logo admiroutes


La Gazette N°18 du 15 février 2000

Par Jean-Paul Baquiast jp.baquiast@meudon.netcable.tm.fr


accueil "la gazette"

S'abonner à la gazette d'admiroutes gratuitement - Lire la présentation

Quelques articles mis en ligne sur Admiroutes durant la précédente quinzaine:


14 février
Editorial: Des correspondants Internet pour les associations dans les administrations par Jean-Paul Baquiast

13 février
Internet au Japon
, par Joseph Rinaudo

12 février
Internet-mer, projet de portail coopératif Administrations-citoyens
par Admiroutes
Proposition de loi des Verts (sécurité du transport maritime, lutte contre la pollution marine)

8 février
Le guide-âne du webmestre: vidéo-production: (matériels et logiciels d'acquisition et de traitement de la vidéo sur PC) par Christophe Blèret
Le guide-âne du webmestre: lecture de la vidéo par Anne Bedel
Faisons du WAP et faisons le maintenant par Joseph Rinaudo

7 février
Editorial: Construire l'Europe politique...en utilisant Internet par Jean Paul Baquiast

2 février
Editorial: Super-fonctionnaire.org par Jean Paul Baquiast

Le blocnet (index)
Consulter
l'index des thèmes

cette quinzaine:

Des tracts syndicaux sur Internet
Syndicats et TIC. Libre expression. 

La CFDT Finances de Savoie utilise dorénavant Internet pour communiquer. Ainsi un tract CFDT-CGT-SNUI http://altern.org/cfdtfinances73/sdf/g000210a.htm invite-t-il les agents à la grève pour le 10 février, suite aux projets de réforme du ministère présentés par le ministre. Une note des directeurs aux Trésoriers Généraux et aux Directeurs des Services Fiscaux  en date du 3 février, leur donnant des instructions sur la façon d'expliquer la réforme, est également publiée. Certains esprits s'indigneront de voir le public ainsi convié à arbitrer entre les hiérarchies et les personnels. Pour moi, tant que des secrets d'Etat ou des données personnelles ne sont pas ainsi révélées, je trouve cela très sain. 13/02/00

Contre la violence à l'école (2e)
Zone d'éducation prioritaire. Réinventer les services publics locaux. Emplois-jeunes

La deuxième émission de France-Inter, Interception http://www.radio-france.fr/chaines/france-inter/interception/ consacrée au reportage de Jean Marc Four dans un collège d'Amiens classé en Zone d'Education Prioritaire montre bien ce que le langage ordinaire s'efforce de ne pas évoquer, le racisme latent ou avoué entre ce qu'un élève interrogé appelle les arabes, les noirs et les français. C'est un sujet difficile, que la prudence conseille de ne pas aborder. L'on risque au moins de dire des sottises, et au pire d'aggraver des situations déjà difficiles. Cependant, si l'on ne reconnaît pas le mal, les remèdes contre la violence passeront à côté de l'essentiel. Entendre dans le bon sens ce que disent les élèves, mais aussi le principal, les éducateurs et l'expert interrogé, Bernard Charlot, de Paris VIII St. Denis (dommage qu'il ne fournisse pas son adresse électronique) m'amène pour ma part à retenir ceci (des évidences pour beaucoup, mais qu'il faut rappeler):

- les banlieues sont inévitablement les lieux d'une confrontation quotidienne, prenant les formes du racisme, entre, pour parler comme l'élève interrogé, les arables, les noirs et les français. Tous sont en général juridiquement français, mais le terme de français, dans la bouche de l'élève, désigne manifestement les français blancs. Il y a, qu'on le veuille ou non, au départ, un racisme français sur la base de l'exclusion. Il ne s'avoue pas nécessairement comme tel, mais il s'exprime quotidiennement, y compris par les messages informulés adressés à l'autre, qui n'a pas, par exemple, la même "bonne éducation". Le racisme "blanc" engendre inévitablement un contre racisme agressif. Tout ceci est empiré par le chômage des parents, la petite criminalité, etc.

- les professeurs, venant généralement de milieux "français-bourgeois" ne peuvent pas, malgré toute leur bonne volonté, s'affranchir totalement de ces formes de rejet inconscient, à base raciste. Les élèves "arabes" et "noirs" le ressentent en permance. D'où cette demande étrange de "respect", qui débouche inévitablement sur la violence, chez les moins "intégrés", y compris au niveau de la position des parents. Les surveillants, fait étonnant, sont ressentis comme plus "respectueux" et donc jouent un rôle d'intermédiation important. Sans doute ne proviennent-ils pas tous des mêmes classes sociales que les enseignants.

- une des solutions sera d'augmenter considérablement le recrutement des professeurs provenant des milieux sensibles. En attendant, des recrutements importants d'aides-éducateurs ou surveillants venant de ces mêmes milieux, sur la base des emplois-jeunes, faciliteraient les dialogues. Il faudrait des crédits (mais vu l'urgence, l'Etat peut les trouver), des structures d'encadrement et de formation, au plan local. Tout ceci n'aurait rien d'impossible. Mais il faudrait admettre ce point que nul ne veut reconnaître: la fracture entre "arabes, noirs et français" évoquée ci-dessus, et la nécessité de tenir compte des origines pour recruter des intercesseurs locaux.

- une autre solution évoquée dans la Gazette d'Admiroutes N°17, sera d'abandonner les programmes rigides de l'Education Nationale, pour multiplier les projets multimédia éducatifs avec les professeurs, les éducateurs, les autres fonctionnaires territoriaux et, nécessairement, les élèves et parents qui y retrouveraient une légitimité et une compétence utilisables hord de l'école. Mais beaucoup de nos correspondants rappellent qu'hélas la Rue de Grenelle n'a pas encore compris l'urgence. 06/02/00


La déprogrammation de la "25e heure" de Jacques Perrin
Grilles. Chaînes "officielles". WebTV

Le réalisateur Jacques Perrin s'est attristé, parait-il, d'avoir vu son émission "La 25e heure"(déjà maltraitée parce que diffusée après minuit) réduite de 4 à 2 séances par mois , dans les grilles d'une grande chaîne TV française. Du coup, il l'aurait complétement déprogrammée. Si j'ai un conseil à lui donner, c'est de la réémettre par l'intermédiaire de l'InternetTV. La qualité et le confort d'écoute y perdraient, mais en contrepartie, que d'avantages: disponibilité dans le monde entier, à l'heure choisie par le spectateur, possibilité d'inclure des forums de discussion en temps réel et, last but not least, bonne action en faveur de l'expression démocratique sur Internet, par l'intermédiaire de la caméra numérique bon marché. L'on me dira que les grands professionnels comme Jacques Perrin et ses équipes auraient l'impression de tomber bien bas en "dégradant" leurs standards de production à ce point. Mais au contraire, ne serait-ce pas eux qui "upgraderaient" (tireraient vers le haut) la WebTV en y apportant leurs talents. De toutes façons, si eux ne le font pas, je connais beaucoup de gens, à commencer par mes jeunes voisins du dessous, qui vont s'attaquer à ce créneau. Que voulez-vous? On ne pourra pas se résoudre à tout acheter tout le temps à Aol/Time Warner.

Les ressources du pôle financier de la justice française
Délits économiques. Cyber-criminalité. Coopération internationale. Moyens justice-police. Réforme de la justice

Un magistrat appartenant au pôle économique et financier chargé de lutter contre les délits économiques déclarait récemment à la presse qu'il est devenu pratiquement impossible d'instruire de grandes affaires en cours, compte-tenu de l'écrasante disproportion entre les moyens de l'instruction, et ceux déployés par les représentants des groupes industriels mis en examen. Ceci n'est pas nouveau, mais peu de gens semblent s'en préoccuper, dans l'opinion publique. La disproportion n'ira qu'augmentant avec le fait que les comportements supposés délictueux  empruntent de plus en plus des réseaux électroniques particulièrement difficiles à mettre à jour. Si les choses continuent de cette façon, il n'y aura plus bientôt que les puissants moyens de la National Security Agency susceptibles d'aider les magistrats du reste du monde à faire la lumière dans les affaires. Il y a là des questions graves, touchant de près à la réforme de la justice, dont nous n'entendons pas beaucoup parler, à l'occasion des discussions relatives à cette réforme.


Rapport de la Cour des Comptes sur l'Office National de la Chasse
Comptabilité des offices. Publicité des contrôles.Transparence

Il faut se féliciter de ce que la Cour des Comptes ait décidé de faire la lumière sur les comptes de l'Office National de la Chasse, et l'emploi des réserves dudit Office, résultant des excédents de ressources des Fédérations de chasse. Le rapport ne se trouve pas encore sur le site de la Cour, sans doute parce qu'il s'agit d'un document préliminaire (Le Monde du 30/31 janvier, p.26). Souhaitons qu'il soit publié rapidement. Ceci peut être l'occasion de regretter le fait que le Contrôle d'Etat, qui exerce pour le compte du ministère de l'économie, des finances et de l'industrie la tutelle économique et financières sur les Etablissements publics,  ne publie pas ses rapports, sous une forme analogue à celle de la Cour des Comptes. Nous aimerions connaître la position du contrôleur d'Etat sur l'ONC, comme sur les quelques centaines d'autres établissements soumis à ladite tutelle. Quant à l"'indignation" des représentants de certaines organisations mentionnées par le rapport précité de la Cour, l'opinion jugera. 31/01/00


Etat de Vaud. Modernisation de l'Etat
Modernisation des administrations. Benchmarking

La Chancellerie de l'Etat de Vaud publie un long Rapport du Conseil d'Etat au Grand Conseil sur la modernisation de l'Etat. Le texte est long, de présentation austère, mais il est très riche. Ceux qui s'intéressent aux institutions de nos voisins Suisses y trouveront de nombreux détails sur l'organisation administrative. Les autres verront que les préoccupations relatives à la modernisation des administrations, notamment par les nouvelles technologies, sont désormais partagées par tous les Etats. Il est dommage que le texte ne soit pas conçu dans l'esprit de l'Internet, en offrant des liens sur les services mentionnés. 31/01/00 http://www.vd.ch/chancellerie/them-act/modernis.htm


La revue des sites
Consulter le répertoire des sites

Le 11 février

Syndicat Départemental Finances Savoie http://altern.org/cfdtfinances73/index.htm

"Pourquoi ce site expérimental ? Il est évident qu'Internet peut et va être un outil important pour notre activité syndicale. Aujourd'hui, un accès personnel à Internet et la possibilité de se faire héberger gratuitement ici ou là (merci à Altern) permettent très facilement un test en grandeur nature, dont on aurait tort de se priver.

Au moment où la Fédé vient de créer son site (http://www.digiplace.com/cfdt-finances), et alors que le débat sur les "nouvelles technologies" commence à poindre dans notre syndicat (cf dans FH 751 le compte-rendu du Conseil de branche Douanes), il était urgent de faire quelque chose.

Et pour "mettre EN réseau" (autrefois on aurait dit "fédérer") ces initiatives nouvelles, il faut d'abord se "mettre SUR le réseau" : alors, nous voilà, avec ce site conçu comme un lieu d'information, mais surtout d'échanges. Alors n'hésitez pas à le parcourir : bien qu'il soit encore en construction, tous les liens indiqués fonctionnent."

Le Syndicat Départemental Finances Savoie parle d'or. Il a parfaitement saisi, comme les policiers référencé ci-dessous (à la date du 31 janvier), l'importance d'Internet pour l'information réciproque et le travail en commun. Il n'attend pas Dieu sait quoi pour se mettre à la tâche. Le site proposé, bien qu'expérimental, est déjà riche, et fonctionne bien. Comme quoi il n'y a pas besoin de sociétés de service hors de prix pour venir à l'Internet.

Ce que nous aimerions, en tant que citoyens, c'est pouvoir aussi dialoguer sur de tels sites avec les fonctionnaires, sans les pesanteurs du langage institutionnel. Il y aurait sûrement des propos musclés éventuellement échangés (voir notre forum Les Cahiers de Doléances) mais finalement tout le monde serait bénéficiaire. Baquiast  

Instituts Universitaires de formation des maîtres http://www.iufm.fr/

Les IUFM ont désormais leur site. C'est bien. Mais ce qui nous est montré est décevant. Nous sommes loin de ce carrefour d'expériences et de réflexions auquel l'on aurait pu naïvement rêver. Il faudra s'ouvrir beaucoup plus aux idées originales et aux débats, qui ne doivent pas manquer chez ces jeunes gens, ou chez leurs enseignants. Les pages consacrées aux technologies de l'information sont particulièrement pauvres. Sans me vanter, il y en a plus dans cette seule chronique que dans tout le site iufm.fr  http://www.iufm.fr/f_tic.htm Baquiast

Le Réseau Santé Social vu par Nicolas Crêtaux http://hli.fr/

Nicolas Crêtaux est un consultant qui a du caractère. Il avait déjà eu l'occasion de le montrer en intervenant dans les pages Santé/Social du forum Les Cahiers de Doléances. Sur son site, avec une grande maîtrise de l'Internet, il nous en raconte de vertes et de pas mûres. Il est difficile au non spécialiste de juger de la pertinence de détail de tous ces propos. Je soupçonne néanmoins, sans vraiment m'autoriser à cautionner l'hérétique, qu'il y a beaucoup de vrai dans ce que nous y apprenons. Mais jugez par vous-mêmes. Baquiast  

Le 10 février

politique on line

Profession Politique on line http://www.professionpolitique.com/

L'annuaire de la vie politique qui nous est proposé par un éditeur ayant compris le caractère incontournable du web pour tout ce qui concerne l'information documentaire, n'est pas un instrument destiné au grand public, du fait notamment du montant des abonnements. Mais il répondra certainement à des besoins professionnels prêts à payer le prix du service. Le site, il est vrai, offre aussi d'autres informations, qui sont proposées gratuitement. Nous y avons trouvé par exemple les adresses URL de tous les partis politiques français.  

L'on peut se demander cependant si la République (mais qui dans cette noble institution?) ne devrait pas fournir gratuitement, avec la même qualité, des informations qui paraissent indispensables à la vie démocratique. Baquiast

Le 8 février

ENN Environmental News Network http://www.enn.com/

Voici ce qui nous apparaîtra, à nous Français, comme une énorme machine à l'américaine au service de la défense de l'environnement. L'on y trouve un peu de tout, du business sans aucun doute, de la politique peut-être, et de petites histoires naïves de fleurs et d'oiseaux. Je pense personnellement que nos environnementalistes auraient intérêt à méditer ces exemples. Sans de puissants réseaux Internet, une cause, quelle que soit sa valeur, ne peut pas grand chose. Une petite observation par exemple: j'ai cherché Erika, notre grande affaire à nous, via le moteur de ENN, réponse: not found. Baquiast

Le 4 février

ProustBibliothèque Nationale de France. Projet Gallica http://gallica.bnf.fr

Nous regrettions, dans le 2e numéro de La Gazette d'Admiroutes (N° 02) la relative timidité avec laquelle notre grande BNF abordait la mise en ligne de ses collections. Mais l'établissement a depuis compris qu'il était vital pour la culture écrite dont il est le principal détenteur d'être de plus en plus présent sur le web, gratuitement s'entend. La Bibiothèque Nationale de France est donc en train de rattraper son retard, qui tenait au fait que ses concepteurs initiaux ignoraient pratiquement tout de l'Internet - voire, disent les mauvaises langues - ne voulaient pas admettre qu'Internet existait, de peur sans doute de perdre leur statut de relais incontournable pour l'accès au livre. Ce temps semble révolu. Dans les limites il est vrai des possibilités offertes par la protection du droit d'auteur en France (hélas) la BNF s'élance dorénavant sur les traces de la célébrissime Bibliothèque du Congrès de Washington et de la British Library. Le serveur Gallica offre dorénavant, selon le président Angremy, accès à 35.000 ouvrages, ainsi qu'à un nombre équivalent d'images fixes. La BNF travaillera de plus en plus en réseau avec d'autres bibliothèques, des éditeurs et librairies, de façon à éviter les doubles emplois et valoriser les investissements plus modestes. Voici de quoi alimenter les réseaux à haut débit qui  ne manqueront pas bientôt de déverser toute cette richesse vers les écoles et même le grand public. 

A titre de mise en train, voyez-donc l'exposition virtuelle Proust http://www.bnf.fr/web-bnf/expos/proust/index.htm Pour Gallica proprement dit, il faudra attendre un peu. La BNF nous avertit (le 4 février 2000): ATTENTION En raison d'un très grand nombre de demandes de consultation, le site Gallica connaît actuellement quelques perturbations. Cela nous a amené à limiter momentanément le nombre de connexions simultanées. Nous vous remercions de votre patience et de votre intérêt. Vivement les 500 mégas sur la voie descendante et les hyper-serveurs.

Un mot encore. J'entends les grincheux dire: mais que va-t-on faire de 35.000 ouvrages en ligne ? La réponse est simple (encore que peu orthodoxe): que l'Education Nationale encourage les enseignants à puiser dans ce stock, pour faire, en coopération avec leurs élèves et les parents de ces élèves, des produits multi-média originaux. Voilà qui les éloignera de la culture Coca-Cola, voire de la violence. Mais il faudrait pour cela abandonner le concept du sacro-saint programme, à respecter partout de la même façon (voir La Gazette N° 17, contre la violence à l'école). Baquiast

Le 3 février

Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération http://www.fing.org

Les mutations technologiques et économiques de l'Internet s'accélèrent, y compris en France. Si notre société ne sait pas se saisir de ces opportunités pour créer des contenus véritablement innovants, correspondants aux nouveaux besoins et nouveaux usages susceptibles d'apparaître plus particulièrement dans ce que sont les compétences européennes, nous dépendrons définitivement de ce que nous offrirons - ou plus exactement nous vendrons - les grands groupes  non européens associant réseaux et produits d'usage, tel AOL-Time Warner , dont on a beaucoup parlé ces jours-ci. Daniel Kaplan, bien connu dans le monde de l'Internet professionnel, a pris l'initiative de créer une Fondation pour l'Internet Nouvelle Génération, qui aspire à être un foyer d'information et de mise en relation pour les entreprises, administrations et associations. Un site est désormais ouvert, déjà riche en perspectives. Il est possible de participer financièrement au fonctionnement de la fondation, ce qui donnera divers avantages. Mais les tarifs indiqués ne sont pas accessibles aux petites PME débutantes et surtout aux associations sans budget. Espérons que ces dernières, comme les individuels, pourront participer à certains des ateliers proposés, non pas en versant de l'argent, mais en apportant de la compétence - ce qui est aussi utile.

Un conseil par ailleurs, appliquer strictement la transparence permise par Internet, en publiant systématiquement la comptabilité des recettes et des dépenses. Baquiast  

rnrt

RNRT Réseau National de Recherche en Télécommunications http://www.telecom.gouv.fr/rnrt/index_net.htm

"Deux objectifs président à la création du Réseau National de Recherche en Télécommunications : dynamiser l’innovation en favorisant la confrontation entre les avancées technologiques et les besoins du marché, et en facilitant le transfert technologique vers les entreprises - accompagner l’ouverture des marchés à la concurrence et l’évolution du rôle du CNET dans la recherche publique.

... Le Réseau National de Recherche en Télécommunications constitue :
une communauté de laboratoires de recherche en télécommunications (privés, publics, PME, universités), pilotée par un Comité d'orientation représentant les principaux acteurs de la recherche en télécommunications, et travaillant autour de projets coopératifs soutenus par les pouvoirs publics. "

Nous sommes en face d'un système bien français, avec ses avantages et ses inconvénients. Les avantages: regrouper des laboratoires et des hommes disposant d'une expérience précieuse dans le domaine de la recherche, à commencer par ceux du CNET (dont l'on se demandait parfois ce qu'ils allait devenir). Les inconvénients: une certaine lourdeur "institutionnelle" pouvant faire fuir le curieux pas vacciné. Exemple d'annonce: "Le 10 novembre 1999, le RNRT a labellisé le projet VALISERV (Validation de services de télécommunications : détection incrémentale d'interactions par le test)" Il y a de quoi effectivement faire sa valise!

Le site du RNRT nous offre  heureusement matière plus substantielle à réflexion, notamment son rapport sur l'Internet du Futur, qu'il faut avoir lu (Auteurs -coordonnateurs J.C. Merlin et G. Roucairol). Baquiast

Le 2 février

Super-secrétaire.com http://www.super-secretaire.com

Le Monde du 2 février 2000, p. 30 (Christophe Labbé et Olivia Recasens) (NB: nous citons nos sources, nous, contrairement à beaucoup de journalistes de la presse écrite, quand ils s'informent sur le web) nous  signale l'existence de ce site très intéressant, en ces termes: un lieu de rendez-vous, d'information et de revendication pour les secrétaires. Comme tout est dit dans Le Monde sur cette initiative, Le Monde que vous ne manquez pas de lire tous les jours, je vous renvoie pour les conséquences à en tirer concernant les services publics à mon éditorial du 2 février: Super-fonctionnaire.org.

Les syndicats doivent  être attentifs à ces initiatives. Le côté attrayant de ces dernières, non exclusif d'éventuels messages d'ordre social, pourrait leur faire concurrence, quand ils se décideront à venir sur le web - ce qui est loin d'être le cas pour tous. Baquiast

Le 1er février

ADIE

Les Chômeurs créateurs d'entreprises ADIE  http://www.cie.fr/adie/

Signalé par un article de Dorothée Tromparent, Transferts, http://www.transfert.net/breves/b0332.htm:
"Les Chômeurs Créateurs d'Entreprise interpellent le gouvernement :
Monsieur le Premier Ministre,
Laissez nous une chance ! Une petite chance !

Nous sommes des chômeurs créateurs d'entreprise.
Nous ne demandons ni l'aumône ni la lune. Mais l'égalité des chances.
Nous avons créé ou nous voulons créer notre propre emploi.
Nous mettre à notre propre compte.
Vous dit-on les difficultés innombrables que nous rencontrons ? "
Voici un nouvel exemple de la façon dont le web peut être utilisé pour "interpeller le gouvernement", d'une part, mais aussi faire connaître un mouvement, recueillir des pétitions et des soutiens, mettre en réseau des gens ayant besoin de s'entraider. Très bonne initiative. Mais quelle est ou sera la réponse des administrations? Nous retrouvons une nouvelle fois, avec acuité, le besoin du téléguichet unique pour le jeune créateur d'entreprise,  guichet qui devrait faciliter et accélérer les formalités, aider le débutant, etc. En dehors de ce que fera la DGI dans le cadre de sa réorganisation (correspondant unique entreprise), répondre à ce besoin de guichet unique - toutes administrations confondues - ne semble toujours pas une priorité du gouvernement. Baquiast 

Le 31 janvier

snop

Le Syndicat National des Officiers de Police http://www.snop-snapc.fr/index.htm

Les syndicats de personnels en général, et les syndicats de fonctionnaires en particulier, commencent à utiliser l'Internet pour se faire connaître, et communiquer avec leurs membres. Nous en avons un exemple avec le SNOP, affilié à l'Union Nationale des Syndicats Autonomes UNSA et à la Fédération Générale Autonome des Fonctionnaires FGAF, lesquelles ont également leur site, accessibles en hyper-texte. Il faut visiter ces divers sites, d'abord pour se familiariser avec un paysage un peu complexe, et des questions nécessairement techniques. Mais il est intéressant de voir également que l'interactivité n'est pas négligée. Nous avons notamment sur le serveur du SNOP un forum destiné à recueillir l'avis des correspondants (policiers ou simples citoyens) notamment sur les programmes de réforme proposés par le ministère de l'Intérieur. Les opinions exprimées sont publiées (je suppose après un minimum de "modération"). Le lecteur en apprendra plus ainsi sur le fonctionnement des services et les préoccupations des fonctionnaires que dans les rapports officiels ou les reportages de la télévision.

Ceci dit, nous sommes encore loin en France des sites des organisations syndicales à l'anglo-saxonne, d'une richesse incomparable. Les syndicats doivent donc continuer dans cette bonne voie. Baquiast

http://www.admiroutes.asso.fr/lagazette/00-1802/index.htm