logo admiroutes


La Gazette N°21 du 30 avril 2000

Par Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@chello.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

Quelques articles mis en ligne sur Admiroutes durant la précédente quinzaine:

29 avril
Editorial: Réforme des Finances suite. par Jean-Paul Baquiast

19 avril
Net et collectivités locales
par Jean-Luc Morin

17 avril
Ouverture du dossier: Admiroutes et la réforme de l'Etat

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

A quoi bon s'obliger à participer aux forums sur Internet?

Les plus irréductibles face à la "démocratie directe sur Internet" finiront par prendre le chemin de leurs claviers, car les occasions de s'exprimer commencent à devenir sinon fréquentes, du moins non nulles. Des forums, sur des sujets très sérieux, s'ouvrent régulièrement. Mentionnons deux d'entre eux, dont nous trouvons la référence dans Le Monde du 28 avril:
- La charte du mouvement social européen, animée par Pierre Bourdieu http://www.raisons.org 
- La Charte des droits fondamentaux de l'Union Européenne, animée par une convention émanant de celle-ci  http://www.europarl.eu.int/charter/fr/default.htm

En bons citoyens conscients et organisés, nous devrions nous précipiter sur ces forums, nous informer de ce qui y est déjà dit, et exprimer notre point de vue de la façon la plus concise, mais aussi la plus pénétrante possible. Beaucoup d'entre nous, pourtant, ne le ferons pas. Pourquoi? Il ne s'agit pas de la même forme de démission qui fait que les électeurs dans nos démocraties négligent souvent d'utiliser le droit de vote dont bien d'autres peuples voudraient jouir. Plusieurs raisons autres que la paresse ou la négligence nous rendent sceptiques, raisons qu'il faudrait discuter en détail.

La première impression est que tous ces gens-là, éminentes autorités morales et politiques, savent déjà ce qu'ils veulent obtenir, qu'ils n'ont pas grand chose à faire de notre opinion, sinon compter les entrées sur leur forum. Allons-y donc, car les causes paraissent bonnes, mais ne nous décarcassons pas à tenter de dire quelque chose qui  aille au delà de la simple approbation de principe. La seconde impression est plus subtile. Si nous considérons le nombre de personnes à qui potentiellement s'adressent des forums comme ceux cités ci-dessus, des centaines de milliers, voire des centaines de millions de gens, nous nous demandons comment notre point de vue, aussi original soit-il, pourrait contribuer en quoi que ce soit aux synthèses finales.  Nous n'imaginons pas des armées de dépouilleurs analyser des centaines de milliers de réponses, dont la nôtre, pour en tirer le meilleur. La formation de l'opinion publique est une opération statistique dans laquelle les individus ne peuvent espérer se reconnaître.

Je crois cependant que, si l'on disposait d'outils d'analyse modernes sur les rôles que les contributions individuelles peuvent avoir dans les comportements des grandes organisations, comportements qui relèvent d'ailleurs d'automatismes généralement inconscients à tous, il serait possible de préciser les cas où une opinion individuelle, fut-elle sommaire ou brutale, peut faire basculer la formulation d'une idée, et plus généralement d'une politique. C'est tout le problème du rôle que peuvent jouer certains individus dans l'histoire, ou certains chercheurs dans l'évolution de la pensée scientifique, s'ils ont la chance d'être là au moment où le renversement paradigmatique n'attendait qu'eux pour se cristalliser. Il ne faudrait donc pas s'abstenir de participer aux forums sur Internet et y tenir son rôle de citoyen actif. L'on peut toujours se dire que cette participation peut déclencher, par effet "aile de papillon" , un bouleversement dans le bon sens de ce que nous voudrions voir arriver. 29/04/00


Délégation permanente de la France auprès de l'OMC

La DREE (Direction des relations économiques extérieures du ministère des finances) nous communique la liste de ses représentants auprès de l'Organisation mondiale du commerce.http://www.dree.org/omc/omc3.htm C'est sympa. Malheureusement, aucune adresse électronique ne nous est fournie. C'est moins sympa pour les organisations citoyennes et autres José Bové, qui sont en général très branchés sur le web, et qui souhaiteraient prendre langue (comme l'on dit dans les ambassades) auprès de nos diplomates. 27/04/00


Transformation du SCSSI en DCSSI

Bornons-nous à citer un interview de Henri Serres réalisé par Internet Actualité, auquel vous pouvez vous reporter: http://www.internet-actu.com/archives/dossiers/serres/index.html  Nous citons:
"Nous avions consacré la Une d'Internet Actu au problème soulevé par la publication sur Internet de la formule de la clé de cryptage des cartes bancaires. La sécurité informatique relevant en France de la Défense nationale, nous avons rencontré Henri Serres, nommé le 15 mars 2000 en Conseil des ministres à la tête de la Direction Centrale de la Sécurité des Systèmes d'information (DCSSI). Sa mission consiste à transformer le Service Central de la Sécurité des Systèmes d'Information (SCSSI) crée en 1986, en Direction de plein exercice du Secrétariat Général de la Défense Nationale. http://www.scssi.gouv.fr/rubriq/direction.html" 27/04/00


Les services publics en réseau. Un rapport du Plan

Après l'administration en réseau, le Plan présente les conclusions d'un groupe de travail (très nombreux) présidé par Jean Bergougnoux, ancien président de la SNCF, sur  les "services publics en réseau". Ce rapport examine les "perspectives de concurrence et nouvelles régulations" intéressant le secteur public industriel et commercial français. Il recommande la création de commissions autonomes de régulation  par secteurs, assistées de conseils où seraient représentées les différents catégories d'usagers et d'autorités intéressées. L'objectif est, tout en assurant une ouverture plus grande à la concurrence, d'éviter une dérégulation brutale. Mais il n'est plus possible de demander à l'Etat,  qui serait alors juge et partie, d'assurer  seul les nouvelles régulations. D'où l'idée d'y associer les diverses parties prenantes.

Le site du Plan présente quelques pages d'introduction à la lecture du rapport, mais - provisoirement, espérons-le - celui-ci n'est encore disponible que sous forme papier. Vous comprendrez donc que je n'en entreprenne pas la discussion détaillée. 27/04/00
http://www.plan.gouv.fr/organisation/seeat/Bergougnoux/accueil.html


Vache folle et conflits de compétences entre administrations

Les hypothèses relatives à une 3e voie de propagation de l'ESB dite maladie de la vache folle, auxquelles le ministre de l'agriculture a fait récemment écho, reposent la question d'éventuels conflits de compétences, sur ce sujet, entre ministère de l'agriculture et ministère de la santé.  La question n'est pas nouvelle. Elle est posée chaque fois que l'on peut soupçonner le poids des groupes de pression agricoles (ou industriels) dans des décisions politiques intéressant la santé ou l'environnement. Les experts provenant des services du ministère de l'agriculture ne sont pas toujours d'accord avec ceux de la santé (en l'espèce ceux de l'Afsaa). Sur quels avis le gouvernement ou le public peuvent-ils s'appuyer? Comment le Premier ministre arbitrera-t-il en cas de divergences entre 2 ou 3 (n'oublions pas l'environnement) de ses ministres?

L'on sait que la commission d'enquête parlementaire sur la sécurité alimentaire vient de proposer dans son rapport du 5 avril la transformation de la direction générale de l'alimentation (agriculture) en DG de la sécurité alimentaire, avec autorité sur toutes les autres administrations (y compris l'Afsaa, si l'on comprend bien). Où se trouvent les moyens les plus efficaces pour évaluer puis gérer les risques (c'est-à-dire imposer souvent aux professionnels divers sacrifices?) Voilà une belle question intéressant la réforme de l'Etat. Elle nous intéresse aussi, car elle ne manquera pas de se porter sur le plan du web. Les organismes ouvriront vraisemblablement tous un jour, par exemple, des forums publics, sur le modèle de celui mis en place par l'Afsaa concernant la listéria, où les gens voulant s'informer et discuter auront tout intérêt à se manifester. Mais de quel poids politique ces forums pourront-ils peser, face aux conjonctions d'intérêt?

En attendant, les particuliers et professionnels intéressés par la question et souhaitant davantage d'informations ont ouvert une liste de discussion (esb@saphir.jouy.inra.fr) dans laquelle ils demandent aux ministres intéressés de fournir au public des informations qui leur manqueraient actuellement, notamment au plan épidémiologique. 22.04/00 


Propositions du PS pour la société de l'information

La presse nous informe que le Parti socialiste présentera au gouvernement, le 25 avril, 17 propositions sur l'économie, l'emploi...et la société de l'information. Parmi ces dernières, l'objectif de mettre à disposition de chaque élève un ordinateur qui "multipliera l'accès aux savoirs", un passeport "Internet pour tous", donnant "crédit de quelques heures de formation", des "contrats territoriaux d'accès aux services publics" , etc.  

Tout cela parait excellent dans son principe. La question, comme toujours, est de savoir ce qui se passera dans les réalités, et comment notamment le gouvernement pourra se faire relayer par les collectivités locales dans des domaines qui relèvent en grande partie de leur compétence budgétaire. Mais plus généralement, le PS ressent ce que beaucoup d'électeurs ne manqueront pas de ressentir aussi, ailleurs qu'au PS. Il y a dorénavant besoin d'une relance énergique du programme gouvernemental pour la société de l'information - non pas dans les domaines du droit de l'Internet ou du commerce électronique, mais dans ce qui apparait de plus en plus comme heurtant de fortes résistances culturelles: internet pour l'éducation et la formation, internet pour le dialogue coopératif entre les citoyens et les administrations, internet pour la lutte contre les exclusions ...c'est-à-dire finalement internet pour la réforme de l'Etat. 22/04/00


Bercy broie du noir

Le Monde du 22 avril 2000, sous ce titre, rappelle les difficultés momentanément éprouvées par le ministre Laurent Fabius pour former son cabinet et décrit à cette occasion la "crise grave" que traverserait le ministère, et qui secouerait en particulier le haut encadrement. Diverses explications sont fournies: recul du rôle de l'Etat, et plus particulièrement du rôle de directions comme celles du Trésor, contre-coup de l'affaire du Crédit Lyonnais, fuite des cerveaux vers le secteur privé, etc. En fait, une lecture plus attentive montre que la crise est surtout celle que ressentent les jeunes inspecteurs des finances, pour qui la voie royale Trésor-cabinet-secteur privé ne semble pas aussi assurée qu'auparavant.

Il n'et pas inutile de rappeler que Bercy (l'administration centrale) regroupe des milliers d'agents de tous grades, dans des directions moins prestigieuses, mais aussi importantes pour le service public, que celle du Trésor et du Budget. Mentionnons l'existence de la Douane, des Impôts, de la Concurrence et la consommation, de l'Insee, etc. .. Les gens y font leur travail sans trop d'états d'âme. Ou plutôt, si états d'âme ils ont, c'est moins concernant leurs perspectives plus ou moins favorables de détachement dans le secteur privé, que concernant la façon dont l'administraiton en général tient ou non compte de la révolution des TIC pour se réformer. Disposent-ils de nouveaux moyens d'actions? Les jeunes qui ont des idées sont-ils mieux entendus et soutenus par leur hiérarchie? Peuvent-ils mieux qu'avant circuler d'une direction à l'autre, d'un ministère à l'autre? Où et avec qui peuvent-ils dialoguer utilement avec les citoyens?

Il est vrai que ces préoccupations ne sont pas seulement celles des gens de Bercy. On les retrouve dans tous les ministères. Faudrait-t-il donc réécrire l'article, sous le titre "les administrations centrales broient du noir" ? Mais il est à craindre alors que le sujet ne soit pas suffisamment d'actualité pour intéresser  la presse quotidienne. 21/04/00


L'école contre l'exclusion

Notre propos portera autant sur le fond (l'Ecole contre l'exclusion) que sur la forme (le rôle d'Internet pour faire passer le message).

Sur le fond: un article très intéressant de Bruno Mattéi, professeur de philosophie à l'Institut universitaire de formation des maîtres de Lille http://www.lemonde.fr/article/0,2320,51025,00.html  (Le Monde du 18 avril p.19) pose à nouveau le problème de la véritable réforme de l'éducation qui serait nécessaire, notamment pour éviter l'exclusion. Je renvois à l'article pour plus de détail. Il vaut la peine d'être étudié ligne à ligne. Très sommairement, j'en retiens l'idée que la réforme ne pourra venir que d'un travail de terrain, associant enseignants et élèves, qui reconnaîtrait la contradiction entre les valeurs "officielles" de l'école (par exemple solidarité et partage) et les réalités (compétition et chacun pour soi). Ce travail devrait explorer au contraire les nouvelles méthodes permettant de "sauver les intelligences". L'auteur cite Marie-Danielle Pierrelée, principal dans la Sarthe, et son manifeste "Halte au massacre des intelligences" (que nous sommes invités à signer, mais comment?) ainsi que d'autres expériences d'écoles alternatives.

Ces idées  rejoignent celles exposées ici depuis 2 ans déjà , notamment sur le collège et internet . Elles ont également le grand intérêt de proposer, pour l'ensemble des administrations, une méthode de réforme de l'Etat qui serait beaucoup plus efficace que la réforme institutionnelle. Il faudrait dorénavant que les fonctionnaires de base et les usagers, s'appuyant sur l'esprit des valeurs de service public proclamées mais souvent démenties dans les réalités, redéfinissent de nouvelles façons de mener à bien le service public, dans chaque type d'administration. Les ressources de la société de l'information permettent aujourd'hui, si elles sont convenablement employées, de faire vivre l'idéal démocratique qui devrait être le nôtre à tous. La réforme de l'éducation, notamment dans la lutte contre l'exclusion, est indiscutablement un aspect prioritaire de la réforme de l'Etat. Mais travailler en interdisciplinarité avec les fonctionnaires d'autres administrations permettrait sans aucun doute des synergies et des gains de temps impossibles autrement. L'on me dira, une nouvelle fois, que je suis naïf et que les fonctionnaires, enseignants ou autres, n'ont aucune envie de se mouiller dans ce type d'aventure. Je prends le pari contraire. Pas vous?

Sur la forme: mauvais point à Bruno Mattéi et au Monde. Impossible d'avoir la moindre adresse électronique pour poursuivre le dialogue ou obtenir des informations complémentaires (y compris sur le site internet du Monde, URL ci-dessus). Quant à l'IUFM de Lille, il ne donne pas les e.mails des professeurs. J'ai donc moi-même, pour vous faire gagner du temps, par Yahoo, recherché, non sans mal, quelques informations sur Mme Pierrelée. Voici un article de 1998 toujours en ligne http://www.cs3i.fr/abonnes/Web_plume/Civisme.htm#ANCREA et les références de son ouvrage trouvées dans une base documentaire universitaire: Titre Pourquoi vos enfants s'ennuient en classe : une place pour chacun dans un collège pour tous / Marie-Danielle Pierrelée, Agnès Baumier ; préface de Philippe Meirieu. Éditeur Paris : Éditions La Découverte & Syros, 1999. 19/04/00

Post-sciptum: le Monde du 19 avril, p.13, signale que "les défenseurs de l'innovation pédagogique en appelent à Jack Lang pour travailler autrement". Gabriel Cohn-Bendit, fondateur du lycée autogéré de Saint Nazaire  *(à ne pas confondre avec le député européen) propose la mise en place de conseils de l'innovation et de l'expérimentation au niveau national et des académies. Mais le mammouth de la rue de Grenelle, bien que débarassé de son précédent  et bouillonnant cornac - ce qui devrait, contre toute attente  réveiller son esprit d'initiative - pourra-t-il suivre? Où de telles questions seront-elles évoquées? Quelles décisions en découleront-elles?  Dans un premier temps, il faudrait organiser une mise en réseau et un portail d'opinions et d'expériences, fussent-elles divergentes. Le portail Educnet, quelles que soient ses qualités, ne semble pas remplir ce rôle. Mais est-ce dans la culture de l'administration centrale. Aussi bien beaucoup de réformateurs préfèreraient qu'elle ne se mêlât pas de la question, pour le moment. 23/04/00

* Sur l'école différente, voir http://www.multimania.com/possible/PRESENTATION.htm site intéressant, mais particulièrement désagréable à consulter,


Internet dans les lycées, selon le président de l'Assemblée Nationale

Dans un interview sur TF1, retransmise par le site Internet de la chaîne en web-TV http://www.tf1.fr/lepoint/questions_forni/html/index.htm, le président de l'Assemblée Nationale, Raymond Forni, annonce que la France a rattrapé son retard en matière d'accès à la société de l'information. Il donne l'exemple de l'équipement des lycées où nous serions désormais les premiers au monde, grâce aux "efforts budgétaires récemment consentis". Nous aimerions savoir d'où M. Forni tire ses statistiques, tant sur l'équipement français que sur celui des autres pays du monde. Quant aux crédits budgétaires, ils sont très inégalement répartis, puisqu'ils proviennent des budgets des collectivités locales. Beaucoup de parents d'élèves, à l'inverse, dont l'auteur de ces lignes, peuvent apporter le témoignage de leurs enfants, sur le mode "je crois qu'il y a quelques micros chez nous en classe technologique, mais nous ne nous en sommes jamais servi."


UK e.government strategy

Le Livre Blanc britannique pour la modernisation des administrations publiques avait recommandé de confier à des personnalités considérées comme des champions de l'Internet la réalisation d'un projet stratégique pour le passage des services publics à la société de l'information, c'est-à-dire pour l'e.gouvernement. Ce document est désormais consultable en ligne. Sa lecture devrait inspirer tous ceux qui en France s'intéressent à la réforme de l'Etat, même si certaines propositions méritent discussion. www.iagchampions.gov.uk/Strategy.html

La présentation du rapport précise ceci:

 This is e-government: a strategic framework for public services in the Information Age.It fulfils the commitment in the Modernising Government White Paper to publish a strategy for Information Age Government. It focuses on better services for citizens and businesses and more effective use of the Government's information resources. Implementing it will create an environment for the transformation of government activities by the application of e-business methods throughout the public sector. The strategy challenges all public sector organisations to innovate, and it challenges the centre of government to provide the common infrastructure which is needed to achieve these goals. The strategy is endorsed by the Information Age Government Champions.


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le  28 avril

taoufik briceReporters sans frontières http://www.rsf.fr

Le site de Reporters sans frontières est une des meilleurs illustrations de ce que l'on appelle désormais la mondialisation citoyenne: possibilité pour les défenseurs des droits de l'homme de faire connaître dans le monde entier les situations individuelles et collectives violant ces droits, possibilité de mobiliser l'attention des citoyens et des pouvoirs sur les mesures à prendre pour faire cesser ces abus. L'on retrouve, diront les sceptiques, la vieille méthode des pétitions, chère aux intellectuels de gauche engagés des années cinquante. Mais la possibilité d'interconnecter les réseaux Internet des divers organismes privés ou ONG intervenant dans le domaine renforce considérablement leur action. Les médias, puis les gouvernements, finissent par prêter attention aux situations les plus criantes. Bref, il faut agir par ce biais, si l'on veut se mobiliser, ce qui n'empêche pas les autres formes d'action. Actuellement, nous avons la possibilité de signer deux pétitions, l'un en faveur de Brice Fleutiaux, détenu en Tchetchénie, l'autre pour Taoufik Ben Brick, journaliste gréviste de la faim en Tunisie. Mais le site, malheureusement, présente bien d'autres cas où les bonnes volontés citoyennes et gouvernementales (s'il en est) pourraient avoir l'occasion de s'exercer. Baquiast  

Le  27 avril

Brigade de gendarmerie de Metzervissze http://www.chez.com/btmetzervisse/

Voici encore une initiative de la base comme nous voudrions en trouver dans tous les services territoriaux de l'Etat. Les gendarmes de Metzervisse prennent soin de préciser:

"Vous pouvez laisser toutes remarques (utiles), critiques (acerbes) ou suggestions (constructives). Ce n'est EN AUCUN CAS le site officiel de la Gendarmerie Nationale, vous pouvez quand même par ce moyen dialoguer avec la brigade de METZERVISSE mais en aucun cas vous ne pouvez déposer une plainte ou dénoncer un crime ou un délit. Pour cela, vous devez vous rendre ou prendre contact par téléphone avec la brigade de gendarmerie dont vous dépendez."

Nous inviter à déposer des critiques (acerbes) représente un degré rarement atteint d'ouverture au public dans les sites administratifs. Bravo donc. Mais pourquoi faut-il un mot de passe pour accéder à la rubrique Humour? Quand un gendarme rit dans la gendarmerie, doit-ce être confidentiel?Baquiast

Le  25 avril

DGSE Site non certifié http://www.dgse.org/

Après l'anarchie (voir ci-dessous), les grandes oreilles (site non  certifié, précise Adminet). Moi qui n'y connait rien, je ne sais avec quelles pincettes il faut prendre les informations figurant sur un tel site. Peut-être sont-elles d'autant plus fausses qu'elles paraissent vraies - ou le contraire. Viennent-elles de sources autorisées, de transfuges, du réseau Echelon (boom, cela y est, je vais me faire analyser en détail par ce dernier, du fait que j'ai écrit son nom!). En tous cas, le site est intéressant, voire passionnant, notamment pour les amateurs d'histoires d'espionnage. On y trouve de tout, tant sur le plan historique qu'en matière de logistique et questions d'actualités. A conseiller particulièrement, dans la rubrique Informatique, les longues pages consacrées aux agents intelligents qui décryptent nos écrits. C'est encore plus fort et plus varié que je le croyais - à supposer que tout cela soit vrai. Mais chut! Baquiast

Le  21 avril

Anarchie http://www.infoshop.org

Infoshop.org n'est pas un site de commerce électronique, mais plutôt un portail ou mieux un caravansérail de (sans doute) presque toutes les tendances et publications de l'anarchie aux Etats-Unis. Vous devez absolument, même si l'anarchie n'est pas votre idéal politique, examiner ce site en détail, d'abord pour la variété phénoménale de ses contenus, les éclairages donnés à des aspects de la société américaine que nous Français de France ignorons le plus souvent, mais aussi pour prendre une leçon appliquée d'Internet. Le site est une merveille d'organisation et de savoir-faire dans la communication en ligne. Quand nos braves sites politico-administratifs en seront là, j'interromprai cette chronique, car je n'aurai plus rien à vous apprendre, mes fidèles lecteurs. En attendant, Vive l'Anarchie sur Internet. Baquiast

Le  19 avril

urssafURSSAF de Lille http://www.urssaf-lille.fr/

Le webmestre de l'http://www.urssaf-lille.fr/, qui est un malin, connaît bien Adminet et Admiroutes. Il nous a demandé de signaler son site, en vantant les mérites exceptionnels de celui-ci. Je le fais d'autant plus volontiers qu'un participant des Cahiers de Doléances s'était extasié sur la  possibilité, notamment, d'y utiliser un Chat* pour obtenir tous renseignements utiles. C'est vrai que le site est bien fait et clair. Je n'ai pas essayé le Chat, parce que je ne veux pas déranger pour rien (surtout à 11h du soir, heure à laquelle j'écris ces lignes mémorables) les préposés au dialogue, mais je suis persuadé qu'il marche, et même qu'il court. Voilà donc un bon exemple à suivre. Baquiast

*de l'anglais to chat, causer, et non du latin Felix cattus

Le  17 avril

Drogues

Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie http://www.drogues.gouv.fr

"Le site Internet www.drogues.gouv.fr élaboré par la MILDT en partenariat avec le Comité Français d'Éducation pour la Santé (CFES), Drogues Info Service, l'Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies et Toxibase (OFDT), participe de cette volonté de permettre à tous d'accéder aux connaissances aujourd'hui disponibles. Les rubriques "Ce qu'il faut savoir", "Pour en savoir plus" et "Savoirs professionnels" assurent différents niveaux de lecture selon les publics. Une revue de presse quotidienne, la possibilité de poser des questions - en toute confidentialité -, trouver les adresses utiles ou accéder à des bases de données précises, sont autant de services offerts par le site. "

Parmi les différents moyens participants de la campagne "Drogues. Savoir plus. risquer moins" figurent des films publicitaires, des livres, des articles et...un site Internet, site bien conçu et appelé, s'il réussit son pari, à devenir de plus en plus riche et interactif. La présentation ci-dessus du site, faite par la MILDT, en décrit bien le contenu. Je suis persuadé qu'il y a un an ou dix-huit mois, la Mission, comme le font encore d'autres administrations malheureusement, aurait oublié Internet, et consacré tous ses moyens aux livres et aux films. Mais les vieilles habitudes changent progressivement. Les responsables commencent à comprendre que pour toucher tout le monde, il faut inclure - sinon encore privilégier - Internet et ses possibilités irremplaçables de mise à jour rapide et d'interactivité. Bonne réussite donc à Drogues.

On notera, mais ceci n'a rien à voir avec cela, que dans le même temps, l'Observatoire Géopolitique des Drogues annonce sa fermeture http://www.ogd.org/2000/CONFPRESSE.htm Dommage. Baquiast

Le  16 avril

Pollution marine http://polmar.homepageclub.org/

Ce site, récemment crée, étudie les différentes formes de pollutions marines. Il s'insère dans une chaîne de sites consacrés à la défense de l'environnement en France, Anneau Nature. Chacun peut créer son site et le mettre en relation avec les autres, sous réserve d'acceptation par le gestionnaire du Webring. Une liste des sites déjà mis en réseau donne une idée de la diversité des approches. http://www.webring.org/cgi-bin/webring?ring=plnt;list  Nous ne sommes plus dans la formule du portail plus ou moins neutre, mais de la communauté active d'intérêts. La formule mérite d'être étudiée et reprise dans d'autres domaines Baquiast

Le  14 avril

Congés Solidaires http://www.congesolidaire.org

"Le Congé Solidaire a été créé pour permettre à chaque citoyen de participer à des actions humanitaires. Ces actions se déroulent, aujourd'hui, en Afrique dans le cadre d’une mission de courte durée. Dans une logique de coopération, chaque mission se consacre à des micro-projets, issus d'initiatives des populations locales."

Voici une organisation qui participe aux activités de coopération avec l'Afrique en s'appuyant chaque fois que possible sur les ressources de l'Internet. Vous trouverez sur ce site des informations et témoignages concernant cette démarche très intéressante, à laquelle chacun d'entre nous peut en principe participer, s'il veut donner de son temps. Baquiast

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/00-2104/index.htm