logo admiroutes


La Gazette N°37 du 31 mars 2001

Par Jean-Paul Baquiast jean-paul.baquiast@wanadoo.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

Ce numéro est en cours de rédaction. Il est mis en ligne à titre provisoire sur notre site pour vous permettre de suivre l'actualité.

Voir aussi: ...

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

Carnet électronique de santé

Un projet baptisé Arcole est actuellement en cours de développement à l'Hôtel-Dieu de l'Assistance Publique de Paris, à l'initiative du Pr Dominique Vadrot. Il s'agit, avec l'accord de la CNIL, d'un premier " coffre-fort électronique " de données médicales, multimédia, multisource et multinorme, utilisant la carte à puce. L'expérience, d'abord interne, sera prochainement appliquée à de vrais dossiers médicaux, enrichis de données collectées par les réseaux de soins voisins (cliniques privées, dispensaires, médecins libéraux). Les promoteurs en attendent de nombreux avantages tant dans le domaine médical et des soins aux patients qu'en matière de gestion. 26/03/01

On trouvera sur ce sujet et plus généralement sur celui de la carte à puce un article de Freddy Bitan (Bureau des systèmes d'information, tél. : 01 40 56 72 82 Freddy.bitan@sante.gouv.fr)  édité par la MTIC http://www.mtic.pm.gouv.fr/dossiers/documents/dgs.shtml.
Sur le Pr Vadrot voir notamment http://www.med.univ-rennes1.fr/cerf/rep98/rep98_234.html


Haut-conseil à l'intégration

Lors d'un débat concernant le dernier rapport du Haut-conseil à l'intégration,  animé par Alain Finkelkraut sur France-Inter le 24 mars à 09h, il a été indiqué que cette instance venait de publier ledit rapport sur Internet. Je ne le trouve nulle part. Je ne connais donc toujours pas les détails de l'opinion du Haut-conseil sur le voile islamique et sujets connexes. Quelqu'un peut-il renseigner par mon intermédiaire tous les fidèles abonnés à cette gazette? * 25/03/01
* évidemment il ne serait pas venu à l'idée d'Alain Finkelkraut de donner l'adresse du site !


Téléservices publics. Colloque du CREIS

Sur un sujet dont on n'a pas fini de discourir,  le Centre de coordination pour la recherche et l'enseignement en informatique et société organise les 28, 29 et 30 mars un colloque donnant la parole à des acteurs ou observateurs non-institutionnels. http://wxww.creis.sgdg.org  Il sera bien d'obtenir en ligne au moins le résumé des contributions, en attendant que l'Etat sorte sa grande loi  ( voir ci-dessous ) . 25/03/01


XML et EFI. Appel à contribution de le MTIC

L'EFI (Echange de formulaire informatisé) semble encore avoir un bel avenir devant lui. Il peut servir de précurseur à l'Echange de données informatisées ou EDI utilisant XML. L'EFI lui-même n'a qu'à gagner de l'utilisation des solutions XML Le souci d'interopérabilité, rendu crucial par l'interconnexion des systèmes informatique et la demande en matière d'interopérabilité des systèmes d'informations, privilégie en effet ce dernier langage et les concepts de séparation de la description du contenu d'un document de la description de sa présentation. Ainsi, la collecte d'informations peut naturellement s'appuyer sur des structures de données XML référencées dans un répertoire de schémas XML,schémas publics. De nombreux outils de développement et d'exploitation sont disponibles permettant la mise en œuvre de solution EFI à moindre coût pour les usagers tout en étant fiables et sécurisées.

Le W3C dans sa proposition XFORMS 1.0 du 19 décembre 2000 (NB: réservée aux spécialistes http://www.w3.org/TR/xforms/) a défini trois grands domaines : le modèle de données XFORMS précisant les structures et les types de données en schémas XML - l'interface utilisateur XFORMS qui est composé d'une série d'éléments définissant des composants graphiques permettant de représenter le formulaire indépendamment du terminal utilisateur et en se rattachant aux définitions du modèle de données XFORMS  - le protocole de soumission XFORMS ayant pour rôle de transmettre une instance de document structuré XML .

Sur ces différents points, la MTIC mène actuellement une campagne d'information et de recommandation à l'attention des administrations. Voir http://www.mtic.pm.gouv.fr/XML/presntxmlefi.shtml  25/03/01


Eventuel report à 2002 de la loi sur la société de l'information

Selon 0I informatique (http://www.01net.com/rdn?oid=13428) Christian Pierret, secrétaire d'Etat à l'industrie, aurait annoncé le possible report à 2002 de la discussion du projet de loi relatif à la société de l'information, en raison d'un "calendrier parlementaire surchargé". Sans commentaires...autres que ceux de 01.informatique. 25/03/00


Réouverture du tunnel du Mont Blanc

Le 2e anniversaire de la catastrophe du tunnel du Mont Blanc le 24/03/99 donne l'occasion de s'exprimer (à la radio et dans la presse) à tous ceux souhaitant s'opposer à la réouverture du tunnel et surtout à l'accès des camions dans le tunnel et la vallée de Chamonix. Leurs arguments sont excellent et nous les partageons. Mais la question n'est pas là.

Existe-t-il un site Internet associatif où la question soit explicitement exposée et débattue, avec présentation des solutions alternatives. Je ne le trouve pas sur Yahoo. Il y a bien un site très peu disert de l'association de défense des familles des victimes (http://eurenet.com/ctmb/accueil.html). On trouve aussi le site très bien fait (et pour cause) de l'entreprise ATMB Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc (http://www.atmb.net) qui présente le premier rapport d'expertise (rapport Pinchon) ainsi que les réactions "stupéfaites" des avocats des défenseurs, au rapport récent déposé dans le dossier d'instruction (rapport Guichard). Les travaux de réhabilitation en cours sont également présentés par ATMB. Mais c'est l'une des parties seule qui s'exprime dans tout cela. Nous n'avons guère de débat contradictoire. C'est pourtant à cela qu'Internet devrait servir.

Je ne trouve pas non plus de dossier présentant le point de vue officiel sur le site du ministère de l'équipement, non plus que sur celui de Chamonix-Mont-Blanc http://www.mont-blanc-leman.org/regions/communes/chamonix/acc.html

Bref, si des associations ou même des communes souhaitent mieux défendre leurs intérêts, il serait temps qu'elles apprennent à utiliser l'Internet. Les jeunes gens capables de donner un coup de main bénévole ne manquent pourtant pas. 25/03/01


Plans de déplacements urbains PDU

Eric Loorius, webmestre du site http://www.dunkerquegrandlittoral.org  nous adresse le message suivant, que nous publions tel que:

"Dans votre gazette vous avez écrit : "Sans aborder ici le fonds du problème, bornons-nous à constater que la discussion et la publication de ces PDU sur les sites webs des collectivités contribueraient beaucoup à leur faire prendre de l'importance. Or quand est-il exactement? Je crains, sous réserve d'information contraire, qu'aucun PDU ne soit encore en ligne"

Or notre collectivité a mis en ligne ceci :

" Plan de Déplacements Urbains. Rapport final dont les grandes orientations ont été approuvées par le conseil communautaire du 22 juin 2000  ( pdu.pdf 5,6 Mo, 96 pages) http://www.dunkerquegrandlittoral.org/actualite/docshtml/planurb.html

Dans notre rubrique documents on peut trouver aussi les comptes-rendus des réunions des 6 groupes de travail du Schéma directeur.
http://www.dunkerquegrandlittoral.org/actualite/docshtml/shema3.html

Excellent. Dont acte bien volontiers. 20/03/01


Michel Hervé s'explique

On trouvera dans Transfert en date du 19 mars un intéressant interview de Michel Hervé commentant son échec électoral à Parthenay http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_art=4728&idx_rub=87 20/03/01


Pérennité de l'archivage numérique

Le Monde interactif du 14 mars consacre un dossier au problème préoccupant de la conservation des archives numériques, qui concerne plus particulièrement les administrations. Il s'agit d'abord des documents confiés aux archivistes, mais aussi de l'humble message ou pièce jointe pouvant avoir une valeur légale ou historique. Tout ceci est menacé à court terme par l'obsolescence des supports, et l'indifférence de beaucoup de services. Des solutions existent pourtant, mais demandent un minimum de volonté et d'argent. Stéphane Foucart nous signale en particulier l'association Aristote (CNES, INRIA, CE) qui a crée en juin 2000 le groupe PIN (NB: pérennisation des informations). L'objectif, entre autres, est d'obtenir un standard ISO inspiré de l'Open Archival Information System. (http://www.aristote.asso.fr). Encore faudra-t-il l'appliquer. Personnellement, je crains plutôt un Alzheimer général de la mémoire administrative dans les prochaines années. Serait-ce grave, finalement? Ne faudrait-il pas étudier des formes de mémoire dynamiques différentes, mais lesquelles? Qu'en pensez-vous? 20/0/01
http://interactif.lemonde.fr/dossier/0,5611,2858-5347--0,FF.html


A propos de la justice

Un de nos correspondants a réagi aux termes (un peu provocateurs j'en conviens) d'un article de notre dernière Gazette, consacré à la justice Je retiens de son message les lignes suivantes:

"vous avez écrit dans le n°36 un petit paragraphe concernant les magistrats en colère qui appelle quelques commentaires, même si c'est de façon totalement privé, eu égard à mon devoir de réserve statutaire :

> Mais en face de cela, il faudrait se persuader que des réformes d'organisation et d'automatisation seraient indispensables, pour faire enfin de la justice une machine efficace à produire des décisions, et des magistrats des rouages performants dans le fonctionnement de cette machine.>

Que des réformes soient indispensables, certes ! mais avant même de parler d'organisation et d'automatisation, c'est le système tel qu'il découle de l'accumulation de textes trop nombreux, obscurs, complexes, voire contradictoires, qui devrait d'abord être révisé : automatiser un système mal conçu ne fait que mettre en lumière, voire accélérer ses dysfonctionnements.

Or critiquer les textes (isolément, ou pris comme éléments d'un système global) est particulièrement périlleux aux magistrats, car c'est donner l'impression de critiquer le pouvoir législatif lui-même, ou de refuser d'appliquer la loi, alors que c'est leur fonction première. En dehors de critiques sur les projets non encore votés, ou d'articles à caractère fortement technique qui n'ont aucune chance de trouver un écho dans le grand public, c'est donc un exercice auquel ils ne peuvent guère se livrer.

Par ailleurs, souhaiter que la Justice soit une "machine efficace à produire des décisions" est pour le moins réducteur : c'est d'abord une conception archaïque, parce qu'il y a déjà longtemps que l'on cherche au contraire des modes d'interventions en dehors du champ du jugement traditionnel : conciliations, médiations, etc, se développent précisément pour cela (certes lentement, mais notamment parce que ca prend plus de temps de rechercher une solution concertée que de "torcher" un jugement après 10 minutes d'audience). Mais c'est surtout une vision technocratique, qui méconnait entièrement le fait que la Justice est d'abord un mécanisme de régulation et de paix sociale. (...)

Les magistrats sont constitutionnellement autre chose que des fonctionnaires (comme vous le dites), et si leur activité les y fait ressembler de plus en plus, ca n'est certainement pas de leur fait (au surplus, les fonctionnaires, tant mieux pour eux, ne terminent pas régulièrement leur audience tard dans la nuit, et bénéficient de repos compensateurs, de primes et d'aménagements divers qui n'existent pas pour les magistrats). Il y a déjà bien longtemps qu'ils sont des professionnels (ce qu'on leur reproche d'ailleurs parfois, tantôt en critiquant l'usine à juges que serait l'ENM, tantôt en leur refusant toute légitimité, faute d'émaner du suffrage universel), et ils exercent effectivement une espèce d'art (du moins une activité centrée sur l'humain, car les considérations esthétiques y sont hélas souvent absentes). Une Justice mécaniste dont les "rouages" sont des fonctionnaires évoque malheureusement le Moloch aveugle d'un système totalitaire, aux antipodes de la conception de la Justice des sociétés démocratiques et du mécanisme de régulation sociale que j'évoquais plus haut.

> Les technologies de l'information convenablement utilisées, une adaptation profonde des procédures et des textes tenant compte des changements dans les outils, les moeurs... et les exigences sociales, devraient être en première ligne des revendications.<

Elles y sont : quand nous réclamons des moyens, cela concerne aussi bien des hommes et des femmes, magistrats et personnels de greffe, que des locaux et des ordinateurs ! Il reste que pour rédiger un jugement civil dans un dossier faisant plusieurs kilos de papier, ou pour tenter cincèrement une conciliation, c'est surtout de temps dont on a besoin. Quant aux réformes des textes, j'ai dit combien ces demandes sont malaisées pour les magistrats sans risquer d'attaquer un pouvoir législatif particulièrement sensible. C'est la population toute entière qui est au premier chef concernée, quand elle souffre des délais dûs à des services submergés par la multiplication effrénée de procédures toujours plus complexes ; et le représentant naturel du peuple, qui devrait donc le premier se soucier de ne pas engorger la Justice, ce n'est pas le juge...

> Or, à part quelques chefs de cour, quelques magistrats, quelques greffiers plus en avance que leurs collègues, l'ensemble de l'institution semble n'avoir pas encore compris le travail à faire.<

Vous sous-estimez encore les magistrats, les greffiers, et l'institution elle-même : depuis plusieurs années, les listes de discussions et de diffusion se sont multipliées et sont très actives, les sites Web également (tous les syndicats de magistrats utilisant les unes et les autres); le réseau privé Justice lui-même, initié en 1998 à la suite du PAGSI, commence à atteindre une taille respectable et des contenus toujours plus riches et diversifiés. L'époque des pionniers comme François Staechele n'est peut-être pas encore révolue (il faut toujours des moteurs, des éclaireurs), mais elle est inexorablement en voie de l'être au profit d'une utilisation quotidienne entrée dans les moeurs, mêmes judiciaires.

Bref, je regrette que vous surfiez sur un sujet qui va bien au delà de revendications corporatistes et frileux, avec des à-prioris indémontrables. La place et la qualité de la Justice dans une démocratie (avec ou sans technologies de l'information) méritent certainement mieux." 20/03/01


La vraie-fausse fracture numérique

Sous ce titre, Michel Alberganti reprend dans Le Monde du 15 mars une constatation que nous avons souvent faite ici: le retard français s'accroît en matière d'Internet, dans l'indifférence apparente non seulement des Pouvoirs publics mais des élites. "Nombre d'intellectuels se rangent souvent, nous dit-il, dans le camp des plus farouches opposants à la Toile". Il appelle pour changer cela à un "enrichissement du contenu du réseau...et un développement de ses usages concrets". C'est vrai, mais encore faudrait-il au pays, pour ce faire, sous l'impulsion de sa classe politique et de son gouvernement, de grands projets justifiant l'utilisation de toutes les capacités de l'outil Internet. Très modestement, je peux le constater dans le domaine scientifique, où rien ne pourrait se faire dorénavant sans Internet. Le travail que nous menons, mon collègue Jacquemin et moi, dans le lancement de la revue en ligne Automatesintelligents.com se fait exclusivement avec Internet. L'accès aux sources, les contacts avec les chercheurs, avec les auteurs ne se concevraient pas pour nous autrement. Aussi bien est-il inutile d'expliquer aux scientifiques qu'il faut enrichir les contenus.

Certes, tout le monde n'est pas chercheur ni étudiant. Reste que, dans tous les domaines de la vie économique et sociale, ceux qui travaillent vraiment dans la réalité d'aujourd'hui ne se posent plus depuis longtemps la question de l'opportunité ou non de se connecter.  Pour en revenir à l'Etat, c'est un message et des exemples de cette sorte que nous attendrions de chacun des ministres, dans les domaines de leurs charges et des réformes indispensables - plutôt que les voir courir des responsabilités municipales où bien d'autres peuvent faire aussi bien qu'eux. 15/03/01


Rapport de l'Intergovernmental Panel on Climate Change

On trouvera sur le site de l'IPCC http://www.ipcc.ch/ le Sommaire pour décideurs (summary for policy makers) présenté le 5 mars 2001 à Accra par les experts dudit l'IPCC, et portant sur le thème de la limitation des dommages provoqués par le réchauffement climatique (http://www.ipcc.ch/press/infnotewg3.htm) Voir aussi le communiqué de presse (http://www.ipcc.ch/press/pr28-3.htm). Le rapport complet a demandé 3 ans de travail, 800 pages, 400 auteurs. Is n't it, Mr Bush Jr?

Pourquoi raconter cela ici? Parce que, selon nous, les écologistes et autres défendeurs de l'environnement devraient résumer, traduire et discuter ce rapport sur leurs nombreux sites web? Mais peut-être ai-je une approche trop littéraire de la question. 15/03/01


L'échec de Michel Hervé

L'électeur a toujours raison, c'est certain. Reste que ceux qui ont connu et apprécié les efforts et les résultats de Michel Hervé, maire de Parthenay, pour apporter les bénéfices et les services de la société de l'information à ses co-citoyens, ne peuvent qu'être perplexes à voir comment ceci a peu compté, apparemment, dans la décision électorale du 11 mars. Nous n'avons ici pour le moment aucun élément permettant d'évaluer ce qui s'est passé. Michel Hervé nous le dira sans doute un jour. En attendant, qu'il reste assuré, lui et son équipe, de toute notre sympathie - ne fut-ce que pour avoir mieux fait connaître notre pays à l'international. Les domaines d'action ne lui manqueront certainement pas pour continuer ce combat. 15/03/01


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le 28 mars

Forum-citoyen.com http://forum-citoyen.com/

Nous ne connaissions pas cette initiative. Mais elle a l'air sympathique. Voici ce que m'écrit son promoteur:

Je suis webmestre du site http://forum-citoyen.com. Ce site tout nouveau est, pour l'instant, "brut de décoffrage", et présente, dans la forme et dans le fond encore beaucoup d'imperfections.

Je suis demandeur d'avis et d'expériences dans cette communication citoyenne, ou si vous avez connaissance d'autres sites citoyens...Je pense qu'il serait bon de générer un réseau d'affinités :

Pour réaliser ce projet, sur le site, j'ai créé une page annuaire où ces sites peuvent éventuellement figurer. Dans ce cas, veuillez me transmettre un petit résumé de votre activité, accompagné de l'adresse de votre site et de l'Email auquel vous souhaitez recevoir le courrier.

Citoyennement votre, Jean-Claude Lavielle LAVIELLE.Conseil@wanadoo.fr: Tel : 01 64 37 81 21

Le 25 mars

Villes-Internet http://www.villes-internet.net/

A l'initiative de VECAM, un certain nombre de villes offrant différents services aux citoyens, dans un esprit démocratique, se sont regroupées sous ce label. A voir en détail, sans cependant prendre toutes les affirmations au pied de la lettre. Mais vous n'êtes pas des naïfs. Signalé: le Courrier de l'Internet-citoyen, périodique de qualité, auquel on peut s'abonner. Baquiast

Le 24 mars

Fathom http://www.fathom.com/index.jhtml

L'e-learning (enseignement par Internet) payant ou gratuit devient un enjeu majeur. On ne le soupçonne pas encore en France, évidemment. Allez voir un site britannique parmi d'autres sur ce sujet. Il y a de la lecture pour plusieurs semaines. Notre ami Matthieu Lerondeau, fraichement revenu de la London School of Economics, nous écrit ceci:

" A propos de l'e-learning, je t'avais mentionné l'initiative commune de la London School of Economics (www.lse.ac.uk), de Columbia, de Cambridge University Press, RAND, etc, etc. Voici l'adresse : www.fathom.com  Je connais encore mal le marché de l'e-learning, et ignore ce que cette initiative peut avoir de particulièrement enthousiasmant. Cependant, ici, l'association d'une collection d'articles 'teasers' souvent de qualité avec un grand nombre de cours en ligne -- payant, eux -- et, surtout, de grands noms des univers académiques us/uk me parait encourageante. Matthieu Lerondeau ml@poddema.com "

Le 19 mars

Wapp-up Démocratie interactive http://www.democratieinteractive.com/

Bonne venue au monde pour cette initiative basée à Sciences-Po, mais associant des industriels et des membres de la société dite civile. Il s'agit de promouvoir l'usage des formes les plus évoluées de l'Internet, notamment l'Internet sur téléphone mobile, pour créer une démocratie interactive. Certains, comme dirait le Canard, se tapoteront doucement le menton. Pas nous. Nous y croyons bêtement. Décidément Sciences Po change. Baquiast
Voir aussi notre article précédent

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/01-3703/index.htm