohérent pour peser sur les grands intérêts géopolitiques et économiques se servant de la mondialisation pour mieux assurer leur domination.

Un tel pouvoir émergera-t-il? C'est tout à fait possible, mais sans doute sous des formes que nous ne soupçonnons pas encore. Ce qu'il faut noter par contre, c'est l'incapacité de la classe politique française à s'insérer dans le débat mondialisation-anti-mondialisation, faute d'en connaître vraiment ni les enjeux ni les acteurs ni les outils. Nos hommes politiques, attachés à des objectifs électoraux locaux, ignorant en général les grandes questions économiques et politiques, peu capables de s'informer en temps réel des nouvelles tendances apparaissant notamment sur l'Internet, paraissent particulièrement désarmés face aux questions de stratégie internationale. Contrairement à leurs homologues américains, ils ne peuvent même pas compter sur l'appui des informations fournies par les grandes agences de renseignement fédérales, répandues partout dans le monde et au coeur des échanges électroniques. Comment pourront-ils dans ce cas, notamment lors des échéances électrorales prochaines, présenter des stratégies crédibles aux électeurs en mal de réponses face aux questions posées par la mondialisation. Quand certains partis s'y efforcent cependant, on ne peut pas dire que les slogans simplistes qu'ils proposent soient bien convaincants.

Que faites-vous, pour vous autoriser à être si sévère, m'objecterez-vous? Pas grand chose encore, j'en conviens, mais, au moins, j'en suis conscient et je le regrette (voir néanmoins notre éditorial du I4 août: Sciences et politiques) . 03/08/01 - 14/08/01


Flextronics

Flextronics Nancy va fermer son site de 250 employés à Moncel-les-Lunéville, quelques semaines après qu'Alcatel , dont il est d'ailleurs sous-traitant, ait annoncé qu'il devenait une entreprise sans usines. Nous sommes en présence d'un nouvel aspect de la mondialisation et aussi de la gestion électronique just-in-time au plan mondial. Dans un article du Monde, en date du 27 juillet, sous l'intitulé "Des plans sociaux planétaires et quasi instantanés",  Frédéric Lemaitre rappelait qu'en 24 heures, Lucent, Invensys, ABB, Philips, Reuters et d'autres multinationales annonçait 40.000 suppressions d'emploi. Il s'agit de restructurations menées au niveau planétaire, correspondant à la dispersion géographique de ces entreprises et de leurs fournisseurs, qui permet de profiter de la dérégulation et du chômage dans les pays pauvres. Les licenciements sont annoncés lors de la publication des résultats trimestriels, grâce à la réactivité des logiciels de gestion utilisés en réseau par les entreprises mondialisées. Les actionnaires sont informés le jour même et peuvent réagir favorablement aux mesures de redressement. On licencie en période de décroissance d'activité, mais en général, même en cas de reprise, on ne recrute plus, ou pas dans les mêmes conditions. On comprend que, face à tous ces facteurs, 250 employés à Moncel-les-Lunéville ou 10.000 à Bangalore, n'ont aucune importance. Il s'agit de phénomènes de fond contre lesquels la vieille indignation politique parait de moins en moins utile.

Est-ce à dire qu'il faudrait ne rien faire? La première urgence semble-t-il serait d'essayer d'analyser, en se plaçant à l'échelle du monde, les conséquences de la démographie galopante, des rivalités accrues entre nations provoquée par la pauvreté grandissante, des transformations de la demande de produits et services. Avec les représentants des Etats et des syndicats des pays les plus pauvres, les hommes politiques et économistes des pays européens, qui prétendent résister au libéralisme débridé profitant essentiellement aux Etats-Unis et à quelques entreprises s'alignant sur leurs modes de gestion, devraient envisager de remettre en cause, même si cela est douloureux, un certain nombre des postulats de leur action économique, pour envisager de nouvelles solutions. Lesquelles, je n'en sais rien, mais elles apparaîtraient certainement, si on s'en donnait la peine. Cela ne redonnera pas de l'emploi aux licenciés de Flextronics ou Bengalore, mais permettrait aux citoyens de ne pas se sentir dépassés par des phénomènes sur lesquels on prétend ne rien pouvoir faire. Il n'est plus acceptable que les responsables politiques ne cherchent pas vraiment à comprendre ce qui se passe, mais se réfugient dans les analyses d'un autre siècle afin de passer au mieux les échéances électorales. 30/07/01.


Réduire l'Etat

Chacun a remarqué la vertueuse indignation d'un grand défenseur de la diminution des moyens de l'Etat à propos de l'apparition de la bactérie Legionella dans certaines tours à réfrigération. "Il faut absolument réglementer. Que fait l'Etat?" a-t-il martelé sur les ondes. Cette inconséquence est typique des libéraux. Croient-ils que l'Etat peut réglementer avec pertinence sans disposer d'administrations compétentes et toujours prètes à intervenir en cas d'urgence? 29/07/01


Qualité des sites e-santé

Le ministère de la santé a lancé une mission destinée à améliorer la qualité des sites internet dédiés à la santé http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/qualite/index.htm

La démarche sera à suivre de près, et à reprendre ailleurs en cas de succès. Mais ceci exigera que la mission en question fasse largement connaître ses méthodes et ses résultats, même si certains sites ne souhaitent pas que ces derniers soient publiés. 24/07/01


Déclaration de patrimoine des parlementaires

Puisque les parlementaires sont astreints à déclarer publiquement leur patrimoine, à l'entrée comme à la sortie des fonctions, on ne comprend pas pourquoi ces déclarations ne sont pas publiées sur le site Internet des assemblées. Dire qu'il suffit qu'elles le soient par le Journal Officiel relève d'un abus de mot. Même numérisé, le Journal Officiel demeure si abscons que seuls les spécialistes peuvent s'y retrouver. Or est-ce ce que l'on cherche quand on parle de publicité des patrimoines? 24/07/01 


Le rôle des syndicats de fonctionnaires

Les syndicats de fonctionnaires sont là pour défendre les intérêts professionnels des personnels. C'est une affaire entendue. Dans certains cas, ne devraient-ils pas sortir (prudemment) de ce rôle, en prenant la défense du service public - ou plutôt, ce qui est évidemment difficile, en veillant à ce que l'exécution de ce service public se fasse conformément aux textes qui le réglementent, sinon à la déontologie générale qui doit l'inspirer, dans un Etat se voulant démocratique comme le nôtre. On sait que, sous le régime de Vichy, les organisations professionnelles de fonctionnaires, ou ce qui en restait, ont failli la plupart du temps à ce rôle en ne prenant pas position face au choix de l'époque, résister ou  non, continuer ou non à obéir à un gouvernement sous la tutelle de l'occupant. Nous n'en sommes pas là dans la France actuelle. Il reste que, dans certains cas, ou dans certains départements, des intérêts privés d'ordre criminel trouvent des complicités internes dans certains services pour mener leurs agissements en dehors de tout contrôle. Les hiérarchies, jusqu'aux plus hauts niveaux, semblent étrangement fermer les yeux. Certains fonctionnaires de grades plus ou moins élevés se trouvent mis en difficulté simplement parce qu'ils veulent continuer à appliquer la loi, quels que soient les intérêts dérangés. Or apparemment nul ne les soutient, ni les ministres concernés, ni leurs collègues, syndiqués ou non.

Quand les "étrangetés" prennent la portée de ce qui semble se passer actuellement au sein des services fiscaux des Alpes-maritimes, il y a là me semble-t-il quelque chose qui ne devrait pas laisser les syndicats du ministère des Finances indifférents, même s'ils ont toutes les bonnes raisons juridiques pour ne pas se mêler de ces affaires, en donnant l'impression de se substituer à la hiérarchie, aux juges et aux médias. A l'époque de la transparence revendiquée tous azimuts, les syndicats de fonctionnaires devraient s'exprimer. On reproche quelquefois aux syndicats de magistrats de le faire avec excès, dans des questions concernant la justice. Nous préférons cela à ce qui pourrait paraître comme une démission, sinon une complicité. 23/07/01

* sur la criminalité au coeur des Etats, on lira les différents ouvrages d'un magistrat spécialiste, Jean de Maillard, notamment Le marché fait sa loi, Fayard 2001. Voir aussi notre éditorial.

La revue des sites

Le 14 août

L'administration pénitentiaire (site non officiel) http://www.multimania.com/philippe3/

Un certain Philippe3 nous propose un grand nombre d'informations sur l'administration et les établissements pénitentiaires. Il précise que le site n'est pas officiel, mais nous pouvons supposer que les données fournies sont exactes. Il faut rester critique vis-à-vis de telles initiatives, mais - en attendant que les administrations offrent exactement le même service, ce qui ne semble pas être pour demain - il y a là des sources d'informations précieuses, aussi bien pour les usagers que pour les étudiants, universitaires et autres personnes désirant approfondir un sujet donné. Initiatives donc que nous aimerions retrouver un peu partout, dans ce monde opaque qu'est l'administration. Voir à ce sujet ce que nous disons ci-dessus de l'administration hospitalière. Baquiast

Le  9 août

Place Publique http://www.place-publique.fr/

Place Publique, le site des initiatives citoyennes, améliore constamment sa présentation et ses contenus. On consultera en particulier son Observatoire de l'Internet citoyen. http://www.place-publique.fr/obs/indexobs.html
Observons quand même que ledit Observatoire a observé une foule de choses, sauf nous, hélas. Mais nul n'est parfait. Baquiast

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/01-4408/index.htm