Our new targets
Nos nouveaux objectifs

tout sur l'association
index

jp.baquiast@chello.fr

10 /09/2000

Our new targets

We have initiated Admiroutes web server and community 4 years ago. The idea was to encourage modernization of public administration by using systematically Internet. One may remember that in 1995-96, France in general and government specifically  were not at ease confronted to this technology and the new behaviors generated by it. As enthusiastic internauts, we had to do something. So we launched this small vessel www.admiroutes.asso.fr. Our initiative was purely private and non commercial. Civil servants who accepted to participate did it on a voluntary basis, without any support from administrations, and at home, during their leisure time. We paid collectively the expenses, without accepting publicity

One can consider to day that Admiroutes is relatively a success. The name is pretty well known and refered by portals. The server registers an average of 800/1200 distinct visitors a day. Thousands of pages are monthly telecharged or printed. More than 50% visitors come from not francophone countries, which is encouraging as the site is still entirely in french, by lack of money and time for translation. Our Gazette is distributed  to some 1000 free subscribers, who receive it in their mail-box every fortnight.

However, it is time to consider new prospects. We propose to you, our correspondents and readers, the following new priorities:

- we shall not focus anymore on the  role of Internet for modernizing administrations. First because many things have been said and done in that prospect. Second because when you think about modernization, you discover that it does not mean much. What is to be modern to-day? On the contrary, we discovered that, without or with Internet, average citizen is still unable to dialogue with political and administrative powers. If he gives his opinion, influential persons do not bother. Political and administrative decisions are made practically as they have ever been, by officers in charge or, worst, under the pressure of non transparent and sometimes non respectable interests. So a good idea to-day would be to examine how Internet can contribute to democracy in public administrations. Internet can bring the worst and the best. Undoubtedly, it can be if properly appropriated by citizens, a efficient level for disseminating democracy. This issue of course is important for civil servants too.

- in the same idea, we shall not focus anymore on administrations. To-day (this is not a scoop!) citizens are confronted by as powerful and as autocratic powers than public administrations, especially with the globalization of economy. Big firms, generally supported by governments, take big decisions for the future , some of them pretty hazardous, without any dialogue with citizens. What can be done? Recently in France, some "wired" citizens discovered, because of the Erika oil pollution, that they should try to move, with the assistance of Internet of course, not only national regulation authorities, but european and international ones, and carriers, and freighters, and loaders, and certification people, and insurance people, etc. etc. Will they succeed or not, in collaboration with citizens of other concerned countries, and how Internet will help, that is one of the question we should study.

- another priority is related to information technologies, and more generally sciences and technologies developments in the domain of intelligence and life. Great changes will happen in the next years and decades, with the symbiosis of virtual worlds, artificial life, brain and consciousness studies, genetics,  and related social sciences. Once again, average citizens cannot ignore such developments and opportunities, which are already influencing daily life, and which will be more and more intrusive. Citizens have to be aware and learn how participate, in order not to remain passive clients. It is a duty, for those who can, to try to understand and explain, using of course facilities provided by the net. Here in Admiroutes, we have begun to develop a site dealing with these questions and we are preparing a twice monthly Gazette. The idea will be, as we did for the first generation-Internet, to demonstrate that everybody should be able to use emergent technologies for the benefit of democracy, as aforesaid.

- last, I shall personally try to use both english and french for my shortest papers. My english is poor, but I suppose better than nothing. I am sorry not to be able to practice german or a latin language. Do not hesitate yourselves to send for publication papers or mails in english, if you think it appropriate. We really wish to be understood the world over!

Nos nouveaux objectifs

Nous avons inauguré l'association Admiroutes et son site web voici 4 ans. L'idée (voir notre manifeste) était d'encourager la modernisation des administrations par un usage systématique d'Internet. Il faut se rappeler qu'en 1995-96, la France en général et les pouvoirs publics en particulier ignoraient tout, tant de cette nouvelle technologie que de son utilisation possible.  Comme internautes déjà enthousiastes, nous devions faire quelque chose. Aussi avons nous lancé Admiroutes.asso.fr, sans demander l'autorisation de personne. L'initiative était purement privée et non commerciale. Les agents publics ayant accepté de participer le firent bénévolement, sans soutien de l'administration, et durant leur loisirs. Nous nous sommes répartis les dépenses, d'ailleurs très modestes, sans faire appel à la publicité.

L'on peut considérer aujourd'hui qu'Admiroutes a été un succès (tout relatif il est vrai, car la matière est austère). Le nom est bien connu et référencé par tous les grands moteurs. Le serveur enregistre entre 800 et 1200 visiteurs distincts par jour. Des milliers de pages  sont chaque mois téléchargées ou imprimées. Plus de 50% des visiteurs viennent des pays non francophones, ce qui est encourageant vu que le site est encore à ce jour pratiquement exclusivement en français, faute de temps et de moyens de traduction. La Gazette d'Admiroutes est distribuée gratuitement en messagerie à plus de 1000 abonnés tous les quinze jours.

Cependant, il est temps d'envisager d'autres perspectives. Nous vous proposons les nouvelles priorités suivantes:

- Nous n'allons plus nous focaliser sur le rôle d'Internet pour la modernisation des administrations. D'abord beaucoup de choses ont été faites et dites sur ce sujet depuis 4 ans. Ensuite parce qu'en y réfléchissant, l'on voit que le mot de modernisation ne signifie pas grand chose. Qu'est-ce qu'être moderne? Au contraire nous avons découvert ce qui aurait du être dès le début une évidence: avec ou sans Internet, le citoyen moyen est encore incapable de dialoguer avec les pouvoirs politiques et administratifs. S'il donne son opinion, les personnes qui comptent ne l'écoutent pas. Les décisions sont prises pratiquement comme elles l'ont toujours été, par les fonctionnaires en charge, ou pire, sous la pression d'intérêts peu transparents, et pas toujours avouables. Aussi la bonne idée aujourd'hui serait d'examiner comment Internet peut accroître la démocratisation des administrations publiques. Internet est capable du pire et du meilleur. Indiscutablement, si les citoyens se l'approprient convenablement, il peut devenir un moyen efficace de démocratisation. Ceci ne peut qu'intéresser aussi les fonctionnaires eux-mêmes.

- dans le même esprit, nous n'allons plus limiter notre champ d'investigation aux seules administrations. Aujourd'hui (est-ce nécessaire de le rappeler?) les citoyens sont confrontés à des pouvoirs aussi puissants et autocratiques que les administrations, notamment dans le cadre de la globalisation de l'économie. De grandes entreprises, généralement soutenues par les gouvernments, prennent d'importantes décisions engageant le futur, décisions parfois hasardeuses, sans dialoguer avec les citoyens. Que peut-on faire? Récemment en France, les militants connectés à Internet ont découvert, à l'occasion du naufrage de l'Erika, qu'il leur faudrait tenter d'agir, par tous moyens dont Internet, non seulement sur les administrations nationales, européennes et internationales, mais sur les transporteurs maritimes, les affréteurs, les chargeurs, les sociétés de certification, les assureurs, etc.. Réussiront-ils ou non, en collaboration avec les militants d'autres pays concernés, et comment Internet les y aidera, c'est une des questions que nous devrons étudier.

- une autre de nos priorités va concerner l'évolution des technologies de l'information, et plus généralement des sciences et des technologies dans le domaine de l'intelligence et de la vie. De grands changements se préparent dans les prochaines années et décades, avec la symbiose entre le monde virtuel, la vie artificielle, la neurologie du cerveau et de la conscience, la génétique et les sciences humaines associées. A nouveau, le citoyen moyen ne peut ignorer ces développements, qui influencent déjà sa vie quotidienne, et qui seront de plus en plus présents. Il  devra s'informer, afin de participer, au lieu de rester le client passif des fournisseurs de solutions. C'est un devoir pour ceux qui le peuvent de comprendre et d'expliquer, en utilisant évidemment les ressources de l'Internet. Nous avons ici commencé à réaliser un site traitant de ces questions, et nous préparons un bulletin bimensuel. L'idée en sera de montrer, comme nous l'avons fait à propos de la première génération d'Internet, que chacun doit pouvoir se saisir de ces technologies émergentes, pour le plus grand bien de la démocratie, comme dit plus haut.

- Un dernier mot: je vais personnellement essayer de présenter mes articles les plus courts tant en anglais qu'en français. Mon anglais est pauvre, mais je suppose qu'il reste compréhensible. Je regrette de ne pouvoir faire la même chose en allemand ou dans les langues latines. Si vous-mêmes souhaitez envoyer pour publication des articles ou des mels en anglais, n'hésitez pas. Cela confortera nos prétentions internationales!

http://www.admiroutes.asso.fr/gestion/objectif.htm