logo admiroutes


La Gazette N°42 du 30 juin 2001

Par Jean-Paul Baquiast Jean-Paul.Baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation


voir aussi sur Admiroutes

28 juin
Automates intelligents La gouvernabilité des sociétés humaines http://www.automatesintelligents.com/democratie/2001/juin/democratie1.html

21 juin
Automates intelligents Dossier Conscience artificielle http://www.automatesintelligents.com/manif/2001/juin/conscience.html

16 juin
Pourquoi le chef doit-il s'intéresser à XML
par J.P. Baquiast  

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

Open Mind Initiative

GOFAI n'est pas morte, comme tentent de le prouver les promoteurs du projet Open Mind Artificial Intelligence. GOFAI signifie Good Old Fashioned Artificial Intelligence, et s'oppose aux méthodes de l'Intelligence Artificielle évolutive popularisée par le Cog de Rodney Brooks. La vieille AI ne renonce pas à l'approche traditionnelle, supposant des années de travail et des centaines de chercheurs. En l'espèce, l'idée (ancienne, mais toujours d'actualité, sous réserve d'une modernisation de ses méthodes), consiste à nourrir les mémoires de masse de nombreux ordinateurs des milliards d'information signifiantes éparses sur le web. Mais, comme nous sommes en 2001, on mobilisera pour cela des centaines d'internautes, en essayant de les motiver par l'aspect ludique du projet.

Un système universel d'AI devrait pouvoir collecter toutes les informations dont disposent les hommes à propos de tel ou tel sujet, et les restituer à la demande. Cette collecte doit viser, non pas à accumuler des données théoriques inutilisables par ceux qui posent les questions (il suffirait alors de recopier les pages des encyclopédies), mais à préparer les réponses aux questions qui seront effectivement posées. On fait la supposition que ceux à qui l'ordinateur s'adressera connaissent les bonnes réponses et ne demandent pas mieux que les communiquer au système. Il faut que l'ordinateur prépare la réponse dans le même temps qu'il pose la question. La façon la plus simple est qu'il pose lui-même une question proche de celle qui lui sera posée ultérieurement, et note la réponse. Des travaux de contrôle et de mise en cohérence assureront évidemment la vérification de la pertinence scientifique des réponses préparées par l'ordinateur suite au questionnement.

Empruntons au projet la description rapide de la façon dont Open Mind Initiative travaille. Il s'agit du sous-ensemble Animals : http://www.openmind.org/Animals

"Animals is an experimental program to demonstrate the capabilities of and design issues related to the Open Mind Initiative. It is a simple game in which the current player thinks of an animal and the computer tries to guess it. The computer is allowed to ask the player a series of yes/no questions (e.g., Does it bark?) and the player has to answer them truthfully. If the computer cannot guess the answer correctly, it would ask the player to "teach" it by telling it the name of the animal and a question to distinguish that animal from the computer's guess. As more players participate, the computer will hopefully learn a database of all animals and the necessary questions to distinguish them."

On imagine tout ce qui serait possible de faire avec cette méthode afin de mettre en place un système d'informations destiné aux citoyens - par exemple sur le sujet de la vie adminsitrative, des procédures et plus généralement des textes applicables. Il suffirait de mettre en prix quelques médailles en chocolat pour que, tout en jouant, les personnes connaissant quelque chose à l'administration et au droit puisse le communiquer à leurs concitoyens. Mais nous rêvvons. Nous ne sommes pas aux Etats-Unis ici. L'imagination reste au garage.

Les divers projets Open Mind : http://www.openmind.org/index.shtml
Cycorp, en charge du serveur de connaissance Cyc : http://www.cyc.com/


Les associations et Internet

Lors du  "téléphone sonne" de France-inter consacré aux associations ce 29 juin à 19h, tous les aspects de la vie associative semblent avoir été abordés, sauf...vous le devinez, le cas des associations travaillant sur Internet et pouvant rendre par ce moyen de nombreux services inaccessibles aux autres. Pourquoi en parler, me direz-vous? Simplement pour donner à ceux qui veulent faire un travail utile avec les TIC l'envie de s'y mettre. Peut-être aussi pour rappeler à l'ensemble des associations qu'Internet est un moyen incontournable pour une bonne communication et pour la transparence. Il est en effet possible, comme on le devine, de publier  ses statuts, ses compte-rendus d'activités et ses comptes sur un site web. Cela ne coûte pas cher et met tout le monde en confiance. 29/06/01


Dis moi quel est ton intranet et je te dirai qui tu es

Il est toujours instructif de regarder comment les administrations conçoivent leur intranet. Même si beaucoup se résolvent lentement à se doter d'un tel objet, celui-ci reste souvent si peu maniable et si peu pertinent que le manque de culture technologique des administrations en question saute immédiatement aux yeux...sans que personne ne réagisse d'ailleurs. Un simple exemple. Tel ministère, et non des moindres, doté d'un intranet d'ailleurs excellent, édite tous les mois par photocopie, brochage et envoi postal quelques 50 exemplaires d'une revue de presse détaillée. Cela coûte cher, ne touche que peu de gens et livre un contenu passablement défraichi. Il serait si simple d'éditer cette même revue de presse sur l'intranet, en la renouvelant plus souvent. Ceux qui ne se résolvent pas à lire un texte à l'écran pourront toujours imprimer le document*. Il y aurait comme cela tout un bétisier à faire relativement au sous emploi d'un outil comme l'intranet, auquel on continue à préférer les bonnes vieilles habitudes, grosses consommatrices de temps et d'argent. 28/06/01

*le ministère en question, rassurez-vous, a souscrit un abonnement auprès des éditeurs de presse. Il ne s'agit pas d'une entreprise clandestine de copiage, que l'on se refuserait à avouer.


La gestion des ministères vue par la Cour des Comptes française

La Cour des comptes française continue à étudier la gestion des ministères, notamment sous l'angle de celle des personnels. Dans un rapport en date d'avril 2001, elle publie les observations des magistrats intéressant six ministères, ainsi que les réponses des ministres concernés. Il s'agit d'études généralement approfondies, dont les détails échapperont au lecteur non spécialiste. http://www.ccomptes.fr/Cour-des-comptes/publications/rapports/fonction-publique-2001/rpfp2001_001-004.htm

On trouvera également sur le site de la Cour le rapport sur l'exécution de la loi de finances pour 2000, rendu public le 25 juin. http://www.ccomptes.fr/Cour-des-comptes/publications/rapports/budget2000/RELF2000.pdf

Les délais sont dorénavant très corrects. On y trouve, sous une forme il est vrai peu maniable (.pdf), sauf à imprimer les  370 pages, toutes les informations que l'on peut souhaiter avoir sur les recettes et dépenses de l'Etat, ainsi que sur les modalités de gestion. Un nombre important d'"utilisations irrégulières ou contestables" des autorisations budgétaires est souligné, ainsi que d'autres dysfonctionnements. Ce rapport , succédant à d'autres relevant les mêmes anomalies et n'ayant guère entraîné de modifications des pratiques, peut être lu de deux façons. Ou bien, comme en général le fait la presse, on déplorera le caractère accablant du constat, ou bien l'on se demandera si, face à des errements de gestion qui semblent plus provoquées par la nécessité de faire face aux contraintes réelles que par le souci de s'écarter malignement de la règle, il ne faudrait pas une bonne fois revoir ou assouplir celle-ci. Malheureusement, nul gouvernement ne semble capable d'aborder ce dernier chantier, faute peut-être de connaître de bons outils de gestion à substituer à ceux légués par la tradition budgétaire et comptable. Il doit y en avoir pourtant. L'administration n'est pas le seul système complexe existant sur la terre. 26/06/01


Localmundi

Je vous retransmets ce communiqué commercial reçu ce jour, à toutes fins utiles:
" toute l'équipe de Localmundi est heureuse de vous annoncer le lancement effectif du site (http://www.localmundi.fr) depuis ce matin. Sur localmundi, site de la commande publique et à l'achat public local, vous trouverez notamment la plus grande base de données en ligne de fournisseurs des collectivités locales, un fond documentaire dédié,le dépôt et la consultation des appels d'offre (en partenariat avec marchesonline) et toute l'actualité spécialisée (brèves quotidiennes, actualité hebdomadaire, chronique juridique, dossiers mensuels), ainsi que des forums thématiques modérés par l'AACT à la rentrée prochaine."
23/06/01


Internet au service des Verts?

Si je peux me permettre un conseil aux Verts, et notamment aux deux ténors Alain Lipietz et Noël Mamère, qui jurent de s'entendre pour faire de leur parti un mouvement majoritaire, c'est d'utiliser beaucoup plus systématiquement qu'aujourd'hui l'Internet. En ma naïveté, je verrais bien la mise en place d'un vaste portail national référençant les initiatives et les idées (voire les travaux scientifiques) intéressant l'environnement. Ce portail renverrait sur les nombreux sites locaux qui ne manqueraient pas de s'ouvrir. Comme les militants sont souvent des internautes convaincus, cela pourrait aider à la cohérence et à la prise de poids. Ceci dit, soyons réalistes. Je ne pense pas qu'une telle idée puisse beaucoup intéresser Dominique Voynet, compte tenu de l'état (actuel) de sa prise de conscience du phénomène Internet. 21/06/01 


Une Union à deux renforcée entre l'Allemagne et la France?

Sous le titre "Europe, pour aller plus loin", publié par Le Monde du 20 juin, Jean Noël Jeanneney, Pascal Lamy, Henri Nallet et Dominique Strauss-Kahn proposent un certain nombre de bonnes idées pour accélérer la construction européenne. Nous y reviendrons peut-être. Retenons seulement ici ce qui pour les germanophiles nombreux en  France constitue une évidence: pourquoi ne pas mettre en place une union renforcée entre l'Allemagne et la France, qui deviendrait - sans exclure pour autant les autres pays - le moteur de la fédération européenne? On pourrait y ajouter, chez nous, la décision de rendre l'allemand obligatoire en 2e langue, au même titre que l'anglais. Mais peut-on attendre cela, du côté français, de cohabitants que l'approche des élections semble devoir priver de toute idée résolument innovante, susceptible de dynamiser la jeunesse? 20/06/01


Vous avez dit Fédération d'Etats-Nations?

Dans un article du Monde en date du 19 juin, p.1, Jean-Paul Fitoussi s'en prend à son tour au concept incompréhensible de Fédération d'Etats-Nations, qui pour les Autorités Françaises semble représenter le fin du fin en matière de construction européenne. Si le concept est incompréhensible, la réalité qui se trouve derrière est déplorable. Ainsi, note-t-il, en ces temps où faudrait une souveraineté politique, économique et monétaire pour faire face à la crise qui menace l'Europe, notre sort reste aux mains d'autorités nationales incapables de prendre ensemble des décisions communes et rapides. Ajoutons que face aux prétentions du président George W. Bush, pour qui l'Europe doit être une annexe de l'Otan, sous forme d'une vaste zône de libre échange ouverte à l'ensemble des pays du continent et liée à l'Amérique, l'inexistence politique européenne ne permet pas beaucoup de répliques.

Il est triste de constater que seule la Commission, si décriée par nos politiques, est encore capable d'un minimum d'action fédératrice (si je peux employer le mot). Les positions courageuses prises par le Commissaire au commerce Pascal Lamy pour défendre Airbus contre les attaques américaines, ainsi que le maintien d'une position ferme  du Commissaire à la concurrence Mario Monti dans l'affaire General Electric-Honeywell * montre la voie de ce qu'il faudrait faire non pas pour transformer l'Europe en forteresse, mais pour rappeler aux Etats-Unis que celle-ci n'est pas au service de leurs intérêts. 19/06/01

* La Commisison refuse d'autoriser la fusion entre ces deux firmes, jugée contraire à la concurrence.


RTT: un rapport du Plan

Le commissariat général au Plan, toujours fidèle à la politique systématique de publication de ses rapports sur Internet (au moins à titre partiel), communique les conclusions à mi-parcours de la Commission dite Rouilleault, chargée d'observer les effets de la réduction du temps de travail. Le rapport est globalement favorable, notamment en terme de créations nettes d'emplois et d'amélioration des conditions de travail. Il légitime par ailleurs la volonté du gouvernement de prendre sur le budget social les financements nécessaires à la RTT, l'ensemble entrant dans les prélèvements obligatoires dépendant de la décision du Parlement sur proposition du gouvernement. Il donne donc tort par avance aux protestations du Medef. Il est sûr, pourrais-je ajouter sur ce point, que si à la Libération, le législateur avait fiscalisé sans état d'âme tous ces prélèvements, la gestion des dépenses et des recettes en auraient sûrement été facilitée, sans que les  assurés sociaux y perdent le moindre avantage. Mais cette opinion est technocratique. N'en tenez donc pas compte. 19/06/01
Le rapport: http://www.plan.gouv.fr/publications/rtt-rouilleault.htm


Le G8 de Gênes en état de siège

Le G8, très impressionné par les manifestations (stupides, disons-le en passant) des soi-disants militants anti-mondialisation lors du sommet européen de Stokholm, envisagerait de se réunir du 18 au 22 juillet, à Gènes, dans une enceinte très protégée. Certains ont suggéré un navire de guerre mouillé dans le golfe. Suggérons plutôt une réunion par Internet, avec réplication des débats sur de multiples sites sur le modèle de Napster. La sécurité comme la transparence y gagneraient. 19/06/01


Gauchestory.com

Nous déplorons trop souvent ici l'incapacité des hommes politiques français à utiliser les immenses ressources de l'Internet en vue d'animer le débat démocratique. Nous devons donc féliciter Renaud Dutreil, député UDF de l'Aisne, démasqué par le journal Le Monde. Ce serait en effet cet honorable parlementaire qui, via il est vrai des professionnels chevronnés, aurait mis en place le site alternatif http://www.gauchestory.com/

Quand nous vous disions que ceux qui persistent à considérer Internet comme un gadget, tout au moins dans le champ du politique, auront bien des surprises, et pas plus tard qu'avant les élections de 2002.

On peut étendre le propos, en signalant un article récent de Paris-Match, Matchde ParisCyber, qui mentionne un certain nombre de sites mis en place par des mouvements et militants trotskistes, racontant l'histoire de ces organisations, et proposant diverses pièces d'archives, lesquelles font allusion à qui vous savez. Il n'y a pas que les trotskistes pour servir l'histoire, grâce à Internet. D'autres sites racontent les relations d'hommes politiques avec l'extrême droite, voire les sectes. A quand les francs-maçons?

Tout cela est-il bon pour la démocratie? Si les documents sont authentiques, sans doute. Mais comment savoir. De toutes façons, la tendance est inévitable. Internet rendra de plus en plus difficile le mensonge ou l'omission.  18/06/01


Les soupçons concernant des réseaux de pédophilie protégés par les autorités

S'il s'avérait exact que, quelque part en France, dans des milieux de notables protégés par des autorités administratives et judiciaires, des abus sexuels voire des crimes plus graves encore à l'égard de jeunes, handicapés ou non, aient pu ou puissent se produire, et s'il s'avérait vrai que l'establishment continuerait à faire écran pour  empêcher que ces faits soient poursuivis, nous serions en présence d'une défaillance majeure de notre Etat de droit et de notre administration, dont nous sommes si fiers. On s'étonnera que je fasse allusion ici à ce qui n'est peut-être qu'une rumeur. Mais, au siècle de l'Internet et du devoir de clarté, si la rumeur prend corps et se poursuit, c'est que l'Etat ne fait pas ce qu'il devrait faire pour éclaircir le cas, et éviter que d'autres analogues ne se poursuivent peut-être encore. 16/06/01


Conflit dans le livre

Les "difficultés de dialogue" entre le groupe Amaury, les Nouvelles messageries de la presse parisienne et le syndicat du livre, dont les lecteurs de la presse-papier font les frais, nous rappellent à quel point l'ensemble du monde de l'édition et de la diffusion, en France, est incapable - sauf exception - de s'adapter aux technologies de l'information.  Des dinosaures hérités des temps anciens continuent à semer la terreur dans les campagnes. On peut se demander jusqu'à quand le refus de s'adapter continuera à mener ces intérêts à un suicide programmé. De quoi vous mélez-vous, me dira-t-on, vous qui êtes sur Internet? Votre "lectorat" n'est pas menacé, au contraire. C'est vrai, de quoi me méle-je? 16/06/01


Encore un rapport génant passé à la trappe

Le Monde du 16 juin, p. 13, nous apprend l'existence d'un rapport du Conseil Général des Ponts et Chaussées, en date de juillet 2000, qui recensait pour le compte des deux ministres de l'intérieur et de l'équipement les multiples infractions à la loi de protection du littoral relevées dans plusieurs départements sensibles.

Voilà qui aurait été d'une lecture instructive pour le bon peuple, si ce rapport avait été publié, cartes à l'appui, sur Internet. Mais il ne faut pas remuer l'eau qui dort. Non seulement le rapport n'est pas sur Internet, mais il serait purement et simplement passé à la trappe. Heureusement, Le Monde a encore quelques entrées dans l'administration. 16/06/01


Rapport de l'IGPN sur la police de proximité

Suite à notre demande relative aux possibilités d'accès par Internet à ce rapport de l'Inspection Générale de la Police Nationale, nous avons reçu la réponse suivante du SIRP du ministère de l'intérieur: "Bonjour. Ce rapport n'est pas en ligne. Cordialement" 15/06/01


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le 29 juin

X-environnement http://www.x-environnement.org/

Que l'on soit X* est une bonne chose. Que l'on s'intéresse à l'environnement est encore meilleur. Espérons que ce site pourra participer au débat public en ligne qui, de même que celui pour l'avenir de l'Europe, devrait mobiliser non seulement nos "élites" mais tout le monde de l'internet.

Accessoirement, remarquons que la devise "faire simple quand on peut faire compliqué" conserve toute sa vigueur chez certains webmestres. Voyez le cartouche de la page d'accueil présenté sous le titre "Faire une recherche (dans la partie publique)". La logique m'en échappe. Baquiast

*On désigne en général par cette lettre les élèves et anciens élèves de l'Ecole Polytechnique. Rien à voir avec les films du même nom. Cette précision n'est pas par goût du graveleux, mais parce qu'effectivement beaucoup de gens confondent. C'est comme le jeu des 1000 francs, Spécial jeunes et Adultes. Il parait que certains auditeurs s'en inquiètent.

Le 19 juin

Le web signifiant (semantic web) http://www.w3.org/2001/sw/

Semantic Web : il s'agit d'un programme de grande ampleur développé par les promoteurs de l'Internet au sein du World Wide Web Consortium, destiné à rendre interopérables les contenus signifiants ou sémantiques des millions de pages web qui seront dorénavant produites annuellement dans le monde - pour peu que les standards proposés par le W3C soient respectés. Les machines pourront naviguer dans le Semantic web et en retirer automatiquement les informations intéressant telle ou telle requête. D'où un énorme gain de temps et un accroissement sensible de l'intelligence collective. Certains verront là une nouvelle preuve que la vieille GOFAI (Good Old Fashioned Artificial Intelligence) n'est effectivement pas morte. Tant mieux.

Le programme est ainsi décrit sur le site du Consortium :
Facilities to put machine-understandable data on the Web are becoming a high priority for many communities. The Web can reach its full potential only if it becomes a place where data can be shared and processed by automated tools as well as by people. For the Web to scale, tomorrow's programs must be able to share and process data even when these programs have been designed totally independently. The Semantic Web is a vision: the idea of having data on the web defined and linked in a way that it can be used by machines not just for display purposes, but for automation, integration and reuse of data across various applications.

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/01-4206/index.htm