Pekee : un robot ludique grand public,
mais aussi une plate-forme de développement
pour chercheurs, professeurs et ingénieurs Le robot Peeky

accueil science
3 pages Par Christophe Jacquemin 2 novembre 2000

Lire l'interview d'Erwann Lavarec
 

Erwann LavarecLauréat du dernier concours national de création d'entreprise de technologies innovantes lancé par le ministère de la Recherche, Erwann Lavarec termine une thèse de robotique (capteurs de mouvements) au laboratoire d'Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier. Agé de 29 ans, ce jeune chercheur est aujourd'hui PDG de WANY, start-up qui commercialisera l'année prochaine auprès du grand public son robot évolutif "Pekee". Le marché est des plus prometteurs pour cet ami électronique innovant, ludique, simple d'utilisation et totalement modulable. Aussi puissant qu'un ordinateur, Pekee peut tour à tour jouer, surveiller les enfants, arroser les plantes, et bien d'autres choses encore...

Il y a six ans, sur un coin de table, un drôle de projet a pris forme pour deux étudiants en informatique et en électronique : fabriquer en kit des robots grand public, modulaires, faciles d'accès et d'aspect ludique. Pour Erwann Lavarec et Laurent Tremel, il s'agit finalement d'apprendre la robotique en s'amusant et en perfectionnant ce projet hig-tech. Se crée alors une jeune équipe qui, en 1999, reçoit le soutien du Laboratoire d'Informatique de Robotique et de Micro-électronique de Montpellier(1) -ou Erwann Lavarec effectue sa thèse sur les capteurs de mouvements- et de l'Institut des Sciences de l'Ingénieur de Montpellier (ISIM)(2)
Une idée originale et prometteuses puisque, lauréat du 1er concours de création d'entreprise de technologies innovantes(3), ce projet débouche sur une phase de pré-création d'entreprise accompagnée par l'ANVAR. La suite vient d'elle-même : réalisation d'une étude de marché, rédaction et dépôt de brevets, entrée de la start-up WANY(4) à la pépinière d'entreprises CEEI-Cap Alpha. La partie recherche et développement reste hébergée par le LIRMM qui, grâce à la loi sur l'innovation(5), joue le rôle d'incubateur et apporte un encadrement scientifique et technique de qualité. La finalisation des prototypes de modules informatiques embarqués sur le robot a été finalisée en février dernier. Cette réalisation sera une fois de plus distinguée en juillet 2000 : l'équipe est lauréate du 2ème concours de création d'entreprise de technologies innovantes (catégorie Création Développement) et Erwann Lavarec récompensé par le prix du meilleur jeune diplômé de la création d'entreprise.

La robotique de divertissement en pleine expansion
Erwann Lavarec est un créateur visionnaire : bien avant le phénomène, il a bien senti que le marché du jouet, spécialement celui de la robotique de divertissement, serait un jour en plein développement (voir interview). L'apparition en 1999 du robot chien d'Aïbo(6), du kit mindstorms(7) de chez Lego ou l'engouement pour les peluches (comme Furby(8)) désormais bourrées de composants informatiques en sont la plus belle des démonstrations.
 

Le chien Aïbo ©  Sony
Le robot chien Aïbo
© Sony

     

Mindstorms, pour construire des robots © LEGO     Robot réalisé avec le kit Mindstorms © Lego
Robot réalisé avec le Kit Mindstorms
(ce robot comprend une caméra non fournie dans le kit)
© Lego

    

La peluche Furby
La peluche Furby
© Tiger Electronics LTD



Pekee, robot de loisir, modulaire et évolutif
Prévu pour être commercialisé courant 2001, le robot "Pekee" proposé par Erwann Lavarec et son équipe relève d'un concept nouveau, qui tient en deux mots : modulaire et évolutif. Très simple d'utilisation, on pourra doter Pekee de nombreux accessoires ou modules, choisis en fonction de nos envies. Un robot à la carte, en quelque sorte. Il aura, par exemple, des roues, des pattes ou de chenilles. On pourra lui choisir un caractère : timide, rusé ou téméraire..., des bras ou des bennes pour la préhension, des capteurs ou des caméras pour les fonctions de localisations. Et puis, l'on pourra jouer à cache-cache avec lui ou s'exercer au tir en essayant de l'atteindre avec un pistolet laser... Toujours selon le module choisi, il pourra arroser les plantes, prendre des photos de vos invités, et bien d'autres choses encore... Et puis, véritablement autonome, il sera capable de recharger ses accus de lui-même en allant se placer à l'endroit ad-hoc.

Esquisse design de Pekee, réalisée par Blanc Tailleur Design © 2000  WANY Engineering
Esquisse design de Pekee, réalisée par Blanc Tailleur Design
© 2000 WANY Engineering

Robot innovant, Pekee s'appuie notamment sur la technologie de l"Embedded-PC"(9) (ou PC embarqué), technologie de pointe dans le domaine de l'automatisation et de l'intégration. Il s'agit de cartes qui,  grâce aux progrès de la miniaturisation, intègrent sur une surface de 10x10 cm tous les composants d'un ordinateur (processeur, disque dur, mémoire...). Autre avantage : une faible consommation d'énergie, une grande capacité d'intégration: contrôles HDD/FDD et port parallèle, connecteurs de bus PC/104 permettant de rajouter des extensions.

Carte de type "PC104"  - Wany Engineering SAS - http://www.wany-engineering.com/ Si on peut bien sûr exploiter cette carte de manière classique
(comme un PC en la connectant à une souris, un clavier et un écran),
on peut aussi l'utiliser comme un module autonome en lui attribuant
différentes fonctionnalités, comme une carte de commande dans le cas d'un robot.

 


Une plate-forme de développement pour chercheurs, professeurs et ingénieurs
Le robot est dès à présent proposé aux chercheurs, aux ingénieurs, aux professeurs et aux passionnnés, sous certaines conditions. "Il s'agit d'une participation au fait de construire le robot, participation s'exerçant sous la forme d'un contrat", explique Erwann Lavarec. L'objectif est de partager une plate-forme expérimentale avec l'ensemble de la communauté scientifique. Une idée simple, où chacun est gagnant : à savoir, un gain de temps apporté aux chercheurs en intelligence artificielle avec la fourniture d'une plate-forme adaptée à leurs travaux (voir interview) ; et pour Wany, la possibilité de sophistiquer toujours plus son robot. L'entreprise prévoit un chiffre d'affaires de 40 MF en 2002, qui devrait se monter à 80 MF en 2003.

Pour en savoir plus :
remonter d'où on vient (1) LIRMM : http://www.lirmm.fr Fondé en 1992, le LIRMM compte 85 chercheurs permanents, 82 doctorants et 27 ITA, 40 stagiaires (DEA, ingénieurs,…) et 23 membres associés, post-doctorants et visiteurs. Ce laboratoire s'organise autour des trois départements : Informatique, Micro-électroniqueet Robotique.
remonter d'où on vient  (2) ISIM : http://www.isim.univ-montp2.fr
NB : le LIRMM et l'ISIM dépendent de l'Université des Sciences de Montpellier (UMII : http://www.univ-montp2.fr).
remonter d'où on vient (3) Dans la catégorie "Projet en émergence". Ce concours a été lancé par le ministère chargé de la recherche  http://www.recherche/gouv.fr/creation/default.htm
remonter d'où on vient (4) Site de WANY : http://www.wany.org
Contact : Tél : 04 67 59 36 26 • Mail : lavarec@wany.org

remonter d'où on vient (5) Loi du 12 juillet 1999 : http://www.recherche.gouv.fr/technologie/mesur/loi/inovloi.htm . Une collaboration est notamment envisagée  par trois chercheurs du LIRMM, deux spécialistes des multi-agents (Jacques Ferber et Alain Liégeois) et un spécialiste des robots autonomes (René Zapata).
remonter d'où on vient (6) Commercialisé par Sony : http://www.aibo-europe.com/
remonter d'où on vient (7) Développé en collaboration avec le célèbre Massachusetts Institute of Technology (MIT) : http://mindstorms.lego.com/
remonter d'où on vient (8) Marque déposée de Tiger Electronics LTD : http://www.game.com/furby/index.html
remonter d'où on vient
(9) Journal de l'Embedded PChttp://www.pc104-embedded-solns.com/

 Film de présentation du projet d'Erwann Lavarec (format realmedia, 22026 Ko) : http://www.recherche.gouv.fr/creation/2000/video4.rm

2/11/2000



Lire l'interview d'Erwann Lavarc
Vers le site "Les automates intelligents"
 

http://www.admiroutes.asso.fr/action/theme/science/golem.htm
Droits de diffusion