logo admiroutes


La Gazette N°28 du 30 septembre 2000

Par Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@chello.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

Quelques articles mis en ligne sur Admiroutes durant la précédente quinzaine:

29 septembre
Internet et les territoires isolés. Propositions pour La Réunion.
par Jean-Paul Baquiast

22 septembre
Government-wide portals
 par Patricia B. Wood, National Partnership for Reinventing Government (07/09/00)

19 septembre
Répondre au défi de MM. Jean-Marie Messier et Alain Minc
Editorial par Jean Paul Baquiast

15 septembre
Gayssot: manque de crédibilité
 Lack of credibility  Editorial par Jean-Paul Baquiast

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

Le site de l'éducation nationale aurait-il coulé?

Je n'aime pas signaler les malfonctionnements d'autres collègues, mais quand même! Le site de l'éducation nationale pousse un peu loin le bouchon. En ce samedi, jour d'intense consultation des sites administratifs, celui-ci, à l'adresse www.education.gouv.fr, nous répond par la page Discours et communiqués (eux-mêmes nous renvoyant sur des 404 en série). Le paquebot Education aurait-il coulé dans le web, ne laissant que cette page flottant sur les eaux noires du cyber-espace. Quelques autres débris apparaissent à vue, le BO, l'actualité, les adresses... Mais où est donc passé le corps du navire lui-même? Et le pilote? Etait-il à bord à l'appareillage, pour faire la chek-list indispensable avant toute nouvelle sortie à la mer? 30/09/00


Un discours décalé

Invité à un séminaire sur les TIC qui se tenait à La Réunion (voir Internet et les territoires isolés. Propositions pour La Réunion), j'ai pu constater que malgré leur bonne volonté, beaucoup de services déconcentrés de l'Etat n'ont pas encore compris que les régions et départements ne leur demandent pas de réciter le catéchisme ministériel, mais de montrer explicitement ce qu'ils font et compte faire dans le cadre territorial, afin de valoriser celui-ci, et faciliter la vie des citoyens et entreprises qui s'y trouvent. Un exemple: la préfecture n'intéressera que médiocrement les Réunionnais si elle se borne à annoncer les mesures décidées par le gouvernement en faveur des TIC. Le nombre global d'emplois, crédits, formation promis par le Premier ministre n'a de sens que s'il est suivi immédiatement de précisions concernant ceux destinés à la Région, ainsi que de la date précise de leur arrivée, des modalités de leur utilisation, etc. De même, ce n'est pas indiquer ce qui se trouve sur le site de tel ministère (où chacun peut y aller voir) qui manifeste un grand engagement en faveur du développement des TIC. Il faut au contraire montrer ce que le service déconcentré fait et va faire dans ce domaine, avec qui, et quand.

Tout au contraire des discours stéréotypes de certains services, nous avons tous apprécié les présentations de ceux s'étant impliqués localement: le Tribunal de Grande instance, la Caisse d'Allocations Familiales, et surtout le Rectorat  http://www.ac-reunion.fr/ cité dans ma note référencée ci-dessus. A signaler aussi toutes les initiatives associatives ou autres autour des serv ices publics. Par exemple l'Observatoire Réunionnais de l'eau http://www.stor.fr/ore/ 29/09/00


Nouvelles du super-portail administratif américain

Communiqué par notre ami Pierre Lamothe, du Conseil du Trésor Québécois, que je remercie:

Pour votre information, voici un article intéressant faisant le point sur les plus récentes initiatives du gouvernement fédéral américain en matière de déploiement de portails gouvernementaux, dans le contexte du lancement imminent du superportail « FirstGov » (http://www.firstgov.gov/) annoncé le 24 juin dernier par le Président Clinton :

« The Business Impact of Government-wide Portals », by Patricia B. Wood, National Partnership for Reinventing Government (September 7, 2000)
http://www.accessamerica.gov/docs/irmcoportals.html


Excellent, merci. J'ai fait une copie de l'article, compte tenu de son intérêt.


Ouverture prochaine du site Créatif

A ceux d'entre vous qui m'interrogent sur ce que devient l'initiative Créatif, au lancement de laquelle a participé Admiroutes, indiquons que le site portail permettant d'accéder aux diverses réalisations et composantes du mouvement, sera bientôt ouvert à l'adresse suivante http://www.creatif-public.net . Mais pour le moment, il n'y a rien à cette adresse, sauf un message d'attente. Il faut aller sur www.mairie-brest.fr/cnt/creatif
Créatif vise, rappelons-le, à faciliter les Accès et Appropriation Citoyenne des Technologies de l'Information en France 21/09/00


Observatoire de l'emploi public

On trouvera sur le site du ministre de la Fonction Publique le discours prononcé par M. Michel Sapin en installant l'Observatoire de l'emploi public, annoncé il y a quelques mois.  L'Observatoire s'intéressera aux trois fonctions publiques, c'est-à-dire aussi aux emplois des collectivités territoriales et établissements de santé. Le ministre manifeste une claire volonté de se faire donner les informations nécessaires, notamment, à la mise en place d'une gestion prévisionnelle des emplois. Différentes dispositions sont annoncées pour que cette intention devienne une réalité, malgré les réticences probables de certains ministères.
http://www.fonction-publique.gouv.fr/leministre/lesdiscours/discours-200009191750.htm

Le discours du ministre n'éclaire pas l'auditeur sur les moyens dont disposera effectivement l'Observatoire, non plus, chose à nos yeux essentielle, sur la publicité qui sera donnée à ses travaux, notamment par l'intermédiaire d'un site Internet ouvert au grand public. Une démarche plus proche des habitudes de la net-société aurait consisté à mettre en place le site web et précisé les informations que l'on y trouvera, avant mêrme d'annoncer la création de l'Observatoire. Il faudra aussi, à l'attention du grand public et de la presse, indiqué comment l'Observatoire traitera les questions qui lui seront posées, et qui n'auraient pas trouvé réponse dans les données en ligne. Espérons que tout ceci sera fait dans les prochaines semaines ou mois. 21/09/00
NB: nous souhaitons que le webmestre de la Fonction Publique laisse le discours du ministre accessible à son URL actuelle, le nombre de mois ou d'années nécessaires. Ceux qui comme nous voudront s'y reporter souvent doivent pouvoir le retrouver facilement, sans avoir à l'importer sur leur propre site.

Good news for those interested by the question of how many are civil servants and what are they or will be doing. A Civil service watchdog is now officially in charge of collecting datas and making previsions, in good cooperation, let us hope, with central and local public administrations. It should be nice to have as soon as possible a web site where the relevant datas could be easily obtained by everybody.


Concours du meilleur Reportages multi-média sur France Inter

Bravo à France Inter qui lance un concours du meilleur reportage multi-média. Voici une bonne façon d'encourager la création avec de nouveaux outils. Espérons que cela aidera les établissements d'enseignements à faire la même chose dans leur domaine. Quelques enseignants ont commencé à expérimenter cette démarche éminemment pédagogique, mais j'imagine qu'ils le font à leurs risques et périls - faute qu'elle ne soit pas  encore réglementée par le B.O.

Ceci dit, je ne peux vous en dire plus. France Inter (radio)  annonce que l'on trouvera tous renseignements sur le site "France Inter.com". Bien malin qui trouve , et le site, et l'information, du moins ce matin 21/09/00


Mots croisés: pourquoi si tard et pourquoi pas sur Internet?

L'excellente émission d'Arlette Chabot et d'Alain Duhamel, Mots croisés, traitait hier  soir 18 septembre des problèmes du pétrole et de l'automobile (question plus préoccupante d'ailleurs que le thème initialement programmé, le Quinquennat.). Des ministres, le Président de Renault, Daniel Cohn Bendit et bien d'autres nous ont clairement montré que le tout pétrole-tout automobile n'était plus viable, et qu'il fallait d'urgence relancer des solutions dont on parle depuis 20 ans sans avoir guère avancé: les transports en commun, le ferroutage, la voiture électrique, etc. L'objection récurrente était que ces solutions se heurtent encore au désir de la très grande majorité des Français de disposer de grosses voitures, d'aller vite et de ne pas payer (au moins directement) les coûts de la sécurité. Je simplifie, mais...

Mais ce n'est pas cela que je veux évoquer ici. C'est l'heure de l'émission. Commencée à 23h05 et terminée vers 01h le lendemain matin, lequel de ces Français si possédés du démon de la voiture et de la vitesse pouvait vraiment être touché. Ils dormaient, les pauvres, ayant à travailler le lendemain. Peuvent-ils au moins retrouver la substantifique moëlle de l'émission sur Internet? Je viens d'explorer le site de France2 http://www.france2.fr/programmes/sommaire-emis.htm Je vois que, sur Mots croisés, l'on m'y donne rendez-vous pour le lundi 4 septembre, c'est-à-dire, sauf erreur, 15 jours en remontant le temps. Bravo le webmestre. Dans 15 jours, j'aurai droit au nom et titres des invités d'hier soir, mais pas plus.

Bref, un site de service public, confronté à des enjeux majeurs, se donnant le moyen de rassembler des gens et des idées dont il faudrait absolument que les citoyens discutent, réserve ses heures ouvrables à Un gars, une fille ou à Jean Luc Delarue (Jour près jour, Vacances, du nudisme à la jet-set). Que fait l'Etat? Ne nous étonnons pas de mourir idiots et d'un accident de la route. 19/09/00


Le pouvoir politique des "marchés"

Plutôt que de s'inquiéter sur les risques d'une démocratie d'opinion, il vaut mieux le faire sur les risques que font courir à la démocratie le pouvoir de plus en plus exorbitant des grandes entreprises, ou dit autrement, des "marchés" et de ceux qui parlent en leur nom. La question est alors de savoir si une démocratie d'opinion citoyenne peut ou non contrebalancer le pouvoir de ceux qui monopolisent tous les pouvoirs d'expression, y compris Internet.

Nous avions déjà soulevé cette question ici, et je vois avec plaisir que l'interrogation se répand (voyez par exemple le début de l'excellent message reçu ce jour dans notre courriel) chez des gens qui ne sont pas encore des militants d'ATTAC  ou des démonteurs de MacDo. A cet égard, le numéro du Nouvel Observateur du 14 septembre 2000 est d'un intérêt exceptionnel. Grâce à Laurent Joffrin, Airy Routier, Jean Gabriel Fredet, notamment, le problème est clairement posé de savoir si l'individu, ou si l'on préfère, l'électeur-citoyen détient encore une quelconque influence sur les multinationales. Certainement pas en tous cas par les voies de la politique traditionnelle, débouchant sur le pouvoir de l'Etat via la démocratie représentative. Laurent Joffrin a tout à fait raison de nous mettre très sérieusement en garde sur le fait que, dans les livres récemment parus de Jean-Marie Messier et Alain Minc, l'Etat et le citoyen sont à reléguer à la Biennale des Antiquaires. Les multinationales des médias, comme celle mise en place par JMM, risquent en effet de vérouiller totalement l'opinion, Internet-citoyen ou pas.

Or ceci est d'autant plus inadmissible que les multinationales en général, et les marchés par lesquels elles terrorisent les gouvernements, apparaissent en effet non seulement comme d'insupportables dictatures (pour peu que l'on puisse y réfléchir encore) mais aussi pour ce que l'on pourrait appeler de méga-automates inintelligents. En effet, la recherche du profit immédiat les conduit à orienter l'économie et la technologie dans des directions qui pourraient se révéler catastrophiques à terme. C'est le problème du tout-pétrole-tout-automobile, de l'épuisement des ressources naturelles, de l'effet de serre, comme du sous-développement persistant imposé à la plus grande partie du monde.

Les Etats ne font pas mieux, direz-vous. La question n'est pas là. La question est de savoir ce que peuvent faire ceux qui, comme beaucoup d'entre nous en Europe, croient encore que les citoyens peuvent, par la réforme de l'Etat et des institutions, influer en faveur d'un meilleur contrôle des pouvoirs économiques. Je pense que ces messieurs Minc et Messier, par exemple, riraient bien s'ils tombaient, par hasard, sur un machin comme ce site et ceux qui s'y expriment ou s'y reconnaissent.17/09/00


Qu'est-ce qu'une démocratie d'opinion?

Le magazine Transfert consacre un intéressant et amusant article http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_rub=87&idx_art=1689 à la rencontre du Président de la République le 11 septembre avec une quinzaine de créateurs de sites. Nous y apprenons que le Président, entre autres sujets de préoccupations que lui procure Internet, s'inquiéterait du fait que celui-ci pourrait nous faire dériver vers une démocratie d'opinion. Le propos est rapporté par l'auteur de l'article, Julie Krassovsky, qui elle même cite Jean Michel Billaut. Il n'est donc pas de première main. Mais il m'inquiète cependant. Qu'est ce qu'une démocratie d'opinion et en quoi celle-ci peut-elle être inquiétante? Cette modeste Gazette, que vous lisez en ce moment, est-elle la manifestation, elle-même inquiétante, d'une dérive vers la démocratie d'opinion. Vais-je me substituer, et vous subséquemment,  aux parlementaires, aux juges, aux décideurs de toutes sortes qui nous encadrent et nous dirigent, pour fomenter un complot contre la démocratie représentative? Je me félicitais, pour ma part, de pouvoir dire ce que j'avais envie de dire sans me retrouver en prison, comme j'aurais risqué de l'être dans d'autres pays. Dire ce que l'on a envie de dire n'est-il pas le premier droit du citoyen, droit générateur lui-même de l'opinion publique qui, le moment venu, se traduit par l'élection de députés et d'un Président? De grâce, que l'on m'explique. 16/09/00


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le  29 septembre

Observatoire Européen des Pratiques d'Accès aux Technologies de l'Information et de la Communication http://optic.ifrance.com/optic/

Voici un Observatoire de plus, qui se veut aussi un lieu de dialogues et d'échanges. Les collectivités et initiatives locales devraient être les bénéficiaires de cette démarche. Sont "pressentis" pour le Comité de pilotage la Cité des Sciences, la Caisse des dépôts, La Poste, la mairie de Montreuil. Mais pour les moments, les pages sont vides. On peut se demander s'il est préférable de mettre en place sur le web un projet avant même qu'il soit vraiment prêt, ou s'il faut attendre d'avoir atteint un seuil de crédibilité. La question est à laisser aux spécialistes du marketing en ligne. Personnellement la première solution ne me parait pas mauvaise, à condition que les pages vides se remplissent très vite. A suivre donc Baquiast

Ambassade de France en Bolivie http://www.ambafrance-bo.org.bo/

L'ambassade de France en Bolivie dispose d'un site, ma foi assez joli (tout au moins en ce qui concerne les fonds de pages). Ce site fournit des listes détaillées d'adresses et renseignements administratifs intéressant les différentes catégories de Français vivant ou se rendant dans ce pays. Notons au passage que si tous les services et entités mentionnés ont une adresse et un téléphone, beaucoup n'ont pas d'e-mail et moins encore de sites web.

Je me pose une question cependant. Je sais qu'un site diplomatique se doit à une certaine réserve, et se garder de tout ce qui pourrait paraître une critique à l'égard du pays hôte. Mais, comme on le fait pour les risques sanitaires, ne faudrait-il pas mieux avertir les visiteurs des précautions à prendre pour éviter d'être victimes des enlèvements pour rançons, ou autres violences toujours possibles. L'ambassade pourrait peut-être s'éviter, en avertissant mieux les imprudents, bien des tracas subséquents. Baquiast

Le 27 septembre

Unesco: Observatoire de la société de l'information http://webworld.unesco.org/webworld/observatory/index.shtml

Beaucoup de gens se plaignent de ce que l'Unesco sache mal s'inserer dans la société de l'information. Elle préférerait encore les actions coûteuses mais visibles (en termes d'hommes et crédits mobilisés), à celles supposant seulement le savoir-faire de l'Internet. Cet observatoire est là, je suppose, pour nous démontrer qu'il n'en est rien. On y trouve, dans un ordre qui ne m'apparait pas évident, des informations de toutes natures et de divers pays sur les "défis éthiques, légaux et sociétaux de la société de l'information". Si vous avez le temps, vous pouvez vous y rendre de temps en temps. Une observation cependant (excusez-moi, mais je m'intéresse à ce genre de détail révélateur)  "last updated: 26.05.2000" . Le moteur censé faire tourner la grande coupole de l'Observatoire pour suivre la rotation des astres cybériens serait-il tombé en panne? Baquiast

Le 24 septembre

Formanet http://www.fas.umontreal.ca/ebsi/formanet/index.html

L'objectif est de " Développer les compétences informationnelles dans l'enseignement secondaire en France et au Québec " Le projet émane de l'Université de Montréal et s'insère dans le programme "Ecole informatisée Clef en mains". Dans le cadre de la commisison de coopération permanente France Quebec, il dispose d'un partenaire français, le Centre régional de recherches pédagogiques de Poitiers. Le site est riche en nombreux exemples intéressants, méritant le voyage. Les cas québécois sont beaucoup plus nombreux que leurs homologues français. Mais faut-il s'en étonner?

Une réserve de taille. La présentation est austère, voire rebutante. Il faut par ailleurs bien posséder le "pédagol", langue comme l'on sait indispensable pour parler pédagogie aux populations ignorantes. Je ne vois pas les élèves ou parents d'élèves curieux de ces nouvelles pratiques s'enfermer longtemps sur le site. Est-il donc réservé aux seuls professionnels pédagoliens? Ne pourrait-on faire plus attrayant? Baquiast

Le  20 septembre

FRANCE Délib http://www.francedelib.fr/

De plus en plus d'entreprises s'intéressent aux collectivités locales et s'efforcent de leur proposer des services en ligne. C'est une excellente chose, si l'on considère le nombre de ces collectivités, et le relativement petit effectif d'entre elles qui utilisent vraiment les nouvelles technologies pour améliorer leur gestion. France Délib propose une offre qui parait originale.

Il s'agit, si l'on comprend bien, d'une formule coopérative. Chaque collectivité qui produit des textes et délibérations peut obtenir des modèles de ces documents sur la base de données de France Délib, à condition de remettre ses propres textes à celle-ci. Apparemment, ceci correspond à un besoin, qui n'était pas jusqu'ici couvert. D'autres informations peuvent être "mutualisées", par exemple concernant les fournisseurs. Les coûts seraient faibles. Laissons la parole à France Délib:

"France Délib SA est née en novembre 1998 de l'idée de créer une bourse d'échange des expériences en matière de rédaction des textes des délibérations produits par les collectivités. Au quotidien, les collectivités doivent rédiger les textes de délibérations et d'arrêtés réglementaires en tenant compte d'un contexte juridique complexe en évolution permanente... Profitant de l'émergence d'Internet sur le territoire français, des élus et des fonctionnaires territoriaux ont eu l'idée de créer une base de données rassemblant des documents ayant subi le contrôle de légalité. Véritables sources d'informations publiques, ces bases de données sont alimentées par les collectivités territoriales, garantes de la validité de leurs textes."

Le  19 septembre

Préfecture de police de Paris http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr/

Le site de la PP réussit à donner un air  relativement riant à une administration austère. Il est vrai qu'imbriquée comme elle l'est dans la vie intime - et pas toujours facile - des quartiers parisiens, et de leurs habitants, elle se doit de montrer qu'elle fait effort pour leur rendre service. Le visiteur doit aller tout de suite sur le plan du site http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr/plan_du_site.htm pour trouver sans chercher le large éventail des services offerts. En ce qui concerne les procédures, les formalités et documents à prévoir sont semble-t-il clairement énumérés, mais les téléprocédures restent encore inconnues.

Si j'étais le Préfet de Police (?) j'irais plus loin cependant dans le service aux citoyens. Une adresse Internet sur laquelle envoyer questions ou observations, une FAQ publiant les principales réponses de l'administration, feraient bien pour adoucir le visage de la vieille dame. Baquiast

PScript au 22 septembre. Je les attendais au tournant si je puis dire des rues sans voitures, pour la journée du même nom, ce 22 septembre. Un grand bon point. Dans la rubrique "La capitale au quotidien", nous avons toute l'information nécessaire, avec plans, l'arrêté, etc. C'et le minimum direz-vous. Peut-être, mais en France, il faut vraiment souligner les efforts des institutions qui font le minimum pour utiliser Internet au service de l'usager.

Le  18 septembre

logo web-abriPremier moteur de recherche entièrement dédié à l'agriculture  http://www.web-agri.fr

Consacré exclusivement à l'agriculture, le moteur de recherche Web-agri vient combler une belle lacune : en cette matière et jusqu'à présent, on ne trouvait en effet sur la toile que des annuaires, le plus souvent constitués manuellement et repertoriant tout au plus 2000 adresses pour les annuaires francophones, et 15000 pour les anglophones.
Lancé officiellement ce jour par la société Hyltel, Web-agri référence déjà pour sa part plus de 50000 adresses, volume qui selon les concepteurs du site "devrait monter à terme  à près de 100000".
Outre le moteur de recherche (qui a reçu le soutien de l'Agence française pour l'innovation (ANVAR)), le site propose trois principales rubriques : "porcs", "bovins", "grandes cultures" avec, pour chaque, le cours du jour, des actualités, une revue de presse et des forums... Christophe Jacquemin

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/00-2809/index.htm