logo admiroutes


La Gazette N°30 du 31octobre 2000

Par Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@chello.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation


Quelques articles mis en ligne sur Admiroutes durant la précédente quinzaine:

31 octobre
Ievoly Sun: Nouveau naufrage. Toujours pas  de décisions européennes. Rappel des propositions du collectif anti-marée-noire pour l'amélioration de la sécurité maritime et l'inspection des navires dans les ports français

28 octobre
Quelques devoirs des citoyens vis-à-vis des administrations (sur Internet)
Editorial de Jean-Paul Baquiast

27 octobre
How to develop intelligence and conciousness in governments
by J.P.Baquiast (rewritten in plain english by Roger Amgot Wiesenbach)
La culture du secret dans l'administration britannique
. Article de La Gazette d'Admiroutes, N° 30
Guide-âne du webmestre: La gestion de la connaissance (KM, knowledege management)

22 octobre
Vers l'Internet pour tous et vers le haut-débit
par Hervé Rannou
J'ai lu attentivement le relevé de décision du dernier comité interministériel sur la réforme de l'État
par un ami d'Admiroutes

19 octobre
L'administration et la révolution de l'intelligence en réseau
. Editorial par Jean-Paul Baquiast

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

Les contrats locaux de sécurité détournés?

Le Monde du 29 octobre, p.10 nous indique que la procédure d'établissement par les communes des contrats locaux de sécurité  (circ. du 28 octobre 1997) donnerait lieu à certains détournements. Des sociétés de sécurité privées noirciraient le diagnostic (en chargeant notamment de tous les maux les quartiers dits difficiles) pour des raisons commerciales évidentes. La police nationale considère au contraire que la sécurité n'est pas seulement affaire de répression, mais aussi de prévention, tous les services publics coopérant dans cette tâche.

Nous avions déjà indiqué qu'il fallait, selon nous, que les maires fassent de ces contrats une affaire personnelle, en utilisant notamment Internet pour mettre en relation les services concernés, et tenir les citoyens au courant des décisons prises, et des résultats obtenus. L'expérience de ces derniers mois montre que l'opération CLS risque de tourner court, faute d'avoir été prise avec la volonté de coopération et de transparence nécessaire. 29/10/00


La culture du secret dans l'administration britannique

Certains diront qu'il est rassurant d'apprendre que les Pouvoirs Publics français n'ont pas le monopole de la culture du secret. Le rapport de la commission d'enquête présidée par Lord Phillips of Worth Matravers sur la gestion de l'ESB en Grande-Bretagne montre ce qu'il en fut au Royaume Uni. http://www.bseinquiry.gov.uk/

Ce qu'il y a de plus grave dans cette culture du secret, c'est qu'elle est généralement imposée par des intérêts industriels et commerciaux à court terme, politiquement influents, et qui ignorent volontairement l'intérêt général. Des hommes politiques et des fonctionnaires ayant un minimum de moralité devraient refuser de leur céder. Mais quand ce n'est pas le cas, c'est là que la prise de parole d'experts indépendants, ou de simples citoyens, utilisant Internet, s'impose. Nous trouverons peut-être dans ce cas des messages irresponsables ou diffamatoires, mais cela vaudra mieux que l'épais silence intéressé des "officiels" 27/10/00

Sur l'aspect purement britannique du "mad cows fiasco", on se reportera avec intérêt aux commentaires de notre confrère KableNet.com http://www.kablenet.com/kable.nsf/Frontpage/638BEBE9CC8679A280256984005D5255?OpenDocument27/10/00
qui vont droit au fait.
"The Phillips report suggests puts forward at least two issues for serious thought.
The first is that, during most of the crisis, the overwhelming motive behind government behaviour was the need to avoid being seen as "alarmist". There is little sign that this attitude has changed....
The second lesson goes to the heart of the debate about modernising government. ..The obvious answer, a clean sweep of permanent secretaries to make way for "modernisers" would have its own dangers. One reason for the breakdown in communications highlighted in the Phillips report was that senior civil servants were afraid to confront ministers with the facts. Would a senior civil service packed with political appointments be more candid? I doubt it.

Some of us will be happy to notice that french administration has not the monopole of concealment. The Lord Philipps of Worth Matravers inquiry about the failure of UK government communication in the domain of BSE, is explicit. Secretiveness is particularly unacceptable when it is imposed by commercial interests influencing politicians or civil servants. Here is the absolute necessity of independant people using Internet for saying what they think to be the truth. Probably some of such messages will be errors or fakes, but better this than the official silence.


ENA et 21e siècle

Tout un chacun constatera que la nouvelle directrice de l'Ecole Nationale d'Administration, Mme Marie-Françoise Bechtel, invite cette école à "retrouver une capacité de réflexion ambitieuse pour le pays" (Le Monde, 24/10/00, p.10). Mais les propos ne traitent que de ce que l'on pourrait appeler la cuisine interne des modalités de recrutement et de formation. Cuisine importante certes, mais la "réflexion ambitieuse " aura du mal y s'y investir. Où sont esquissés les enjeux du 21e siècle, auxquels l'ENA devrait préparer. Excusez-moi de me citer, mais (à la suggestion d'ailleurs de quelques élèves) j'en ai signalé quelques-uns, dans un propos d'ailleurs fort banal en d'autres cercles que ceux du Conseil d'Etat, grand maître à penser de l'ENA (voir Editorial: L'administration et la révolution de l'intelligence en réseau http://www.admiroutes.asso.fr/edito/2000/intelligence.htm).

Il n'est pas étonnant que si l'on continue à ne rien changer aux paradigmes généraux selon lesquels fonctionnent les esprits de la "haute fonction publique", celle-ci ait, comme le prétend le Monde (même numéro, même page): "le moral en berne".  26/10/00


Tableau de bord du suivi du développement de l'administration électronique

Ceux qui s'intéressent à cette ample question trouveront la 2e version, actualisée, des actions gouvernementales y relatives, sur le site du ministère en charge de la réforme de l'Etat http://www.fonction-publique.gouv.fr/lareform/ntic/tabordintro.htm . Beaucoup d'ambition, beaucoup de mesures. Mais aussi sur le terrain, beaucoup de services qui sont restés à l'heure ancienne, tranquilles dans leurs petits fiefs (voir par exemple notre mulot d'honneur pour octobre 2000). Je continue à penser qu'il est dommage de ne pas voir le ministère héberger un Cahier de doléances analogue à celui que nous avons ici même animé pendant 2 ans. Ce serait aussi une excellente façon de réaliser un tableau de bord. 24/10/00 


La communication du RPR

Patrick Devedjan, porte-parole du RPR, expliquait récemment à la radio que son parti travaillait intensément, en vue d'approfondir les grandes questions et enrichir le débat politique. Il nous citait notamment le rapport produit par une commission dudit parti et consacré, si j'ai bien compris, à la réforme du fonctionnement de la justice. Voilà un problème intéressant, qui n'intéresse d'ailleurs pas que les seuls membres du RPR. Mais où trouver ce rapport? Pourquoi n'est-il pas sur internet.? Pourquoi le chargé de communication d'un grand parti ne songe-t-il pas à nous donner, y compris à la radio, l'adresse du site où nous pourrions trouver les propositions dudit parti? Les élections, cela se prépare, que je sache, et de la façon la plus démocratique possible.23/10/0

Why french political parties, when they undertake to make proposals over difficult problems in the domain of political choices and decisions do not give to citizens an easy access to their cogitations, using their web site for that purpose? I suppose electors (some of them at least) would be interested to know in the details what future they are pressed to vote for.



Créatif: réunion du 23 octobre

CRéATIF, groupe encore informel de personnes, associations, clubs visant l'accès et l'appropriation citoyenne de la société de l'information, s'est réuni une nouvelle fois à Paris le 23 octobre. Différents projets intéressants ont été élaborés, notamment une cartographie des initiatives analogues et des actions communes. Les informations utiles à ceux s'intéressant à cette démarche, que soutient Admiroutes, se trouvent sur le nouveau site de CRéATIF http://www.creatif-public.net/


 Europe du droit ou Europe du crime?

Le Monde du 20 octobre publie un nouvel appel de magistrats européens (consultable en archive payante dans http://archives.lemonde.fr/ ) en faveur de la mise en place d'un Espace juridique européen commun signifiant système juridique et judiciaire harmonisé. Pour commencer, ils demandent un parquet européen susceptible de poursuivre, dans un premier temps, les infractions (innombrables) à la réglementation communautaire. L'argument n'a pas changé depuis le fameux Appel de Genève du 1er octobre 1996 (au fait, cet appel est-il aussi fameux que cela? Qui s'en souvient?). Les paradis fiscaux, bancaires et judiciaires qu'hébergent, chacun pour leur compte, les différents pays européens, offrent au crime organisé l'occasion de se déployer à loisir. Pendant ce temps, la spécificité des procédures de police et de justice, l'absence de tout investissement technologique permettant la coopération entre services différents et, finalement, la volonté de chaque gouvernement de protéger ses intérêts nationaux, fussent-ils suspects de fraude ou criminalité, fait que rien n'a changé depuis 1996 en faveur d'une Europe du droit et de la justice. Même le concept pourtant vague de coordination administrative (Eurojust) sur les contours de laquelle chacun s'interroge, est loin d'être acquis.

A Mme Crénier, présidente du Syndicat National de la Magistrature, co-signataire de ce nouvel appel, la nouvelle Garde des Sceaux répondait indirectement, sur France Inter, que des choses étaient en route. L'ennui de la communication gouvernementale, sous présidence française comme sous toutes les autres présidences, est que l'on ne trouve pa, ni sur Internet ni autrement, la moindre information précise, en dehors du langage institutionnel habituel, permettant au citoyen de se rendre compte de ce qui est effectivement en route. Pendant ce temps, les magistrats se lassent et les petites et grandes affaires continuent. 21/10/00

You probably remember that a group of european public prosecutors explained in the Appel de Genève in 1996 how they were unable to fight crime, because of the facilities offered by globalisation, communication networks and the various "paradises" existing all over the world, and first of all in european countries. The same prosecutors are now telling us in Le Monde (20th of october), that nothing has changed. They are wondering when an efficient european law space will be established, with common european prosecution, at least when european legislation is frauded. But nobody is able to explain us what will be really done in this direction by european deciders. So, if you want to get rich, you know where and how to invest.


Le site de Bertrand Delanoê

Décidemment les socialistes (ils ne sont pas les seuls) ont bien compris l'intérêt d'ouvrir des sites internet interactifs, où chacun est appelé à s'exprimer. C'est le cas du candidat à la mairie de Paris Bertrand Delanoë, dont le site http://www.bertrand-delanoe.org/ nous permet de présenter des suggestions, en attendant un second espace, chats-forum, qui est en cours de mise en place. Personnellement, je n'aime pas trop le terme de chats (pourquoi rien concernant nos amis les chiens, diront certainement certains électeurs), mais la démarche est louable. A vos claviers, citoyens. Ce qui m'intéresserait serait évidemment de savoir ce que suggèrent les internautes. 17/10/00



La Charte européenne des droits fondamentaux de l'Union et la presse en ligne

Comme tout un chacun, je cherche dans la presse en ligne la Charte Européenne des Droits de l'Union, dont j'aurais aimé vous donner la référence URL.. Cette Charte prévoit des clauses intéressant notamment la citoyenneté, qui concernent les applications Internet des administrations. Malheureusement, le Figaro en ligne http://www.lefigaro.fr/ ne présente que deux courts paragraphes sur le sujet  Le Monde, qui avait publié le texte dans sa version-papier le 17 octobre, m'engage dans des recherches simples et détaillées dont je ne tire rien http://interactif.lemonde.fr/commun/recherche_detaillee/0,3687,,00.html.
Sans doute suis-je nul. Me faudra-t-il aller sur des sites officiels? Ce sera pour une autre fois. 1/2 heure de recherche, même pour un sujet aussi important, c'est trop. 17/10/00

NB: on trouve la Charte, non sans difficultés, et en pdf, sur le site de la Présidence française de l'Union http://www.presidence-europe.fr/pfue/static/acces6.htm?nav=6


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le  26 octobre

The BSE inquiry http://www.bseinquiry.gov.uk/

Le rapport sur le "fiasco de la vache folle" évoqué ci-dessus, a été immédiatement publié, in extenso ainsi qu'avec différentes modalités de consultation, par le gouvernement britannique. Ceci malgré qu'il contienne de graves critiques à l'égard de divers ministres, ainsi qu'à l'égard de nombreux hauts fonctionnaires et experts. Un site web entier lui est consacré. Les premières heures ont vu affluer tellement de connexions que ce site a été saturé, mais dupliqué immédiatement sur plusieurs sites miroirs. Voilà un exemple de bonne communication gouvernementale sur Internet comme l'on aimerait en trouver tout le temps, dans d'autres pays. Est-ce pour  laver le gouvernement britannique du reproche de cultiver le secret que cette diligence  a été manifestée, ou est-ce un premier bon effet du government's new Knowledge Network ?

A ce propos, pourquoi n'ai-je trouvé dans aucun journal français mentionnant ou commentant ce rapport l'adresse Internet dudit. Est-ce toujours là l'effet d'une volonté de ne pas citer ses sources (pour s'en garder l'exclusivité?). Baquiast

Le  25 octobre

Téla-botanica http://www.tela-botanica.org

Le Réseau Tela Botanica a pour objet de contribuer au rapprochement de tous les botanistes de langue française. Il s'adresse à toutes les personnes intéressées par le monde végétal, dans une éthique de respect de la nature, de l'homme et de son environnement.

Le Réseau est géré par une association de la loi de 1901 "l'Association TelaBotanica" et dispose d'une charte éthique et organisationnelle. L'adhésion à l'Association est limitée au fondateurs (3 associations), mais l'adhésion au réseau est gratuite et ouverte à tous (325 adhérents depuis le début de l'année, croissance régulière d'un adhérent par jour).

Le Réseau n'existe que par Internet (site, forum...) et par les projets qu'il fait émerger. Une réflexion importante a été menée sur le concept de réseau, ses atouts, ses règles de fonctionnement, ses problèmes, les outils dont il a besoin... (voir le site Internet la présentation faite à GENTIANA http://www.tela-botanica.org/actus/092000/gentiana.htm "archives" des "actualités").

Un salarié permanent, un deuxième en cours de recrutement. hébergement au Lycée Agropolis de Montpellier.
Ce commentaire est de Daniel Mathieu, président dmathieu@tela-botanica.org

Le  24 octobre

Kablenet.com http://www.kablenet.com/

Adminet, more efficient than ever, advises us of the massive presence of Kablenet.com in the (un-official) battlefield of e-governments over the world. Go and have a look, more if you are not desoriented by the typically tabloidesk appearance of our british colleague. Just a remark: pity that so many links are not provided. On the web, no link no cure.

Another observation: it is interesting to notice that IT corporations are definitely interested in "what's happening in e-government and information-age services", since they sponsor such publicatioins. Don't wonder why, will say pre-information-age people. They want to sell their devices. Objection rejected, I should say. In UK, e-government's future  is probably considered, more than in France, as a domain open for all. Baquiast

Le  23 octobre

Service-public.fr http://www.service-public.fr/

Il est né, le divin enfant! Nous n'avons pas lieu de nous plaindre. Comme portail des portails et des sites administratifs, il se présente bien, il est clair, agréable à regarder, apparemment aussi complet que possible. Mieux encore, il est doté, si nous avons bien compris les explications de la Directrice de la Documentation Française et du Ministre lui-même, d'une solide équipe de webmestres et documentalistes pour le tenir à jour et le rendre encore plus efficace. Donc parfait. Je n'en dis pas plus, j'aurais l'air de faire de la démagogie. Voyez vous-mêmes.

Ceci dit, bien sûr, nous n'avons là que le front-office des front-offices. Les back-offices de l'administration profonde, Etat comme collectivités locales, ont encore des progrès à faire pour se convertir à 100% à l'Internet. Un exemple: la dématérialisation des procédures de l'achat public n'est pas encore réalisée, 3 ans après avoir été présentée comme prioritaire par un déjà lointain ministre de l'Economie et des Finances. Il y a donc toujours du pain sur la planche.

NB pour ceux qui ne le savent pas: la dématérialisation en question concerne l'ensemble des échanges entre administrations acheteuses et entreprises fournisseurs. Elle ne se limite pas à la publication des appels d'offres, dont est chargé le BOAMP, mentionné sur la page d'accueil du site Service-public. Baquiast

Le  19 octobre

Tocsin.net http://www.tocsin.net/

Tocsin nous sonne les cloches, parait-il. Tocsin est... "Un magazine critique, consacré aux médias traditionnels et à l'Internet, conçu et réalisé par des journalistes professionnels. Sa diffusion est essentiellement électronique. Il s'adresse à tous les professionnels de l'information, consommateurs et aux citoyens qui s'intéressent aux techniques et aux conditions de production de l'information dans la presse écrite, la radio, la télévision et, bien sûr, sur l'Internet."

Vaste programme. J'avais retenu de discussions avec Odile Ambry, l'une des créateurs, que l'ambition était d'éclairer de points de vue critiques et, si possible, libres de toutes attaches et influences, les informations parfois détournées, sinon manipulées, circulant en trop grand nombre sur le web. Ce fut, comme le dit Tocsin, l'affaire Erika qui a servi de déclencheur à la démarche. Je ne peux que vous renvoyer au dossier présenté sur ce cas d'école. Vous y retrouverez Olivier Zablocki, http://www.tocsin.net/dossier/itvzab.htm , votre serviteur http://www.tocsin.net/dossier/itvbasq.htm * et d'autres, honnêtement interviewés par Mme Ambry et ses confrères.

Quand à moi, bien qu'ébranlé à l'époque, j'ai laissé en ligne le texte de Anne Lobbé (laquelle parait-il existe en vrai, un membre du Cawa l'a rencontrée), tout en rappelant la précarité de la source.

Je ne reviens pas sur ce problème précis, mais sur l'ambition de Tocsin. C'est très bien que des gens honnêtes veuillent contre-enquêter sur les publications ou propos qui leur paraissent suspects. Dégonfler les baudruches et soulever les masques constitue la grandeur et le risque du journaliste que l'on peut appeler d'investigation . La seule question qui se pose, c'est sur la perennité de telles entreprises. Combien de temps un journaliste d'investigation peut-il rester indépendant et professionnel. Quis custodet custodes. Disons que, pour que la démocratie d'opinion fonctionne, il faudra beaucoup, beaucoup de tels audacieux. Donc longue vie au Tocsin, et qu'il fasse naître d'autres vocations. En attendant, j'attend avec impatience sa lettre d'information. Baquiast

* Un détail, puisque nous écrivons l'Histoire, mon nom, contrairement à ce que suggère Tocsin,  n'a pas de "s" au début, mais à la fin. Je dis cela, non par vanité patronymique, mais que pour mes sympathiques correspondants ne s'emmèlent pas les touches de clavier en m'adressant des mels.

Le  18 octobre

Le Portel http://www.ville-leportel.fr/
Alençon http://www.ville-alencon.fr/

Beaucoup de villes françaises ont maintenant leur site internet. Certains de ces sites font vraiment effort pour être utile et agréable. Le citoyen est en droit de comparer les uns aux autres. Je suppose que les maires font de temps en temps un voyage sur le web pour se rendre compte eux-mêmes de ce que font leurs collègues et amis. Je ne vais pas me fatiguer ici même à faire ce travail. Voici deux sites que vous pouvez bench-marquer vous-mêmes. L'un m'a été signalé lors d'une réunion de l'Association des Elus du littoral (ANEL), par son maire, que je re-salue cordialement ici . L'autre est cité par C. Labbé et O. Recasens, du Monde (18 octobre 2000, p. 38) A vous de dire celui que vous préférez, si cela vous amuse. Baquiast

PS: un correspondant me signale, à juste titre, que dans le net-scoring des sites municipaux que nous avions proposé il y a quelques mois, j'avais oublié de mentionner les facilités données aux personnes non-voyantes ou handicapées pour accéder au site et plus généralement aux informations municipales. Dont acte.

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/00-3010/index.htm