logo admiroutes


La Gazette N° 34 du 15 janvier 2001

Par Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@chello.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

Ce numéro est en cours de fabrication, et donc sujet à changements. Il est mis en ligne à titre provisoire pour vous permettre de mieux suivre l'actualitéé. Le prochain numéro ne sortira que le 15 janvier 2001

Quelques articles mis en ligne sur Admiroutes durant les 2 précédentes quinzaines:

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

du 15 décembre 2000 au 15 janvier 2001:

Internet et devoir d'investigation, même combat

Si nous estimons, naïfs que nous sommes encore, que l'agression de Gérard Miller à l'égard de Jean Montaldo n'a pas été montée pour faire de l'audience (On a tout essayé, France 2, 09/01/01) nous ne pouvons que désapprouver viguoureusement notre psychanalyste de service . Reprocher à Montaldo de déstabiliser la société en enquêtant sur ses dysfonctionnements, fut-ce à partir d'un point de vue dit de droite, relève d'un pur stalinisme. Mme Claude Sarraute a fort opportunément rétabli l'équilibre en disant que Jean Montaldo, à droite, et Edwy Plesnel, à gauche, menaient le même combat pour la salubrité publique. J'ajoute que, bien que mal informé, je n'ai jamais pu prendre Montaldo en défaut, dans les domaines sur lesquels j'avais pu avoir quelques lumières. Ce n'est pas le cas  concernant Gérard Miller qui, emporté par son succès, multiplie les contre-vérités scientifiques sans que personne ne réagisse. Au fait, aux yeux de la science d'aujourd'hui, comment distinguer vraiment un psychanalyste de salon d'un astrologue? Bien que me situant  plutôt à gauche, je pose la question. 11/01/01


Les jeunes des banlieues s'empareraient d'Internet

Selon le Monde du 9 janvier, p. 10; le Web connaîtrait un succès fulgurant auprès des jeunes. Voici qui dément les sombres pronostics de tous les béta-bloquants, honorés ou non de notre mulot d'honneur, qui voient dans le Web une poubelle doublée d'un égoût. Voilà qui récompensera par contre les efforts obscurs des enseignants, animateurs sociaux, responsables de points d'accès publics, élus locaux enfin, qui croient en la vertu non pas de l'Internet en soi mais des possibilités de mise en relation et de sortie de ghetto qu'il offre. L'article signale bien quelques menues dérives, piratages à la petite semaine et autres - sur lesquels se polariseront sans doute nos bêta-bloquants précités. Mais globalement, tout ceci est positif, nous en sommes certains. Il faut poursuivre et accentuer l'effort.

Dommage que, toujours selon Le Monde (Le Monde Interactif, 10 janvier, p.V ) Guy Hascoët, secrétaire d'Etat à l'économie solidaire, ait déçu les porteurs de projets faisant appel à Internet. Suite à un appel à projets financé par une enveloppe de 35 MF, seuls 9 projets concernant l'Internet auraient été retenus, sur 176 sélectionnés au total (à partir de 1700 dossiers examinés). Certes, ce type de financement fait en général plus de mécontents que d'heureux. A se demander cependant si le jury (les jurys, car il y eu présélection au niveau régional) savaient bien ce qu'était l'Internet en général, et l'Internet solidaire en particulier. Connaissant un peu l'administration profonde, je n'en mettrais pas la main au feu. Mais il parait que la prochaine fois, ce sera mieux. 10/01/01


Le peer-to-peer computing

Dans le souci que nous avons tous d'aider à créer entre nous (entre nos modestes intelligences) des réseaux d'intelligence collective, il convient de suivre les nouveaux produits et usages apparaissant sur le marché. Grâce à Jean Lasar (Le Monde du 5 janvier, p. 28) , nous apprenons ainsi l'existence d'un nouveau logiciel de "coopération horizontale" (NB: ne commencez pas à ricaner, cela n'a rien à voir...) , Groove.net, crée par Ray Ozzie, père de Lotus Notes. Lotus, logiciel de travail partagé centralisé et lourd, a fait les beaux jours d'un certain nombre de grandes organisations, mais semble aujourd'hui avoir atteint ses limites. Groove.net, au contraire, est présenté comme " a combination of software and services that transforms the Internet into a personal medium for direct communication and interaction". Il suffit de télécharger gratuitement l'une des versions offertes (preview edition ou latest up-date edition) pour s'en convaincre. Le site fournit de nombreuses explixations sur les avantages et modes d'utilisation de ce produit. Nous allons le  tester nous-mêmes, dans le cadre de ce site, et vous tenir au courant. http://www.groove.net/ 09/01/01


Le dossier du Monde Economie consacré à Internet

On lira avec intérêt le dossier fort complet consacré par Le Monde Economie du 9 janvier à la nouvelle économie et à son pendant, selon certains, la fracture numérique. La plupart des articles mériteraient discussion. Personnellement, je ne les prendrais pas tous au pied de la lettre. Mais vous verrez vous-même. Regrettons cependant la part, toujours très importante dans un journal bien de chez nous, faite aux béta-bloquants, heureux bénéficiaires de nos mulots d'honneur successifs, que je ne nommerai pas pour ne pas leur faire une publicité qu'ils ne méritent pas. Pour être connu, cité et invité partout, bêta-bloquez! Quand je pense à nos pauvres amis chercheurs qui sans un sou, peinent dans les universités françaises pour faire émerger les technologies et usages du siècle qui vient, je m'agace un peu. Retrouvez-les au moins sur www.automatesintelligents.com  09.01.01 


Magistrats et politiques

Bien que le sujet ne concerne que de loin la société de l'information (encore que), mais comme tout le monde donne son avis sur l'affaire touchant le fils d'un ancien président de la République, je me fais un devoir de dire en mon nom et en celui d'un certain nombre de correspondants que tous ceux qui, fonctionnaires ou citoyens, s'intéressent à l'Etat de droit et au bon fonctionnement de la justice ne peuvent que demander le respect de l'indépendance des juges dans cette procédure. Les intrusions diverses et variées, médias interposés, sont véritablement insupportables. La même remarque vaudrait pour toute autre affaire et toutes autres circonstances. 05/01/01


Transports maritimes. Rôle préventif de l'assurance

Dans un article, certes "intéressé", mais qui parait frappé au coin du bon sens, Antoine Jeancourt-Galignani, président des Assurances Générales de France (Le Monde du 05/01/01, p. 15) rappelle qu'il est un moyen simple d'éviter la circulation de navires sous-normes et mal contrôlés. Ce moyen, pratiqué aux USA, consiste à imposer une couverture d'assurance proportionnée au risque que font courir de tels engins, soit 2 à 3 milliards de francs au lieu des 100 millions pouir lesquels était assuré l'Erika (navire et cargaison) - le dommage ayant dépassé plusieurs milliards. Ce serait aux gouvernements (notamment européens)  de s'entendre par convention internationale pour fixer de nouveaux plafonds (dont le coût sur le produit final serait négligeable), ainsi que faire préciser les chaînes de responsabilité en assurant le respect. Ajoutons, pour revenir à notre thème favori, l'Internet, que la publication de ces contrats d'assurance-environnement devrait être rendue obligatoire sur des serveurs habilités. 05/01/01


Nouvelles technologies et administrations (Communiqué du ministère de la Fonction Publique)

L'Institut Européen d'Administration Publique (IEAP) a réalisé un dossier très complet sur "L'Usage des TIC dans les administrations européennes". Comparaison des stratégies suivies et des réalisations des pays de l'Union en matière : de sites web publics et de portail ; d'adaptation législative et réglementaire et d'équipement des agents publics et fiches présentant la situation pays par pays.http://www.fonction-publique.gouv.fr/lareformedeletat/admelec/pdf/RapportIEAPfrancais.pdf 04/01/01


Internats et Internet

Jack Lang voudrait relancer les internats, qui répondraient à de nouvelles demandes tant des parents que des élèves. L'Internat à thème serait une des formules nevisagées, pour peupler les longues soirées d'hiver. Suggérons ici un thème particulièrement porteur, susceptible d'ouvrir l'Internat sur l'extérieur: les cyber-activités. Ceci peut aller de la mise en place de sites, journaux, jeux, etc.. à la construction de robots. Voir à ce sujet http://www.admiroutes.asso.fr/larevue/2000/3/giamarchi.htm   24/12/00


Echanges d'informations internationales sur les OGM

Nous évoquons ci-dessous, à l'occasion d'un commentaire sur le Big Brother Awards France 2000, l'accord de 134 Etats à Palerme pour lutter contre la criminalité internationale, accord dont l'on ne peut que se féliciter. Mais décidément la négociation internationale n'a plus de frontière, si l'on peut dire. Le 15 décembre également, les délégués de 150 pays viennent de s'accorder à Montpellier sur des échanges d'informations concernant les OGM. Il s'agit notamment, sans condamner la recherche transgénique, d'informer les pays les moins favorisés, et les citoyens en général, des différentes positions d'experts relatives aux OGM commercialisés, ainsi que des politiques publiques adoptées à leur égard. Un site Internet pilote est prévu pour ce faire (eh oui, nous ne rêvons pas, les délégués ont renoncé aux échanges de fax, pourtant si pratiques!) sous l'égide de l'OCDE: http://www.oecd.org/ehs/biobin/
Assez curieusement, la France n'y figure pas. Peut-être n'a-t-elle pas encore découvert l'Internet.18/12/00


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le  9 janvier

Primadoctor.com http://www.primadoctor.com/

Cette entreprise, filiale de ID9 Prima, dont le siège social est à Grenoble, propose le e-dossier médical, avec force publicité sur nos murs de ville. Je n'ai pas l'intention de relayer cette publicité, mais seulement discuter du concept qui parait séduisant, tout au moins pour les gens qui voyagent et qui ont un dossier médical chargé. Il est évident que mémoriser son groupe sanguin et transporter avec soi son carnet jaune de vaccination (International Vaccination certificates) devrait permettre de se passer d'un e-dossier.

Pour les autres, la formule parait commode, et présente un bon exemple d'application sur Internet qui pourrait se développer, en médecine comme dans d'autres domaines. Toutes les précautions semblent prises pour garantir à la fois la facilité d'accès aux données et leur confidentialité. Qu'en est-il des relations avec la CNAM, s'il y en a? J'ai parcouru rapidement le site sans trouver de réponse. Mais encore une fois, c'est le principe de l'application qui parait mériter notre attention ici. Ceux qui souhaitent réagir sur ce thème seront les bienvenus. Baquiast

Le  6 janvier

Centre d'archivage national de données de houle in-situ http://www.equipement.gouv.fr/cetmef/candhis

Sous ce titre un peu surréaliste se cache un organisme dépendant du Centre d'études techniques maritimes et fluviales (CETMEF) - Ministère de l'équipement, des transports et du logement. Il met à la disposition des utilisateurs du littoral (services publics, collectivités locales, entreprises) un certain nombre de données fort utiles pour la protection et l'exploitation. On y trouve notamment Bosco, Base d'Observation pour le Suivi du trait de COte, qui se présente ainsi:

" L'évolution du trait de côte est une préoccupation permanente en matière d'aménagement et de gestion de l'espace littoral dans de nombreuses régions. Ce sujet est traité depuis longtemps à des échelles variées mais le plus souvent sur de courtes périodes et/ou avec des méthodes qui rendent délicate la gestion des données acquises. Par ailleurs, ces données ne sont pas toujours identifiées et renseignées (détenteur, accès, contenu, ...).

Face au recul des côtes qui mettent à mal les plans de développement et de conservation du littoral, il apparaît la nécessité de disposer d'une base d'informations qui réponde à la demande sociale (Administrations de l’Etat et Collectivités territoriales, notamment), et qui soit : exhaustive, homogène et validée. " 

On pourrait concevoir que de tels moyens soient aussi utilisés par les personnes s'efforçant de suivre la pollution des côtes et des rivières, y compris en leur donnant l'accès à la mise à jour des fichiers (voir à ce sujet les projets de nos amis du Radiophare http://www.radiophare.net/indexone.html)

La principale base CANDHIS a pour objet la connaissance de la houle, nécessaire dans plusieurs domaines de l'ingénierie maritime : construction portuaire, protection des côtes, délimitation du trait de côte, prévision des dérives de polluants, prévision de l'évolution sédimentaire, navigation, conception de navire, construction offshore, programmation de travaux en mer ...Elle vise à regrouper l'ensemble des mesures de houle in situ réalisées sur le littoral français par différents organismes. Les marins se réjouiront de pouvoir se plonger dans les tables abondamment fournies, qui sentent bon le vent du large et les embruns. Là encore, l'utilisation de l'Internet pour la diffusion et la mise à jour mutualisée de telles données est très intéressante.

Ilserait souhaitable que dans de nombreux autres domaines intéressant l'information géographique (SIG), de telles mutualisations entre services publics et privés devienne la règle en France.

Le site présente enfin, comme il se doit, une bonne description du CETMEF, et quelques adresses utiles, pratiquement dépourvues de toute adresse électronique - ce qui montre que la révolution de l'Internet n'a pas pénétré certains de ceux qui s'occupent de ces questions au ministère de l'Equipement. Baquiast

Le  4 janvier

Conseil d'analyse économique http://www.premier-ministre.gouv.fr/fr/p.cfm?ref=6718

Selon le discours d'ouverture du Premier ministre, le 24 juillet 1997, la création du Conseil d'analyse économique "répond à la nécessité pour un gouvernement trop souvent confronté à l'urgence, de pouvoir se référer à une structure de réflexion qui lui permette d'éclairer ses choix dans le domaine économique. J'ai souhaité aussi créer un lien entre deux mondes qui trop souvent s'ignorent, celui de la décision économique publique et celui de la réflexion économique, universitaire ou non. J'ai pris soin de composer ce Conseil de façon à tenir compte de toutes les sensibilités. Le Conseil d'Analyse Économique est pluraliste. (...) Ces délibérations n'aboutiront pas toujours à des conclusions partagées par tous les membres ; l'essentiel à mes yeux est que tous les avis puissent s'exprimer, sans qu'il y ait nécessairement consensus. (...) La mission de ce Conseil est essentielle : il s'agit, par vos débats, d'analyser les problèmes économiques du pays et d'exposer les différentes options envisageables."

Beaucoup de choses ont été dites sur ce Conseil, relativement notamment à ce qui pouvait s'y passer et s'y dire. Quelques articles dans la presse signalaient quelques rapports, sans que la curiosité du public puisse vraiment sentir l'émergence d'une doctrine, fut-elle pluraliste. Dorénavant, 3 ans après la création, un site est ouvert. Il était temps. Observons cependant que le spécialiste ne pourra se satisfaire des textes mis en ligne: rapports et Conférences. Il n'y trouvera que des résumés. Le recours à la Documentation Française s'impose. Seule la lettre "Analyses économiques" est disponible (en pdf). Le grand public par contre aura quelque idée des travaux du conseil, s'il n'est pas trop curieux, grâce aux résumés*.

Les rapports sont au nombre de 30, ce qui est honorable. Ils traitent un peu de tout, non sans liens avec les politiques publiques, ce qui est une bonne chose. Nous ne sommes pas dans la science économique ésotérique à base de courbes et formules incompréhensibles. La matière est-elle épuisée? Certainement pas. Nous aurions aimé un peu plus de projections dans le mondial, les pays dominants et leurs rivaux émergents, les changements liés à la techologie et aux sciences. Sur ce dernier thème, prière de se renvoyer sur...sur quoi au juste? L'Académie des sciences relookée? Baquiast

* observons une nouvelle fois que l'Etat ne se serait pas ruiné en mettant en ligne l'intégralité de tous ces documents. Cela aurait été une forme de confiance tant en l'Internet qu'en la démocratie à laquelle les citoyens auraient été sensibles.

Notons également que manque encore le dernier rapport sur le thème des "Nouvelles économies", susceptibles, d'après Le Monde du 9 janvier, d'accroître les inégalités.

Le  28 décembre

 

Région Ile-de-France http://www.cr-ile-de-france.fr/

Sous le titre Transparence pour l'Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, président du Conseil Général, indique qu'il a souhaité se démarquer des pratiques héritées des "fameux marchés des lycées-d'Ile-de-France", non seulement en veillant à ce que ces pratiques ne puissent plus se renouveler, mais en affichant dorénavant la transparence la plus totale. Notre réflexe, quand nous entendons parler de transparence, est d'aller voir le site Internet de la collectivité. Non sans quelques temps de recherche, je l'ai trouvé. Je me suis précipité sur les rubriques Contrat de Plan et Budget 2000 (2000, notez, et non 2001. Je sais bien que le budget 2000, rejetté en mars 2000, a été soumis au 49/3 régional...mais je suppose aussi que des prévisions existent concernant le budget 2001. Nous sommes quand même en 2001 à cette heure, que diable).

Bref, pour en revenir à 2000, nous avons certaines informations, c'est sûr. Mais il s'agit d'un diaporama présentant force courbes et camemberts auquel le contribuable ne comprends pas grand chose. Sur les lycées, nous apprenons qu'il faut "Poursuivre le grand programme de rénovation des lycées. L'effort en faveur des lycées dans le budget 2000 se situe dans la continuité des années 1998 - 1999. Plus de 5 Mds seront consacrés à l'investissement et le rythme des rénovations, fixé en début de mandature (175 lycées en 6 ans), sera tenu".

Très bien. Y a-t-il là assez d'informations pour que nous puissions nous assurer que les AMO (assistance à maîtrise d'ouvrage) , METP (marchés d'entreprise de travaux publics) et autres systèmes dits de "conception-réalisation", désormais proscrits, ne se reproduiront plus? Je pose la question.

Je pose la question à M. Huchon, qui est d'ailleurs un des plus exemplaires en matière de transparence. Ne pourrait-on faire un petit effort de plus pour assurer cette dernière par Internet, afin d'éviter aux curieux le déplacement rue Barbet-de-Jouy? Baquiast

Pour en savoir plus sur la transparence telle que préconisée par les Saint Just (un brin irréalistes) d'Admiroutes , voir http://www.admiroutes.asso.fr/espace/proxim/transpar.htm

Le  25 décembre

Pierre-Audoin-Conseil http://193.149.47.36/fra/index.htm

Il n'est pas dans nos habitudes de citer des entreprises commerciales, quel que soit leur mérite. Faisons ici une exception pour PAC. Les anciens du Plan Calcul se souviennent de Pierre Audoin, ancien du Plan, du BIPE puis délégué adjoint à l'informatique. A la suppression de la "Déleg", notre ami Audoin s'était reconverti avec succès dans le conseil en statégies industrielles, destiné notamment aux SSII. Il y réussit très bien et dispose, outre son agence parisienne, de 3 filiales à l'étranger, USA, Allemagne et Roumanie. Sur son site, l'on trouve des informations d'intérêt général qui intéresseront tous ceux qui veulent suivre les dossiers chauds du secteur des TIC. Voilà une bonne façon d'appeler le client, plutôt que tout garder pour soi, comme d'aucuns. Baquiast

Le  19 décembre

Big Brother Awards France 2000 http://www.bigbrotherawards.eu.org/

Cette démarche, et le site qui l'accompagne, laissent perplexe. D'un côté, l'on ne peut que se réjouir de voir des contre-pouvoirs manifester contre toutes les tentatives faites par les "pouvoirs" en général pour surveiller et mettre en  condition les citoyens par le biais des TIC. Il s'agit, dit l'exposé des motifs http://www.bigbrotherawards.eu.org/pourquoi/index.html de, "par l'attribution de ces prix, faire face à divers types de dérapages et d'abus, qui menacent l'intégrité privée des citoyens ou limitent ses libertés de parole et de circulation. Pourquoi? Aujourd'hui , chacun d'entre nous est inscrit dans plusieurs dizaines de banques de données. Les technologies modernes du traitement de l'information rendent possibles des méthodes de plus en plus sophistiquées d'espionnage, de contrôle et de surveillance d'individus ou de groupes..etc..."

Un jury national, composé de personnalités connues, avec le soutien de nombreuses organisations et ONG visant à la défense citoyenne (voir http://www.bigbrotherawards.eu.org/organisateurs/index.html) sélectionne donc les administrations, collectivités locales, entreprises qui leur paraissent mériter le prix du Big Brother. Des opérations analogues sont conduites dans d'autres pays. Même si les nominés ne réagissent pas officiellement, ou même ignorent superbement la distinction qui leur est faite, on peut penser que la crainte du BBA mettra un frein aux bonnes idées de fichage et surveillance pouvant germer dans la cervelle de décideurs qui deviendraient plus ou moins dangereux pour la démocratie si personne ne les freinait.

Mais d'un autre côté,  le monde est ainsi fait que la criminalité internationale, fort bien organisée comme l'on sait, sera la première à pousser de braves naïfs à manifester contre toutes mesures utilisant les TIC pour lutter contre les ramifications maffieuses. C'est ainsi par exemple, que 134 Etats viennent de signer à Palerme, le 15 décembre 2000,  une convention contre le crime transnational. Les moyens, qui seront d'ailleurs fort insuffisants, nécessiteront des échanges de données rapides entre polices et juridictions des Etats signataires. Je ne donne pas longtemps avant que l'ombre du Big Brother ne soit évoquée à cette occasion pour paralyser ces échanges - ceci à l'instigation de gens très peu soucieux des libertés individuelles.

D'une façon générale, toutes les administrations qui cherchent à lutter contre les fraudes, fiscales, financières, à la sécurité sociale, aux réglementations européennes, ne manqueront pas d'être nominées par nos amis des BBA. Sera-ce vraiment un bien?

Je suggère en tous cas qu'un contre-contre-pouvoir soit constitué, celui d'un Big Brother Awards Evaluation Board, qui creuse un peu plus les motivations profondes de certains de ceux qui se plaignent des abus des administrations publiques. L'on pourra ainsi élargir les échanges d'arguments. Baquiast

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/01-3401/index.htm