admiroutes page d'accueil

Internet au service du dialogue entre fonctionnaires et citoyens.
L'exemple d'Admiroutes

accueil internet

3 pages

par Jean-Paul Baquiast et Anne Bedel

29-8-99

Nous avons ouvert le site web Admiroutes (http://www.admiroutes.asso.fr) en 1995, à un moment où la France n'avait pas encore découvert les enjeux de l'Internet. Notre objectif était de contribuer au développement de celui-ci dans le monde de l'administration publique francophone, par la pratique, c'est-à-dire en incitant concrètement les gens à utiliser ce média pour s'informer et s'exprimer. Nous nous placions dans la philosophie de l'Internet: faire soi-même, faire tout de suite, utiliser les moyens du bord, et finalement prendre ses responsabilités dans l'appréciation des avantages et des risques découlant de la communication par Internet, sans oublier le devoir de réserve s'imposant aux fonctionnaires.

Nous avions suivi en cela l'exemple de nos amis de l'Ecole des Mines de Paris fondateurs d'Adminet (http://www.adminet.com), créée en 1994. Mais tandis qu'Adminet s'est spécialisée dans la fourniture d'une information aussi complète et à jour que possible de tout ce qui parait sur le web dans le domaine mondial de l'administration (domaine entendu au sens large), Admiroutes choisissait d'être un site éditorial, fournisseur de contenus originaux. produits par des auteurs les mettant gratuitement à la disposition du public. Admiroutes est adossée à une association de la loi française de 1901, plus pour satisfaire aux conditions d'attribution d'un nom de domaine par l'Afnic, que pour mener des activités associatives traditionnelles. Tout s'y passe sur Internet, ce qui permet, entre autres, d'éviter le "parisianisme" .

Aujourd'hui, après bientôt 4 ans d'exercice, ce qui donne une expérience considérable par rapport à la vitesse d'évolution de l'Internet et de ses usages, nous pouvons présenter le bilan suivant, qui peut intéresser tous ceux qui seraient tentés par une telle démarche:

-  la modernisation de l'administration, l'amélioration des services qu'elle rend aux citoyens, plus généralement le rôle de l'Etat dans l'univers de la mondialisation, de la privatisation et du commerce électronique, constituent des thèmes intéressant les citoyens et trouvant de ce fait un public certain. Le site d'Admiroutes, sans faire de publicité, est fréquenté par environ 800 à 1000 personnes distinctes par jour, qui restent plus de 15 minutes en moyenne en ligne, et téléchargent 1 document sur 3. La base de textes comporte actuellement plus de 50 mégaoctets, archivés par dates et thèmes. La fréquentation, et les contributions éditoriales, seraient évidemment beaucoup plus importantes si davantage de citoyens français étaient connectés à Internet. Rappelons à ce sujet que beaucoup de salariés, disposant à titre professionnel de l'intranet, ne peuvent pour des raisons dites de sécurité accéder librement à l'Internet. Cette raison explique que de nombreux fonctionnaires ne découvrent Admiroutes qu'après s'être connectés de chez eux, bien qu'en bonne logique la fréquentation du site aurait pu s'apparenter, aux yeux d'une hiérarchie soucieuse de rentabilité, à une activité de formation professionnelle.

- il est possible de s'exprimer sur ces thèmes sans se substituer aux administrations ni aux organisations politiques, mais sans viser non plus à des objectifs économiques ou commerciaux (vendre un service en ligne, par exemple). Admiroutes est animé par des bénévoles, appartenant ou non à la fonction publique.

- les agents publics (fonctionnaires) et les autres catégories de citoyens, usagers des administrations, sont prêts à discuter ensemble, malgré certains a priori pouvant les séparer. La fréquentation d'Admiroutes comporte pour plus de 75% de non-fonctionnaires. A l'inverse, beaucoup de correspondants d'Admiroutes sont des webmestres de l'Etat, des collectivités locales ou d'associations, français ou étrangers, qui souhaitent s'informer de l'expérience des autres, et communiquer la leur.

- sur ces mêmes thèmes, et avec les mêmes approches, les frontières nationales ne sont pas des obstacles aux dialogues. C'est évident dans le monde francophone, notamment vis-à-vis de partenaires québécois et africains. C'est vrai aussi vis-à-vis d'autres communautés linguistiques (anglophones, hispanophones). 50% de la fréquentation d'Admiroutes provient de l'international. Ceci étant, il est évident que le succès serait plus grand encore si les auteurs ou lecteurs pouvaient disposer d'outils de traduction permettant au moins 3 versions d'un même texte, outre le français: anglais, allemand, espagnol.

- le succès d'Admiroutes tient au fait d'avoir su utiliser systématiquement l'interactivité:

- une autre raison du succès tient au mariage des contenus et des tons:

- une dernière raison du succès d'Admiroutes, qu'il faut signaler, tient au respect strict de quelques règles simples de la communication sur Internet:

Ceci n'empêche pas de faire appel aux couleurs et images simples, pour faire passer plus facilement des contenus qui restent assez ardus, aux yeux de non spécialistes de l'administration. Ces différents points sont développés dans le guide-âne du webmestre déjà cité.

Pour conclure, il faut indiquer que nous avons pu réaliser et maintenir le site pour un coût dérisoire (environ 600 FF ou 100 euro par mois), non compris le coût des micro-ordinateurs et des connexions pris en charge par les auteurs. Il n'a jamais été jugé utile de faire appel à une société de service. Par contre, les fonctions de rédacteur en chef (si l'on peut utiliser ce terme emprunté à la presse) et surtout celles de webmestre-concepteur-animateur, exigent plusieurs heures par semaine de travail soutenu, nécessairement prises sur les temps de loisir.

Adresses des principales rubriques:

http://www.admiroutes.asso.fr/action/theme/internet/bilan99.htm
droits de diffusion