Bénin
 Coup d'oeil sur l'Internet

carte de l'Afrique

3 pages

Jean-Paul Baquiast

le 11-8-98

Premières impressions tirées d'une mission au Bénin sur le thème de l'Internet public, réalisée du 5 au 8 août 1998. Ce texte n'engage que J.P.Baquiast et ne se substitue pas au rapport officiel établi à l'attention des autorités françaises. Il se limite à des informations d'intérêt général. Les personnes citées ont accepté de l'être.

En introduction, l'on doit souligner l'intérêt qu'ont pris les interlocuteurs rencontrés par la mission à consulter Admiroutes et Adminet (ainsi que le site annexe Cawa - Quoi de neuf sur le Web public français?-), pour la richesse et l'actualité des informations fournies par ces deux serveurs. On notera en particulier l'existence des pages Afrique d'Adminet, http://www.adminet.com/africa/ que vous êtes invités à mettre à jour si nécessaire.

Ousmane Diallo

immeuble de l'OFPA à Cotonou

M., Ousmane Diallo,
secrétaire permanent de l'OFPA

L'immeuble de l'OFPA à Cotonou

   

 Passage à Internet de l'Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

L'OFPA, qui dispose déjà d'un site Web prototype, se prépare à utiliser pleinement les ressources de l'Internet, dans ses relations avec les administrations des pays membres: messagerie, documentation en ligne, forum. Un projet en ce sens sera présenté par le Secrétaire permanent de l'OFPA, M. Ousmane Diallo, au prochain conseil d'administration. Ceci supposera l'acquisition de matériels et logiciels, ainsi que la constitution d'une petite équipe Internet. Des économies devraient en résulter dans la gestion courante (téléphonie, déplacements) ainsi surtout qu'une meilleure efficacité dans l'accompagnement des efforts des administrations africaines en matière de modernisation par Internet.

Réseaux de télécommunication et perspectives au Bénin exposé de Philippe Bocco, Unitec-Bénin.

La téléphonie privée RTC reste le support privilégié de l'Internet, avec l'inconvénient de la centralisation dans les villes, de l'encombrement et vétusté du réseau. Une solution d'avenir sera la téléphonie cellulaire, par bornes à terre ou satellites, comme le GSM au Sénégal. Mais elle demande des investissements importants.

Un réseau dédié à l'informatique se met en place par ailleurs, en fonction de la demande (banques notamment). On compte environ 1000 abonnés à l'Internet actuellement.

C'est le sommet de la Francophonie de 1995 qui a permis le développement de l'Internet, et mise en place d'un noeud national sur BéninPAC avec l'assistance de France Télécom (64K). Aujourd'hui ce noeud est saturé. Les transferts de gros fichiers sont impossibles.

Fin 1996, le PNUD et USAID ont installé une ligne à 128K sur un réseau de satellites militaires déclassés (projet Leland Initiative qui conduit aux USA via MCI ). L'usage est gratuit pour le moment, mais les USA ont obtenu en contrepartie la libéralisation du marché des fournisseurs d'accès, jusqu'ici assuré exclusivement par l'Office des Postes et Télécommunications (OPT). L'on compte actuellement quelques ISP privés nationaux.

L'insuffisance des infrastructures gêne le développement des besoins marchands, et réciproquement. L' Etat peut jouer un rôle en offrant des solutions qui incitent à consommer. C'est ce qu'essaye de faire le ministère du Plan.

La société SECNI exposé de Jacques Tévoedjre, directeur.

La SECNI est l'exemple d'une petite entreprise Béninoise se consacrant au développement d'Internet. Elle dispose d'un site, http://elodia.intnet.bj sur lequel elle offre les services classiques: fournisseur d'accès - conception de pages et sites - formation (à partir d'un environnement Windows déjà maîtrisé par les stagiaires) - gestion de bases de données sur réseau (il s'agit d'une offre originale).

L'administration Béninoise ne semble pas encore avoir pris toute la mesure des possibilités de l'Internet.

Le développement de telles sociétés reste difficile, faute d'infrastructgures et de marchés solvables.

L'Office des Postes et Télécommunications et BENINPAC  exposé de Louis Agbahollou, OPT-BENINPAC

L'OPT offre un accès au réseau mondial Internet via le lien à 64K et celui de 128K (Leland). Au plan national, il propose des branchements en lignes spécialisés louées - des services de fournisseurs d'accès, en liaison avec des ISP privés - un hébergement de sites - l'attribution des noms de domaine nationaux.

Le Centre SYFED (Système francophone d'Edition et de Diffusion) exposé de Jean Tchougbé directeur

Le SYFED est une création de l'AUPELF-UREF, Agence Universitaire de la francophonie, qui permet l'accès à Internet via le réseau francophone REFER.

Il vise à offrir l'information scientifique aux universitaires francophones, et à permettre la diffusion de la production scientifique nationale. Il offre tous les services Internet: messagerie, navigation, hébergement, réalisation de pages (ex. le Journal Officiel du Bénin). Il assure également la formation aux trois niveaux utilisateur, technique, services-réseau. Il est à noter que le SYFED a choisi le logiciel libre LINUX pour remplacer Unix.

Le site Bénin Contact est un point de rencontre national mis en place par le SYFED. Le SYFED héberge le site de l'OFPA et pourra participer à son développement.
http://www.refer.org/benin (Miroir à Paris)
http://www.refer.qc.ca/benin_ct (Miroir à Montréal)

Le Projet Réseau de Communication pour le Développement Humain Durable (SNDP) exposé de Michel Guedegbe, coordinateur national

Il s'agit d'un programme régional du PNUD qui se développe dans une douzaine de pays et vise à favoriser les NTIC et Internet pour encourager le développement dans tous les secteurs des économies nationales. Le programme héberge le projet "Initiative Internet pour l'Afrique" qui vise à renforcer les noeuds d'interconnexion nationaux, leurs capacités de gestion des réseaux et les contenus. Le projet dispose d'un budget de $12 millions soit $1 million par pays, à condition que le pays apporte 50% du financement total. 

Le Ministère du Plan exposé de Barthémy Bewa, Directeur du Centre de Documentation et d'Informatique.

Le Ministère du Plan a mis en place le premier site web public http://planben.intnet.bj en 1996, avec l'appui de la Secni. Ce site est actuellement en cours de développement interne. L'ambition est d'en faire le noeud d'un réseau intranet entre les 18 ministères et la Présidence, ainsi qu'avec les grandes institutions (20 raccordements aujourd'hui, à porter à environ 200), mais aussi une pépinière pour le développement de sites web ministériels. Les liaisons se font via le RTC.

Le site est encofre artisanal. Son développement rencontre des difficultés tenant au manque d'infrastructures et de formation (définition des contenus, mise en forme, administration du réseau). De nombreuses résistances apparaissent dans les administrations, dues souvent au manque de sensibilité à l'Internet, qui crée des malentendus et peurs.

Le Programme pour le Développement Municipal (PDM) exposé de Jean-Pierre Elong-mbassi coordinateur national et Jean Michel Maurin conseiller régional.

Sous la gestion de l'Assemblée Générale des pouvoirs locaux, le PDM a pour objectif d'appuyer le processus de décentralisation en Afrique. Il est soutenu par la France, l'UE, le Canada et la BM. Il vise la mise en réseau des collectivités locales et associations, l'aide à leur fonctionnement et à leurs publications.

Le PDM dispose à Montréal d'un site web qui offre les services Internet  http://www.pdm-net.com

Les villes sont de plus en plus actives dans le domaine de l'Internet. Des liens vers les villes et associations françaises sont recherchés.

Jean-Pierre Elong-Mbassi est également secrétaire général de la CAMVAL, Coordination des associations mondiales de villes et autorités locales. 

La presse Béninoise Conférence de presse

La presse Béninoise commence seulement à prendre conscience des possibilités d'Internet pour son développement. Les offres d'ouverture de sites webs faites par le SYFED n'ont pas encore rencontré de réponses. Lors de la conférence de presse, seuls Le Point au Quotidien et Les Echos du jour ont fourni une adresse électronique.

le Journal Off iciel de la République du Bénin
http://www.bj.refer.org/benin/med/jo (au Bénin)
http://www.refer.org/benin/med/jo (à Paris)